Que démontre le document confidentiel du Parti communiste ?

(Minghui.org) Selon une source à l’interne, le Bureau général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a récemment émis un document confidentiel aux comités locaux du Parti des différents niveaux, leur donnant des instructions sur comment « maîtriser » la « situation » du Falun Gong.

Selon la source à l’interne, le document dit que depuis juillet 1999, la répression du Falun Gong dure depuis 17 ans déjà. Au cours de ces 17 années, les pratiquants de Falun Gong, leurs enfants et d’autres membres de leurs familles ont été traités injustement. Par exemple, on a empêché les enfants de nombreux pratiquants de Falun Gong de s’enrôler dans l’armée ou de recevoir une éducation, etc. Les promotions sur les lieux de travail ont aussi été supprimées pour les membres des familles des pratiquants.

Le document indique que les autorités vont progressivement procéder à un « allègement ». Cela signifie relâcher la pression sur les pratiquants de Falun Gong et relâcher les contraintes qui pèsent sur le Falun Gong. Toutefois, la procédure d’« allègement » indiquée dans le document précise que « renoncer au Falun Gong » demeure encore la condition préalable pour qu’un pratiquant soit « allégé » de la pression.

Le 30 août, une réunion a été convoquée dans la salle de réunion de la Commission des affaires politiques et juridiques d’une ville en Chine en demandant que toutes les entreprises d’État de la ville qui emploient des pratiquants de Falun Gong envoient un représentant à la réunion. La raison de la réunion était d’annoncer ce document. Le document est confidentiel, mais les responsables du niveau de canton (Xiang en chinois) et supérieur y ont eu accès.

Une personnalité qui a des opinions « dissidentes », mais restant au sein du régime, a commenté le document : « Cela montre que la répression [à l’encontre du Falun Gong] se heurte à un dilemme. Elle fait face à d’énormes obstacles si elle doit continuer. Mais le régime du PCC ne veut pas restaurer complètement la réputation du Falun Gong, car ce serait se gifler lui-même. Ainsi, ils essaient de trouver un moyen plausible pour « alléger » les contraintes qui pèsent sur les pratiquants. Cependant, même cette  »réparation » n’est pas complète. Ils forcent encore les pratiquants à renoncer au Falun Gong et ces derniers ne seront pas  »allégés » de la pression s’ils refusent de le faire. »

Jiang Zemin, l’ancien chef communiste qui a lancé et dirigé la persécution, et ses partisans sont soumis à une forte pression maintenant, puisque bon nombre d’entre eux ont déjà été arrêtés pour corruption ou « violation des disciplines politiques » et certains font l’objet d’enquête. Un des participants à la réunion a dit que, depuis que Jiang et sa bande sont dans cette situation, « personne, même les membres du Comité politique et juridique, ne savent comment mener à bien la politique de ce document. Nous devons attendre un nouvel ordre des autorités ».

Les pratiquants de Falun Gong pense que le document démontre que la répression est dans une impasse. Mais la bande de Jiang ne veut pas admettre l’échec et ils ont créé ce document pour tester l’atmosphère. Le soi-disant « allègement » de la pression sur les pratiquants est, en fait, une tentative pour alléger la pression sur le PCC lui-même. Cependant, la nature du PCC est tellement enracinée que le Parti ne changera jamais son caractère inné, qui est contre l’humanité, contre la société et à l’antithèse du principe du Falun Gong Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

La persécution du Falun Gong par le PCC était destinée à échouer depuis le début. Rien ne peut changer ce fait. Les pratiquants de Falun Gong, par ailleurs, qui ont pris le chemin d’une morale élevée face à la persécution implacable, sont en train de gagner le respect du monde.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/3/158533.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/2/333901.html

Publicités

Le PCC est contre les meilleurs intérêts de la Chine

(Minghui.org) Durant ces 17 dernières années, les pratiquants de Falun Gong ont démontré une grande compassion dans leur résistance pacifique à la brutale persécution lancée par Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du régime communiste. Ils maintiennent fermement leur croyance, exposent courageusement les atrocités commises par les autorités communistes, et n’hésitent pas à clarifier la vérité sur cette méthode de cultivation et pratique pour le bienfait des autres.

Cependant, le Parti communiste chinois (PCC), afin de continuer son règne autocratique sur le peuple chinois, utilise la violence et la tromperie. Le régime accuse le Falun Gong de « s’impliquer dans la politique » et l’étiquette d’être « contre la Chine ».

Beaucoup de gens innocents ont été trompés par de tels mensonges, ont formé des préjugés contre le Falun Gong et sont involontairement tombés dans un piège dangereux créé par le Parti et ses mains noires.

Le droit fondamental d’être impliqué dans la politique

La politique dans un sens large n’a pas de signification dénigrante, car elle implique des activités associées avec le gouvernement d’un pays et des activités qui ont un lien avec les affaires publiques et les intérêts publics. Tout le monde a le droit d’être impliqué en tant que tel.

Définie plus étroitement, la politique implique aussi des activités qui gagnent et maintiennent le pouvoir politique et les façons dont un pays est gouverné.

Cependant, sous le règne autocratique du PCC, la phrase « politique » est devenue une matraque ou un gourdin. Le terme crée des peurs psychologiques excessives chez les gens quand il est mentionné, étant donné les purges politiques impitoyables et la persécution commises par le PCC durant une longue période.

Résister à la persécution n’est pas être politique

Le Falun Gong, en tant que méthode de cultivation et pratique de l’esprit et du corps, est basé sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance et donc n’a rien à voir avec la politique. Les pratiquants qui s’efforcent d’être de bonnes personnes en suivant les principes du Falun Gong dans leur vie quotidienne, ne sont pas intéressés par la politique. Leur indifférence à la politique se rapporte spécialement à la politique pratiquée par le PCC, qui est remplie de violence et de tromperie.

Le Falun Gong est largement reconnu autour du monde comme une méthode de cultivation et pratique pacifique qui apporte aux gens de grands bienfaits physiques et mentaux. Les pratiquants participent à de nombreuses activités communautaires et ont eu des éloges des gens de tous les horizons. Le Falun Gong ne s’implique dans aucune dispute entre des partis politiques.

Pratiquer notre droit constitutionnel

La Constitution chinoise octroie à chaque citoyen chinois « la liberté de parole, de la presse, de se rassembler, de s’associer, de procession et de manifester ; la liberté de croyance religieuse ; et le droit de critiquer et de faire des suggestions à n’importe quel organe ou fonctionnaire, parmi d’autres. »

Étant donné les droits accordés par la Constitution, des gens innocents qui sont brutalement persécutés ont le droit de dire aux persécuteurs de cesser la persécution.

Qui est vraiment contre la Chine ?

Depuis que le PCC est venu au pouvoir en Chine, il a apporté une énorme douleur et souffrance au peuple chinois et a bradé les intérêts nationaux de la Chine à grande échelle.

Des dizaines de millions de Chinois ont perdu leur vie durant les nombreux mouvements politiques et purges.

Le peuple chinois est privé de son droit constitutionnel à la liberté de parole, à la liberté de la presse et au droit de vote.

Sous le règne du PCC, plus de 1,8 million de kilomètres carrés du territoire chinois ont été donnés secrètement, y compris plus d’un million de kilomètres carrés du territoire que Jiang Zemin a donné à la Russie en décembre 1999.

Les responsables de haut rang du PCC, tels que Jiang Zemin et Zhou Yongkang, ont encouragé la corruption à tous les niveaux du gouvernement, ce qui a entraîné une dégradation rapide de la morale à travers la Chine. Les Chinois communs s’inquiètent de leur sécurité.

Quand nous réfléchissons sur ce qui est arrivé depuis que le PCC a pris le pouvoir, ce n’est pas difficile de voir qui est vraiment contre la Chine.

L’histoire montrera que le Falun Gong apporte à la société de nombreux bienfaits sans aucun mal, tout comme il l’a fait avant que le régime communiste l’interdise.

La résistance pacifique des pratiquants de Falun Gong à la persécution du PCC durant ces 17 dernières années a démontré le pouvoir de la droiture. Les pratiquants ont enduré de grandes souffrances pour préserver la justice, pas pour eux-mêmes, mais pour l’amélioration de l’humanité. Ils sont une force qui apporte la stabilité sociale.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/8/6/158129.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/7/20/331618.html

Les professionnels du monde juridique changent d’attitude envers le Falun Gong

(Minghui.org) Après avoir vu des rapports récents sur le site Internet Minghui chinois, il semble y avoir des indications montrant que de nombreux professionnels du domaine juridique changent leur positionnement quant au Falun Gong et ne suivent plus à la lettre la politique du Parti communiste chinois (PCC) de persécuter les pratiquants de Falun Gong. Plusieurs exemples récents sont cités ci-dessous.

Réouverture d’un dossier en vue d’un nouveau procès

Les pratiquants de Falun Gong Zhou Xiangyang et Li Shanshan de Tianjin ont été jugés et condamnés par le tribunal populaire du district de Dongli. Leurs avocats et familles ont déposé une plainte contre le juge pour avoir violé les procédures légales lors du procès. Le tribunal a donc décidé de tenir un nouveau procès.

Un incident comme celui-ci aurait eu peu de chance de se produire dans le passé. Selon des analystes, il pourrait y avoir deux raisons à ce nouveau procès. D’abord, le juge a peur d’être tenu responsable de sa violation de la procédure légale. Deuxièmement, ceux qui ont participé au premier procès essaient de montrer qu’ils respectent la loi à la lettre, prouvant ainsi qu’ils ne devraient pas être tenus responsables des violations du droit survenus avant, au moment où la persécution du Falun Gong s’arrêtera et que les responsables seront jugés.

Le Parquet renvoie un dossier de dépôt de plainte

Le 10 novembre 2015, les pratiquants de Falun Gong Gao Jianping, Wei Ningju et Wu Jinlan ont été arrêtés par des agents de la Division de la sécurité intérieure du district de Litong de la ville de Wuzhong, région autonome du Ningxia, parce qu’ils avaient déposé une plainte contre Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du PCC qui a lancé la persécution brutale. Le dossier a été expédié au Parquet, mais a été renvoyé à deux reprises à la Division de la sécurité intérieure.

Le procureur : « J’espère que l’on traitera le dossier avec indulgence

Le dossier de M. Zhang Jinsheng a fait l’objet d’une deuxième audience au tribunal du canton de Gucheng de Hengshui, province du Hebei. L’accusation était la même phrase passe-partout « utiliser une secte pour saboter le respect de la loi ». L’avocat de la défense a réfuté les accusations et a fait remarquer que M. Zhang avait été torturé par la police.

Le procureur a sorti le CD du Falun Gong que M. Zhang distribuait comme « preuve ». M. Zhang a demandé qu’on l’écoute dans le tribunal. Le juge y a consenti. Le procureur ne voulait pas qu’on permette d’écouter le CD, mais a été obligé de suivre les ordres du juge. Le CD contenait des articles comme « Poursuivons Jiang Zemin en justice », « Procès mondial contre Jiang Zemin », une lettre à Qu Hongjun et un article intitulé « Désintégrer la culture du Parti ».

L’avocat de M. Zhang a fait valoir que le contenu du CD prouvait que M. Zhang n’était pas coupable d’une activité criminelle, mais montrait seulement la bienveillance des pratiquants de Falun Gong envers le peuple chinois.

Quand le juge a demandé au procureur s’il avait quelque chose à ajouter, le procureur a répondu : « Rien à ajouter. J’espère que le dossier sera traité avec indulgence. »

Un juge ne confirme pas un verdict

Le 25 mars, le dossier de Mme Cai Suping, une pratiquante de Falun Gong, a fait l’objet d’une troisième audience au tribunal du parc industriel de Suzhou, province du Jiangsu. L’avocat de Mme Cai a soutenu qu’elle était innocente. Le juge a enfin rendu un verdict qui annonçait une peine de huit mois de prison et a ensuite informé le mari de Mme Cai qu’il pouvait la ramener à la maison le 7 avril.

Un tribunal refuse de juger une pratiquante

Une pratiquante a été libérée récemment après qu’un tribunal local a refusé de la juger pour avoir révélé la persécution du Falun Gong

Le 25 septembre 2015, Mme Li Meiling, une pratiquante de Falun Gong de la ville de Houma, province du Shanxi, a été arrêtée lorsqu’elle distribuait de l’information concernant la persécution. Le 30 octobre, le Parquet a émis un mandat d’arrêt officiel et a transféré son dossier au tribunal local.

Cependant, le tribunal a refusé de poursuivre Mme Li. Le bureau judiciaire local n’a montré aucun intérêt non plus à s’y impliquer.

La police n’avait d’autre choix que de donner un ordre de détention de six mois avec effet rétroactif et le 25 mars ils l’ont libérée.

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/4/10/156222.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/4/1/326091.html

D’un côté la compassion, de l’autre la cruauté : Un ancien refuge juif sûr et une prison tristement célèbre dans une même rue de Shanghai

Écrit par Xiao Xian

(Minghui.org) Deux lieux marquants sont situés sur la route de Changyang à Tilanqiao, district de Hongkou, à Shanghai : le musée des réfugiés juifs de Shanghai, qui a été un refuge sûr pour les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, et la prison de Tilanqiao, tristement célèbre pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.

Shanghai a ouvert ses portes aux Juifs qui étaient menacés d’être tués par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus de 20 000 personnes juives ont échappé à la Shoah en s’enfuyant à Shanghai et ont trouvé refuge à Tilanqiao. L’histoire a enregistré la compassion du peuple chinois. L’ancien Ohel Moshe est aujourd’hui le musée des réfugiés juifs de Shanghai.

2016-04-shanghai-1
Musée des réfugiés juifs de Shanghai

Cependant, en face de ce refuge se trouve la prison de Tilanqiao de Shanghai, où les pratiquants de Falun Gong sont persécutés. En raison de l’emplacement de la prison, « Tilanqiao » est un surnom pour la prison pour les résidents de Shanghai.

La prison de Tilanqiao est tristement célèbre pour persécuter les pratiquants de Falun Gong innocents depuis 1999. Comme ceux des autres prisons et camps de travail en Chine, les responsables de la prison de Tilanqiao exécutent la politique de persécution génocidaire de Jiang Zemin de « ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement » et « battre à mort [les pratiquants de Falun Gong] comptera comme un suicide ».

En raison du blocus d’Internet de la Chine, il est impossible d’obtenir un décompte précis du nombre de pratiquants qui sont morts en prison ou les récits de torture auxquels ils ont été soumis à Tilanqiao. Cependant, on sait que des pratiquants de Falun Gong sont toujours emprisonnés dans la prison de Tilanqiao.

2016-04-shanghai-2
La Prison deTilanqiao à Shanghai

Dans la même ville et sur la même rue, d’un côté : un refuge pour les victimes des crimes génocidaires nazis, et de l’autre une prison qui exécute la politique génocidaire du Parti communiste chinois (PCC). Ils forment un contraste frappant sur la route de Changyang : d’un côté la compassion et de l’autre la cruauté.

Les nazis, qui ont participé à la persécution des Juifs, ont été jugés et condamnés après la guerre, y compris des infirmières et des gardiens. En 2013, Hans Lipschis, 93 ans, qui a été expulsé des États-Unis pour avoir menti sur son passé nazi, a été arrêté par les autorités allemandes sur les allégations selon lesquelles il avait servi comme garde du camp de la mort d’Auschwitz.

La vengeance du ciel peut sembler tarder, mais elle est sûre. Telle est la loi du ciel : le bien sera récompensé et le mal puni. J’espère que ceux qui ont participé à la persécution du Falun Gong cesseront immédiatement, répareront les dommages qu’ils ont causés et se garderont un espace de sécurité où trouver refuge.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/4/8/156205.html
Version chinoise : 同一条街上的“避难所”和“集中营”

Qu’essayait de couvrir le couvre-feu de la place Tiananmen ?

Écrit par Xinran, un pratiquant de Falun Gong en Chine

(Minghui.org) La coup monté de « l’auto-immolation sur la place Tiananmen » du 23 janvier 2001 a trompé le peuple chinois et les gens du monde et calomnié le Falun Gong. Il deviendra probablement l’un des mensonges qui signe le Parti communiste chinois, semblables à « Confucius a empoisonné les gens depuis 1000 ans » et « les Taïwanais vivent dans un abîme de souffrances ».

La raison du couvre-feu de Tiananmen

Je discutais une fois avec un collègue quand j’ai mentionné « l’auto-immolation sur la place Tiananmen ». J’étais sur le point de lui dire que c’était une mise en scène, quand il m’a souri sciemment et dit : « C’est truqué ! » Je lui ai demandé comment il savait. Il a répondu : « La place Tiananmen était sous couvre-feu avant que « l’auto-immolation » ait lieu. Un de mes amis avait prévu de visiter la place avant de quitter Pékin ce jour-là. Il n’a pas été autorisé à y entrer et on lui a hurlé dessus quand il a demandé pourquoi. Après avoir vu le reportage sur les prétendues auto-immolations, il a réalisé que c’est arrivé peu de temps après qu’il était là-bas. »

Le couvre-feu soudain et inattendu était en place pour que la mise en scène de « l’auto-immolation » puisse être filmée. Les gens pouvaient facilement voir la supercherie bien planifiée et top-secrète de la nation. Les Chinois ont un dicton, « le papier ne peut pas envelopper le feu », ce qui signifie que la vérité éclatera tôt ou tard.

Le tournage vidéo bien planifié le montre clairement

Il m’est arrivé de parler à un photographe professionnel. Quand je lui ai dit que « l’auto-immolation » avait été mise en scène, il a dit qu’il n’était pas du tout surpris. Il a dit qu’il pouvait dire que la vidéo qui a été diffusée provenait de plusieurs vidéos filmées par plusieurs caméras sous des angles différents. Il a dit que c’était une composition de plans fixes et de gros plans stables et focalisés. Il a dit qu’il ne pouvait absolument pas croire que c’était l’enregistrement d’un événement inattendu.

Enquête terminée en deux heures ?

Plus incroyable est la vitesse du reportage de la télévision. Deux heures après l’incident, CCTV a diffusé son reportage de l’incident, y compris les enquêtes en chinois et en anglais. Comment pourrait-on faire une enquête en deux heures ? Compte tenu du système politique en Chine, cela aurait pris beaucoup de temps pour faire le reportage et aurait traversé plusieurs niveaux bureaucratiques pour obtenir l’autorisation.

L’Agence de presse Xinhua a publié le reportage en anglais au monde entier avec une vitesse sans précédent, affirmant que les cinq personnes qui se sont brûlées, étaient des pratiquants de Falun Gong. Toutefois, lorsqu’un journaliste de VOA (Voix de l’Amérique) a appelé le Bureau de la sécurité publique municipale de Pékin pour vérifier le reportage, il a été dit qu’ils ne savaient pas quoi que ce soit. Comment la propagande pourrait dépasser l’enquête policière ? La vitesse du reportage lui-même indique que c’était bien planifié à l’avance.

Il y a plusieurs défauts, mais ce couvre-feu prévu montre en soi que l’incident a été fabriqué.

J’apprécie profondément les efforts de toutes les personnes qui ont exposé le mensonge et répandu la vérité. Je suis sincèrement content pour les gens qui ont appris les faits. Cependant, beaucoup de Chinois sont encore trompés par « l’auto-immolation » et ont des malentendus et de la haine contre les pratiquants de Falun Gong.

Une fois, j’ai envoyé une lettre clarifiant la vérité à un courrier électronique. La réponse était : « Va aussi loin que tu peux ! Qui le croit ? N’as-tu pas connaissance de l’auto-immolation ? »

Je n’étais pas en colère contre lui. Cependant, j’étais très triste quand j’ai réalisé que le Parti communiste chinois a trompé tellement de gens pendant des décennies. Maintenant, beaucoup de gens avalent automatiquement les mensonges et ne pensent pas par eux-mêmes.

J’ai répondu : « J’apprécie votre franchise. Je voudrais que nous soyons amis. La raison pour laquelle que je vous ai envoyé le courrier électronique, c’est parce que nous tous avons été trompés par le CCTV et le gouvernement. La soi-disant ‘auto-immolation’ a été mise en scène. Le Falun Gong est une grande cultivation et pratique qui a bénéficié à des millions de personnes ici en Chine, mais aussi à l’étranger. Pensez-y, si le Falun Gong n’est pas bon, alors pourquoi est-ce que tant de gens le pratiquent ? La Chine est le seul pays dans le monde entier qui a interdit le Falun Gong… »

Je n’ai pas reçu de réponse. Je me demande comment il va, mais malheureusement, il n’est pas la seule personne qui a été trompée. J’espère sincèrement que tous les Chinois se réveillent !

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/3/16/155925.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/3/8/325094.html

Le Parti communiste chinois craint les mots Authenticité Bienveillance Tolérance

Écrit par Ming De

(Minghui.org)

Le Falun Gong est basé sur le principe Authenticité Bienveillance Tolérance. Le Parti communiste chinois (PCC) persécute le Falun Gong depuis 1999. Le régime craint ces trois mots énonçant le principe du Falun Gong et ordonne à ses forces de sécurité d’incarcérer ceux qui les soutiennent ouvertement.

Incarcéré dans des camps de travaux forcés pour avoir affiché les trois caractères sur le mur d’un bâtiment

M. Wen Yujie de Jieshou dans la province du Anhui a beaucoup bénéficié de la pratique du Falun Gong. En 1997, il a souhaité permettre à davantage de gens d’en bénéficier eux aussi. Il a décidé de faire afficher les trois caractères chinois : « Authenticité Bienveillance Tolérance » sur le mur de son immeuble de cinq étages donnant sur la rue principale.

Il en a parlé à l’adjoint du maire, Zhang, responsable de la construction dans la ville de Jieshou et Zhang a trouvé que c’était une bonne idée et a accepté la proposition d’une réunion l’après-midi même.

Trois grands caractères « Authenticité Bienveillance Tolérance » de couleur or ont été soigneusement encastrés sur le mur de plus de quinze mètres de haut. Ils attiraient les regards et étaient visibles de loin. De nombreux passants ont exprimé leur contentement à la vue des caractères.

Lorsque le PCC a initié la persécution du Falun Gong en 1999, le gouvernement de la ville de Jieshou s’est joint à la persécution et a envoyé la police pour forcer M. Wen a recouvrir les caractères de peinture. M. Wen a alors gentiment expliquer comment il avait personnellement bénéficié du Falun Gong, mais ça n’a été d’aucune aide.

Sa maison a été fouillée huit fois entre 1999 et 2005. Il a été détenu quatre fois et incarcéré dans un camp de travaux forcés pendant deux ans. Il a été brutalement battu. Sa femme, Mme Wu Cuiying, a été elle aussi incarcérée dans un camp de travaux forcés pendant deux ans. M. Wen a dû partir de chez lui pour éviter davantage de persécution.

Emprisonné quatre ans pour avoir offert des cartes du Nouvel An portant les trois caractères à des élèves

M. Ma Qingping, un professeur d’art à Puyang dans la province du Henan, a préparé 200 cartes de vœux avant les vacances d’hiver de 2009. Sur les cartes étaient imprimés les trois caractères « Authenticité Bienveillance Tolérance ». Il les a distribuées à ses élèves.

Le directeur de l’école l’a dénoncé à la police et a ordonné à plusieurs élèves d’être témoins afin d’inculper M. Ma. Le directeur a aussi aidé la police à forcer plus de 170 étudiants à rendre les cartes de vœux offertes par leur professeur.

Plus de 50 étudiants ont refusé de rendre les cartes et ont soutenu leur professeur. M. Ma n’en a pas moins été illégalement condamné à quatre ans de prison.

Un directeur d’école primaire meurt de la persécution pour avoir imprimé les trois caractères

M. Nian Shaotang est décédé à l’âge de 76 ans en raison de la persécution. Il était le directeur de l’École primaire de Taikang, bourg de Yuanyingjie, canton de Bin, province du Heilongjiang.

La police a pénétré dans sa maison le matin du 7 novembre 2000. Ils ont dit qu’ils avaient reçu l’ordre de le surveiller lui ainsi que sa famille. Les agents ont vu des feuilles de papier imprimées avec les trois caractères « Authenticité Bienveillance Tolérance » sur une table.

Ils ont emmené M. Nian et son fils Nian Jingsheng au centre de détention n° 2 du canton de Bin. Nian Jingsheng a été emmené au camp de travaux forcés de Changlinzi pour un an. Le directeur Nian a été détenu pendant 56 jours et torturé presque jusqu’à la paralysie avant d’être finalement relâché.

La police locale a harcelé le directeur à de nombreuses reprises et l’a intimidé ainsi que les membres de sa famille. Il a été arrêté encore deux fois et détenu pendant 86 jours. La torture physique et mentale et le fréquent harcèlement des policiers ont eu raison de sa santé.

Il est décédé le 1er juillet 2005, alors que son fils était toujours détenu dans le camp de travaux forcés de la province du Guandong. Dix mois plus tard, l’épouse du directeur est décédée elle aussi.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/1/13/154788.html
Version chinoise : 中共如此惧怕“真、善、忍”三个字


Rapport annuel Minghui 2015 : Nouvelle vague de poursuites judiciaires contre Jiang Zemin

Ma mère mérite la justice

Écrit par un jeune garçon de la province du Fujian, Chine

(Minghui.org) Ma mère est gentille et respectable, mais elle a été arrêtée et détenue au camp de travaux forcés, parce qu’elle croit au Falun Dafa, un exercice de l’esprit et du corps que le Parti communiste chinois (PCC) interdit aux gens de pratiquer depuis 16 ans.

Mon père m’a dit que ma mère a été très malade. Elle prenait des médicaments presque tous les jours, ne pouvait pas faire beaucoup de ménage et avait un mauvais caractère. Dans mes premiers souvenirs, je me souviens que maman jouait au mahjong et papa faisait le ménage. Elle me grondait et me battait de temps à autre, disant : « Un bon fils passera sous le bâton. ‘Passer le bâton et gâter l’enfant’, comme ils disent. »

Elle a complètement changé après qu’elle a commencé à pratiquer le Falun Dafa. Elle était gentille avec les gens, faisait beaucoup de ménage et a cessé de jouer su mahjong. Lorsque nos voisins louaient sa gentillesse, elle a souvent répondu : « C’est parce que Maître Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa, m’a appris à être ainsi. Je lui suis très reconnaissante. »

Après cela, je ne me souviens pas de la voir encore prendre un médicament quelconque. Elle était parfois malade, mais étonnamment, elle faisait juste les exercices du Falun Dafa et guérissait rapidement.

Je ne peux pas croire qu’elle a été maintenant arrêtée et mise dans un camp de travaux forcés.

Depuis que je suis un petit enfant, la police, dans mon esprit, était des voleurs ou pire encore. Ils ont donné des coups de pied dans la porte, ont saccagé notre maison, ont pris notre télévision et le lecteur de VCD et laissé un énorme gâchis. J’étais juste caché dans un coin, pleurant pendant tout ce temps.

Je ne peux jamais oublier quand papa m’a emmené rendre visite à maman dans le camp de travaux forcés. Papa est entré dans une pièce pour lui parler, mais les gardes m’ont fait rester à l’extérieur. Par la fenêtre, je pouvais les voir parler, mais je ne pouvais pas entendre quoi que ce soit. J’ai pleuré, le cœur brisé. Combien j’ai souhaité pouvoir lui parler ! Même juste quelques mots ! Combien j’aspirais à sa voix douce et sa caresse apaisante !

Pourquoi cela est-il arrivé à ma famille ? Avons-nous fait quelque chose de mal ? Ma mère a-t-elle commis un crime ?

Maintenant que je suis plus âgé, je comprends que tout cela, c’est parce que l’ancien chef du PCC Jiang Zemin a abusé de son pouvoir et mis en place la persécution du Falun Dafa sans aucune raison valable.

Je fais appel au gouvernement chinois et à la communauté internationale de divulguer ouvertement et honnêtement comment Jiang et ses partisans ont calomnié le Falun Dafa, de restaurer la réputation du Falun Dafa, de s’excuser auprès de Maître Li Hongzhi et auprès des pratiquants et de leur famille.

Je demande la justice pour ma maman et l’indemnisation pour ma famille. Les persécuteurs devraient être tenus responsables.

Je pense que Jiang Zemin, l’instigateur de la persécution, sera finalement traduit en justice.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/12/15/154097.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/12/7/320071.html