Torture brutale endurée à la prison des femmes de Shenyang

Par une pratiquante de la province de Liaoning

J’ai été arrêtée le 9 novembre 2003 pour avoir distribué des matériaux de clarification de la vérité. En avril 2004, j’ai été illégalement condamnée et envoyée à la prison des femmes de Shenyang dans la province de Liaoning.

J’ai été affectée au groupe 3, salle 1. La chef du groupe 3 est Li Zhe. J’ai découvert que la salle 1 est tristement célèbre pour son lavage de cerveau des pratiquantes de Falun Gong, avec un haut taux de réussite de « transformation » des pratiquantes, pour lequel la gardienne Sun Decheng a reçu la récompense nationale de « policière exceptionnelle ». Li Zhe a été également nommée « excellente employée » pour son rôle dans la persécution des pratiquantes de Falun Gong. Parmi ses mauvaises actions, elle a ordonné à une détenue de battre une pratiquante appelée Fang Guiyun et lui brisé la hanche mais refusé de la faire soigner, causant la perte de sa jambe droite

Li Zhe a ordonné aux criminelles condamnées Chen Shuying, Tan Yanchun, Zhu Yajin et Huang Shuxia de me torturer vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elles m’ont attachée et m’ont battue, m’ont déshabillée et aspergé d’eau froide. Je n’ai pas pu le supporter et ai accepté de me transformer contre ma volonté. Les jours qui ont suivi, j’ai pleuré tout le temps. Je me sentais mal d’avoir trahi Maître Li et Falun Dafa. J’aurais préféré mourir plutôt que de supporter cette angoisse. Pendant cette période, elles ont mis des drogues dans mes repas. Ma compagne de cellule les a attrapées la main dans le sac deux mois plus tard en train de le faire. En conséquence, elle a été battue par Li Zhe. Elles ont cessé de me droguer après avoir été exposées. En jetant un regard en arrière, pendant la période où elles me droguaient, j’avais des crises de nerfs et souffrais de dépression, avec de fréquentes attaques de panique. Jusqu’à aujourd’hui je ne sais toujours pas quelles drogues elles ont utilisées sur moi. Petit à petit, j’ai pu recommencer à penser clairement et à mémoriser la Loi et j’ai regardé en moi pour me débarrasser de ma peur. Peu à peu, ma raison a repris le dessus.

Grâce aux partages et encouragements entre compagnes de pratique, deux autres pratiquantes et moi-même avons écrit nos déclarations solennelles renonçant à notre « transformation » et avons repris nos efforts de rectification de la Loi. Un jour, Li Zhe m’a appelée dans son bureau pour me hurler dessus et m’a jetée une tasse d’eau chaude au visage. Je lui ai calmement dit la vérité à propos du Falun Gong. Elle a refusé d’écouter et ordonné aux détenues Zhu Yajing et Zhang Yingchun de me battre dans le vestiaire. Cette fois je n’en pouvais plus. J’ai essayé de les arrêter en criant et implorant en même temps l’aide du Maître. Plus de 200 détenues au-dehors m’ont entendue. Certaines ont essayé d’ouvrir la porte pour me secourir. D’autres étaient à la porte et exigeaient de savoir pourquoi j’étais battue. La détenue responsable de me battre a dû ouvrir la porte. J’ai parlé au groupe de détenues directement. « Nous sommes innocentes. Celles d’entre vous qui ont bon coeur, veuillez nous aider ». Je voulais réveiller leur conscience. En conséquence, un bon nombre d’entre elles ont écrit aux autorités pour se plaindre des mauvaises actions ayant lieu dans la prison. Sous pression, la gardienne Sun Dexue et l’accompagnatrice Xia Ru ont dû donner un avertissement verbal aux deux détenues à l’assemblée et les discipliner en leur enlevant deux points. Encouragées, toutes les pratiquantes dans le groupe qui avaient cédé à la torture ont écrit des déclarations solennelles et repris leur cultivation.

Cependant, elles n’ont pas arrêté de me torturer. Un nouveau tour de persécution a commencé, seulement d’une façon plus cachée. Elles ont vidé une salle à dessein et commencé par les pratiquantes du groupe 2. Elles ont fait des choses horribles dans cette salle. La pratiquante Wang Yuzhi n’a pas pu supporter plus de pression et a essayé de sauter du haut du bâtiment, mais elle a été retenue par les autres (note : Les enseignements de Falun Dafa interdisent toute forme de meurtre ou de suicide). Pour arrêter la persécution, j’ai écrit à la gardienne et ai raconté comment j’avais été maltraitée et comme la chef de mon groupe était violente. Mais la lettre a été saisie par la chef. De plus, les gardiennes Sun Dexue, Xia Ru et Li Hong ont inventé de nouvelles stratégies pour me persécuter. Elles m’ont déplacée dans le groupe 2, dont la chef était Qiao Shiying qui est très vicieuse. Elles ont ordonné aux détenues les plus brutales Wang Xiulan et Liu Jun de me torturer. Elles m’ont lancé des insultes et usé de tous les moyens possibles pour me torturer. Elles ont déchiré mes pulls en morceaux, m’ont déshabillée et fouetté avec une ceinture munie d’une boucle de fer, qui laissait des trous dans mon corps chaque fois qu’elles m’en fouettaient. Elles ont agi ainsi jusqu’à ce qu’une des boucles tombe et que je sois noire et bleue sur tout le corps. Elles m’ont aussi enfermée à clef dans une petite pièce et me donnaient des coups de pied dans l’estomac. Je suais sous la douleur atroce. Elles ont eu peur que mes organes internes ne soient endommagés, elles m’ont donc envoyée à l’hôpital. Mes analyses de sang et d’urine ont montré que j’étais en danger, j’ai donc été hospitalisée pendant 16 jours. J’ai du payer toutes les factures d’hôpital pour le soin des blessures qu’elles avaient causées.

Après que je sois sortie de l’hôpital, j’ai continué à écrire au directeur de la prison et au procureur. Alors que j’essayais de mettre la lettre dans la boîte aux lettres du directeur, elle a été saisie par une détenue et j’ai été brutalement battue par Song Guanghua jusqu’à ce que mon visage soit meurtri et gonflé. J’ai écrit à Xia Ru et lui ai dit qu’il était contre la loi d’ordonner aux détenues de me battre. C’était mon droit de porter plainte et il était illégal d’essayer de m’empêcher de protester contre cet abus. Je leur ai également parlé du principe du châtiment karmique et leur ai demandé d’arrêter la persécution. Alors, elles ont cessé la violence.

Elles ont alors recouru à une approche « douce ». En mars 2006, elles m’ont enfermé à clef dans une pièce vide et Wang Xiulan et Chen Zhihong m’ont gardée. Elles ont essayé de me faire lire les livres et regarder les vidéos diffamant Maître et le Falun Dafa et m’ont ensuite forcée à écrire ce que j’en pensais. Elles disaient que je devais continuer à écrire jusqu’à ce que je sois « transformée ». Si je ne me « transformais » pas, elles me feraient écrire jusqu’à ce que ma peine soit purgée, c’est à dire vingt mois plus tard. J’ai refusé de coopérer avec elles. Je détournais le regard quand ils passaient la vidéo et récitais intérieurement la Loi à la place. Je refusais de lire les livres qu’elles me donnaient. Quand elles me faisaient écrire, je parlais de la bonté du Falun Gong et du châtiment karmique, et que tout ce qui avait été raconté par le PCC n’étaient que des mensonges. Cela a duré un mois. J’ai alors réalisé que je ne devais pas accepter cela passivement. J’ai décidé de refuser d’écrire quoi que ce soit ou de rester dans la petite pièce. Elles ont alors menacé de faire venir mon mari et mon enfant pour une rencontre pour faire pression sur moi. Elles ont dit que l’instruction et le futur de mon enfant étaient en jeu. Je leur ai dit d’oublier cela et que rien ne pourrait m’émouvoir. Si ma famille avait pu me persuader, je n’aurais pas été là. Ils ont donc abandonné. J’ai donc traversé les arrangements du mal. Durant ce temps, j’ai continué à mémoriser la Loi et ai recherché mes propres attachements et envoyé les pensées droites. Mes pensées droites sont devenues encore plus fortes avec la protection du Maître..

Ensuite, elles m’ont fait rester debout dans la petite pièce à les écouter lire à haute voix des paroles diffamatoires contre Maître et Dafa. Je ne pouvais pas les laisser commettre ce crime et j’ai crié : « Falun Dafa Hao ! Zhen Shan Ren Hao ! (Falun Dafa est bon ! Authenticité-Compassion-Tolérance est bon !) » Quand elles m’ont frappée, j’ai demandé l’aide de Maître et elles se sont arrêtées. Plus tard, j’ai décidé de sortir en courant de la salle vers l’atelier pour crier « Falun Dafa Hao  » mais les détenues m’ont ramenée dans la petite pièce et Xia Ru a demandé pourquoi j’avais fait cela. Je l’ai défiée en lui demandant : « Pourquoi pas ? » Elle a dit que c’était une prison ici. J’ai répliqué qu’une prison est pour les mauvaises personnes et pas pour les bonnes gens et demandé pourquoi les mauvaises personnes sont autorisées à faire de mauvaises actions et les bonnes gens ne sont pas autorisées à dire la vérité. Je leur ai dit que je ne resterais pas ici plus longtemps et que beaucoup de pratiquantes avaient souffert entre leurs mains. Elles m’ont alors envoyée au bureau de la chef Qiao Shiying. La détenue a dit plus de choses insultantes envers Maître et Dafa pour impressionner Qiao Shiying, et j’ai crié « Falun Dafa Hao ! » La capitaine m’a giflée au visage. Je l’ai arrêtée et lui ai dit : « Vous n’autorisez aucune violence ici. Pourquoi ne vous giflez-vous pas vous-même ? » Elle s’est arrêtée. J’ai continué à crier alors qu’elles me traînaient hors de la petite pièce vers l’atelier. Elles m’ont ensuite enfermée, mais ils n’ont plus jamais essayé de me « transformer ».

Date de l’article original : 17/11/2008

Version chinoise disponible à

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d’en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym#fldf.be

Email editors: editor#fr.clearharmony.net
© 2001-2008 ClearHarmony Net

Publicités

Une réflexion sur “Torture brutale endurée à la prison des femmes de Shenyang

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s