Le vénérable Maître enseigne le Fa à la conférence de partage d’expériences de Falun Dafa de San Francisco

Écrit par Wang Ying, correspondant de Minghui de San Francisco

(Minghui.org) Le 16 octobre 2014, la conférence de partage d’expériences de Falun Dafa de San Francisco 2014 a eu lieu à l’auditorium Bill Graham Civic dans le centre-ville de San Francisco.


Maître Li Hongzhi parle lors de la conférence

Maître Li Hongzhi est venu et a enseigné le Fa aux 4 000 pratiquants présents pendant environ 2 h et 10 min. Le Maître espère que les disciples de Dafa qui sont venus de Chine pourront rapidement changer leur mentalité pour s’aligner avec celle de la société libre. Le Maître a aussi dit que la persécution qui perdure depuis plus d’une décennie peut sembler chaotique, mais que rien n’arrive par hasard. Ce n’est que si les disciples de Dafa cultivent et pratiquent bien qu’ils pourront déterminer si leur chemin est droit.

Maître Li a été accueilli par une ovation et des applaudissements lorsqu’il est apparu sur scène à environ 10 h du matin et à nouveau à son départ 2 h plus tard.

Au cours de la journée, 12 pratiquants ont partagé leurs expériences sur le fait de bien étudier le Fa, d’abandonner les attachements, d’élever le xinxing, de clarifier les faits sur le Falun Gong et la persécution et d’accomplir leurs rôles en tant que disciples de Dafa.


La salle de conférence à l’auditorium Bill Graham Civic

2a6134867df8
Les pratiquants partagent leurs expériences de cultivation et pratique

Un jeune couple : Sauver les êtres avec un sentiment d’urgence

Mme Li de Toronto a partagé comment elle et son mari cultivent et pratiquent. Le couple a saisi le temps et s’assure de ne pas se relâcher dans leur cultivation et pratique. Agissant conjointement, ils se cultivent pour coopérer de mieux en mieux lorsqu’ils clarifient la vérité directement.

Ils discutent à la fin de chaque journée et résument leurs réussites et les leçons qu’ils ont apprises et trouvent de meilleures manières de dissiper les incompréhensions des gens.

Elle a partagé qu’il est impératif de saisir le temps pour sauver les gens dans le peu de temps qu’il nous est offert. Elle s’oblige à profiter de chaque occasion lorsqu’elle rencontre des Chinois pour les approcher et leur parler et ne pas être freinée par ses conceptions.

Elle a trouvé que le nombre d’occasions et d’expériences augmente avec le volume de ses activités de clarification de la vérité. Elle a dit que tant que nous faisons les choses avec tout notre cœur, ceux que nous rencontrons auront encore plus d’espoir de salut.

Bien équilibrer le travail et la cultivation

Mme Shen de San Francisco a réussi à comprendre que bien jouer son rôle en tant que vendeuse pour un média aide les gens à faire le bon choix pour eux-mêmes. Chacun de ses clients choisit de soutenir Dafa et elle comprend que c’est une chose définitivement importante et significative pour eux. Les clients ont probablement attendu des milliers d’années pour avoir cette occasion de bien se positionner.

Selon elle, signer un contrat n’est pas le seul objectif. Elle croit que les bienfaits que les clients reçoivent sont en proportion avec le volume d’affaires qu’ils font avec le média des pratiquants, parce que leur argent aide le média à avoir plus d’impact en propageant les faits sur Dafa.

Mme Shen a acquis une compréhension plus approfondie de ce que le Maître signifie par exiger que nous sauvions les êtres avec tout notre cœur, car elle a atteint un nouvel état d’équilibre entre le travail et la cultivation.

Expériences de cultivation en faisant la promotion de Shen Yun

Mme Chen de Los Angeles a découvert que personne n’achetait de billets pour Shen Yun même si elle pensait que ses présentations s’étaient bien passées. Elle a réalisé qu’elle était attachée à la jalousie et à se valider elle-même.

Elle avait travaillé fort pour faire en sorte que ses présentations soient parfaites, mais n’avait pas rencontré ni appris à connaître personnellement les gens qui y assistaient. Sa recherche de la perfection provenait de son attachement à la célébrité et à la réputation, pas de la bienveillance.

Elle a aussi réalisé qu’elle n’écoutait pas vraiment les réponses du public et qu’elle n’essayait pas d’entrer en contact avec eux. Ainsi, elle était incapable de les toucher droit au cœur.

Après avoir reconnu et corrigé ses attachements, elle est parvenue à vendre des billets à chacune de ses présentations. Elle comprend qu’aussi fatiguée qu’elle soit, elle ne devrait pas ignorer l’étude du Fa. Chaque présentation est une bataille entre la droiture et la perversité ; nous devons maintenir un bon état de cultivation pour efficacement accomplir nos rôles.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/10/17/146435.html

Version chinoise : 旧金山法会隆重召开 师父亲临讲法

Chine – Méthodes de torture : Ébouillanter avec de l’eau, de l’huile et d’autres liquides (photos choquantes)

Écrit par un correspondant de Minghui de Chine continentale

(Minghui.org)

« Les gardes ont entièrement déshabillé Mme Han Shuhua, ils l’ont suspendue au plafond, puis ils ont versé de l’eau bouillante sur tout son corps. Ses cris déchirants auraient pu faire pleurer n’importe qui, mais ils ne se sont pas arrêtés là – quatre détenus l’ont ensuite jetée par terre et traînée d’avant en arrière jusqu’à ce que toutes ses cloques éclatent. »

- Un témoin oculaire

L’histoire de Han Shuhua n’est pas un incident isolé – en tant que pratiquante de Falun Gong illégalement emprisonnée par le Parti communiste chinois (PCC), toute forme de torture peut être utilisée sur elle afin de la forcer à renoncer à ses convictions.

Cet article se concentre sur une seule arme dans le vaste arsenal de torture du PCC : les liquides brûlants. Dans cette situation des choses banales comme l’eau et la bouillie peuvent devenir aussi meurtriers que n’importe quelle arme.

Les pieds de M. Wang Xinchun

Le 8 janvier 2002, les policiers Wang Shoumin et Min Changchun poursuivaient M. Wang Xinchun alors qu’il distribuait des documents liés au Falun Gong, mais il a réussi à leur échapper la première fois. Il n’a pas été aussi chanceux la deuxième : ils ont fini par l’attraper après qu’il soit tombé dans une rivière glacée.

Sous les ordres du chef, Cui Yuzhong, un policier a versé de l’eau bouillante sur les pieds gelés de M. Wang.

Ce policier a alors sarcastiquement dit à M. Wang : « Regardez comme je vous traite bien. »

Après ce traitement cruel, les pieds et jambes de M. Wang étaient enflés et couverts de cloques. Pour ajouter l’insulte à l’injure, l’agent a terminé en saisissant M. Wang par le col et en le giflant au visage.

Bien que M. Wang ait été libéré plus tard ce soir-là, ses pieds se sont infectés et ont finalement pourri. À 29 ans, aujourd’hui il n’a plus ses deux pieds.


M. Wang Xinchun après avoir eu les pieds gelés ébouillantés avec de l’eau.

La jambe droite de M. Yang Baochun

Pendant l’hiver 2000, M. Yang Baochun a été contraint de rester pieds nus dans la neige à l’extérieur du camp de travaux forcés de Handan parce qu’il refusait de renoncer au Falun Gong. Après avoir été ramené à l’intérieur, un garde a utilisé de l’eau très chaude pour ébouillanter ses pieds glacés, faisant apparaître des cloques. Une infection s’est également développée à son pied droit.

L’infection s’est finalement étendue jusqu’à mettre la vie de M. Yang en danger. Les gardes l’ont finalement emmené à l’hôpital de Handan, où les médecins ont dû l’amputer de sa jambe droite.


M. Yang Baochun faisant la méditation assise avant qu’il ne soit persécuté.

La paralysie de M. Wang Hongrong

Le pratiquant Wang Hongrong de Hefei dans la province du Anhui a été arrêté le 24 septembre 2004, et condamné à huit ans dans la prison de Suzhou. Suite à la torture constante, il a perdu toute sensation de la partie inférieure de son corps en avril 2007.

En réponse à cela, les gardes n’ont fait qu’intensifier la persécution. Ils ont ordonné aux détenus de lui maintenir ses pieds dans une bassine et de verser dessus de l’eau brûlante, suite à quoi ses pieds ont formé un hématome et des cloques. Plus tard, ses pieds ont commencé à s’infecter.


M. Wang Hongrong


Les pieds ébouillantés de M. Wang

M. Wang a été libéré en avril 2007 alors qu’il était à l’article de la mort. À ce moment-là, il n’avait que la peau sur les os et ne pouvait pas contrôler ses selles. Il est décédé le 22 juin 2007, à l’âge de 59 ans.

Le dos de M. Wang Fusheng

Ge Chuanyi, un fonctionnaire du canton de Lechang dans la ville de Weifang, a versé toute une bouilloire d’eau bouillante dans le dos du pratiquant Wang Fusheng, provoquant la formation d’une série d’ampoules allant du haut de ses épaules jusqu’au bas de son dos.

Le lendemain matin, le policier Zhao Mingtao a frappé ces ampoules avec une planche de bois. Du sang et du pus suintaient, lui causant une terrible douleur, une inflammation et finalement des cicatrices.


Cicatrices sur le dos de M. Wang Fusheng

L’invalidité de M. Hu Enkui

M. Hu Enkui, un professeur de physique à l’école secondaire Yicheng du Anhui, a régulièrement fait des séjours dans la prison locale pour la persistance de sa foi dans le Falun Gong.

Un jour, les gardes lui ont maintenu les pieds dans une bassine, dans laquelle ils ont vidé une bouteille remplie d’eau bouillante, le forçant à y laisser ses pieds pendant une période de temps prolongée.

En conséquence, les pieds de M. Hu ont été gravement brûlés, et il a également contracté une périostite des pieds. Ils se sont déformés, et il est maintenant handicapé.


Illustration de torture : Ébouillanter les pieds.

Les cheveux de M. Zhang Shunjie

M. Zhang Shunjie du canton de Wei, province du Hebei, a été arrêté le 25 février 2002. Le chef de la commune de Xiheying a brûlé le visage de M. Zhang avec des cigarettes, puis il a commencé à lui verser de l’eau bouillante sur la tête.

Les cheveux de M. Zhang sont immédiatement partis en morceaux. Il est mort en 2007 suite à la persécution.

Brûlé avec des matières en fusion

« J’ai été privé d’eau et de sommeil, et je n’étais autorisé à uriner qu’une fois par jour et à excréter une fois par semaine. J’étais très somnolent et je dormais souvent entre les passages à tabac des autres détenus. Ils mettaient le feu à des bandes de nylon et laissaient la goutte de liquide fondu tomber sur mes mains et mes avant-bras, entraînant des cloques. J’ai encore des cicatrices à ce jour. »
- Une victime

Plus de récits de persécution

Le garde Yang du centre de détention du canton de Dazu à Chongqing a versé de l’huile chaude sur le dos nu d’un pratiquant.

Des gardes du camp de travaux forcés de Gaoyang ont entrouvert le col d’un pratiquant puis y ont versé de la bouillie brûlante.


Illustration de torture : Verser de l’eau bouillante.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/10/15/146392.html:

Version chinoise : 中共酷刑:开水、热油等浇烫

Santé et espoir reviennent après une vie de ténèbres (Photos)

Écrit par Xia Yun, correspondant de Minghui

(Minghui.org) Mme Cai a été diagnostiquée en 1998, avec un lupus érythémateux disséminé (LED ou lupus) grave. Elle avait 57 ans à l’époque, et aucune des interventions médicales ne pouvait ralentir la progression de l’ostéoporose qui accompagne la maladie. Elle a finalement dû porter un corset orthopédique.

Bientôt, Mme Cai s’est retrouvée en fauteuil roulant. Les médecins lui ont dit qu’elle ne pourrait plus jamais marcher et elle s’est dit : « Ma vie est maintenant une vie de ténèbres totales. »

Elle a dépensé d’énormes sommes d’argent en factures médicales, mais sa condition physique s’est détériorée jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus prendre soin d’elle-même. Cette maladie l’a bouleversée émotionnellement au point où elle a considéré en finir avec la vie.

Cependant, sa vie s’est transformée après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, et elle est maintenant en bonne santé, sans aucune trace du lupus qui l’avait handicapée et confinée à un fauteuil roulant. Ses médecins, sa famille et ses amis disent que son rétablissement complet n’est « rien de moins qu’un miracle. »

8a7b7c2fa5
Mme Cai Ming (à gauche) et son ex-soignante, Mme Lai

Atteinte d’une maladie en phase terminale pendant cinq ans

Mme Cai a été diagnostiquée avec le lupus en 2008, à l’âge de 57 ans, un âge inhabituel pour un tel diagnostic. Quand elle a appris son diagnostic, elle était d’abord optimiste qu’elle pouvait vaincre la maladie et a commencé des traitements agressifs.

Son médecin l’a informée que le lupus affectait plusieurs organes et que les stéroïdes étaient la principale option pour son traitement.

Sa santé a continué à se détériorer, comme ses reins commençaient à flancher et son corps à enfler. Elle a été informée par son médecin qu’une dialyse serait nécessaire sous peu. Comme la maladie progressait, elle a attrapé plusieurs maladies, au point où elle devait prendre une quantité excessive de médicaments.

Apprendre le Falun Gong

Au désespoir, Mme Cai a songé à consulter un devin et a demandé à Mme Lai si elle pouvait en recommander un.

Mais quand Mme Lai a demandé à son mari s’il connaissait des devins, il a répondu : « Pourquoi consulter un devin ? Elle n’a même pas essayé de lire le Zhuan Falun, le livre principal du Falun Dafa »

Mme Lai et son mari, M. Lin, sont des pratiquants de Falun Dafa. Lorsque M. Lin avait d’abord entendu parler de la situation de Mme Cai, il lui avait rendu visite un certain nombre de fois et l’avait encouragée à apprendre la pratique, mais elle n’avait montré aucun intérêt. Mais quand il a essayé de nouveau, elle a décidé d’apprendre la pratique.

Le 1er septembre 2013, elle a assisté à la première session d’un séminaire de neuf jours du Falun Dafa. Le quatrième jour, Mme Lai a remarqué que Mme Cai pouvait bouger de nouveau les muscles de son visage.

Après avoir terminé la session de neuf jours, elle a immédiatement commencé à se rendre sur le site des exercices en groupe pour faire les exercices. Elle a dit que du moment qu’elle pratiquait du premier au quatrième exercice elle se sentait toujours « très à l’aise, et en tant que tel, j’apprécie vraiment les exercices »

Le premier changement qu’elle a remarqué après avoir fait les exercices pendant cinq jours était que sa vessie et ses intestins fonctionnaient à nouveau normalement.

Elle a progressivement cessé de prendre les médicaments et de se rendre à des consultations, elle a réalisé qu’elle n’en avait plus besoin.

Après avoir pratiqué le Falun Dafa pendant environ sept mois, Mme Cai n’a plus eu besoin d’un fauteuil roulant ou d’autres dispositifs d’aide à la mobilité. Elle pouvait se déplacer de façon autonome et pouvait monter plusieurs volées d’escaliers.

Ses voisins, sa famille et d’autres ont remarqué ses changements et lui ont demandé ce qui se passait. Elle a expliqué : « Je pratique le Falun Dafa ! »

Son chauffeur a dit à Mme Lai : « Mme Cai doit vraiment être reconnaissante envers toi pour tous tes excellents soins » Mme Lai a répondu : « Elle ne devrait pas me remercier, mais plutôt notre Maître. » Elle a expliqué que Mme Cai avait récupéré après avoir pratiqué le Falun Dafa, et que son chauffeur s’était également intéressé à pratiquer le Falun Dafa

Mme Cai sait que le Falun Dafa a transformé sa vie lugubre en lui apportant espoir et couleur.

Elle a précisé : « Je suis reconnaissante envers Maître Li de m’avoir sortie de l’enfer et de m’avoir donné une seconde vie. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/10/8/146295.html

Version chinoise : 扭转黑暗人生的神迹(图)

Allemagne : Une « Journée d’information » attire du soutien pour mettre fin aux prélèvements forcés d’organes en Chine

Écrit par un pratiquant de Falun Gong d’Allemagne

(Minghui.org) Des habitants de la région et des touristes des villes allemandes de Cassel, Ulm et Hanovre ont eu la chance de rencontrer les pratiquants de Falun Gong pendant plusieurs week-end en août et de s’informer sur la persécution en Chine – en particulier les prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers d’opinion, principalement des pratiquants de Falun Gong.

Lors de ces « Journées d’information » (infotag, une méthode généralement utilisée par les Allemands pour éveiller les consciences sur les droits de l’homme ou des questions liées aux œuvres de charité), les passants se sont arrêtés devant les tables des pratiquants sur la Koenigsplatz de Cassel, à Ulm et à Kröpcke dans le centre de Hanovre.

En entendant parler des prélèvements forcés d’organes soutenus par l’État en Chine, beaucoup de gens ont signé la pétition de DAFOH (Doctors Against Forced Organ Harvesting, en français Médecins contre les prélèvements forcés d’organes) 2014, qui appelle les Nation Unies à initier des enquêtes approfondies et vise à mettre fin aux prélèvements forcés d’organes.

Les médias en parlent en profondeur

À Cassel, les activités des pratiquants ont attiré une couverture médiatique. Le journal HNA.DE a publié un article exhaustif sur le Falun Gong et la persécution en Chine.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-01
L’article de HNA.DE sur les activités des pratiquants de Falun Gong à la Koenigsplatz de Cassel

Intitulé « Comment se purifier – Les membres du mouvement Falun Gong clarifient les choses lors d’une journée d’activité à la Koenigsplatz », l’article présente le Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa) comme une pratique de cultivation et de méditation de l’école de Bouddha. L’article cite un pratiquant discutant des principes du Falun Dafa : « Les pratiquants adhèrent au principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance… Le Falun Dafa est un processus de purification de l’esprit et du corps… Ceux qui respectent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance obtiennent des bienfaits physiques et une sagesse spirituelle. »

L’article parlait aussi des 15 années de persécution en Chine : « Beaucoup [de pratiquants en Chine] ont perdu leur emploi et leur famille ont été brisée. Mais le pire crime sont les prélèvements systématiques d’organes. Parfois sans anesthésie, les prisonniers d’opinion, dont 80 % sont des pratiquants de Falun Gong, voient leur organes prélevés. »

L’article se terminait avec les coordonnées des pratiquants locaux ainsi que les horaires et l’emplacement des points de pratique des exercices en groupe.

Une campagne de signature récolte de la bonne volonté

La Koenigsplatz est le centre de la ville de Cassel dans le land de Hesse dans le nord de l’Allemagne. Lors de l’Infotag des 9 et 10 août, beaucoup de gens ont été scandalisés d’entendre parler des prélèvements d’organes encouragés par l’État en Chine.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-02
Des gens àCassel signent la pétition DAFOH 2014 pour appeler à la fin des prélèvements forcés d’organes en Chine.

Un Allemande a dit aux pratiquants qu’elle ne pouvait croire que des crimes aussi terribles se produisaient en Chine. En apprenant les faits, elle a signé la pétition DAFOH. Peu de temps après, elle est revenue à la table des pratiquants avec trois amis qui ont aussi signé la pétition. Une autre jeune femme est aussi venue à deux reprises à la table des pratiquants avec des amis pour accroître le soutien aux efforts de mettre fin aux prélèvements forcés d’organes en Chine.

Un jeune homme chinois a tenu une longue conversation avec les pratiquants. Il a souligné à maintes reprises qu’il ne pouvait pas imaginer que ces crimes de prélèvements d’organes se produisaient en Chine. Les pratiquants lui ont expliqué que tous les médias en Chine étaient contrôlés par le Parti communiste chinois (PCC) et qu’il était impossible de lire cela en Chine. Le jeune homme les a remerciés et a pris des documents d’information.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-03
Les gens à Ulm signent la pétition DAFOH 2014 appelant à la fin des prélèvements forcés d’organes en Chine.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-04
Une femme à Hanovre réagit en lisant des informations sur les crimes des prélèvements d’organes sur des prisonniers d’opinion perpétrés par le PCC.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-05
Le 16 août, trois jeunes femmes ont exprimé leur préoccupation en lien avec la persécution à Hanovre.

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-06
Le 16 août, un groupe de jeunes hommes de la République de Serbie ont soutenu la campagne de signatures à Hanovre

2014-8-26-minghui-falun-gong-germany-07
Une femme lit silencieusement un dépliant du Falun Gong à Hanovre près d’une banderole qui déclare : « Le monde a besoin d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance ».

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/8/30/2761.html

Version chinoise : 德国多个城市举办真相信息日

576 pratiquants de Falun Gong ont été jugés, 235 ont été condamnés dans la première moitié de 2014

(Minghui.org) Dans la première moitié de 2014 seulement, 576 pratiquants de Falun Gong ont été jugés dans les tribunaux du régime communiste chinois, et 236 ont été condamnés à la prison. Au total, 345 avocats ont aidé les pratiquants accusés à plaider non coupables, mais ils ont souvent rencontré différentes formes d’interférence de la part des autorités. Malgré les menaces (telles que la révocation de leurs licences d’exercice), certains avocats ont tout de même défendu les droits de liberté de croyance de leurs clients.

Survol des cas de poursuite du Falun Gong

Selon des statistiques disponibles telles que publiées par Minghui, dans la première moitié de 2014, au total 312 cas impliquant 576 pratiquants de Falun Gong ont été jugés dans 272 tribunaux à travers les 24 provinces et 4 municipalités sous contrôle direct.

143 des 312 cas sont déjà fermés avec la condamnation de tous les pratiquants impliqués. Le reste des 169 cas concernant 340 pratiquants est toujours en suspens.

41% des pratiquants (236 des 576) ont été condamnés à une moyenne de 4 ans et 4 mois de prison. Presque deux tiers de ceux-ci (150 de 236) ont fait appel de leur condamnation illégale.

Au total, 345 avocats de la défense ont été engagés pour plaider non coupable dans 147 cas du Falun Gong (représentant 47% des 312 cas au total). Cependant, le Parti communiste chinois (PCC) a eu recours à des tactiques en sous-main pour rendre difficile la représentation légale des avocats. Un pourcentage sidérant de 76% (112 de 147) des cas ont subi différentes formes d’interférence.

Le tableau suivant montre la distribution des cas du Falun Gong par province.

Distribution des cas du Falun Gong par province
dans la première moitié de 2014
Source : minghui.org

Province/

municipalités

Nombre de cas

de Falun Gong

Nombre de pratiquants impliqués Nombre de cas ayant plaidé non coupable Nombre de cas ayant rencontré l’interférence

du PCC

Liaoning 54 116 24 22
Sichuan 25 44 13 9
Hebei 24 35 15 13
Jilin 20 42 11 11
Heilongjiang 16 34 5 4
Henan 15 26 9 7
Guangdong 13 19 9 6
Hunan 13 17 2 2
Shandong 13 20 6 5
Shanghai 11 12 4 4
Chongqing 10 17 4 2
Gansu 10 22 4 1
Hubei 10 21 6 5
Jiangsu 10 17 4 3
Zhejiang 10 12 4 2
Jiangxi 8 15 7 4
Shanxi 8 13 3 2
Tianjin 7 12 3 2
Guizhou 6 14 2 2
Anhui 5 16 0 0
Pékin 5 14 2 1
Mongolie intérieure 5 10 3 1
Yunnan 4 9 1 0
Xinjiang 3 6 2 2
Ningxia 2 3 1 1
Qinghai 2 2 0 0
Shaanxi 2 5 2 1
Fujian 1 3 1 0
Grand Total 312 576 147 112

La province du Liaoning est en tête en tant que pire endroit pour les pratiquants dans chacune des quatre catégories : nombre de cas, nombre de pratiquants impliqués, nombre de cas ayant plaidé non coupable et nombre de cas affectés par l’interférence du PCC. Le Sichuan arrive loin derrière au second rang, avec moins de la moitié des cas de poursuite judiciaire du Falun Gong en comparaison du Liaoning.

15 provinces ont engagé des poursuites des cas du Falun Gong à deux chiffres, tandis que le reste des unités provinciales était à un chiffre. Le nombre de pratiquants touchés varie entre 2 (province du Qinghai) et 116 (province du Liaoning).

Le tableau révèle aussi une tendance : plus il y a de cas du Falun Gong ayant plaidé non coupable, plus il y a d’interférence du régime communiste.

Interférences du PCC

Tel qu’indiqué dans le tableau ci-dessus, les pratiquants de Falun Gong de 24 provinces ont subi l’interférence du PCC dans leur cas, avec la province du Liaoning étant la pire, suivie du Hebei, Jilin et Sichuan.

Selon des rapports soumis à Minghui, au total 12 tactiques d’interférences ont été utilisées pour essayer d’empêcher les avocats de la défense des pratiquants de Falun Gong de plaider non coupable. Certaines des interférences arrivent des jours ou des mois avant le procès.

Des 112 cas affectés par l’interférence du PCC, 19 cas (16,9%) ont vu des interférences avant le procès, 52 cas (46,4%) ont eu des problèmes au cours du procès et 41 cas (36,6%) ont rencontré des obstacles avant et au cours du procès.

Les tactiques précédant les procès tombent dans quatre catégories : forcer les familles des pratiquants de Falun Gong à licencier leurs avocats ; menacer les avocats pour qu’ils ne défendent pas les pratiquants de Falun Gong ; bloquer l’accès aux documents légaux par les avocats de la défense ; et renvoyer délibérément ou ne pas notifier aux avocats de la défense la date et l’heure du procès.

Tel qu’illustré dans le graphique 1, empêcher l’accès aux documents légaux est la tactique la plus couramment utilisée avant le début du procès, ce qui affecte 52% des cas. Sans une connaissance adéquate des cas de leurs clients, les avocats de la défense font face à des défis sérieux. (Les pourcentages ne font pas 100% au total parce que beaucoup de cas sont assujettis à plus d’une forme d’interférence.)

20140901fr01
Les tactiques au cours du procès sont sous huit différentes formes : tenir des procès en secret ; imposer une lourde sécurité pour restreindre l’entrée du public dans la salle du tribunal ; limiter le nombre de membres de la famille qui peut assister au procès ; envoyer des agents pour occuper les sièges de la salle du tribunal ; créer des interférences dans les coulisses pour empêcher les avocats d’assister à l’audience ; les juges empêchent les avocats de vérifier la preuve du procureur du ministère public ; les juges empêchent les avocats de présenter leur défense (par exemple, les interrompre ou leur interdire de parler) ; et les juges empêchent les pratiquants de témoigner.

Le graphique 2 illustre les pourcentages des cas qui ont rencontré différentes formes d’interférence au cours de la procédure judiciaire. Dans 59% des cas, les membres de la famille ont eu un nombre limité de places allouées durant le procès. (De nouveau, en raison des multiples obstacles qui sont placés dans un seul cas, le total des pourcentages dépasse 100.)

20140901fr02

Représailles du PCC à l’encontre des avocats de la défense

Certains avocats de la défense ont courageusement brisé toutes les interférences du PCC et ont réussi à défendre les droits des pratiquants de Falun Gong. Cependant, beaucoup d’entre eux ont fait l’objet de représailles du PCC après le procès. Par exemple, en mai 2014, le Bureau de la justice a refusé de renouveler les licences d’exercice des avocats Li Guobei et Zhang Keke après qu’ils aient défendu Cui Hongwen, un pratiquant de Falun Gong, et a fait appel à la Cour suprême pour interdire de rencontrer leurs clients. Ils ont finalement obtenu le renouvellement de leurs licences d’exercice après avoir entamé une grève de la faim.

Articles liés (en chinois) :

2014上半年 非法审判与无罪辩护

2014上半年中共法庭阻止律师无罪辩护案例

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/8/15/2521.html

Chine – On présume un pratiquant d’avoir succombé au prélèvement d’organes il y a dix ans

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Liaoning

(Minghui.org) M. Fan Xuejun est mort en conséquence de la persécution lors de son incarcération il y a 10 ans. En inspectant son corps, sa famille a soupçonné que sa mort était liée au prélèvement d’organes. Cependant, sous la pression énorme, ils n’ont pas eu le courage de révéler leurs conclusions à l’époque.

La famille suspecte le prélèvement d’organes

Après que M. Fan Xuejun soit décédé le 12 septembre 2004, dans la prison de Huazi de l’agglomération de Liaoyang, sa famille a vu son corps. Il portait tellement de coupures qu’il semblait avoir été disséqué, et il y avait un trou béant dans la région de sa taille.

Les autorités pénitentiaires ont déclaré que M. Fan s’était suicidé et ils ont interdit à sa famille de le voir à nouveau. Ils ont également surveillé de près les pratiquants emprisonnés pour empêcher la sortie de toute information sur la mort de M. Fan.

Licencié et illégalement condamné

M. Fan résidait dans le district de Huanggu à Shenyang. Il travaillait dans un hôtel comme boulanger. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995, il est devenu une meilleure personne et avait la confiance de ses supérieurs et de ses collègues.

M. Fan a appelé à la justice pour le Falun Gong peu de temps après le début de la persécution en 1999. Suite à cela, il a été arrêté, détenu dans le cinquième centre de détention de la ville de Shenyang, et contraint à des sessions de lavage de cerveau dans le camp de travaux forcés de Longshan. Pour couronner le tout, son entreprise l’a licencié.

Deux ans plus tard, il a de nouveau été arrêté et condamné à sept ans dans la prison de Huazi, où il est mort. En prison, M. Fan a été torturé et forcé à faire le travail de plusieurs personnes.

Craignant les représailles, ceux qui savaient ce qui est arrivé à M. Fan ne se sont pas manifestés. Aujourd’hui, dix ans plus tard, la vérité sur la mort de M. Fan a été révélée. Malheureusement, les témoignages suggèrent que les organes internes de M. Fan ont été prélevés sans son consentement.

Résumé des principaux faits de la persécution :

Nom : Fan Xuejun (范学军)
Sexe : masculin
Âge : inconnu
Adresse : rue Weihe, district de Huanggu, Shenyang
Profession : boulanger à l’hôtel Mudanting
Date de la mort : le 12 septembre 2004
Date de la dernière arrestation : juillet 2001
Dernier lieu de détention : Prison de Huazi (铧子监狱)
Agglomération : Shenyang
Province : Liaoning
Persécution endurée : travail forcé, lavage de cerveau, condamnation illégale, emprisonnement, torture, licenciement, détention.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/8/28/2727.html

Version chinoise : 沈阳市范学军十年前疑被活摘器官致死