Des agents communistes à Changchun prévoient condamner M. Li Zhiyong à la prison

Article initialement publié en chinois et en anglais en novembre 2007

(Minghui.org) Un pratiquant de Falun Gong de la ville de Changchun, M. Li Zhiyong, a été arrêté à nouveau le 26 octobre 2007 et emmené à la prison de Jilin. Les agents communistes de Changchun prévoient condamner M. Li Zhiyong à la prison.

M. Li Zhiyong, 30 ans, avait auparavant été torturé jusqu’au seuil de la mort. En mars 2002, les fonctionnaires du département de police du district de Luyuan l’ont illégalement arrêté et lui ont extorqué une confession sous la torture. Il a été détenu vingt et un mois au centre de détention de Tiebei. Plus tard, il a été condamné à quatre ans de prison et incarcéré à la prison de Jilin où il a développé un syndrome néphrétique causé par la torture. Grâce aux efforts de sa famille et d’autres, M. Li a finalement été relâché pour raison médicale, dix-sept mois après la fin de son terme. Le 13 octobre 2004, M. Li Zhiyong s’est rendu à l’Hôpital des chemins de fer de Jilin pour une transfusion sanguine puis a voulu rentrer chez lui. Alors qu’il s’apprêtait à partir, les médecins ont remis deux pilules à sa famille leur demandant de les lui faire prendre. Sur le chemin de retour son état est devenu critique. À la maison, son état a encore empiré. Il n’était plus capable de subvenir à ses besoins quotidiens. Il avait aussi des difficultés à respirer et était incapable de s’étendre, il avait du mal à parler. Tout le corps de M. Li était enflé et déformé, et il était à peine reconnaissable.

La famille de M. Li l’a porté à l’Hôpital de Xiehe à Pékin le 5 novembre 2004, où on lui a diagnostiqué de l’urémie. Le médecin a dit que la vie de M. Li était en danger à tout moment et qu’il nécessitait des soins médicaux intensifs et coûteux, mais qu’ils ne pouvaient pas garantir le temps qu’il lui restait à vivre. Sa famille n’a eu d’autre choix que de le ramener chez lui.

Une fois chez lui, M. Li Zhiyong avait la ferme croyance que seul le Falun Dafa pouvait le sauver. Il croyait en le Maître et en Dafa et étudiait le Fa et pratiquait les exercices. Il a peu à peu retrouvé la santé et a finalement complètement récupéré. Il a recommencé à travailler en mai 2006.

Avant son arrestation, il tenait une boutique au 8e étage du Village de la science et de la technologie de Ouya à Changchun. Ayant perdu sa carte d’identité, il s’est rendu au poste de police de Baijulu pour régler le problème le 26 octobre 2007 et il a disparu depuis. Ses parents l’ont cherché partout. Huit jours plus tard, ils ont été informés que M. Li Zhiyong avait été arrêté et était détenu à la troisième division de la prison de Jilin. Son père est allé le voir à la prison, mais les gardes lui ont interdit la visite.

Les parents de M. Li se sont rendus au département judiciaire de la province du Jilin pour rapporter la situation. Lorsque le garde a entendu dire que l’affaire était liée au Falun Gong, il a dit : « Nos supérieurs interdisent tout rapport sur le Falun Gong. » Une lettre que sa famille avait postée au chef de la prison de Jilin a également été retournée.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2007/11/23/91552.html
Version chinoise : http://minghui.org/mh/articles/2007/11/16/166651.html

Publicités

Un membre de faculté de l’Université d’ingénierie de Changchun traduit Jiang Zemin en justice

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) Dr Zou Xiangyang, de l’Université d’ingénierie de Changchun, a déposé une plainte contre l’ancien dictateur Jiang Zemin pour avoir initié la persécution du Falun Gong. Dr Zou a été arrêté, condamné et harcelé plusieurs fois au cours des 16 dernières années, juste pour sa pratique du Falun Gong.

Dr Zou souffrait de nombreuses maladies avant de pratiquer le Falun Gong, telles qu’une maladies cardiaque génétique et de l’anxiété chronique. En raison de sa mauvaise santé, il a même dû suspendre ses études pour son diplôme de doctorat. Toutefois, il a retrouvé la santé seulement un mois après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong et a complété son diplôme par la suite.

Condamné à trois ans de travaux forcés pour avoir fait appel pour le Falun Gong

Dr Zou est allé à Pékin faire appel pour le droit à la pratique du Falun Gong en juillet 2000. Il a été arrêté et détenu pendant 15 jours.

Dans sa lettre de plainte, M. Zhou a écrit : « J’ai été arrêté à nouveau en mars 2002 au milieu d’un cours. La police m’a bandé les yeux et m’a emmené au département de police de Jingyuetan. »

« Pendant ma détention, j’ai été attaché à une chaise de fer alors que la police utilisait des matraques électriques pour m’électrocuter. Ils m’ont giflé le visage et m’ont battu avec une tige de métal. Ils ont également mis un seau en métal au-dessus de ma tête de l’après-midi jusqu’à tard dans la soirée. J’ai été détenu au centre de détention de Tiebei pendant un mois. Par la suite, on m’a condamné à trois ans au camp de travaux forcés de Chaoyanggou. »

Tortuté mentalement et physiquement au camp de travail

Au camp, Dr Zou a été forcé de s’asseoir sur un petit tabouret pendant une longue période chaque jour. Finalement, la peau de ses fesses a été déchirée et ses sous-vêtements ont collé à ses fesses. C’était extrêmement douloureux quand il a tenté d’enlever ses sous-vêtements. Plus tard, en raison des mauvaises conditions, il a contracté la gale.

La nourriture qu’il mangeait était parfois mauvaise et sentait pourri. Le riz et la farine qu’ils recevaient étaient vieux et périmés.

« J’ai dû faire quelques travaux forcés dans le camp. J’ai dû creuser le sol au printemps et cueillir le maïs à l’automne. Nous devions procéder au traitement du maïs en hiver et faire des travaux de construction et des sacs en papier dans nos temps libres », a ajouté M. Zou.

« La torture mentale était le pire. J’était obligé de regarder des vidéos et lire des documents qui calomniaient le Falun Gong. Nous étions aussi forcé de rédiger un  »rapport de pensée » une fois par mois. Le  »rapport de pensée » devait répondre à la norme, sinon nous étions plus gravement torturés. J’ai été forcé de m’asseoir sur le sol en béton et privé de sommeil pour ne pas avoir écrit le rapport qu’ils voulaient.

« Dans la soirée du 7 avril 2004, la garde Wang Kai a ordonné aux détenus criminels de battre et menacer tous les pratiquants et les empêcher de dormir, parce qu’ils n’avaient pas signé leur nom sur le rapport. »

En septembre 2003, on a dit à l’épouse et au fils de M. Zou d’aller au camp. Les gardes ont exercé des pressions sur sa femme pour qu’elle divorce dans une tentative de le forcer à renoncer à sa croyance.

La santé de M. Zou s’est détériorée en raison de la grave persécution. Il a perdu près de 18 kg et a développé une tuberculose et une pneumonie. Il avait de la difficulté à marcher et a été libéré pour cause médicale le 25 mai 2004.

Une seconde peine de travaux forcés

Dr Zou a été arrêté à nouveau chez lui le 24 avril 2007 et la police a saccagé son domicile. Ils ont confisqué le livre Zhuan Falun, deux livres électroniques, un lecteur MP3 et un ordinateur. Après un mois de détention, il a été de nouveau condamné à un an dans un camp de travaux forcés.

La famille souffre

Dr. Zou a écrit à propos de la souffrance de sa famille dans sa plainte :

« Mon arrestation et mes années dans les camps de travaux forcés ont affecté ma mère. Elle est morte en octobre 2002 à la suite des pressions exercées par les autorités et le stress causé par ma situation.

Après sa mort, ma femme est allée au camp de travail et a demandé si je pouvais aller aux funérailles de ma mère. Les gardes ont utilisé cela comme une tentative pour me faire renoncer à ma croyance, mais j’ai refusé. Après deux heures dans une impasse, j’ai pu aller à l’enterrement de ma mère.

Au cours des 16 dernières années, j’ai été harcelé d’innombrables fois. Ma femme et mon fils ont aussi subi beaucoup de harcèlement. Après que j’ai été arrêté, ils n’ont pas été informé de l’endroit où je serais placé en détention, donc ma femme a parcouru tous les postes de police locaux, les départements de police, les centres de détention, les camps de travail et les centres de lavage de cerveau pour me trouver. Elle était effrayée et déprimée et avait subi de lourdes pertes financières. Elle devait élever notre fils elle-même.

Mon fils a également souffert quand il était jeune. Je n’étais pas là pour prendre soin de lui ni être avec lui. Les autres enfants ont leurs parents pour prendre soin d’eux ou passer du temps avec eux pour s’amuser. Mais mon fils n’avait pas cela.

Lors d’un Nouvel An chinois, certains enfants lançaient des feux d’artifice avec leur père, mais mon fils était là tout seul et regardait.

Il était victime d’intimidation et de discrimination à l’école et a en conséquence développé un mauvais comportement. Il a un mauvais caractère et n’aime pas étudier. »

Perte financière

Dr Zou devait être promu professeur agrégé en octobre 2000, mais il a été ignoré, car il refusait de renoncer à sa croyance en le Falun Gong. Il a été démis de ses fonctions de professeur et a dû travailler dans un laboratoire.

Son salaire mensuel était de 500 yuans de moins que celui d’un professeur agrégé. Au cours des 16 dernières années, il a perdu près de 180 000 yuans en revenu.

Son salaire a été suspendu au cours de sa détention au camp, totalisant une perte totale de 108 000 yuans en salaire.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/9/3/152363.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/8/20/314250.html

Plus de 100 pratiquants de Falun Gong du district de Jiutai, ville de Changchun, poursuivent Jiang Zemin en justice entre fin mai et le 23 juillet

(Minghui.org) Plus de 120 000 pratiquants de Falun Gong en Chine ont déposé des plaintes pénales contre Jiang Zemin entre la fin mai et le 30 juillet 2015, selon des rapports compilés par le site Internet Minghui. Plus de 100 pratiquants proviennent du district de Jiutai, ville de Changchun, province du Jilin.

Les plaintes accusent l’ancien dictateur chinois d’avoir lancé la répression brutale du Falun Gong et le tiennent pour responsable des immenses souffrances qui ont été infligées aux pratiquants au cours de cette campagne. Les plaintes pénales ont été envoyées à la Cour suprême du Peuple et au Parquet suprême du Peuple.

Beaucoup de ces pratiquants ont raconté comment le Falun Gong leur a redonné la santé et de nouvelles perspectives sur la vie. Cependant, leur rêve de vivre une existence plus saine et plus heureuse a été brisé lorsque Jiang Zemin a lancé une campagne nationale pour éradiquer la pratique en 1999.

Simplement pour avoir refusé de renoncer à leurs convictions, ils ont été arrêtés, détenus, torturés, leurs domiciles ont été fouillés et leurs biens personnels saisis par les autorités communistes. Beaucoup ont aussi vu leurs familles impliquées en raison de leur croyance, tandis que d’autres ont été forcés à payer de lourdes amendes.

La plupart des pratiquants de Jiutai qui ont déposé des plaintes pénales sont aujourd’hui âgés de 40 à 60 ans, ce qui signifie qu’ils ont passé les plus belles années de leur vie dans la peur et la persécution. Leurs souffrances sont incroyables. Beaucoup d’entre eux ont enduré la douleur de perdre leurs familles, leurs maris, leurs épouses ou leurs parents à cause du stress continuel et de la peur.

Ci-dessous, nous détaillons le profil de quelques-uns de ces pratiquants :

Mme Yang Hongyan (杨红艳), 50 ans, est paysanne. Elle a été arrêtée six fois, condamnée à deux ans et un mois de travaux forcés et détenue dans un centre de lavage de cerveau deux fois. Son mari a été condamné aux travaux forcés quatre fois. Ses beaux-parents ont aussi été arrêtés et détenus. Leur enfant de onze ans a été laissé seul à la maison.

Mme Liu Yufen (刘玉芬), 60 ans, est paysanne. Elle a été arrêtée cinq fois et condamnée aux travaux forcés quatre fois. Elle et sa famille ont été harcelés et menacés de nombreuses fois. Son mari a contracté une maladie cardiaque en raison du stress et de la peur. Il est décédé en 2008.

M. Zhu Dexiang (朱德祥), 64 ans, a été renvoyé de son travail. Il a été arrêté deux fois, condamné à un an de travaux forcés, emmené dans un centre de lavage de cerveau pendant trois mois, forcé à vivre loin de chez lui pendant un an et condamné à douze ans de prison. Il a été torturé physiquement et psychologiquement et a été gavé pendant quatre jours.

Mme Xu Yazhen (许亚珍), 57 ans, a été torturée et battue dans un centre de détention. Son mari est décédé. Elle a été condamnée à une peine de cinq ans de prison, a subi le lavage de cerveau et a été forcée à accomplir de lourdes tâches. Son enfant a été abandonné seul à la maison.

Mme Zhang Xiuhua (张秀华), 50 ans, a été arrêtée deux fois et condamnée à une peine de cinq ans de prison. Son mari et son père ont été empêchés de lui rendre visite en prison. Tous deux sont décédés à cause de l’immense stress.

Mme Wang Shuqin (王淑芹), 45 ans, est une paysanne. Elle a été arrêtée quatre fois, détenue trois fois, détenue dans un centre de lavage de cerveau deux fois pour un total de 45 jours et condamnée à deux ans de travaux forcés. Les visites familiales lui ont été interdites. Son père est décédé pendant qu’elle était détenue.

Mme Dong Shuqin (董淑琴), 78 ans, et son mari ont été arrêtés et détenus une fois. Leur domicile a été fouillé. Son mari est décédé.

Mme Gong Xiaoli (拱小丽), 45 ans, travaille dans une banque. Elle et son mari M. Shi Wenzhuo (史文卓) étaient recherchés, ils ont été forcés de quitter leur foyer, ils ont été arrêtés, battus, détenus et condamnés aux travaux forcés et à la prison. Des policiers ont aussi fouillé leur domicile et leur famille a vécu dans la peur pendant des années.

M. Shi Wenzhuo a été arrêté, emprisonné et condamné à un an de travaux forcés pour un total de treize ans. Il est toujours détenu et torturé dans la deuxième prison de Jilin. Il a été battu, soumis à la torture du lit de mort, privé de sommeil, forcé à s’asseoir sur un petit tabouret et détenu en cellule d’isolement.

En plus des pratiquants listés ci-dessus, les personnes suivantes ont aussi déposé des plaintes pénales :

Mme Lu Yaxuan (吕雅轩), 63 ans, infirmière, licenciée

Mme Liu Liying (刘丽影), 46 ans, indépendante

Mme Hu Yawen (胡亚文), 60 ans

Mme Li Jianying (黎建英), 57 ans

Mme Shun Guizhi (孙桂芝), 54 ans

Mme Han Xiaolian (韩孝莲), 57 ans

Mme Gao Shulan (高淑兰), 75 ans

Mme Dai Yaoqi (戴瑶琪), 65 ans

Mme Wang Fenglian (王凤莲), 63 ans

Mme Wang Guibo (王桂波), 66 ans

Mme Zhu Xingxia (朱兴侠), 62 ans

Mr Chang Zhongmin (常忠民), 66 ans, paysan

Mr Lang Baiming (朗佰明),45 ans

Mme Li Shuqin (李淑芹), 85 ans

Mme Guo Xiaoyuan (郭晓媛), 44 ans

Mme Song Hongling (宋洪玲), 58 ans

Mme Wei Caiyan (魏彩艳), 51 ans

Mme Wei Zhirong (魏志荣), 51 ans

Mme Yu Dongmei (于冬梅), 42 ans

Mme Zhu Fengqin (朱凤芹), 80 ans

Mme Li Yanhua (李艳华), 59 ans, paysanne

Mr Wang Dianhua (王殿华), 56 ans

Mme Wang Xiangli (王香丽), 58 ans

Mme Wang Yajie (王亚杰), 70 ans

Mme Wang Yajun (王亚军), 65 ans

Mme Sun Yaqian (孙雅谦), 59 ans

Mme Tan Guohu (谭国华), 63 ans

Mme Tang Shuzhen (唐淑珍), 77 ans

Mme Liu Zhiyan (刘志燕), 72 ans

Mme Li Jie (李杰), 52 ans

Mme Li Yingping (李颖萍), 75 ans

Mme Li Yuanbo (李元波), 57 ans

Mme Liu Cuilan (刘翠兰), 64 ans

Mme Su Fenghua (孙凤华), 60 ans

Mr Teng Guojun (滕国军), 45 ans

Mme Yu Shuqing (余淑清), 63 ans

Mme Jiang Jie (姜杰), 63 ans

Mme Wang Lanxiang (王兰香), 56 ans

Mme Li Shurong (李淑荣), 85 ans

Mr Wei Hongjiu (魏洪久), 58 ans, paysan

Mme Hao Wanling (郝万玲), 44 ans, paysanne

Mr Lin Xianchen (林显臣), 64 ans, paysan

Mr Shi Lianying (石连英), 74 ans, coiffeur

Mme Yin Guilan (尹桂兰), 67 ans, enseignante retraitée

Mme Yin Yanfeng (尹艳凤), 48 ans, paysanne

Mme Zhang Shuhua (张淑华), 64 ans, paysanne

Historique

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, a fait fi des autres membres du Comité permanent du Politburo et a instauré la répression violente du Falun Gong.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Beaucoup ont été torturés et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable du lancement et de la poursuite de la persécution.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a établi un organe de sécurité extralégal, le Bureau 610, le 10 juin 1999. L’organisation l’emporte sur la loi pour exécuter la politique de Jiang Zemin concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les éliminer physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les affaires pénales et de nombreux pratiquants exercent maintenant leur droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais en Belgique

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/8/151960.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/8/1/313390.html

Des procès tenus en l’absence des avocats—Les pratiquants de Falun Gong boycottent les audiences du tribunal

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) Deux femmes de Changchun, dans la province du Jilin, ont été récemment jugées lors de deux procès consécutifs pour leur pratique de la discipline spirituelle du Falun Gong persécutée par le Parti communiste chinois.

Le 28 mai 2015, le juge Dong Yihong, qui a présidé les audiences au tribunal du district de Kuancheng, a tenu les avocats dans l’ignorance concernant les procès. Mme Wang Shuyan et Mme Liu Xiangge ont boycotté leurs audiences respectives au tribunal en remarquant l’absence de leurs avocats.

Comme les deux femmes refusaient de répondre à toute question ou de faire des déclarations, le juge Dong a ajourné leurs sessions sans prononcer de verdict. Les deux pratiquantes sont encore détenues au moment de l’écriture de cet article.

Le juge joue le même tour avec les deux accusées

Mme Wang a été jugée la première et a immédiatement noté l’absence de son avocat. Elle a interrogé le juge Dong : « J’ai engagé l’avocat Xu Fugui de la province du Shandong. Où est-il ? »

M. Xu s’est rendue au tribunal seulement deux jours avant le procès, mais le juge Dong a refusé de le rencontrer ou de lui permettre l’accès aux documents du dossier de Mme Wang. Dong a également tenu secrète l’audience imminente.

En l’absence de son avocat à l’audience, Mme Wang a solennellement déclaré : « Je ne reconnais rien. » Le juge Dong et les procureurs ont continué pendant plus de dix minutes, mais ont échoué à la faire parler à nouveau. Finalement, Dong a mis fin au procès en déclarant : « L’accusée n’ayant rien dit, j’ajournerai le procès. »

Une scène similaire s’est déroulée dans la salle du tribunal lorsque le tour de juger Mme Liu est arrivé. Mme Liu n’a pu trouver son avocat et a déclaré : « Je ne répondrai à aucune question sans la présence de mon avocat. » Son avocat, M. Li de Pékin, est allé trouver le juge Dong le 27 mai, mais n’a jamais été informé du procès prévu pour le lendemain.

Le procès de Mme Liu a aussi été ajourné en moins de dix minutes.

Seul un membre de la famille de chaque pratiquante a été autorisé à entrer dans la salle du tribunal après des contrôles de sécurité répétés, mais le couloir était plein de personnes envoyées par les autorités locales. Les routes tout autour ont été fermées tôt dans la matinée et la salle du tribunal gardée par des agents en uniformes et en civil, ainsi que des citoyens engagés comme gardes de sécurité.

2015-06-changchun-01
Des véhicules banalisés et des agents en civils à l’extérieur du tribunal

2015-06-changchun-02
Des citoyens engagés comme gardes de sécurité.

Traduit de l’anglais

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/6/16/151109.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/6/2/310341.html

« Ce qui vous est arrivé est tout simplement un miracle ! »

Écrit par une pratiquante du Falun Gong de Changchun, Chine

(Minghui.org) À la fin de l’année 2012, le fils de ma voisine âgée de 60 ans nous a appelé pour nous dire que sa mère avait eu un accident vasculaire cérébral il y a huit jours de cela. Elle avait subi une opération chirurgicale en urgence et était encore en unité de soins intensifs. Je lui ai dit que j’allais aller la voir sur le champ. Il a dit que les heures de visite étaient de 14h à 14h 30 tous les jours.

Je suis allée à l’hôpital avec mon mari à 14 heures le lendemain. Son fils m’a dit que le soir de son admission à l’hôpital, un scanner montrait qu’elle avait des saignements dans le cerveau et que c’était très grave.

Le docteur a dit qu’elle ne survivrait pas un jour de plus sans une opération. Malheureusement, il croyait également que dans le meilleur des cas, elle survivrait dans un état végétatif.

Que devait faire son fils ? Vers qui pouvait-il se tourner ? Il ne pouvait pas laisser sa mère mourir comme ça, il a donc accepté qu’elle subisse l’opération. Par la suite, elle a dû aller en unité de soins intensifs, ce qui est coûteux. Il payait plus de 5 000 yuans par jour mais il n’y avait toujours aucun espoir.

Il a montré du doigt le lit qui était derrière la porte et a dit : « Ma mère est dans ce lit. Elle ne réagit pas quand on lui gratte la plante des pieds ou quand on essaye de soulever ses paupières. »

J’ai enfilé une blouse et des chaussures spéciales et suis entrée. La personne en face de moi avait un visage tuméfié, ces cheveux avaient été entièrement rasés. Je ne l’aurais pas reconnue si son fils ne m’avait pas dit que c’était elle qui était dans le lit. L’unique signe de vie était sa respiration.

J’ai pensé qu’il était triste de voir quelqu’un dans un tel état. J’ai entouré son oreille de mes mains et lui ai dit : « Ma sœur, je suis ta voisine, Lee, et je suis venue te voir. Tu devrais te réveiller. Je t’en prie rappelles-toi de ‘Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao’ (Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon). Tu devrais le réciter de tout ton cœur, et tu te réveilleras c’est certain. M’as-tu entendu ? »

Je l’ai vu donner deux coups de pieds dans sa couverture. Elle m’avait entendu ! Je lui ai dit encore une fois « S’il te plaît rappelle-toi de ‘Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao’. Tu devrais le réciter de tout ton cœur, et assurément tu te réveilleras. M’as-tu entendue ? » Et elle a donné à nouveau deux coups de pieds dans sa couverture. Après un moment, je lui ai répété à nouveau, et lui ai demandé si elle m’avait entendu. Elle a à nouveau donné deux coups de pieds dans sa couverture. J’étais si heureuse qu’elle ait effectivement entendu !

Après être sortie de la chambre, le docteur est entré mais en est ressorti une minute après. Il m’a demandé : « Elle ne réagit pas. Que faisiez-vous là durant tout ce temps ? » J’ai souri mais n’ai pas répondu.

J’ai dit à son mari, son fils et à sa belle-fille : « Si vous voulez que votre épouse, votre mère, reprenne conscience, vous devriez réciter de tout votre cœur ‘Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao’. Seul Dafa peut la sauver à présent. » Je leur ai également appris que je lui avais aussi dit de réciter cela, et qu’elle avait compris et donné des coups de pieds à plusieurs reprises dans sa couverture. Les yeux de son fils se sont écarquillés et il a demandé : « Vraiment ?» J’ai dit : « Oui, vraiment. Elle l’a récité même en étant dans le coma, mais vous devriez l’aider à le réciter ici dans ce monde. Elle peut se réveiller, c’est sûr. »

Après que je sois rentrée chez moi, j’ai pensé : « Peuvent-ils le réciter avec un cœur sincère ? Si non, les résultats pourraient être assez différents. » J’ai trouvé deux brochures concernant des personnes qui avaient bénéficié de réciter « Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao ».

Le lendemain matin, je suis retournée à l’hôpital. Sa belle-fille m’a vue et a dit : « Il fait si froid dehors, pourquoi êtes-vous revenue ? »

J’ai dit : « Il le fallait. Si vous ne connaissez pas la vérité et ne récitez pas sincèrement les mots de la bonne manière, les résultats ne seront pas bons. Vous avez payé plus de 10 000 yuans juste pour ces deux jours. Qui peut endosser de nos jours de telles dépenses ? » J’ai tendu à son fils les brochures et lui ai dit de les lire attentivement, ainsi sa mère pourrait rapidement se réveiller et ils auraient moins à payer.

Je pouvais voir que sa femme était profondément émue. Elle a dit : « Ne vous inquiétez pas. Nous les réciterons vraiment attentivement et avec notre cœur. »

Des résultats miraculeux

Quatre ou cinq jours plus tard, je suis allée lui rendre visite. Elle était sortie de l’unité de soins intensifs et se trouvait dans l’aile générale. Quand le docteur est entré, il l’a désignée et a dit : « Ce qui vous est arrivé est un miracle. Vraiment un miracle ! » (Une personne avec un traumatisme au cerveau comme le sien n’avait jamais repris conscience.)

Après encore quelques jours, son fils m’a appelée pour me dire que sa mère allait sortir de l’hôpital. Je suis allée la voir. Elle m’a tenu la main et a dit les larmes aux yeux : « Lee, le docteur avait dit que le meilleur résultat possible de mon opération serait que je reste dans un état végétatif. Maintenant, je suis réveillée et pleinement consciente. Je dois te remercier. »

J’ai dit : « Tu devrais remercier le Falun Dafa et Maître Li Hongzhi (le fondateur du Falun Dafa), ainsi que toi même et ta famille. Vous avez cru en ce que je vous ai dit et vous l’avez fait. C’est Dafa et Maître Li Hongzhi qui ont sauvé ta vie. »

Son fils est allé dans la cuisine pour préparer quelque chose à manger après avoir vu que nous étions là, et il a insisté pour nous donner à manger. Son mari a dit : « Au départ, je ne comprenais pas les gens qui pratiquent le Falun Gong. Je croyais aux mensonges, pensant que vous n’aviez simplement qu’à abandonner si le gouvernement ne voulait pas que vous pratiquiez. Je ne savais pas que le Falun Dafa est une cultivation de la Loi de Bouddha. Maintenant, je comprends que le Falun Dafa est orthodoxe et puissant. Je vous soutiendrai sans réserve. Vous devriez faire tout votre possible pour pratiquer ! »

Elle a également dit : « Personne ne doit dire du mal du Falun Gong. Je leur dirai que c’est le Falun Gong qui m’a sauvé la vie, et leur dirai de réciter ‘Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao’ pour qu’ils puissent vraiment en bénéficier. »

Voyant avec quelle clarté elle parlait, que sa mémoire et son esprit étaient tout à fait intacts et que toute sa famille avait compris la vérité, je me suis sentie vraiment heureuse pour elle et pour eux. Le Falun Dafa a accompli de si nombreux miracles comme celui-ci !

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/6/25/1776.html

Version chinoise : “你就是奇迹!”

Arrêté à l’aéroport de Longjia de Changchun parce que son nom sonnait comme celui de Maître Li Hongzhi

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Jilin, Chine

(Minghui.org) J’ai récemment appris qu’un passager de la ville de Changchun, dans la province du Jilin, a été arrêté lors d’un contrôle de sécurité à l’aéroport de Longjia dans la ville de Changchun le 21er janvier 2014, apparemment parce qu’il avait une amulette du Falun Dafa dans ses bagages. Les autorités aéroportuaires ont appelé 14 policiers sur les lieux pour le détenir et l’interroger.

Selon un témoin, le passager a été détenu pendant plus de deux heures et son billet a été annulé, il a dû en acheter un autre pour 1300 yuans.

Une autre raison probable du harcèlement est le fait que le nom du passager se prononce de la même façon que celui de Maître Li Hongzhi, le fondateur du Falun Gong.

Deux pratiquants arrêtés dans la gare de Wuchang

Le 2 février 2014, une pratiquante de Falun Gong âgée de la ville de Wuhan, province du Hubei, a été arrêtée au contrôle des billets de la gare de Wuchang. Il est possible qu’elle ait été arrêtée parce que son nom est sur une liste noire. Un des policiers a affirmé qu’il s’acquittait des ordres du Parti communiste chinois (PCC), ce dernier lui payant son salaire.

À environ 5 heures le 4 janvier 2014, un autre pratiquant, M. Jiang Derong, de Yingshan, ville de Nanchong, province du Sichuan, a été invité à montrer sa carte d’identité au contrôle des billets de la gare. Il a été arrêté sur le champ. Le lendemain après-midi, sa maison de Yingshan a été saccagée. Sa situation est inconnue.

Mme Li Yan enseignante à la retraite arrêtée par les autorités de l’aéroport

Le 14 novembre 2012, les autorités aéroportuaires de Longjia ont arrêté la pratiquante Mme Li Yan, 69 ans, une professeur à la retraite de l’académie des sciences agricoles de Jilin. Le mari de Mme Li a également été arrêté et tous deux ont été emmenés au centre de détention de la ville de Jilin.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/8/145739.html

Version chinoise : 长春龙嘉飞机场护身符的风波

Retour sur le 12e anniversaire du piratage de la télévision d’État pour diffuser la vérité à propos du Falun Gong : Se souvenir des héros (1ère partie de 3)

Écrit par Yuzheng

(Minghui.org) Quarante minutes de programmation qui présentaient les faits réels sur le Falun Gong ont été diffusées simultanément sur huit canaux à 300 000 ménages d’abonnés du câble dans la ville de Changchun, province du Jilin, il y a 12 ans. Près de 100 000 ménages ont vu les programmes « Auto-immolations ou mystification ? »et « Falun Dafa s’étend dans le monde entier. »

Plus tard, des dizaines de milliers d’abonnés au câble dans les environs de la ville de Songyuan, une ville satellite de Changchun, ont vu les mêmes programmes.

En ce 12e anniversaire de cet événement historique, nous nous souvenons des pratiquants courageux qui ont brisé le blocus de l’information et de la propagande écrasante en Chine et ont montré aux gens de Changchun les faits sur le Falun Gong.

Table des matières

1. Liang Zhenxing, fondateur de l’équipe Interception
2. Une équipe d’élite
3. La légende de Liu Chengjun
4. Euphorie dans la ville de Changchun
5. Héros arrêtés et torturés
6. Jugements absurdes
7. L’histoire se souviendra d’eux
8. Décès des innovateurs
9. La liberté n’est pas gratuite

Toute la ville de Changchun a été bouleversée et euphorique dans la nuit du 5 mars 2002.

Huit chaînes câblées de Changchun ont été piratées par des vidéos de clarification de la vérité sur le Falun Gong ont été diffusées simultanément. Les spectateurs étonnés appelaient leurs amis pour qu’ils allument la télé : « Savez-vous que les auto-immolations sur la place Tiananmen ont été mises en scène ? Savez-vous que le Falun Gong s’est répandu partout dans le monde ? Toutes les calomnies sur le Falun Gong sont de la propagande faites par le gouvernement … »

« Félicitations ! » Les gens étaient heureux pour les pratiquants de Falun Gong. Certains pensaient que la persécution du Falun Gong avait pris fin et que la réputation du Falun Gong avait été restaurée.

Beaucoup de pratiquants pensaient ainsi, aussi. Ils sont sortis, dire aux gens les faits sur le Falun Gong et distribuer des documents d’information. Même les policiers en civil qui les regardaient ont dit : « Bon travail ! Continuez ! » Les gens pensaient que la période la plus sombre était terminée et ils étaient soulagés de pouvoir respirer l’air de la liberté.

« Vous devez partir maintenant, » un officier de l’armée a passé un appel urgent à son ami du Falun Gong. La loi martiale était décrétée et les soldats arrivaient. Chaque policier de la ville a été envoyé pour rechercher les pratiquants qui avaient piraté le réseau câblé et diffusé des vidéos.

Les dirigeants de la ville de Changchun, province du Jilin, qui étaient au 15e Congrès national du peuple à Pékin, ont eu peur et ont paniqué. Un ordre de Jiang Zemin, qui était alors chef du Parti communiste chinois (PCC) et directeur de la persécution du Falun Gong, a dit à la police d’arrêter sans pitié les personnes impliquées. Liu Jing, alors ministre-adjoint de la Sécurité publique, s’est rendu à Changchun pour superviser.

Pourquoi le PCC était-il dans un tel état de panique ? Qu’est ce qui les a fait réagir avec une telle violence ? Pourquoi cet événement a-t-il eu un impact profond sur la Chine et la communauté internationale ? Pourquoi considérons-nous les pratiquants de Falun Gong qui y ont participé comme des héros pour avoir brisé le blocus de l’information en Chine ?

Retournons 12 ans en arrière et revoyons cet événement incroyable.

Liang Zhenxing, fondateur de l’équipe Interception

Un riche bon à rien change


Liang Zhenxing, un agent immobilier efficace.

Liang Zhenxing était un agent immobilier efficace valant des centaines de milliers de yuans dans les années 1990. (Note de la rédaction : Le salaire mensuel moyen d’un professeur de collège à l’époque était d’environ 500 yuan) Il vivait une vie d’opulence.

En 1992, Maître Li Hongzhi a enseigné le Falun Gong au public à Changchun. Des milliers d’habitants se sont bientôt mis à la pratique. La maison de Liang était près du site d’exercices de la Place de la Culture. Il regardait souvent les pratiquants faire les exercices dans toutes sortes de conditions météorologiques et a commencé à les respecter.

Il a finalement rejoint le site d’exercices par curiosité un matin d’hiver en 1996. Il ne pouvait pas croire que les enseignements étaient gratuits. Les exercices l’ont fait se sentir bien. Il a lu le Zhuan Falun, et le principe d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance lui a enseigné le véritable but de la vie.

Il a cessé de boire et d’autres mauvaises habitudes. Son mariage, qui était sur le point de s’effondrer, a été restauré. Liang Zhenxing est devenu une nouvelle personne. Il a parlé à beaucoup de parents et amis du Falun Gong et est vite devenu une personne de contact pour son site local d’exercices.

La persécution du Falun Gong et la résistance pacifique

Selon un sondage du gouvernement, il y avait plus de 70 millions de pratiquants de Falun Gong en Chine avant 1999. La croissance rapide du Falun Gong a secoué le Parti communiste.

Le 19 juillet 1999, toutes les forces de l’ordre étaient en préparation pour le combat. Le 20 juillet, le régime communiste a émis l’ordre de faire des arrestations dans tout le pays. Tous les médias publics, y compris les journaux, les radios, les chaînes de télévision et l’Internet, ont commencé à diffamer le Falun Gong.

Le Parti a inventé toutes sortes de mensonges pour attaquer le Falun Gong et inciter la haine envers la pratique.

« Que devons-nous faire ? » Liang et beaucoup d’autres pratiquants se sont demandés. Ils savaient que le Falun Gong était bon et que Authenticité-Bienveillance-Tolérance est la vérité qu’ils allaient garder pour le restant de leur vie.

« Nous avons tous bénéficié du Falun Gong. Maintenant, il est de notre responsabilité de protéger la vérité et de rétablir sa réputation », s’est dit Liang.

Retournons dans les années 1990, la façon de le faire était d’aller au Bureau national des appels à Pékin et de déposer une plainte. Au début de la persécution, des milliers de pratiquants s’étaient rendus à Pékin chaque jour, essayant de faire cela.

Les pratiquants pensaient que leurs cœurs sincères, leurs esprits purs et les efforts détaillés pour clarifier la vérité pourraient changer la politique du PCC. Il s’est avéré qu’ils étaient trop naïfs.

Le PCC a recours à la violence pour rester au pouvoir. Tous les pratiquants qui se sont rendus à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong ont été arrêtés et renvoyés dans leurs villes natales.

La police attendait au Bureau national des appels pour arrêter les pratiquants. Liang et ses amis étaient parmi eux. Ils ont été jugés et emprisonnés ou envoyés dans des camps de travail, le tout sans procédure régulière.

Les « Trois mousquetaires » dans le camp de travail

Liang Zhenxing a refusé de renoncer au Falun Gong, quelle que soit la façon avec laquelle il était torturé. En 2000, il a été transféré au camp de travaux forcés de Weizigou à Changchun, où il a rencontré Liu Chengjun et Liu Haibo, dont les histoires seront racontées plus tard. Les « Trois Mousquetaires » ont commencé à lutter ensemble pour la vérité et la liberté.

Chaque fois que le camp de travail calomniait le Falun Gong, ils se levaient et clarifiaient la vérité. Même lors des conférences de grande envergure en présence du gouvernement et des directeurs des systèmes judiciaires locaux, les trois hommes parlaient courageusement en faveur du Falun Gong. Chaque fois, ils étaient sévèrement battus, mais ils l’ont toujours recommencé la fois suivante.

Pour encourager le public à haïr le Falun Gong, le PCC a organisé les infâmes « auto-immolations » sur la place Tiananmen le 23 janvier 2001. Le régime chinois a accusé le Falun Gong d’avoir incité des pratiquants à s’immoler. Les médias ont aussi lancé une nouvelle série d’attaques contre le Falun Gong.

La persécution a empiré. Jiang Zemin, alors à la tête du PCC, a émis la directive que « Tuer les pratiquants de Falun Gong n’entraînera aucune responsabilités, et leurs décès seront considérés comme des suicides. » Toutes sortes de tortures ont été utilisées sur les praticiens et des décès ont été signalés sur le site Minghui tous les jours.

Liang Zhenxing et ses amis savaient que les auto-immolations étaient l’un des plus grands mensonges et qu’elles avaient trompé beaucoup de gens. « Que pouvons-nous faire pour que les gens sachent la vérité ? » Ils ont réfléchi.

À la fin de 2001, Liang a été libéré. À la maison, il a vu « Faux feu », un documentaire sur le site Minghui. Le documentaire, lauréat du 51e Festival international de Columbus Film & Vidéo, dénonce toutes les failles des auto-immolations avec des preuves solides et une analyse rigoureuse. Il dit la vérité que les gens ont besoin de savoir.

Plus tard, Liang a lu un article sur Minghui qui montrait comment pirater un réseau de télévision et diffuser une vidéo avec un lecteur de VCD. « C’est l’approche que je cherchais », a pensé Liang. « C’est beaucoup plus efficace que de faire circuler des dépliants ou d’accrocher des banderoles. »

Ce dot Liang avait besoin était d’une équipe pour réaliser cet effort de haute-technologie.

Un groupe d’élite

Organiser l’équipe

Liang Zhenxing a partagé son idée avec d’autres pratiquants à Changchun et a cherché des personnes qualifiées pour effectuer la tâche.

Zhou Runjun, une pratiquante de 52 ans, a eu la même idée au même moment. Elle a loué une maison vide comme base et a aidé à établir l’équipe de Liang.

Liu Weiming, 32 ans, était un professionnel d’un réseau de télévision par câble. Grâce à sa connaissance de l’ingénierie électrique, il est devenu le principal responsable technique de l’équipe.

Zhang Wen, 28 ans, un électricien professionnel, a aidé Liu Weiming à faire des graphiques détaillés du réseau de télévision par câble.

Lei Ming, 26 ans, le « petit frère » de l’équipe, était un chef cuisinier de la ville de Baishan. C’était un excellent athlète et il pouvait courir vite. Sur la place Tiananmen, des dizaines de policiers avaient essayé de l’attraper après qu’il ait déployé une banderole de Falun Gong. Lei a franchi leurs lignes et leur a échappé avec succès.

Li Dehai, 31 ans, était un agriculteur de la ville de Tonghua. Sa famille se préparait pour son mariage avant qu’il soit recherché par la police et qu’il se soit réfugié à Changchun. Li était également un athlète et il est devenu une force majeure dans l’équipe.

Avec ces cinq principaux membres, l’équipe est ensuite passée à 18. Sauf pour les six ci-dessus, les noms et les détails des autres ne sont pas encore connus.

Des opinions différentes sur savoir quoi faire

« Devrions-nous le faire ? » Beaucoup de pratiquants pensaient que les gens n’allaient pas aimer que leur programme de TV soit interrompu et qu’ils allaient développer une impression négative du Falun Gong. Ceux qui ont des opinions différentes se sont prononcés contre l’idée de Liang. Liang était sous une pression intense.

Tang Feng, un pratiquant de Changchun, était respecté par la plupart des pratiquants locaux en raison de sa cultivation et pratique solide et de sa forte croyance. Ceux qui n’étaient pas d’accord avec Liang Zhenxing ont demandé à Tang de parler à Liang et de discuter de la faisabilité de leur plan.

Tang et Liang se sont réunis à un marché de fermiers animé. Après une longue conversation, Tang a été ému par le courage de Liang et son esprit de compassion pour clarifier la vérité. Tang a également convenu que le piratage de la chaîne de télévision et la diffusion de vidéos de clarification était possible.

Tang a expliqué plus tard sa compréhension aux pratiquants et a gagné leur soutien.

Liang Zhenxing savait que c’était la bonne chose à faire. Le public a le droit de connaître la vérité. Il savait également le risque et le prix qu’il pourrait avoir à payer. Sa famille, en plus de lui-même, pourrait être mise en danger.

Cependant, en lisant les décès rapportés sur le site Minghui et face aux personnes qui avaient été trompées par les mensonges, Liang a décidé de mettre sa sécurité personnelle et sa paix de côté pour le plus bien du plus grand nombre.

Soyons prêts

Tous les membres de l’équipe avait la même volonté solide.

Liang Zhenxing était en charge de l’achat de fournitures et de l’équipement. Zhou Runjun faisait la cuisine pour tout le monde et prenait soin des questions pratiques. Liu Weiming était en charge de la formation des membres de l’équipe.

Le 16 février 2002, Liang a entendu que les pratiquants de la ville d’Anshan, non loin de Changchun, avaient tenté de pirater le réseau de télévision locale, mais avaient échoué. Liang et son équipe se sont demandé : « Allons-nous réussir ? »

« Nous avons appris toutes les techniques nécessaires. Tant que tout le monde coopère bien, nous allons réussir », a dit Liu Weiming tout le monde.

Il était temps de répéter.

L’équipe s’est rendue dans un village éloigné. Zhang Wen et d’autres ont grimpé sur le poteau électrique et ont piraté le réseau de télévision. Liu Weiming a passé une maquette vidéo et a envoyée des membres de l’équipe aux maisons voisines pour vérifier les résultats. Chaque canal présentait la maquette. La répétition était un succès.

Liang arrêté

En février 2002, presque tout était prêt. Le 27 février, un ami de Liang l’a appelé et lui a demandé de venir à son entreprise pour affaires.

C’était un piège. La police l’attendait là et Liang a été enlevé.

Liang savait que leur secret avait été divulgué, parce qu’il n’avait rien fait d’autre. Il a été torturé 24h/24 tous les jours pour plus d’informations. Liang n’en a pas données. Cependant, il était inquiet au sujet de son équipe : « Sont-ils tous en sécurité ? Quand vont-ils agir ? Vont-ils réussir ? Les gens vont-ils connaître la vérité ? »

La légende de Liu Chengjun

Relever l’occasion

Beaucoup de membres de l’équipe étaient nerveux quand ils ont su que Liang avait été arrêté. Serait-il OK ? Serait-il en mesure de supporter la torture ? Leur base serait-elle découverte ? Devaient-ils se déplacer ou tout simplement annuler leur plan ?

Liu Chengjun, un des « Trois Mousquetaires », n’était pas inquiet. Il connaissait bien Liang. Liang ne vendrait jamais l’équipe, peu importe ce qui allait se passer.

Il n’y avait pas de chef officiel ou de directeur parmi eux. Liang était un coordinateur, et tout le monde collaborait sur la base d’un travail d’équipe. Ainsi, l’équipe ne s’est pas effondrée juste parce que Liang avait été arrêté. Tant que quelqu’un jouait le rôle de coordinateur, le projet pouvait toujours aller de l’avant.

Liu Chengjun a relevé l’occasion et est devenu le nouveau chef de l’équipe.

Assigner les tâches

Dans la nuit du 3 mars, cinq jours après l’arrestation de Liang, Liu Chengjun a convoqué une réunion. Il a dit : « Un groupe de pratiquants sera jugé le 6 mars. Nous devrions faire en sorte que les gens connaissent la vérité sur le Falun Gong avant et soutenir les pratiquants arrêtés. Pouvons-nous agir le 5 mars ? »

« Bien sûr. » Quatre sous-groupes ont été créés.

Liu Weiming a accepté d’être en charge de la branche principale à Changchun.

« Sun Changjun, pouvez-vous prendre soin de l’autre branche principale à Changchun ? » a demandé Liu Chengjun.

« Ce sera difficile. L’autre branche principale est difficile à contrôler. Je crains que je ne puisse pas le gérer. Aussi, je suis en charge de la rédaction des détails techniques pour le site Minghui. Je ne suis pas encore prêt », a déclaré Sun Changjun.

« OK alors. Zhang Wen, pouvez-vous le faire ? » « Pas de problème », a répondu Zhang Wen, l’électricien professionnel.

« Li Dehai, vous prenez une personne, et je vais en prendre une autre. Nous irons dans la ville de Songyuan. Je connais bien la situation là-bas. Nous allons prendre soin des deux branches principales là-bas. »

« Lei Ming, vous aiderez Zhang Wen, et Chang Changjun, vous aiderez Liu Weiming. »

« Le reste d’entre vous nous couvrirez avec vos pensées droites. À 19 heures, le 5 mars, nous allons pirater ces quatre branches principales et commencer à diffuser simultanément. »

Le temps était compté. Les quatre sous-équipes ont testé et re-testés leurs équipements. Zhou Runjun a préparé des vêtements de travail qui avaient l’air officiels pour tout le monde.

« Ne vous inquiétez pas », a déclaré Zhou Runjun, « je vais nettoyer cette maison et déplacer tout cela. Ce sera une maison à nouveau vide. » La base, sans meubles, avait été la maison pour chaque membre de l’équipe.

L’histoire de Liu Chengjun

Liu Chengjun était alors devenu le coordinateur principal.


Liu Chengjun (premier à droite) et sa famille. Sa sœur, Liu Lin, est au milieu.

Liu Chengjun avait 31 ans en 2002. Il était grand et fort. Dans sa ville natale de Nong’an, il avait été un tyran infâme. Personne n’osait le défier. Mais la pratique du Falun Gong l’avait fondamentalement changé d’un voyou en un homme qui croyait et vivait par le principe d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Sa famille et ses amis ont assisté à la puissance du Falun Gong à travers sa transformation.

Après le début de la persécution, Liu s’est rendu à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong à plusieurs reprises. Il a été arrêté et emprisonné à chaque fois. Le 1er octobre 2001, il s’est de nouveau rendu à Pékin. Cette fois, il a déployé une banderole de Falun Gong sur la Place Tiananmen et a crié : « Falun Dafa est bon » pour les touristes.

La police et des policiers en civil ont essayé de l’attraper. Il a couru et crié. Après avoir couru trois fois autour de la place, il a été pris.

Il a refusé de donner son nom en dépit de la torture. Il a commencé une grève de la faim en signe de protestation. La police lui a attaché les mains et les pieds à un lit et l’a gavé de force. Ils ont endommagé son visage, son nez, sa bouche et sa gorge.

Même ainsi, il essayait encore de leur dire les faits sur le Falun Gong. La police a abandonné et lui a demandé : « Que pouvons-nous faire pour que vous commenciez à manger ? » « Je veux une copie du Zhuan Falun. »

Le Zhuan Falun est le livre principal du Falun Gong. Quand la persécution a commencé, le Parti communiste a confisqué et détruit des exemplaires du livre partout dans le pays, parce qu’ils savaient que les gens qui avaient lu le livre et appris la vérité au sujet du Falun Gong verraient à travers la propagande du Parti.

De nombreux policiers ont caché le livre. Certains d’entre eux l’ont lu et leur impression sur le Falun Gong a changé.

Liu Chengjun a eu la vie sauve cette fois-là. Un policier lui a donné une copie du Zhuan Falun. Il a été libéré plus tard, parce qu’il y avait beaucoup de pratiquants faisant appel pour le Falun Gong à Pékin à l’époque, et tous les centres de détention, camps de travail et les postes de police étaient pleins. Beaucoup de pratiquants ont refusé de donner leurs noms, et certains d’entre eux ont été libérés.

Après avoir été libéré, Liu Chengjun savait que faire appel était inutile. Il a commencé à produire des livrets et des dépliants clarifiant la vérité sur le Falun Gong par lui-même. Il transportait les documents dans un camion pick-up. Le long de la route 302, il distribuait des documents pour les personnes dans sa ville natale, Nong’an, et les cantons à proximité. On le surnommait « Pick-up. »

C’était risqué, et il a été arrêté de nouveau. Dans le centre de détention, la police a essayé de le battre. Liu Chengjun, grand et fort, a regardé la police et a dit : « Ne vous avisez pas ! »

Ils avaient peur. Des histoires et des rumeurs sur Liu, vraies ou fausses, ont commencé à se répandre dans le centre de détention : « Il peut avaler un petit pain en une seule bouchée » « Il était le chef d’un gang secret » « Il a des liens avec des responsables gouvernementaux de haut rang. »

En fait, Liu Chengjun ne voulait pas riposter. Il voulait juste faire peur à la police. Comme l’enseigne le Zhuan Falun : « Comme personne qui pratique le gong, vous devez d’abord parvenir à ne pas « rendre les coups » quand on vous frappe, à ne pas répliquer quand on vous insulte, vous devez exercer le Ren. »

Liu Chengjun n’a jamais dévié de cet enseignement depuis le début de sa pratique jusqu’à la fin de sa vie, bien qu’il ait été sauvagement torturé plus tard.

Par une nuit froide d’octobre, tout le monde dormait. Liu Chengjun a grimpé le mur du centre de détention et s’est échappé. Le centre de détention avait peur que leurs supérieurs ne les tiennent responsables de la fuite de Liu, donc ils ont dit au public qu’ils avaient libéré Liu.

Plus tard, Liu Chengjun a été de nouveau arrêté quand il distribuait des documents d’information sur le Falun Gong. Il a été détenu dans un camp de travail, où il a rencontré Liang Zhenxing.

Avançons rapidement jusqu’à la nuit du 5 mars, quand Liu et ses compagnons de pratique étaient sur le point de pirater le réseau de télévision.

Liu Chengjun et Li Dehaiont ont pris deux pratiquants et sont allés dans le canton de Qiangguo dans la ville de Songyuan. Ils ont réussi à pirater les deux branches principales de la chaîne de télévision et à diffuser les vidéos de Falun Gong.

Sur le chemin du retour, ils ont vu les voitures de police se précipiter dans la direction de la ville de Songyun avec leurs sirènes en marche.

Après son retour à Changchun, Liu Chengjun a voulu connaître les résultats de leur acte héroïque. Il est sorti. Le lendemain matin, il est revenu, excité. Avec des larmes dans ses yeux, il a dit à tous les membres de l’équipe : « Ce fut un grand succès ! Merci à tous !

« Les gens parlent partout de la vérité du Falun Gong, même en public, comme dans les bus. L’émission a duré plus de 20 minutes sur une branche et 30 minutes sur l’autre ! Les vidéos sont passées jusqu’à la fin, et les gens ont appris la vérité. Toute la ville est en état de choc. »

(à suivre)

Articles liés :
Radio Australie rapporte que 18 pratiquants du Falun Gong ont été arrêtés en raison de la diffusion des films à la télévision

Reuters: China Jails Falun Gong [Practitioners Who Pre-Empted State Television Broadcast with Falun Gong Programming]

Tapping into Television Transmissions to Broadcast the Persecution Facts Is Upholding Essential Rights for Humanity

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/12/145794.html
Version chinoise : 突破封锁的先驱者(上)