Une tournée en voiture dans le Queensland, Australie, sensibilise le public et les médias à la persécution en Chine

(Minghui.org) La meilleure façon de mettre fin à l’injustice est de la faire connaître. Deux tournées en voiture ont débuté dans le Queensland, en Australie, le 22 septembre, avec pour mission de sensibiliser le public aux prélèvements d’organes programmés par l’État sur des pratiquants de Falun Gong en Chine.

Une équipe a pris la route du sud et a visité Stanthorpe, et l’autre équipe a visité trois villes dans le nord du Queensland, Gympie, Hervey Bay et Bundaberg.

Les tournées en voiture ont attiré l’attention des médias locaux et ont été chaleureusement soutenues par les habitants à chaque arrêt. Les gens ont été particulièrement touchés par l’expérience de l’une des participantes à la tournée en voiture, Anne Zhao, qui a été torturée en Chine pour avoir maintenu sa croyance dans le Falun Gong.

2016-9-24-queensland-01
Un journaliste du Gympie Times, un journal local, interviewe les pratiquants de Falun Gong.

Au premier arrêt sur la route du nord, le Gympie Times, un journal local, a interviewé les pratiquants. Horrifié par les prélèvements forcés d’organes par le régime communiste chinois sur des pratiquants de Falun Gong encore vivants, le journaliste a demandé des informations détaillées. Anne a dit au journaliste à quel point elle avait été battue avec des matraques électriques et attachée à une armature de fer dans une prison chinoise, seulement parce qu’elle a refusé de renoncer au Falun Gong.

Le journaliste a été surpris du peu de connaissances qu’il avait à propos du Falun Gong et de la persécution. Il a remercié les pratiquants pour l’organisation de la tournée en voiture et a promis de partager les informations.

2016-9-24-queensland-02
WIN TV à Hervey Bay interviewe des pratiquants.

La journaliste de WIN TV à Hervey Bay, a également été consternée par les atrocités des prélèvements d’organes. Les pratiquants ont montré à la journaliste des données récentes recueillies par des enquêteurs indépendants, qui ont compilé les statistiques de 700 hôpitaux chinois montrant que des milliers de pratiquants de Falun Gong en Chine ont été tués pour leurs organes depuis 2000.

La journaliste a aussi demandé à Anne Zhao des détails sur son expérience de la persécution. Au moment de partir, elle a dit aux pratiquants qu’elle admire leur esprit. Elle sent qu’ils sont en train de faire une grande chose en informant les Australiens d’un tel événement majeur.

La journaliste a demandé aux pratiquants de rester en contact et de la tenir au courant des développements en Chine. Elle a dit que ses collègues et elle vont faire de leur mieux pour transmettre les informations sur ce qui se passe en Chine.

2016-9-24-queensland-03
4BU Radio à Bundaberg interviewe les pratiquants.

Le gouvernement municipal de Bundaberg a soutenu avec enthousiasme la tournée en voiture. Ils ont organisé une conférence de presse, pour les pratiquants, à l’endroit le plus fréquenté de la ville et ont informé les médias locaux.

La station de radio 4BU a reçu le communiqué de presse et a interviewé les pratiquants. La journaliste a été attristée que tant de gens innocents soient tués au cours de la dernière décennie et était particulièrement inquiète que si peu de gens soient au courant. Elle a promis d’en parler à son auditoire de la radio sur ce qui se passe en Chine.

De nombreux habitants ont dit aux pratiquants qu’ils ont entendu parler de la tournée en voiture aux informations de la nuit précédente et ils soutiennent fortement la résistance pacifique des pratiquants contre les prélèvements forcés d’organes.

Une habitante a déclaré : « Certaines personnes ne veulent pas entendre de mauvaises nouvelles d’un pays aussi loin d’eux. C’est triste qu’ils ne veuillent pas savoir. Le silence des gens bien fait que la perversité est plus effrénée. »

La femme a ajouté qu’elle admire l’esprit et les efforts des pratiquants. « Votre persévérance va stopper la perversité. Continuez votre bon travail », a-t-elle encouragé les pratiquants.

2016-9-24-queensland-04

2016-9-24-queensland-05
La tournée en voiture s’arrête à Stanthorpe. Le journal local Stanthorpe Border Post a interviewé les pratiquants. Beaucoup de gens ont signé la pétition pour condamner la persécution en Chine.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/26/159302.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/25/335463.html

Ottawa, Canada : Des manifestations du Falun Gong accueillent la visite du premier ministre chinois Li Keqiang

Écrit par un pratiquant de Falun Gong au Canada

(Minghui.org) Les 21 et 22 septembre, les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés à Ottawa, la capitale du Canada, pour demander au premier ministre chinois en visite, Li Keqiang, d’aider à faire cesser la persécution du Falun Gong. Ils ont tenu de grandes banderoles avec les mots : « Falun Dafa est bon », « Traduire Jiang Zemin en justice » et d’autres encore au cours de sa visite.

Le Falun Gong (aussi connu comme Falun Dafa) a été rendu public en 1992 en Chine et il est devenu très populaire dans les années qui ont suivi à cause de ses merveilleux bienfaits pour la santé et ses bienfaits spirituels. Les pratiquants suivent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans leur vie quotidienne.

En 1999, Jiang Zemin, alors à la tête du Parti communiste chinois (PCC), a lancé la brutale persécution en se servant de tout l’appareil de l’État, rempli de jalousie à cause de la popularité du Falun Gong et à cause de sa paranoïa de perdre le contrôle. La persécution en cours a mené à la mort de nombreux pratiquants, notamment tous ceux qui sont tués pour les prélèvements d’organes organisés par l’État du PCC sur des pratiquants vivants en Chine.

Les pratiquants ont saisi l’occasion pour sensibiliser les gens à la persécution ayant cours lors de la visite du premier ministre. Ils se sont tenus devant l’Hôtel Westin à Ottawa où le premier ministre chinois Li Keqiang séjournait, sur la Colline du Parlement où il a rencontré le premier ministre canadien Justin Trudeau et à l’extérieur du Canadian Museum of History où Li Keqiang a eu un dîner avec le premier ministre Trudeau.

2016-9-21-ottawa-01
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles devant l’Hôtel Westin à Ottawa.

2016-9-21-ottawa-02
Le cortège de Li Keqiang rencontre les pratiquants de Falun Gong sur son chemin menant à la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-03
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles devant la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-04
Des touristes passent devant les manifestations sur la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-05
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles sous la pluie devant le Canadian Museum of History, attendant le cortège de Li Keqiang, après son dîner avec le premier ministre Trudeau.

Une députée a commenté l’événement et soutenu les efforts dans l’opposition à la persécution. De nombreux touristes ont accepté les documents d’information sur le Falun Gong et se sont exprimés contre la persécution après avoir appris les faits.

L’ambassade chinoise avait organisé un « groupe d’accueil » officiel comprenant des Canadiens, marchands et étudiants chinois rémunérés. Ils se sont tenus près d’une ligne de division les séparant du groupe du Falun Gong. Les deux côtés exprimaient leurs salutations au premier ministre chinois de leur propre manière. Des Chinois du groupe d’accueil ont été d’accord pour démissionner du Parti communiste et de ses organisations affiliées après que les pratiquants leur ont fait voir la vraie nature du Parti.

Une députée canadienne : « Je vous soutiens ! »

2016-9-21-ottawa-06
La députée Karen McGrimmon (à gauche), pose pour une photo avec une pratiquante de Falun Gong.

Une pratiquante a marché jusqu’à un endroit près de la Colline du Parlement et a rencontré la députée Karen McGrimmon de Kanata-Carleton. La députée Karen McGrimmon lui a dit : « Votre événement est bien organisé. Je vous soutiens ! »

La députée Karen McGrimmon a dit qu’elle devait aller à une réunion et qu’elle parlerait du Falun Gong lors d’un rendez-vous plus tard.

Un photographe de recherche : « Je vous soutiens ! »

2016-9-21-ottawa-07
Paul Lauzon, un photographe de recherche

Paul Lauzon, un photographe de recherche, a dit :« Je soutiens vos efforts contre la persécution et les poursuites judiciaires contre Jiang. » Il a indiqué que le gouvernement canadien devrait exercer plus de pression sur le gouvernement chinois parce que le régime du PCC ne veut pas arrêter la persécution, particulièrement les prélèvements d’organes à vif pour le profit. Le régime du PCC a peur des gens qui se réunissent et qui représentent un défi. Il a observé qu’il n’y a pas de liberté en Chine et a suggéré que c’était une des raisons pourquoi tant de Chinois immigrent au Canada.

Un couple hongrois : « Nous espérons aider à arrêter la persécution »

Un couple hongrois a vu les pratiquants de Falun Gong devant la Colline du Parlement et a été informé de la persécution en Chine. Ils sont ensuite allés vers le groupe d’accueil et ont écouté leurs explications.

Ils sont revenus vers les pratiquants avant de partir. La femme, Anna Maria, a dit : « Je n’avais jamais entendu parler du Falun Gong. Aujourd’hui, je vois tellement de pratiquants faisant la démonstration des exercices et tenant des banderoles. Je veux en apprendre plus au sujet de la pratique. La persécution en Chine, particulièrement le prélèvement d’organes à vif, est horrible. »

« Je pense que le peuple chinois devrait se lever pour protester contre la persécution du Falun Gong. Si ce n’est pas suffisant, les autres pays et les organisations internationales devraient intervenir et aider les pratiquants à arrêter la persécution. »

2016-9-21-ottawa-08
Omar (à gauche), Vincent (au milieu) et Alexandre (à droite), des étudiants de Québec, devant le Canadian Museum of History

Omar Livoie est étudiant à une école de préparation universitaire à Québec. Ses deux collègues et lui sont allés visiter le musée canadien ce jour-là et ils ont vu les pratiquants avec leurs grandes banderoles. Pendant qu’il écoutait un pratiquant expliquer les faits, il traduisait en français pour ses collègues. Omar et ses collèges ont dit que les pratiquants de Falun Gong devraient avoir la liberté de pratiquer partout dans le monde.

Les trois étudiants soutenaient les efforts des pratiquants contre la persécution. Ils ont crié deux fois ensemble : « Arrêtez la persécution ! »

Des Chinois dans le groupe d’accueil démissionnent du Parti

2016-9-21-ottawa-09
Les pratiquants de Falun Gong parlent avec les gens du groupe d’accueil officiel

L’ambassade chinoise a organisé un groupe d’accueil pour qu’il se tienne à côté du groupe du Falun Gong à l’extérieur de l’Hôtel Westin à Ottawa. Une pratiquante se tenant au milieu a expliqué la persécution à une dame d’âge mûr du groupe d’accueil. La pratiquante a dit : « Nous sommes venus, nous aussi, souhaiter la bienvenue à Li Keqiang. Mais nous lui demandons de traduire Jiang Zemin en justice. »

La dame chinoise a dit qu’elle était chrétienne et avait lu les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois et les documents d’information du Falun Gong. Elle était d’accord pour retirer son adhésion en tant que membre de la Ligue de la jeunesse communiste et des Jeunes pionniers. Elle a ensuite quitté le groupe d’accueil.

2016-9-21-ottawa-10
Une pratiquante parle avec un touriste chinois.

2016-9-21-ottawa-11
Une pratiquante sensibilise des touristes à la persécution.

2016-9-21-ottawa-12
Une pratiquante sensibilise des touristes chinois à la persécution.

En rentrant chez lui, un pratiquant a rencontré quelques Chinois, l’un d’eux lui a dit en souriant : « Je vous ai vu au dîner avec le premier ministre chinois. » Le pratiquant a dit qu’il n’avait pas assisté au dîner et que l’homme devait l’avoir pris pour un des invités qui avait assisté au dîner.

Il [le pratiquant] a alors parlé avec les invités chinois qui avaient assisté au dîner de la nature du PCC et de la persécution du Falun Gong. Un des invités a été d’accord pour démissionner du PCC et a dit qu’il aviserait aussi les autres d’en démissionner.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/25/159301.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/24/335426.html

Canada : Le premier ministre chinois voit davantage de rassemblements de Falun Gong

(Minghui.org) Après avoir rencontré des rassemblements de Falun Gong à New York en début de semaine, le premier ministre Li Keqiang a encore vu, vers la fin de la semaine, des manifestations pacifiques du groupe lors de sa visite à Ottawa au Canada.

Sur le chemin de son hôtel jusqu’à la Colline du Parlement, les pratiquants de Falun Gong ont tenu des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Arrêter la persécution », « Traduire Jiang Zemin en justice » et « Falun Dafa est bon ».

2016-9-22-ottawa-01
Les banderoles de Falun Gong devant l’Hôtel Westin, où le premier ministre Li Keqiang a séjourné à Ottawa.

2016-9-22-ottawa-02
Un passant montre son soutien au Falun Gong.

2016-9-22-ottawa-03
Une banderole de Falun Gong devant Rideau Hall, la résidence du gouverneur général du Canada

2016-9-22-ottawa-04
Une démonstration des exercices par les pratiquants de Falun Gong en face de la Colline du Parlement

2016-9-22-ottawa-05
Le cortège de Li Keqiang passe devant les banderoles de Falun Gong devant l’Hôtel Westin

2016-9-22-ottawa-06
Après la visite du Parlement, le premier ministre Li Keqiang a encore vu, sur l’avenue Wellington, la manifestation pacifique du groupe du Falun Gong.

Jeudi, les députés du Parlement canadien Peter Kent et Jason Kenney se sont adressés au rassemblement du Falun Gong devant la Colline du Parlement. Ils ont demandé à Li Keqiang d’aider à traduire l’ancien chef communiste, Jiang Zemin, en justice pour ses crimes de persécution du Falun Gong.

2016-9-22-ottawa-07
Le député Jason Kenney au rassemblement serrant la main des pratiquants.

Jeudi, Jason Kenney, qui siège à la Chambre des communes depuis dix-neuf ans, a crié en chinois : « Falun Dafa est bon ! » au rassemblement. Il a exigé que le premier ministre chinois respecte les droits de l’homme des Chinois.

Le député Jason Kenny a remercié les pratiquants de Falun Gong de transmettre l’important message qui rappelle aux Canadiens de ne pas tenir les droits de l’homme et la liberté pour acquis.

2016-9-22-ottawa-08
Le député Peter Kent livre un discours lors du rassemblement devant la Colline du Parlement.

Peter Kent, le président de Parliamentary Friends of Falun Gong (Parlementaires Amis du Falun Gong), a parlé au sujet des poursuites judiciaires contre Jiang Zemin, qui, en tant que chef du Parti communiste chinois à ce moment-là, a lancé la persécution du Falun Gong en 1999 et l’a personnellement dirigée.

Le député Peter Kent a dit que les crimes de Jiang Zemin ont été enregistrés en détails et plus de 200 000 pratiquants de Falun Gong ont déposé des actions en justice contre lui depuis mai 2015.

Il a exhorté le gouvernement chinois à inculper Jiang Zemin et à arrêter la persécution du Falun Gong.

Il y a un mois, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a reçu 120 000 signatures avant son voyage pour le Sommet du G20 en Chine, qui l’exhortaient à aborder le sujet du Falun Gong lors de sa rencontre avec les chefs chinois.

Jeudi, plusieurs résidents locaux et touristes de tous les milieux ont vu la manifestation du Falun Gong devant la Colline du Parlement.

Brustolin Juliano du Brésil s’est arrêté lors du rassemblement pour montrer son soutien. Il a dit qu’il avait vu des activités de Falun Gong dans son pays natal. Il a signé la pétition au rassemblement condamnant la brutale persécution.

Une visiteuse d’Écosse, Joyce Symon, a dit qu’elle n’avait jamais entendu parler des prélèvements d’organes organisés par l’État sur des pratiquants de Falun Gong en Chine. Outragée, elle a dit qu’il est très important pour les gens de savoir ce qui se passe et elle a signé la pétition aussi.

Une conseillère juridique senior du gouvernement canadien, Anne Clark, a dit qu’elle avait vu les manifestations pacifiques du groupe plusieurs fois. Elle croit que le premier ministre canadien a la responsabilité d’aborder les sujets des droits de l’homme dans tous les pays, y compris la Chine, parce que protéger les droits de l’homme est une des valeurs de base du Canada.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/24/159288.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/23/335397.html

J’ai enduré une torture inhumaine dans la prison pour femmes de Shanghai

Écrit par Mme Sun Zhuoying, pratiquante de Falun Gong à Shanghai, en Chine

(Minghui.org) Mme Sun Zhuoying a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir, le 13 mai 2011, accroché une banderole commémorant la 12e journée mondiale du Falun Dafa.

Lors de son incarcération à la prison pour femmes de Shanghai, la femme de 65 ans s’est vue infliger des tortures inhumaines pour son refus de renoncer à sa foi en Falun Dafa, discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Elle a subi en conséquence de graves atteintes à sa santé.

Après sa libération en mai 2016, Mme Sun a écrit le récit suivant de son expérience.

Enveloppée dans du ruban d’étanchéité et violemment battue

Un jour en prison j’ai crié : « Falun Dafa est bon ! » La capitaine de la prison l’a appris et a ordonné à des détenues de me fourrer un chiffon sale dans la bouche et de m’envelopper dans des couches de ruban d’étanchéité – ma bouche, mes oreilles, ma tête, mes jambes et mes pieds, les mains liées derrière le dos.

Elles ont battu ma tête avec des objets lourds tout en m’insultant. Cela a duré environ deux heures jusqu’à ce que je m’évanouisse.

Les coups m’ont fait saigner abondamment et devenir incontinente. J’ai été transférée à l’hôpital carcéral de la ville de Shanghai.

Forcée à rester debout dix-huit heures par jour

Après avoir été ramenée à la prison, la capitaine m’a parlé tous les jours. Elle m’a ordonné d’écrire une déclaration abjurant ma croyance en Falun Dafa. J’ai refusé et j’ai été placée à l’isolement pendant plusieurs jours.

Dans la cellule, j’étais forcée de me tenir debout dix-huit heures par jour de 05h30 jusqu’à minuit, face à un mur. On m’accordait deux pauses de 10 minutes pour le déjeuner et le dîner. Les détenues me maudissaient constamment, m’insultaient et me battaient.

Quelques jours plus tard, elles m’ont forcée à rester immobile en position accroupie dans un petit espace qu’elles avaient tracé sur le sol. Elles ont continué à me maudire, me battre et me donner des coups de pied bien après minuit tous les jours.

Quand elles ont constaté que je n’étais toujours pas ébranlée par leur violence, elles m’ont traînée dehors pour être interrogée par le policier de service.

Traitement fréquent à l’hôpital

Je dormais à côté d’un pot de chambre chaque nuit. Les gardes me permettaient rarement de vider le pot et cela sentait mauvais.

J’étais forcée à me lever à 4h00 chaque jour et on ne me donnait qu’une tasse d’eau pour me nettoyer la bouche et deux pour me nettoyer le visage.

Elles ont fabriqué un petit tabouret spécialement pour moi, qui me serrait les hanches lorsque je m’asseyais dessus.

Deux prisonnières m’ont forcée à écrire une déclaration promettant de renoncer à ma croyance en Falun Dafa. L’une tenait ma main droite et m’a ordonné d’écrire sur un morceau de papier. J’ai refusé et elle a violemment claqué ma main sur la table tandis que l’autre tenait ma main gauche derrière mon dos.

Elles m’ont forcée à dormir sur une planche en bois et m’ont enveloppée dans du ruban d’étanchéité. Elles m’ont ligoté les mains, les pieds et le corps avant d’envelopper mes pieds et mes jambes séparément. Je ne pouvais absolument plus bouger.

Puis elles m’ont recouverte d’une épaisse couverture de coton. C’était l’été et il faisait chaud. J’ai beaucoup transpiré jusqu’à ce que je montre des symptômes de coup de chaleur.

Dans mon délire, je les ai entendues dire : « Elle est en train de mourir. Son visage est pâle et trempé de sueur froide. »

2016-reconstitution-de-torture-01
Reconstitution de torture : Enroulée dans ruban d’étanchéité

Elles me torturaient si sévèrement que j’étais souvent dans un état critique. Elles m’emmenaient à l’hôpital carcéral de Shanghai tous les deux mois. Une fois, j’ai perdu connaissance à l’hôpital en raison d’abondants saignements dans mon estomac.

Lavage de cerveau mensonger

La prison a changé de tactique quand ils ont réalisé que les menaces ne pourraient pas ébranler ma foi. Les gardiennes m’ont mise dans une session d’étude du taoïsme. J’ai été d’accord pour suivre le cours en me disant que ce serait une bonne opportunité de parler du Falun Dafa aux autres détenues.

Je lisais des textes sur le taoïsme le matin et parlais du Falun Dafa au groupe l’après-midi.

Bien que je ne prenais pas ces choses taoïstes aux sérieux, cela allait à l’encontre du principe du Falun Dafa de ne pas suivre deux écoles de cultivation en même temps. Je n’ai pas tardé à payer le prix de mon attitude partagée envers le Falun Dafa.

Lors d’une réunion on m’a ordonné de lire à haute voix un article intitulé « Perdu » écrit par un ancien pratiquant de Falun Dafa. J’ai suivi leur ordre et l’ai lu lors de la réunion. Plus tard, ils ont imité mon écriture et réécrit le mot « Perdu » dans cet article.

Je n’ai pas eu connaissance de leur tromperie jusqu’à ce qu’un jour, une gardienne de prison dise : « Tu as écrit une déclaration promettant d’abandonner la pratique du Falun Dafa il y a longtemps. Cela est sans importance que tu en écrives une seconde. »

Tortures inhumaines en isolement

J’ai été transférée de la section II à la section IV de la prison en 2014. En juin de cette année, les gardiennes ont exigé que toutes les détenues écrivent des déclarations de confession. J’ai écrit la phrase : Je reconnais la peine que j’ai reçue du tribunal.

Un an plus tard, j’ai compris que ma reconnaissance était complètement erronée, j’ai donc écrit une déclaration formelle annulant ma déclaration précédente. Pour cela, j’ai été placée à l’isolement.

Dans la petite cellule, on ne me donnait que deux repas par jour. Parfois, elles me donnaient des nouilles très salées ; d’autres fois, elles me donnaient des nouilles sans sel. J’étais obligée de manger ce qu’elles me donnaient.

On me forçait aussi à rester assise dans le lit jusqu’à minuit tous les jours avant d’être autorisée à dormir. Quand mes surveillantes remarquaient que j’étais somnolente, elles me battaient violemment et me versaient de l’eau froide dans le cou.

Par un hiver très froid elles me retiraient ma couverture toutes les quinze minutes la nuit.

Elles me forçaient à marcher ou à courir dans les deux sens dans la cellule et m’ordonnaient souvent d’écrire un rapport sur mes pensées en un certain laps de temps. Cela arrivait à maintes reprises chaque jour.

Chaque jour, elles m’ordonnaient encore et encore de m’asseoir le dos droit et de regarder la vidéo de la fausse histoire des auto-immolations et de rédiger un rapport sur ce que cela m’inspirait.

J’ai été libérée en mai 2016 et je suis rentrée chez moi

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/18/159204.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/3/333867.html

Une personne de 63 ans à Pékin enfermée dans une cage après sa cinquième arrestation

Écrit par un correspondant à Pékin

(Minghui.org) Le 23 août, une retraitée de 63 ans a été jugée pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

Les deux avocats de Mme Yang Chunxiu ont fait valoir qu’aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong et que la persécution est illégale depuis le début. Ils ont déclaré que leur cliente n’aurait jamais dû être poursuivie pour l’exercice de son droit constitutionnel à la liberté de croyance.

Cinquième arrestation

Mme Yang a été arrêtée le 20 avril de cette année. Avant sa dernière arrestation, elle avait été détenue quatre fois pour sa foi ferme en Falun Gong.

Elle a pris 30 jours de détention criminelle et a été envoyée au centre de détention de Fengtai.

Les autorités ont refusé de la libérer à la fin de sa peine. Au lieu de cela, ils ont approuvé officiellement son arrestation à la fin mai et transmis son cas au Parquet de Fengtai le 3 août, puis à la cour de Fengtai huit jours plus tard.

Violations de procédure, mauvais traitements

Lorsque le procès a commencé le 23 août, les deux avocats de Mme Yang ont fait remarquer que leur cliente n’avait pas reçu de citation à comparaître comme requis par la loi.

Mme Yang a également témoigné comment les policiers avaient violé les procédures légales et ses droits humains en l’arrêtant. « La police a fait irruption chez moi et confisqué mes objets de valeur sans montrer de mandat de perquisition ni me donner une liste des objets confisqués » a-t-elle témoigné.

« Ils m’ont aussi frappé au visage quand j’ai protesté contre l’arrestation illégale. Mon visage a été gravement meurtri. Pendant la détention, la police m’a gardée dans une cage de métal pendant un long moment. »

Mme Yang a également expliqué pourquoi elle tenait fermement à sa foi en dépit de la persécution : « La chose la plus importante pour moi est de garder un corps sain. J’étais autrefois affligée par de nombreux maux, mais le Falun Gong m’a redonné la santé et permis de bénéficier d’une vie sans maladie. »

« La pratique m’a également appris à être une bonne personne et je n’entretiens aucune mauvaise intention. Je veux juste dire aux gens que la persécution est mauvaise, ce qui ne cause de mal à personne », a-t-elle poursuivi.

Le juge Hu a ajourné la séance sans émettre de verdict et a dit qu’il annoncerait une nouvelle date d’audience ultérieurement.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/19/159221.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/8/27/333583.html

Le Falun Dafa atteint le cercle arctique

Écrit par un pratiquant de Falun Gong en Finlande

(Minghui.org) À l’occasion du festival annuel RORI, organisé le 10 septembre à Rovaniemi, en Finlande, de nombreux participants des pays nordiques ont eu l’occasion de s’informer davantage à propos du Falun Dafa, une paisible méditation originaire de Chine.

Connue comme la ville natale « officielle » du Père Noël et pour ses aurores boréales, Rovaniemi est la capitale administrative et le centre commercial de la province la plus au nord de la Finlande, la Laponie. Deux pratiquants ont installé un stand lors du festival dans le centre-ville afin de sensibiliser les esprits à la question du Falun Dafa et de la persécution en Chine.

Parmi les passants, certains avaient par le passé signé des pétitions pour secourir la pratiquante présente, alors emprisonnée en Chine pour sa pratique du Falun Gong, et ils sont venus l’embrasser et poser des questions sur la situation en Chine.

2016-9-11-falun-dafa-finland-1

2016-9-11-falun-dafa-finland-2
Les passants signent des pétitions appelant à l’arrêt de la persécution en Chine.

Beaucoup de gens ont pris des documents et signé des pétitions appelant à la fin de la persécution en Chine. Même lorsque les deux pratiquants faisaient les exercices et n’étaient pas disponibles au stand, un bon nombre de passants se sont arrêtés pour signer la pétition.

2016-9-11-falun-dafa-finland-3
Les gens s’arrêtent pour s’informer davantage pendant la démonstration des exercices.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/17/159186.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/12/334447.html

Une malade guérie reçoit une nouvelle vie

Écrit par une pratiquante de Dafa de la province du Liaoning, Chine

(Minghui.org) Avant de pratiquer le Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa), je souffrais de graves problèmes de santé qui m’ont amenée au seuil de la mort.

Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, toutes mes maladies ont été guéries et j’ai obtenu une vie saine et merveilleuse.

Tourmentée par des maladies chroniques

Quand j’avais cinq ans, un accès de tuberculose m’a laissé une toux persistante et un corps frêle. Des rhumes mineurs me clouaient au lit et je prenais constamment des médicaments par voie orale et des injections.

Comme notre famille comptait sur le maigre revenu d’agriculteur de mon père, nous devions vivre frugalement pour payer mes traitements médicaux.

Bien que nous avons cherché partout et dépensé beaucoup de nos ressources financières en différents traitements, rien n’a guéri ma maladie. En devenant adulte, ma santé a continué à se détériorer.

Pourtant, je continuais à consommer de grandes quantités de médicaments qui ne fonctionnaient pas. Pire encore, je souffrais des effets secondaires des médicaments tels que des palpitations cardiaques, des tremblements, des nausées, des vomissements et de graves douleurs abdominales.

En raison de ma maladie, je ne pouvais pas travailler dans les champs et j’ai donné beaucoup de difficultés à mon mari et à sa famille. Mon mari a été contraint de rester sur place pour cultiver la terre et n’a pas pu aller chercher un emploi en ville.

Notre situation financière était plus tendue parce que j’avais besoin d’un traitement constant auprès du médecin local. Peu importe les gains que mon mari obtenaient de la récolte d’automne, ils étaient utilisés pour payer mes frais médicaux, avec un petit reliquat utilisé pour soutenir notre famille pauvre.

Je pleurais souvent, déplorant ma vie misérable et la souffrance que j’avais apportée à ma famille. À un moment donné, j’ai même envisagé de me suicider. Cependant, les pensées de mon jeune fils et de ma fille tentant de faire face à la perte de leur mère m’ont retenue et m’ont encouragée à persévérer.

En 1997, mon état a empiré. Trop faible pour sortir du lit, mon mari devait m’aider même pour manger.

Dans un dernier effort, les médecins ont prescrit un éventail de médicaments chinois et occidentaux – mais en vain.

Mon état précaire a jeté un vent de tristesse et d’angoisse sur notre famille : ma belle-mère âgée est tombée malade, mon mari pleurait sans cesse en secret et mes enfants me fixaient les larmes aux yeux.

Le Falun Gong me donne un nouveau départ

Parmi les parents qui sont venus me rendre visite, il y avait mon grand-oncle. Plein de compassion face à notre situation, il a rapidement demandé à sa femme, qui vivait dans une autre ville, de revenir à la maison et de m’apprendre à pratiquer le Falun Gong.

Peu après, ma grand-tante est arrivée apportant des livres du Falun Gong et du matériel audio. Elle s’est assise à côté de moi et nous avons écouté les enregistrements des conférences de Maître Li Hongzhi.

Alors que je pouvais à peine bouger, ma grand-tante m’a dit d’essayer de faire les mouvements des exercices autant que je pouvais. Après seulement deux ou trois minutes, je transpirais abondamment.

Ma tante m’a dit de ne pas m’inquiéter, car c’était un signe que mon corps était en train d’être purifié. Elle a ajouté : « Je suis certaine que ta maladie sera bientôt guérie. Le Falun Gong a de tels pouvoirs extraordinaires que même des patients cancéreux ont été guéris. »

Conformément à ce qu’elle avait dit, j’ai passé la troisième nuit à vomir pendant plus d’une heure, crachant de grandes quantités de liquide amer. Le quatrième jour, j’ai commencé à uriner en permanence et vers le septième jour, l’œdème anormal que j’avais sur tout le corps avait disparu. J’ai commencé à me sentir plus forte.

Après seulement trois semaines de pratique du Falun Gong, j’ai commencé à reprendre les tâches ménagères et à accompagner mon mari pour travailler dans les champs. Mon mari s’exclamait à tous ceux qu’il rencontrait : « Le Falun Gong a sauvé ma femme ! »

La nouvelle de mon rétablissement s’est répandue dans tout le village et les gens ont été surpris par la puissance du Falun Gong. Les villageois sont venus nous voir en permanence chez nous pour apprendre la pratique ; en quelques mois, des dizaines de personnes au sein de mon village sont devenues des pratiquants de Falun Gong.

L’inébranlable soutien de mon mari envers le Falun Gong

Après avoir été témoin de la puissance du Falun Gong et des bienfaits qu’apportait la pratique, mon mari a totalement soutenu ma pratique.

Au cours de la persécution du Falun Gong en 1999, j’ai été détenue illégalement après m’être rendue à Pékin pour faire appel. Certains membres du personnel du Parti communiste chinois (PCC) ont recherché mon mari. Ils lui ont demandé : « Est-ce que le Falun Gong est vraiment bon ? »

Il a dit : « Le Falun Gong est vraiment très bon. La maladie incurable de ma femme a été guérie par le Falun Gong. »

Pendant cette période, mes tentatives pour effacer la calomnie contre le Falun Gong et Maître Li Hongzhi ont fait de moi une cible de la persécution.

Pour des raisons de sécurité, j’ai été forcée de quitter ma maison et d’entrer en clandestinité. Incapable de me trouver, la police s’est mise très en colère et a arrêté mon mari à la place.

Ils l’ont emmené au poste de police et ont exigé de savoir où je me trouvais, ainsi que l’emplacement des autres pratiquants de Dafa. La police l’a menacé avec une matraque électrique. Pourtant, il a fermement répondu : « Je ne sais pas. »

Quand la police m’a trouvée, ils m’ont détenue illégalement pendant plus de cinq ans. Pendant ce temps, mon mari a assumé toutes nos tâches ménagères, sans se plaindre.

Il a élevé tout seul notre fils, tout en s’occupant de la ferme et de nos cochons. Avec l’aide de la famille, des amis et des autres villageois, il a rénové notre maison et a construit une cour tout autour pour m’accueillir à la maison.

J’ai été touchée par son amour et son soutien envers le Falun Gong.

Récompenser une personne droite

En raison de la croyance inébranlable de mon mari dans la bonté du Falun Gong, il est sorti indemne d’un grand nombre de situations potentiellement mortelles.

Une fois, alors qu’il conduisait une charrette remplie de tiges de maïs et traversait une voie de circulation, un camion roulant vite a manqué entrer en collision avec lui de quelques pouces. Le conducteur du camion en a eu des sueurs froides et s’est exclamé : « On a vraiment eu de la chance. »

À une autre occasion, alors qu’il conduisait notre charrette tirée par un âne, notre âne a rué et le chariot s’est renversé. Bien que mon mari a été jeté à une certaine distance, il n’a eu aucune blessure.

Après ma sortie de prison, j’ai repris mes fonctions pour m’occuper de la ferme alors que mon mari est allé dans une autre ville à la recherche de travail. Il a finalement trouvé du travail comme ouvrier de base et moins d’un mois après avoir commencé son nouvel emploi, il a été promu superviseur en raison de son travail acharné et de son attitude bienveillante.

Ensuite, un an plus tard seulement, mon mari a été à nouveau promu par le directeur de l’entreprise.

L’unité de mon mari a atteint une efficacité élevée et constante de production, et a été l’une des unités les plus rentables de la municipalité. En tant que tel, il a reçu beaucoup d’éloges de ses supérieurs.

Il est difficile de croire que mon mari, âgé de 60 ans, sans instruction et inexpérimenté, ait pu atteindre ce grand succès si tard dans la vie. Je crois que ce succès est venu de son soutien indéfectible envers le Falun Gong et de sa croyance dans la bonté du Falun Dafa.

Une famille heureuse

Notre fils est maintenant marié et heureux, et nous avons récemment eu la joie d’accueillir la naissance de notre petit-fils. Notre famille comprend la bonté du Falun Dafa et mon fils et sa femme ont démissionné du PCC.

Pendant que mon mari et mon fils sont partis travailler dans une autre ville, je m’occupe de notre ferme. Notre famille de cinq ne manque de rien et nous vivons une vie heureuse et agréable.

Je suis reconnaissante envers le Falun Gong qui m’a accordé la santé, une nouvelle vie et un foyer chaleureux et heureux.

Je souhaite sincèrement à tout le monde de comprendre la vérité sur le Falun Gong, de reconnaître les mensonges propagés par le PCC et d’apporter leur soutien à cette pratique juste.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/15/158933.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/8/21/333235.html