Washington DC: Un grand défilé de près de 5 000 pratiquants pour marquer les 13 années d’efforts de sensibilisation sur la persécution en Chine (Photos)

Écrit par Xiao Yan et Zhang Yun de Washington DC

(Minghui.org) Près de 5 000 pratiquants de Falun Gong du monde entier, notamment d’Europe, des Amériques, d’Asie et d’Australie, comprenant des ethnies et des races différentes, se sont réunis à midi le 13 juillet 2012, pour un rassemblement et un défilé à Washington DC. Ils voulaient que les gens connaissent la magnificence du Falun Dafa et en même temps, ils voulaient dénoncer les 13 années de persécution inhumaine de la pratique par le Parti communiste chinois (PCC). Ils ont également demandé au gouvernement américain, aux gouvernements des autres pays, et aux gens de tous les horizons d’exprimer leur soutien afin de mettre fin à la persécution du Falun Gong.


Des pratiquants portent des banderoles où l’on peut lire : « Cessez la persécution du Falun Gong en Chine » en chinois et en anglais et d’autres messages dans le défilé.


Des pratiquants portent des immenses affiches où l’on peut lire : « Désintégrer le PCC, Fin à la persécution » et « Falun Dafa est bon »


La fanfare de la Terre divine en route vers le centre ville de DC


Des pratiquants transportent des maquettes du Zhuan Falun dans différentes langues


Des banderoles décrivant les méthodes de tortures utilisées par le PCC contre les pratiquants avec des photos des pratiquants qui sont morts des suites de la torture.


Des pratiquants habillés en blanc portent des photos entourées de couronnes de fleurs de pratiquants morts des suites de la persécution en Chine


Un char reconstituant la torture du prélèvement des organes sur des pratiquants encore vivants – les aspects de la persécution cruelle qui a lieu en Chine


« Il faut traduire en justice Jiang Zemin, Liu Jing, Luo Gan et Zhou Yongkang » !


« Veuillez donner votre aide pour soutenir le Falun Gong »

Le défilé a démarré du parc John Marshall, a descendu la Pennsylvania Avenue et la Constitution Avenue, et s’est terminé aux Jardins de la Constitution. Il a fallu près de 2 heures pour terminer le parcours de 1.5 miles du défilé (2,4 km).

Le défilé était divisé en plusieurs sections thématiques, comprenant : « Le Falun Dafa s’est largement répandu dans le monde entier », « L’injustice en Chine – le Falun Gong est persécuté» et « Soutenez les 120 millions de Chinois qui ont démissionné du PCC et de ses organisations affiliées. » Des banderoles colorées et des panneaux où l’on pouvait lire : « Falun Dafa est bon », « Le monde a besoin d’Authenticité – Compassion – Tolérance », « Arrêtez la persécution du Falun Gong » et autres messages formaient une scène magnifique le long de la Pennsylvania Avenue.

Des larmes de tristesse pour la persécution des pratiquants de Falun Gong

M. Zheng, chef d’un restaurant à New York, est aux États-Unis depuis 11 ans. Il s’était rendu ce jour-là à Washington DC pour se détendre et s’amuser et il a vu le grand défilé dès son arrivé. Zheng a dit qu’il voyait souvent des informations sur le Falun Gong sur Internet, et qu’il savait aussi que le Falun Gong était sévèrement persécuté en Chine. Il a dit : « Le PCC est trop cruel. Treize ans … il est temps d’arrêter la persécution. Un si bon groupe de personnes, qui n’ont rien fait, sauf une méditation et des exercices. Pourquoi les traiter si cruellement ? » M. Zheng s’est mis à pleurer et il a arrêté de parler.


Robert applaudit pour exprimer son soutien lors du passage du défilé

Robert, qui a regardé le défilé, a pleuré en voyant les pratiquants vêtus de blanc qui portaient des panneaux avec les photos entourées de couronnes de fleurs des pratiquants de Falun Gong morts des suites de la persécution en Chine. Il sanglotait et il a dit : « Je suis triste! Vraiment triste! Il n’y a aucune raison pour que des personnes soient soumises à une telle persécution. » Robert a ajouté que le défilé lui a fait comprendre que le Falun Gong est une pratique paisible, et un groupe de personnes compatissantes, mais qu’ils sont persécutés en Chine. « Ils ne font de mal à personne, ils veulent la liberté. Ils devraient bénéficier des droits de l’homme. Je leur souhaite mes meilleurs vœux ! », a déclaré Robert.

La persécution continue

Au point de départ de la marche, un journaliste a vu une jeune femme qui avait l’air inquiet. Elle a dit au journaliste qu’il y a seulement dix jours, cinq membres de sa famille ont été arrêtés par le PCC pour leur pratique du Falun Gong. La jeune femme a raconté, « Le soir du 1er juillet 2012, les agents du ministère de la police de Xining de la ville de Liaoyuan, province du Jilin, ont fait irruption chez moi et ont emmené mes parents Liu Jingli et Zhang Jinghua en garde à vue. Ils ont emporté de l’argent, notre ordinateur, notre téléviseur et bien d’autres effets personnels. Le soir du 3 juillet, les agents du Département de police de Nankang de la ville de Liaoyuan ont également emmené mon oncle Liu Jingjun et son épouse Mme Kang Limin en garde à vue. Ils ont pris plus de 10 000 yuans chez mon oncle, et la plupart de leurs effets personnels. Mon cousin Liu Xinyu a seulement 17 ans. Il a également été arrêté par des agents du Département n°2 de la police de Dongji le 2 juillet. Les cinq sont actuellement détenus dans le centre de détention Xiangyang. Mes parents ont réclamé leur libération, mais les fonctionnaires ont menacé de me rapatrier en Chine. »

La jeune femme s’appelle Liu Junchen. Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997. Quand elle avait 7 ans, elle a été hospitalisée avec une maladie en phase terminale – purpura thrombocytopénique, une maladie qui entraîne un compte de plaquettes anormalement bas. Les médecins ont dit à sa mère qu’il n’y avait aucun espoir pour Junchen.

Junchen a quitté l’hôpital et est restée avec sa grand-mère qui était une pratiquante de Falun Gong. Junchen se sentait très à l’aise chez sa grand-mère et bientôt sa santé s’est améliorée et elle a commencé à pratiquer le Falun Gong avec sa grand-mère. Sa mère, témoin des effets miraculeux de Dafa, a rejoint la pratique ainsi que le père de Junchen. L’oncle de Junchen souffrait d’une tuberculose osseuse. La partie inférieure de son dos était courbée à 90 degrés, et l’effet secondaire des médicaments qu’il prenait l’avait rendu presque complètement sourd. Il a perdu la capacité de travailler. La mère de Junchen lui a présenté le Falun Dafa. L’oncle de Junchen a bientôt recouvré la santé. Son audition est redevenue normale, et tous les trois membres de la famille pratiquaient le Falun Gong ensemble.

« Dafa nous a donné une vie heureuse, mais le PCC a commencé la persécution. Le téléphone de ma famille est souvent sur écoute, ma mère a été suivie de nombreuses fois, et mon professeur m’a menacée de me rapporter à la police parce que j’avais donné des CD sur le Falun Gong à mes camarades de classe. Dans ces sortes de circonstances, je n’ai pas pu étudier, ni travailler. Je suis venue aux États-Unis en septembre dernier », a déclaré Junchen.

« Garder le silence devant la perversité, c’est commettre un crime »

M. Lu Dong, porte-parole du Parti démocratique chrétien, ainsi que 41 membres de l’organisation, ont fait spécialement le voyage de New York pour prendre part aux activités du Falun Gong à Washington DC. C’est la sixième année consécutive qu’ils participent à l’événement. M. Lu a dit : « Ce n’est pas justifié de persécuter le Falun Gong, parce que les gens sont libres de croire en ce qu’ils veulent croire. »

M. Lu a partagé sa compréhension des raisons pour lesquelles le PCC persécute le Falun Gong. M. Lu estime que les principes du Falun Gong de Authenticité, Compassion et Tolérance reflètent les valeurs universelles de l’humanité. Le PCC ne peut pas les tolérer, parce que le PCC applique les principes du mal, il se bat avec le ciel, la terre et les gens.

« En tant que citoyen ordinaire, vous devriez avoir une conscience. Quand vous voyez un voleur tuer des gens dans la rue, et que vous gardez le silence, êtes-vous une bonne personne? Rester silencieux face à la perversité, c’est commettre un crime », a déclaré M. Lu.

Venir à DC 13 fois au cours de ces 13 dernières années pour exprimer une inquiétude – Arrêter la persécution

Mme Zhi Jing du Canada a déclaré : « Je suis venue à Washington pour la première fois il y a 13 ans, le 22 juillet 1999, pour participer à cet événement. Je suis venue ici 13 fois pour exprimer une inquiétude : ‘Arrêter la persécution’ »

« En tant que pratiquante de Falun Gong qui a bénéficié de Dafa, je sais que le Falun Gong est une bonne pratique dont peuvent bénéficier les personnes, les familles et la société. J’ai été choquée quand j’ai entendu dire que la persécution avait commencé en Chine. Je n’avais aucune idée de ce que je pouvais faire à l’époque, mais j’ai juste senti que je devais faire entendre notre voix – demander la fin de la persécution », a déclaré Zhi Jing.

Arrêter la persécution immédiatement


Gwen

Gwen, une spectatrice du défilé, a dit au journaliste alors qu’elle tenait une petite fleur de lotus en papier : « Je travaille à proximité. Je suis heureuse de voir ce défilé chaque année. C’est très calme et très spectaculaire. »

Elle a continué : « Le Falun Gong est un bon groupe, mais malheureusement, il est cruellement persécuté en Chine. J’admire les efforts qu’ils font pour sensibiliser de toutes sortes de façons différentes les gens sur la persécution. Je crois qu’ils vont certainement réussir! Je lance un appel ici : Le PCC doit cesser immédiatement la persécution ! »


Judy (à droite) et Claudia (à gauche), des touristes de New York, se sont faites prendre en photo avec une pratiquante de Falun Gong

Judy et Claudia, en visite à Washington, venaient de New York. Judy a dit : « Je sais qu’il y a beaucoup de pratiquants de Falun Gong à New York. Je ne m’attendais pas à voir un si grand nombre d’entre eux ici. Je pense qu’un défilé aussi grand devrait aller au consulat chinois, parce que le PCC persécute sévèrement le Falun Gong. Qu’y-a-t-il de mal à faire de la méditation et des exercices ! Tout le monde devrait arrêter les actes de violations des droits de l’homme. »

Claudia a ajouté : « J’en ai appris un peu sur la persécution du Falun Gong dans les journaux et aux nouvelles. Je suis vraiment touchée de voir une scène aussi magnifique aujourd’hui. Je les soutiens. La persécution doit s’arrêter maintenant ! Le Falun Gong va certainement gagner ! »

« Notre famille est chanceuse »


Ragnhild (à gauche) et sa famille

Les quatre membres de la famille de Ragnhild viennent de Norvège et ont visité la capitale ensemble. C’était la première fois qu’ils voyaient un défilé du Falun Gong. Ragnhild a dit : « Un défilé très calme, c’est la première fois que nous le voyons. Notre famille est très chanceuse de recevoir un si bon message à Washington DC. Nous allons en apprendre davantage à ce sujet en ligne lorsque nous rentrerons. »


Sheila, une résidente de Washington DC

Sheila, une autre spectatrice, habitante de Washington DC, a déclaré : « C’est un très beau défilé. La musique est source d’inspiration et la présentation des exercices est pacifique, mais il est inconcevable que ce soit persécuté en Chine. Je vais en apprendre plus en ligne. Je suis heureuse d’obtenir ce message aujourd’hui. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise: http://en.minghui.org/html/articles/2012/7/15/134441.html
Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2012/7/14/260225.html

Mme Ma Zhichai meurt sous détention policière dans des circonstances suspectes (photos)

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Henan, Chine

Nom : Ma Zhichai (马志钗)
Sexe : féminin
Âge : 42 ans
Adresse : ville de Jiyuan
Profession : technicienne de laboratoire
Date de la mort : 1er août 2012
Date de l’arrestation la plus récente : 25 février 2012
Dernier lieu de détention : centre de détention de la ville de Jiyuan (济源市看守所)
Ville : Jiyuan
Province : Henan
Sévices subis : tabassage, gavages, pillage du domicile, détention

(Minghui.org) La pratiquante de Falun Gong Mme Ma Zhichai, âgée de 42 ans, est morte sous détention policière le 1er août 2012. Son corps a été gardé dans le funérarium de la ville de Jiyuan, mais sa famille n’a pas été autorisée à voir le corps. Le personnel du funérarium a déclaré qu’il n’est pas permis de voir sa dépouille mortelle sans la permission du directeur du département de police. Mme Ma a été dans la section des soins intensifs après la détérioration de sa santé durant sa détention, mais elle commençait à se rétablir. Son décès soudain, et le refus du département de police de permettre à la famille de voir le corps, ont soulevé de graves inquiétudes sur la cause du décès de Mme Ma.


Mme Ma Zhichai

Arrêtée encore en février 2012

Durant les 13 années de persécution du Falun Gong, Mme Ma a été illégalement arrêtée et détenue de multiples fois par le département de police de Jiyuan et le Bureau 610 de la province du Henan. Afin d’éviter la persécution en cours, elle a quitté sa ville natale. Elle travaillait comme technicienne de laboratoire au LLC Jidier dans le canton de Gaotang, ville de Liaocheng, province du Shandong.

Le 25 février 2012, pendant que Mme Ma était au travail, des agents du département de police de la ville de Liaocheng et du département de police du canton de Gaotang l’ont arrêtée et ont confisqué son ordinateur portable personnel et de l’argent liquide, évalué à 20 000 yuans. Le même jour, 11 autres pratiquants de Falun Gong ont aussi été arrêtés. Les pratiquants ont été détenus au centre de détention de Liaocheng. Mme Ma a été menottée pendant une semaine au centre de détention. Le 9 mars 2012, elle a été renvoyée dans la province du Henan et a été détenue au centre de détention de Jiyuan.

Faussement accusée et condamnée

Ma Zhichai a été faussement accusée et condamnée à cinq ans de prison par Zhao Nianbo, secrétaire de la Commission des affaires politiques et législatives (PLAC). Plus tard elle est allée en appel auprès de la Cour intermédiaire de Jiyuan, mais le jugement original a été maintenu.

Le 29 mars, Mme Ma a été emmenée à la prison pour femmes de Xinxiang. Les autorités de la prison ont refusé de l’admettre parce qu’elle a été trouvée inapte suite à son bilan de santé. Une semaine plus tard, le 5 avril, Mme Ma a été encore emmenée à la prison, et la prison a encore refusé de l’admettre.

On a continué à détenir Mme Ma au centre de détention de la ville de Jiyuan, où les conditions dans la prison, et probablement les mauvais traitements ainsi que les problèmes de santé liés avant les détentions, ont été la cause de la détérioration de sa santé. En mai 2012, Mme Ma ne pouvait plus avaler de nourriture, et tout ce qu’elle consommait était rapidement vomi. À la mi-mai, elle a été envoyée à l’hôpital populaire de la ville de Jiyuan pour des soins d’urgence. Le centre de détention a appelé son mari et d’autres membres de sa famille, leur disant d’aller lui rendre visite. Le centre de détention a exhorté la famille à suivre la procédure de l’hôpital pour la mise en liberté conditionnelle pour des raisons médicales.

À la fin de mai, Mme Ma Zhichai a été transférée à l’unité des soins intensifs. Elle avait des tubes dans l’estomac et dans les poumons.

Vers la fin de juin 2012, Mme Ma était si maigre qu’elle était méconnaissable. Seules des infusions quotidiennes la gardaient en vie. Ses poumons étaient extrêmement abîmés. Elle ne pouvait plus se mouvoir. Cependant, trois policiers armés la surveillaient à tour de rôle.

Depuis que Ma Zhichai est arrivée à l’unité des soins intensifs, sa famille n’a pas pu lui rendre visite. Quand ils ont essayé de la voir, ils ont essuyé un refus parce que l’hôpital a insisté pour qu’ils aient l’autorisation du centre de détention.

Morte à l’hôpital

Le 30 juillet, le père et le frère de Mme Ma ainsi que d’autres proches sont allés à l’hôpital. Ils ont demandé au médecin s’il y avait de l’espoir qu’elle soit guérie. Le médecin a dit non. La famille a demandé : « Pourquoi ne la transférez-vous pas à un hôpital différent ? » Le médecin a répondu : « Nous l’avons demandé cinq fois au département de police, et ils ont refusé. »

Le lendemain, dans l’après-midi du 31 juillet, la famille de Mme Ma est allée à l’hôpital pour la voir, et elle semblait aller bien. Sa belle-sœur lui a demandé : « Est-qu’on peut te ramener à la maison ? » Mme Ma a vite fait signe que oui de la tête. L’infirmière a déclaré : « Son pouls est stable aujourd’hui. »

Le matin du 1er août, la famille de Mme Ma s’est organisée pour la transférer à l’hôpital populaire n°2 de Jiyuan. En discutant du transfert probable, le médecin à l’hôpital populaire n°2 de Jiyuan a demandé son dossier médical. Le frère de Mme Ma a appelé le médecin en service après 11 h et a demandé le dossier médical. Le médecin a déclaré : « Vous devez obtenir la permission du département de police ou du centre de détention. » Son frère a appelé Zhang Chengliang, chef du département de police de Jiyuan. Zhang a déclaré : « Viens à 15 h. »

Quand le frère de Mme Ma est allé voir Zhang à 15 h, Zhang lui a dit : « Elle est morte à 10 h malgré les efforts pour la sauver. Elle a été envoyée au crématorium. » La famille est allée au crématorium pour voir le corps. La personne en service a dit : « Pour voir son corps, vous avez besoin d’avoir l’autorisation du département de police parce que c’est eux l’ont envoyée ici. » La mort soudaine de Mme Ma, et le refus des autorités de permettre à la famille de voir la dépouille mortelle, ont soulevé des inquiétudes quant à la véritable cause de son décès.

Nous demandons l’aide de la société internationale et des groupes des droits de l’homme pour mener une enquête sur le décès de Mme Ma et trouver qui devrait être tenu pour responsable. Nous demandons de l’aide pour aider à mettre fin à la brutale persécution des pratiquants de Falun Gong.

Mme Ma a été arrêtée et torturée auparavant

Le 7 avril 2004, lorsque Mme Ma travaillait à l’usine d’équipements de Xinghua de la ville de Jiyuan, les autorités ont saccagé son domicile et l’ont arrêtée. Le 8 avril 2004, elle a été envoyée à un centre de détention local. Elle a fait une grève de la faim de huit jours en guise de protestation et a été torturée au-delà de l’imagination. Elle a été brutalement gavée presque chaque jour. Le garde l’a battue si cruellement qu’elle avait des bleus du haut en bas des jambes et ne pouvait pas marcher. Elle a développé de graves maux de tête, du sang dans les urines et des problèmes gynécologiques. Elle n’a été libérée que lorsqu’elle agonisait.


Reconstitution de torture : gavage

Le 11 septembre 2010, Ma Zhichai a été encore arrêtée et envoyée au centre de détention de la ville de Jiyuan, cette fois pendant quatre mois. Elle a refusé d’être « transformée », refusé de porter l’uniforme de la prison et a protesté contre la persécution en faisant une longue grève de la faim. Elle a été menottée et enchaînée. Le garde a appelé le chef des prisonniers, Liu Hongjin, et deux détenues femmes et deux détenus hommes pour aider au cours des sessions de gavage. Trois fois par jour, ils ont brutalement gavé Mme Ma en ouvrant de force sa bouche avec une cuiller en acier. Par conséquent, ses joues et sa langue ont été blessées. Quelques jours plus tard, le garde a appelé encore Liu Hongjin pour obliger Mme Ma à consommer un bol rempli de porridge. Ils l’ont délibérément laissé refroidir et solidifier, ensuite ils ont ajouté un peu d’eau. Chaque fois qu’ils venaient dans la pièce pour gaver Mme Ma, les prisonniers les plus sensibles pleuraient. Avec le temps, ils ont utilisé des moyens de plus en plus brutaux pour gaver Mme Ma. Dans le froid glacial avec la température sous zéro, le garde a gavé Mme Ma avec de l’eau froide. Ils étaient délibérément aussi brutaux que possible. Comme son estomac avait été endommagé et ne fonctionnait plus, Mme Ma vomissait tout immédiatement. Finalement, elle a commencé à vomir du sang. Elle ne pouvait plus prendre aucune nourriture ou eau, et son système a commencé à se fermer.

Durant ces trois mois dans le centre de détention, Mme Ma a perdu plus de 44 livres (près de 20 kg). Le secrétaire de la Commission des affaires politiques et législatives (PLAC) de Jiyuan, Zhao Nianbo, et le directeur adjoint du département de police de Jiyuan, Wang Lixin, n’étaient pas d’accord pour la libérer alors qu’elle avait tellement horriblement souffert qu’elle en était devenue méconnaissable. Elle était si maigre et faible qu’elle ne pouvait plus rester debout. Ayant peur qu’elle puisse mourir, ils ont finalement permis à sa famille de signer le document de « libération sur caution » et de la ramener à la maison.

Les parties impliquées dans la persécution de Ms. Ma Zhichai :

Zhang Chengliang, chef du département de police de Jiyuan :

+86-13903890390 (portable)

Wang Lixin, directeur adjoint du département de police de la ville de Jiyuan :

+86-391-6693389, +86-391-6291876, +86-13949690888 (portable)

Zhao Nianbo, secrétaire du PLAC de la ville de Jiyuan : +86-391-6633611 (bureau), +86-391-6633610 (bureau)

Hu, cour de la ville de Jiyuan (responsable de la condamnation de Mme Ma) : +86-13838906969 (portable)

Rapports précédents :
Mme Ma Zhichai de Jiyuan, dans la province du Henan, en soins intensifs suite à une défaillance d’organe causée par la persécution
(http://fr.minghui.org/articles/2012/7/31/40444.html)

La persécution des pratiquantes de Falun Gong Mmes Zhu Xiumei et Ma Zhichai

(http://fr.minghui.org/news/1207/01/E134023_20120618_fr.html)

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/8/10/134877.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2012/8/6/261236.html

Les membres de famille de M Li Lankui, arrêtés par le bureau 610 de la Province du Hebei

Par un correspondant de la Province du Hebei, Chine

(Minghui.org) Les fonctionnaires du Parti communiste chinois (PCC) du village de Donganfeng dans la commune de Xipingle ont réalisé une enquête après que plus de 700 personnes du canton de Zhengding dans la Province du Hebei aient signé une pétition pour essayer de secourir M. Li Lankui, un pratiquant de Falun Gong « illégalement arrêté ». Les fonctionnaires n’enquêtent pas sur les incidents de harcèlement de la police et les arrestation des résidents locaux, mais menacent ouvertement les villageois et essaient de retrouver la personne qui a envoyé la liste de noms des pétitionnaires qui a été publiée sur Internet.

M. Li souffrait d’un disque de sa colonne vertébrale en saillie qui coinçait un nerf, l’amenant à rester alité . Il n’était pas capable de travailler depuis deux ans en raison de sa mauvaise santé. Sa femme n’était pas bien non plus et avait souvent des épisodes périodiques d’épilepsie, qui provoquaient des convulsions de de tout son corps. Ayant à la fois des parents âgés et des petits enfants dont s’occuper, l’énorme pression pesant sur M. Li influaient sur son humeur.

Depuis qu’on lui a présenté le Falun Gong le 1 mai 1999, le comportement et la santé physique de M. Li se sont radicalement améliorés. Toutes ses maladies ont disparu en un mois et il était capable de travailler de nouveau. Il est devenu une personne beaucoup plus calme et a gagné une très bonne réputation partout dans la région.

Tôt le matin du 1 juin 2012 plus de 20 policiers du  » bureau 610 «  sont arrivés dans quatre voitures de police pour entrer par effraction dans la maison de M. Li. Comme M. Li n’était pas là à ce moment sa famille a été forcée de les conduire à lui. Quand ils l’ont trouvé, les policiers ont immédiatement essayé de le forcer à signer une  » déclaration de garantie «  d’abandon de la pratique du Falun Gong. M. Li leur a dit sévèrement : « Il n’y a rien mal à se conduire selon les critères Vérité-Compassion-Patience. Falun Dafa est bon ! »

Juste comme les policiers essayaient de mettre de force M. Li dans une voiture de police, sa mère, qui a soixante-dix ans, a saisi son fils et ne le laissait pas partir. Elle a crié :  » Pourquoi vous autres n’êtes-vous pas venu quand ma famille souffrait ? Maintenant que mon fils et ma belle-fille ont retrouvé la santé grâce à la pratique du Falun Gong et que nos vies s’améliorent, vous autres arrivez.  »

Certains des voisins sont arrivés et ont demandé pourquoi ils voulaient emmener M. Li. Un policier a dit :  » Xi Jinping et les Américains viennent dans notre région. Nous permettrons à M. Li de revenir une fois Xi et ses invités partis.  » [ Note du Rédacteur : Xi Jinping est un haut fonctionnaire et en lice pour devenir le président de la Chine.] De plus en plus de villageois ont commencé à se rassembler et à se disputer avec les policiers.

Avec la forte intervention des villageois, les policiers ont permis à M. Li de partir, mais ils ont continué à le suivre et à le surveiller. Le 7 juin, plusieurs policiers ont arrêté M. Li tôt le matin lorsque personne n’était autour. Quand Xi Jinping et ses invités ont finalement quitté la région, M. Li n’a pas été libéré et il a été condamné à un an et à trois mois dans le camp de travaux forcés de la ville de Shijiazhuang, Province du Hebei. Après avoir appris ces nouvelles, les villageois ont recueilli plus de 700 signatures demandant la libération de M. Li et ont laissé leurs empreintes digitales.

Après que l’histoire des 700 signatures ait été annoncée dans les médias internationaux, le Comité Central du PCC et le Comité provincial du Parti ont immédiatement envoyé des forces de sécurité au village. Ils ont d’abord détenu et questionné la mère âgée de M. Li et ont ensuite menacé et intimidé l’épouse de M. Li et ses enfants. Ils ont fouillé la maison de la deuxième fille de M. Li et plusieurs policiers en civil sont allés sur son lieu de travail harceler et faire pression sur son employeur pour avoir plus de renseignements sur l’incident. Ils ont arrêté la deuxième fille de M. Li et ensuite le 2 août 2012 ils ont arrêté sa femme. La famille n’a pas été informée de leur lieu de détention.

Les représentants du PCC ont forcé les villageois à signer des documents déclarant qu’ils ne pratiqueraient pas le Falun Gong. Ils ont aussi tenu une réunion pour intimider et menacer les villageois, en essayant de les forcer à révéler qui avait recueilli les signatures.

Plus de 300 résidents des régions environnantes du canton de Zhengding ont continué à rassembler des signatures et des empreintes de pouce pour soutenir M. Li et ont demandé que le gouvernement le libère immédiatement et rappelle les policiers postés autour du village.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :http://en.minghui.org/html/articles/2012/8/18/135002.html

Version chinoise :http://www.minghui.org/mh/articles/2012/8/5/261204.html

Radio Free Asia : L’implication des autorités chinoises dans la commercialisation de cadavres humains

(Minghui.org) Un message concernant l’origine mystérieuse des spécimens humains fabriqués par Von Hagens Dalian Plastination, Ltd. a largement circulé parmi les internautes chinois. Bo Xilai, autrefois un important homme politique chinois et ancien commissaire de la ville de Chongqing, a été accusé d’avoir approuvé l’entreprise alors qu’il était maire de Dalian, de 1993 à 2000. Le public veut connaître l’origne des cadavres humains et condamne en même temps l’utilisation des spécimens pour le profit.

Selon Radio Free Asia (RFA), alors que le procès de Bo Xilai et de sa femme Gu Kailai est toujours en cours, les activités de Bo quand il était maire de Dalian ont été révélées. Dimanche 12 août, un message au sujet de la compagnie Von Hagens Dalian Plastination a été échangé entre les usagers de l’Internet en Chine. La compagnie allemande est spécialisée dans la fabrication de spécimens humains. Dans l’usine, les cadavres sont plastifiés et leur peau enlevée. On donne aux spécimens des expressions faciales et des postures spécifiques. On dit qu’un spécimen achevé coûte plus de un million de dollars américains. La tournée mondiale des produits de la compagnie appelée Body Worlds, a reçu de nombreuses critiques partout où l’exposition est allée.

Il est notoire que Von Hagens est une compagnie allemande, dont le propriétaire est le descendant d’un nazi. En 1999, Bo Xilai, alors maire de Dalian, a personnellement approuvé l’enregistrement de la compagnie. La compagnie a manufacturé dix mille spécimens humains ayant été plastifiés en de nombreuses postures. Un des cadavres se tient debout tenant sa propre peau. Un autre est une étendue avec le ventre ouvert et un fœtus dans son utérus est clairement apparent. Tous les corps provenaient de Chine. Beaucoup se sont demandés d’où ils venaient.

Lundi 13 août, un médecin chinois qui a souhaité rester anonyme a dit à Radio Free Asia que le nombre de prisonniers exécutés ne pouvait certainement pas pourvoir à l’énorme demande pour toutes les universités de médecine en Chine. « Alors peut-être que les étudiants peuvent utiliser des patients décédés dans les grands hôpitaux. Tout comme les dépouilles des vieux, des pauvres ou des sans domicile fixe qui sont morts après avoir été traînés depuis la rue ou des trains vers les hôpitaux, je ne sais pas ce qui leur est arrivé, » a dit le médecin.

L’écrivain Chen Lan a dit dans son blog: “Le don du corps est un processus étroitement contrôlé en Chine et en dehors de Chine. Le donneur doit être volontaire. La fréquence de donation du corps en Chine est extrêmement faible pour des raisons culturelles, et en conséquence même les universités de médecine disposent d’extrêmement peu de cadavres. Sans l’accord du donneur ou de sa famille proche, il est même illégal d’utiliser les cadavres dans un but médical, et encore moins pour des expositions commerciales. La personne décédée doit aussi être respectée. »

Avant que les médias du Falun Gong ne rapportent que Bo Xilai était impliqué dans la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine et qu’il avait activement participé aux prélèvements d’organes pour le profit, beaucoup ont suspecté que certains de ces restes humains provenaient de pratiquants de Falun Gong.

Wang, un employé du gouvernement chinois qui a enquêté sur la vente illégale d’organes de pratiquants de Falun Gong vivants, s’est exprimé lundi sur RFA. Wang a admis que de telles accusations pourraient tout à fait être vraies.  » Nous savons que non seulement les corps ont été utilisés illégalement, mais il existe aussi des vols d’organes pour la revente. Certains rapports du gouvernement nous poussent à croire que de telles choses existent réellement,  » a dit Wang.

Des gens ont condamné la tournée mondiale de l’exposition des spécimens de Von Hagens que la compagnie a fabriqué à partir de corps de personnes non consentantes. Ils ont dit que c’était immoral de les faire poser dans d’étranges postures. Un chinois a commenté : « Un tel acte est une grave insulte aux restes humains, et c’est l’action des démons ! »

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :http://en.minghui.org/html/articles/2012/8/17/134991.html

Version chinoise :http://www.minghui.org/mh/articles/2012/8/14/261544.html

« Des personnes mauvaises enlèvent un homme bon ! »

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Hebei

(Minghui.org) À 13 h le 21 juin 2012, les habitants du village de Dawali, bourg de Yangjiazhuang, ville de Dingzhou, province du Hebei, ont entendu quelqu’un crier : « Des personnes mauvaises enlèvent un homme bon ! » Les policiers de la brigade de sécurité domestique de la ville de Dingzhou et du poste de police du bourg de Yangjiazhuang ont tenté d’arrêter M. Jia Zhanmin. Avec l’aide de sa famille et des résidents locaux, les policiers n’y ont pas réussi.

La tentative de l’arrestation illégale par la police de M. Jia a été filmée par un villageois.

M. Jia a environ 50 ans et habite dans la zone de carottes du village de Dawali. Dans l’après-midi du 21 juin, M. Jia est rentré à la maison après avoir terminé d’arroser ses carottes. Qu Bo, chef du poste de police du bourg de Yangjiazhuang, l’instructeur Liu Xiaoyong et Zhang Jianpo, membre du personnel du comité politique et législatif du bourg, l’ont suivi à la maison et ont pénétré de force dans sa maison. Qu a demandé M. Jia : « Avez-vous eu des activités ces jours-ci ? » M. Jia a répondu : « Comment puis-je vendre mes carottes si je n’ai aucune activité ? »

Dix minutes plus tard, Ma Tiezhu, capitaine de la brigade de la sécurité domestique de la ville de Dingzhou, Ma Yunfei et plusieurs autres ont pénétré de force dans la maison de M. Jia. L’un d’eux tenait un caméscope et enregistrait tout. Ma Tiezhu a pointé vers une affiche de Falun Dafa et a demandé à M. Jia d’expliquer ce que c’était. M. Jia a répondu : « C’est Falun Dafa est bon ! » Ma Tiezhu a ordonné à ses gens de « le mettre dans la voiture ! »

Tandis que les policiers étaient en train de traîner M. Jia vers une voiture de police, son petit-fils a commencé àhurler et pleurer. Son épouse, son deuxième fils, Fei, et sa belle-fille enceinte ont tenté d’empêcher la police. Ma Tiezhu a saisi de force et tiré les cheveux de Fei, et le reste des policiers ont poussé l’épouse et la belle-fille de M. Jia.

Lorsque M. Jia était sur le point d’être poussé dans une voiture garée dans la rue, sa femme a hurlé : « Des personnes mauvaises enlèvent un homme bon ! Des personnes mauvaises enlèvent un homme bon ! » Ses cris ont attiré l’attention de son fils aîné, Lin, et de ses voisins. Lin a tenté d’empêcher l’arrestation illégale et la police l’a aussi agrippé par les cheveux.

Comme de plus en plus de voisins et de résidents locaux se sont rassemblés, Ma Tiezhu s’est caché dans la voiture. M. Jia a pointé vers Ma et a dit aux villageois : « C’est Ma Tiezhu, le coupable à Dingzhou, il se spécialise dans la torture des pratiquants de Falun Gong. » Il s’est tourné vers Ma et a continué : « Quelles lois ai-je violé en pratiquant l’Authenticité-Bienveillance-Tolérance ? Pourquoi vos gens essayent-ils de me traîner dans la voiture ? Donnez-nous une réponse ! » L’épouse de M. Jia a interrogé ces personnes : « Avant que nous pratiquions le Falun Gong, nous nous battions tout le temps et la famille se désagrégeait, mais vous ne vous en occupiez pas. Maintenant, nous vivons dans le bonheur et vous nous arrêtez ? » Les villageois ont hurlé : « Vous perturbez ces gens. » La famille de M. Jia et les villageois l’ont aidé à échapper de l’arrestation illégale par la police.

Une personne a enregistré sur bande vidéo le processus de M. Jia traîné de son domicile à la voiture de police et ce qui est arrivé par la suite. M. Jia est retourné à son domicile et a fermé sa porte à clé. La police est partie vers 14 h 30.

Avant cet incident, à 21 h le 12 mai, Ma Tiezhu, Peng Caiqin, le secrétaire adjoint du bourg de Zhaocun, Yawei Chen, le chef de la poste de police du bourg de Zhaocun et une dizaine d’autres, ont pénétré de force dans la maison de Mme Zhang Qiaojie, une pratiquante du village de Dasitou, bourg de Zhaocun. Ces gens ont illégalement confisqué les biens personnels de Mme Zhang et ont mis sa maison sens dessous dessus. L’un d’eux a reconnu l’un des pratiquants de Falun Gong, M. Liu Lizhe, et l’a menotté. Ils ont menotté aussi d’autres pratiquants, dont Mme Wang Kunying et M. Liu Lianqing (environ 50 ans). Ils ont battu Mme Wang sur place avec brutalité. Après qu’elle soit tombée sur le sol, ils l’ont traînée dans une voiture. M. Liu a refusé de coopérer, et ils l’ont battu avant de le traîner dans une voiture. Avant d’entrer de force dans la maison de Mme Zhang, ces personnes avaient arrêté Mme Zhang Gaidi de Xiaobaoziding, alors qu’elle était en train de manger. Ces cinq pratiquants ont été incarcérés dans le centre de détention de la ville de Dingzhou. Le 22 mai, quatre d’entre eux ont été emmenés au centre de lavage de cerveau. Mme Wang et Mme Zhang Qiaojie ont été emmenées au camp de travaux forcés pour femmes du Hebei. M. Liu Lizhe et M. Liu Lianqing étaient enfermés dans le camp de travaux forcés du Handan. M. Liu Lianqing a été ensuite libéré pour raisons de santé et est retourné chez lui. Mme Zhang Gaidi est actuellement toujours enfermée au centre de détention de la ville de Dingzhou.

Ceux qui ont directement participé à la persécution (indicatif : 312, pour les appels internationaux, ajouter 86 devant les numéros de téléphone portable et 86-312 devant les lignes terrestres) :

Ma Tiezhu, capitaine de la brigade de la sécurité domestique de la ville de Dingzhou : 2333016, 2322103, 2339968
Les téléphones portables de Ma Tiezhu : 13333127197 (p), 13933221892 (p), 15103129008 (p)
Ma Yunfei, policier de la brigade de sécurité domestique de la ville de Dingzhou : 2321666, 13833268258 (p)
Qu Bo, chef de la poste de police du bourg de Yangjiazhuang : 13833072099 (p)
Liu Xiaoyong, instructeur de la poste de police du bourg de Yangjiazhuang
Zhang Jianpo, membre du personnel de la comité politique et législative du bourg de Yangjiazhuang : 13937398590 (p)

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/8/16/134976.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2012/6/26/259403.html