Montréal, Canada : Rassemblement devant le consulat de Chine pour protester contre la persécution

Écrit par un pratiquant de Montréal

(Minghui.org) Le 17 juillet 2014, les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés devant le Consulat général de Chine rue Sainte-Catherine pour marquer le 15e anniversaire de la résistance pacifique à la persécution du Parti communiste chinois (PCC). Ils ont dénoncé les atrocités des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong persécutés par le PCC et ont demandé la fin de la persécution cruelle en Chine.

a2dd869b5191
Les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés devant le Consulat de Chine à Montréal pour marquer le 15e anniversaire de la résistance pacifique à la persécution du PCC.

a2dd869b5192

a2dd869b5193
Dénoncer la persécution du Falun Gong par le PCC aux passants.

a2dd869b5194
Récolter des signatures pour mettre fin aux prélèvements d’organes perpétrés par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong vivants.

Les pratiquants ont présenté les exercices ce qui a attiré l’attention des passants. Un certain nombre de personnes sont venues s’informer davantage et beaucoup ont signé la pétition pour protester contre les prélèvements d’organes à vif perpétrés par le PCC.

Endurer la persécution en Chine

Mme Sun, qui est originaire d’un petit village au nord de la Chine, a directement enduré la persécution en Chine. Elle s’est remémorée : « Le 20 juillet 1999, le Parti a lancé la persécution du Falun Gong. Un après-midi en 2000, je suis allée à Pékin faire appel pour le Falun Gong. J’ai été interceptée par la police et emprisonnée. J’ai été battue, maltraitée et intimidée. » Elle a versé des larmes en se rappelant ses expériences.

Mme Sun a poursuivi : « J’étais fréquemment confinée chez moi, surveillée, suivie et harcelée lors des nombreuses dates jugées sensibles par le Parti, comme le 25 avril, le 20 juillet, les Jeux Olympiques de Pékin ou pendant les conférences du Parti. » Mme Sun a eu la chance de venir à Montréal en 2013 et de laisser les harcèlements derrière elle.

Les Chinois démissionnent du PCC et de ses organisations affiliées

Une chinoise est sortie du consulat et a demandé des renseignements sur le rassemblement aux pratiquants. Elle a exprimé son soutien discrètement. Le pratiquant a abordé le sujet du mouvement mondial des démissions du PCC et de ses organisations affiliées. La femme a immédiatement accepté de démissionner du Parti.

Beaucoup de Chinois assistaient à des cours dans un immeuble adjacent au consulat. Pendant la pause, ils sont sortis lire les panneaux d’information qui traitaient de plusieurs thèmes, dont les incidents des auto-immolations mis en scène par le PCC [pour incriminer le Falun Gong], les poursuites de nombreux hauts responsables chinois par des tribunaux internationaux et les Neuf commentaires sur le Parti communiste. Beaucoup de ces jeunes ont accepté les documents d’information sur le Falun Gong remis par les pratiquants.

Les gens signent la pétition pour mettre fin aux prélèvements d’organes à vif du PCC

Tout au long de l’événement, les passants se sont arrêtés pour lire les panneaux d’affichages. Certains ont dit qu’ils n’avaient jamais entendu parler des atrocités auparavant. Après avoir appris les faits, beaucoup ont signé la pétition pour mettre fin aux prélèvements d’organes à vif du PCC.

Un élève fréquentant une école du quartier s’est arrêté et a dit qu’il voyait souvent les activités des pratiquants. Il a dit : « Je pense que vos événements contre la persécution sont très pacifiques. Je n’arrive pas à comprendre la persécution du régime chinois. Je suis triste pour les pratiquants innocents qui apporte des bienfaits aux gens, mais endurent la persécution. » Il a signé la pétition contre les prélèvements d’organes à vif du PCC.

Dolores, une femme de Québec a parlé avec un pratiquant au rassemblement. Dolores a dit : « J’ai entendu parler du Falun Gong. Je pense que c’est bénéfique pour tout le monde. On devrait tous pratiquer Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Il n’y a rien de mal à cela. Je pense que ce qui se passe en Chine est terrible. C’est bien de récolter des signatures au Québec. Les gens sont choqués quand ils voient les panneaux d’affichages, parce qu’ils ne comprennent pas pourquoi ces choses se produisent en Chine. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/20/2120.html

Version chinoise : 反迫害十五年 蒙特利尔学员在中领馆前集会

Argentine : Un diplomate chinois arrêté après avoir forcé le passage pour passer à travers le cordon de police et tenté de perturber la manifestation du Falun Gong pendant la visite de Xi

Écrit par un pratiquant de Falun Gong en Argentine

(Minghui.org) Un fonctionnaire de l’ambassade de Chine a été arrêté à Buenos Aires le 19 juillet pour avoir forcé son passage à travers la ligne de la police dans une tentative de perturber une manifestation du Falun Gong.

Les pratiquants locaux ont identifiés cet homme comme étant l’attaché militaire adjoint à l’ambassade de Chine. L’identité diplomatique de l’homme a été confirmée par la police argentine.

À proximité du Palais des Congrès, le vice-président argentin Amado Boudou était en réunion avec le chef du Parti communiste chinois (PCC), Xi Jinping, en visite du 18 au 21 juillet.

Basée sur l’expérience de la veille, la police anti-émeute argentine a pris des dispositions pour maintenir les voyous chinois locaux associés à l’ambassade de Chine loin des pratiquants de Falun Gong, afin de protéger la sécurité des pratiquants. Le diplomate chinois a forcé le passage à travers le cordon de police tout en menant un groupe de ces voyous, et a ensuite été arrêté.


Un diplomate chinois a été arrêté le 19 juillet 2014, après avoir forcé le passage à travers le cordon de police pour perturber une manifestation du Falun Gong lors de la réunion de Xi avec le vice-président argentin.

Les pratiquants de Falun Gong ont organisé plusieurs manifestations lors de la visite de M. Xi. Ils ont demandé à Xi de mettre fin à la persécution du Falun Gong et d’amener les principaux auteurs devant la justice.

af027e12d2
Des chinois locaux connus pour être étroitement associés avec le PCC menacent un pratiquant de Falun Gong à Buenos Aires, Argentine, le 19 juillet 2014.

Le matin du 18 juillet, les pratiquants ont déployé leurs banderoles à l’extérieur de l’hôtel où logeait Xi et ont commencé à distribuer des documents d’information qui dénonçaient la persécution en Chine. Des voyous du CASRECH (Chambre des supermarchés et des restaurants libre-service appartenant à des résidents chinois en Argentine) et l’Association Fujian, deux groupes étroitement associés à l’ambassade de Chine locale, se sont aussi présentés.

Selon Mme Fu, une représentante de l’Association de Falun Dafa en Argentine, certains de ces voyous ont menacé les pratiquants, en disant des choses comme : « Vous ne serez pas en mesure de rester ici [en Argentine] encore très longtemps. »

Les voyous ont agressé les pratiquants à plusieurs reprises et ont essayé de saisir leurs banderoles. La police a ordonné aux voyous de se retirer à l’entrée du garage de l’hôtel et a ignoré leurs accusations, du fait que les banderoles des pratiquants étaient parfaitement légales.

La police a finalement contenu les voyous près de l’entrée du garage et a permis aux pratiquants de continuer à distribuer des documents.

Mme Fu a dit que le diplomate chinois arrêté le 19 juillet était également présent le 18. Après que la police ait vu comment les voyous avaient déchiré plusieurs banderoles, ils ont appelé la police armée et se sont alignés entre les voyous chinois et les pratiquants de Falun Gong.

Lorsque le cortège de Xi devait arriver, le diplomate chinois a fait signe au voyous, qui ont ensuite déferlé pour arracher les banderoles jaunes qui portaient les mots tels que « Falun Dafa est bon ». Ils ont essayé de se faire un passage à travers la police, qui a utilisé des matraques pour les tenir à l’écart des pratiquants.

Juste à ce moment, le cortège est arrivé et a ralenti. Les pratiquants ont levé leurs banderoles et ont répondu aux attaques en criant : « Falun Dafa est bon. »

Dans l’après-midi du 18 juillet, la police a désigné deux policiers pour escorter les pratiquants à l’emplacement de leur manifestation près de La Casa Rosada, la maison et le bureau exécutif de la présidente de l’Argentine.

La police a ordonné aux voyous chinois de garder leurs distances. Le cortège de Xi a de nouveau passé par la manifestation des pratiquants avec des banderoles telles que « Arrêtez de persécuter le Falun Gong. »

af027e12d3
Les pratiquants de Falun Gong argentins ont crié « Falun Dafa est bon » et « Amenez Jiang Zemin, l’instigateur de la persécution, devant la justice » partout où le cortège des fonctionnaires du PCC est passé.

af027e12d4
Les pratiquants ont crié « Falun Dafa est bon » et « Amenez Jiang Zemin, l’instigateur de la persécution, devant la justice, » partout où le cortège des fonctionnaires du PCC est passé.

af027e12d5
La police anti-émeute argentine a gardé les voyous chinois loin des pratiquants de Falun Gong.

Cet épisode a eu lieu, car la persécution du Falun Gong en Chine se rapproche de sa 15e année, après avoir été officiellement lancé le 20 juillet 1999.

« Le fonctionnaire du PCC et les voyous recrutés ont ouvertement agressé des pratiquants argentins. C’est inacceptable. Si cela se passe en Argentine, imaginez la brutalité de la persécution est en Chine ! », a déclaré Mme Fu.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/21/2154.html

Version chinoise : 阿根廷警方逮捕攻击法轮功学员的中使馆官员

Une femme médecin victime d’arrestation et d’extorsions pour un montant de 100 000 yuan

Écrit par un correspondant de la province du Hebei, Chine

(Minghui.org) Mme XinYaying, une pratiquante de Falun Gong propriétaire d’une clinique privée, a été harcelée et sa maison fouillée au cours des deux dernières années. Des policiers de la division de la sécurité intérieure du district d’Anci, ville de Langfang ont extorqué un total de 100 000 yuan (12 000€) à sa famille. Ils n’ont finalement plus pu assurer les frais de scolarité de leur enfant qui a dû quitter l’école.

Plus de dix policiers du Bureau 610 du district d’Anci et de la Division de la sécurité intérieure ont fait irruption chez Mme Xin le 24 décembre 2012. Ils ont confisqué pour plus de 50 000 yuan de biens, et volé plus de 3000 yuan en espèces. Ils l’ont emmenée au centre de détention de Langfang et l’y ont détenue pendant sept jours. La police a confisqué 50 000 yuan à son mari, l’argent a été remis au policier Dong Hui.

La police a continué à appeler et à harceler le couple. Début 2014, ils ont appelé Mme Xin et exigé qu’elle aille à la Division de la sécurité intérieure signer une déclaration de garantie promettant de renoncer au Falun Gong. Sachant qu’elle ne viendrait pas, ils ont appelé continuellement son mari, le menaçant de lui faire verser de l’argent. Craignant que sa femme ne soit de nouveau arrêtée, le mari a payé 20 000 yuan et n’a pas osé le dire à sa femme.

Personne impliquée dans la persécution de Mme Xin et de son mari :

Dong Hui, directeur adjoint de la division de la sécurité intérieure du district d’Anci : +86-13333065577 (mobile)

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/16/2060.html

Version chinoise : 绑架女医生 河北廊坊恶警董辉等抢劫勒索十万元

La police de la ville de Shenyang a peur de faire l’objet d’une enquête

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Des dizaines de policiers de la Division de la sécurité intérieure de la ville de Shenyang et de la Division de la police criminelle ont été impliqués dans l’arrestation de M. Tian Jinxin, Mme Han Jing et Mme Liu Yuhan de la ville de Harbin en mai 2014, après les avoir suivis et mis sur écoute leurs téléphones pendant plus d’un mois. Les trois pratiquants ont aidé d’autres pratiquants, arrêtés auparavant, à engager des avocats pour les représenter. Ils ont aussi été soupçonnés d’avoir écrit des articles publiés sur le site Minghui, qui a dénoncé les crimes commis par les autorités.

Douze pratiquants ont été arrêtés l’an dernier pour avoir fait les exercices du Falun Gong à l’extérieur. Lors d’un interrogatoire, les trois pratiquants récemment arrêtés ont été forcés de répondre à des questions sur comment ils ont engagé les avocats, et combien les avocats ont été payés pour représenter les douze pratiquants.

La police a aussi essayé de les faire confesser qu’ils ont écrit trois articles publiés sur le site Minghui. La police a filmé sur vidéo M. Tian pendant qu’il était interrogé.

Un des articles de Minghui en question était intitulé Xu Wenyou, le protégé de Zhou Yongkang au Département de police de Shenyang, a profité de la persécution. L’article détaille comment Xu Wenyou, actuel chef du Département de police de Shenyang, a monté les rangs en raison d’une étroite relation avec l’ex-membre du politburo Zhou Yongkang.

Zhou Yongkang fait actuellement l’objet d’une enquête. Zhang Dongyang, ancien procureur en chef du parquet de la ville de Shenyang, et Li Wenxi, ancien chef du Bureau de la Sécurité publique de la province du Liaoning, ont été arrêtés.

Xu Wenyou a peut-être été inquiet parce qu’il fait l’objet d’une enquête ou d’une arrestation. Xu Wenyou a été enragé quand l’article a été publié sur Minghui, et il a ordonné les arrestations de nombreux pratiquants dans la ville de Shenyang.

M. Tian a été emmené au Département de police de Shenyang le 17 mai 2014. La police et plusieurs psychologues l’ont interrogé pendant trois jours. Il a été privé de sommeil. Pendant l’interrogatoire, les psychologues ont été remplacés trois fois. M. Tian a été battu quand ils ont été incapables d’obtenir ce qu’ils voulaient de lui. Ils lui ont enlevé ses sous-vêtements, les lui ont mis dans la bouche et lui ont bâillonné la bouche avec du ruban adhésif.

Les agents Tie et Yu ont tiré ses jambes de chaque côté et ont utilisé des matraques électriques pour donner des électrochocs dans la région du pubis, causant de sérieuses blessures à sa peau. Ils ont essayé de forcer M. Tian et Mme Han Jing à faire des gestes indécents. Pour résister, M. Tian a essayé de se mettre debout alors qu’on l’attachait à une chaise de fer pour le torturer.

Mme Han Jing et Mme Liu Yuhan ont aussi été privées de sommeil pendant trois jours au Département de police de Shenyang. La police leur a dit que M. Tian a renoncé à la pratique du Falun Gong. C’était une tentative de les tromper et d’obtenir plus d’informations de leur part. Cinq groupes de policiers les ont interrogées à tour de rôle pendant une longue période.

Les avocats des trois pratiquants sont allés voir leurs clients sept fois après leur arrestation, et l’accès leur a été refusé chaque fois. La police a prétendu que c’était parce qu’ils subissaient encore un interrogatoire.

Le département de la supervision du centre de détention et le parquet ont été contactés à propos de la situation. Les avocats ont finalement eu l’autorisation de voir leurs clients le 17 juin 2014.

Les dossiers de M. Tian, de Mme Liu et de Mme Han ont été remis au parquet du district de Shenhe. Les avocats ont soumis au parquet une lettre protestant contre leurs arrestations le matin du 20 juin 2014.

Les parties responsables de leur persécution:

Xu Wenyou (许文有), directeur du Département de police de Shenyang :

+86-24-2310583

Sun Jianjun (孙建军), directeur adjoint du Département de police de Shenyang : +86-13609810669 (portable)

Ma Lixin (马立新), chef de la Division de la sécurité intérieure de la ville de Shenyang : +86-15904065273 (portable), +86-24-23106005 (bureau)

Bureau 610 de Shenyang : +86-24-25842329, +86-24-23106009

Zhang Tingyan (张廷彦), directeur de la Division de la sécurité intérieure du district de Shehe : +86-13840229338 (portable)

Lu Kui (吕奎), procureur en chef du parquet du district de Shenhe :

+86-24- 24863509

Rapport antérieur : Police Arrest Three Practitioners for Hiring Attorneys

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/9/1966.html

Version chinoise : 沈阳不法警察的嚣张难掩其内心恐慌

France – Dix ans de résistance pacifique à la persécution du Falun Gong sur l’esplanade du Trocadéro

(Minghui.org) Chaque dimanche après-midi ces dix dernières années, des parisiens et des touristes du monde entier ont pu voir les pratiquants de Falun Gong présenter les exercices et distribuer des documents sur l’Esplanade du Trocadéro (parvis des droits de l’homme).

De nouveau, le 13 juillet, panneaux et banderoles ont été mis en place et de nombreux touristes sont venus se renseigner sur la persécution du Falun Gong en Chine. Ils ont signé la pétition exprimant leur soutien à cette résistance pacifique.


Exercices de groupe devant la Tour Eiffel


Prendre attentivement connaissance de l’information


Signature de la pétition pour soutenir le Falun Gong

Un groupe de touristes chinois était très étonné et enthousiaste en voyant le Falun Gong et ils ont pris photos et vidéos. Certains ont demandé des documents. L’un d’eux a dit : « Dans ma ville natale, tous les pratiquants de Falun Gong sont des personnes de bien. » Il a accepté de quitter le PCC.

Beaucoup de gens ont exprimé leur intérêt pour les exercices et demandé les coordonnées détaillées des sites d’exercices locaux.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/17/2083.html

Version chinoise : 艾菲尔铁塔下 游人明真相

Ville de Kunming : une enseignante à la retraite est arrêtée pour sa foi en Falun Dafa, inculpée sur de fausses accusations

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Yunnan, Chine

(Minghui.org) Les autorités du régime communiste ont arrêté Mme Zhu Yaming, 70 ans, pour avoir distribué des informations sur la persécution contre le Falun Dafa. Elle a été inculpée avec des accusations fabriquées le 4 juin 2014.

Le 20 juin, le tribunal du district de Panlong a publié un avis fixan la date de procès au 30 juin. Cependant, on ne sait pas si le procès a bien eu lieu ou comment il s’est conclu.

Cette dernière arrestation a eu lieu le 10 janvier 2014 et était sa deuxième arrestation pour sa foi en Falun Dafa.

Arrêtée deux fois pour sa foi en Falun Dafa

Mme Zhu avait été arrêtée une première fois le 6 juin 2013. Les agents du poste de police de Hongyun ont effectué l’arrestation, alors qu’elle distribuait des documents d’information sur le Falun Dafa et la persécution.

La police a confisqué les documents et sa carte d’identité. Puis, ils ont saccagé son domicile et confisqué les livres du Falun Dafa et les documents d’information. Ils ont extorqué 9 000 yuan à son fils le jour suivant.

Mme Zhu a été de nouveau arrêtée le 10 janvier 2014 par les agents du poste de police de la rue de Longtou alors qu’elle distribuait les documents de Falun Dafa sur une route de Pékin.

La police a saccagé son domicile cette nuit-là et confisqué plusieurs de ses effets personnels, y compris un lecteur MP3 et MP4, les livres du Falun Dafa et deux cartes de dépôt de banque. Ils ont également extorqué une somme inconnue d’argent à son fils

Le Falun Dafa rétablit sa santé

Mme Zhu avait pris sa retraite de sa carrière d’enseignante lorsqu’elle a appris le Falun Dafa en 2003. Auparavant, elle avait souffert d’insomnie et de problèmes de gorge, d’estomac et de vésicule biliaire. Elle avait également souffert de problèmes rénaux. Ses symptômes ont disparu peu de temps après avoir commencé à pratiquer.

Témoin de la transformation incroyable de Mme Zhu, de nombreuses personnes de sa famille et ses amis ont cru au pouvoir curatif du Falun Dafa. Son mari et son beau-frère ont également connu des améliorations de la santé, qu’ils ont attribuées à leur foi et au soutien envers le Falun Dafa.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/15/2045.html

Version chinoise : 昆明市退休教师面临非法开庭

Un professeur du lycée de Tianjin, Mme Cong Huiyun, est décédée il y a un an, suite à la torture dans un camp de travail

Écrit par un correspondant de Tianjin, Chine

(Minghui.org) Mme Cong Huiyun, pratiquante de Falun Gong et excellent professeur au lycée N° 102 de Tianjin, est décédée il y a un an, en juillet 2013, à l’âge de 64 ans. Mme Cong a été condamnée à une peine de travaux forcés de trois ans en septembre 2002 pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong. Elle a été torturée, s’est vue injecter des drogues inconnues, et est restée handicapée suite à l’épreuve subie dans le camp de travail. Elle est devenue paralysée et grabataire en 2012 et est décédée un an plus tard.

Alors qu’elle était détenue dans le camp de travaux forcés de Banqiao, Mme Cong Huiyun a été privée de sommeil et forcée à rester debout pendant de longues périodes. Ses jambes ont enflé et elle ne pouvait plus enfiler son pantalon.

Mme Cong n’avait droit qu’à deux heures de sommeil par nuit et était contrainte à effectuer un travail épuisant pendant la journée. Elle a souvent été forcée à subir des prises de sang et s’est vue injecter des médicaments inconnus. En conséquence, ses mains et ses pieds sont devenus engourdis. À la fin de ses trois années de prison, elle ne pouvait plus marcher et son poids avait chuté de plus de 15 kilos. Elle était émaciée et faible.

Mme Cong n’a jamais recouvré la santé après sa sortie de prison et son état a continué à se détériorer et en 2012, elle était grabataire et ne pouvait plus se prendre en charge. Sa fille était à l’étranger et son mari était le seul à s’occuper d’elle.

Le lycée 102 de Tianjin a réduit la pension de Mme Cong de moitié, loin des 4 000 yuan qu’elle était censée obtenir. Par conséquent, son mari n’a pas pu se permettre d’embaucher une aide familiale. Bien que faisant de son mieux pour s’occuper de Mme Cong, ses besoins dépassaient ce qu’il pouvait offrir. Elle a développé des escarres qui se sont finalement infectés et elle est décédée en juillet 2013.

Historique

Mme Cong Huiyun était professeur au lycée N°102 de Tianjin. Elle a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1994. Elle était une excellente enseignante, prenant sur son temps pour aider ses élèves à s’améliorer, alors que de nombreux enseignants augmentaient leurs revenus en donnant des cours particuliers en dehors de l’école. Elle était très respectée et appréciée à la fois des élèves et de leurs parents.

Lorsque le Parti communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Gong en 1999, Mme Cong est allée faire appel auprès des autorités et a été illégalement détenue au poste de police local. Elle a été rétrogradée parce qu’elle refusait de renoncer à sa croyance. On l’a forcée à travailler dans l’usine de l’école pour un salaire réduit. Le directeur de l’école était contrarié et en colère contre Mme Cong parce qu’elle restait fidèle à sa croyance et il a collaboré avec la police pour l’envoyer dans un camp de travaux forcés en septembre 2002.

Résumé des principaux faits de persécution :

Nom : Cong Huiyun (丛慧云)

Sexe : Féminin

Âge : 64 ans

Adresse : Inconnue

Profession : Professeur au lycée N° 102 de Tianjin

Date de la mort : Juillet 2013

Date de la dernière arrestation : Septembre 2002

Dernier lieu de détention : Camp de travail forcé Banquao (板桥劳教所)
Agglomération : Tianjin

Persécution endurée : Privation de sommeil, travaux forcés, lavage de cerveau, condamnation illégale, injections forcées / administration de drogue, détention

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/14/2043.html

Version chinoise : 天津102中学高级教师丛慧云被迫害致死