Une pratiquante de Falun Gong âgée de 68 ans détenue pendant plus de 14 ans

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org) Depuis le 20 juillet 1999, Mme Ma Jun, âgée de 68 ans, a été illégalement arrêtée quatre fois et a été condamnée à la prison deux fois. Elle a été incarcérée dans des centres de détention, des centres de lavage de cerveau et des prisons pour un total de 14 ans et demi pour avoir refusé de renoncer à sa foi en le Falun Gong.

Souffrances physiques et mentales

Quand la persécution du Falun Gong a commencé, Mme Ma a été arrêtée le 20 juillet 1999 et a été détenue pendant vingt et un jours. Le 30 décembre de la même année, elle a été arrêtée à nouveau et détenue pendant neuf jours pour avoir parlé en faveur du Falun Gong à Pékin.

Sa troisième arrestation a eu lieu le 16 janvier 2000. Mme Ma a fait une grève de la faim six fois dans ses deux premières années de détention. Le 29 mai 2001, le tribunal du district de Chengguan l’a condamnée à trois ans de prison sans que sa famille ne soit présente. En novembre, elle a été envoyée à la prison pour femmes de Luoguogou.

Le 16 janvier 2003, le jour où elle était libérée de prison, la police est allée la chercher et l’a envoyée dans un centre de lavage de cerveau pour essayer de la transformer. Elle a été menottée et suspendue en détention dans une cellule d’isolement quatre fois pour avoir refusé de renoncer à sa foi. Elle a été détenue pendant presque deux ans et demi dans des centres de lavage de cerveau.

Sa dernière arrestation a eu lieu le 24 février 2006. Sa résidence a été saccagée. Mme Ma a été détenue dans le premier centre de détention de Lanzhou et elle a ensuite été envoyée à la prison pour femmes de Lanzhou en avril 2007 pour compléter son terme de dix ans.

En prison, les gardiens ont incité les détenues à la torturer brutalement. Au début de mars 2009, ils l’ont confinée dans une petite cellule humide et noire pendant un an et trois mois. À cause des conditions insalubres et de la torture, elle a commencé à faire du rhumatisme, à avoir les jointures déformées, à développer une maladie cardiaque et à faire de l’eczéma.

En octobre 2012, Mme Ma a été transférée dans une unité chargée de transformer les pratiquants de Falun Gong. Le premier jour, les détenues l’ont poussée par terre et l’ont battue gravement parce qu’elle était allée au-delà de sa zone restreinte. La chef de l’unité a fait en sorte que deux détenues, des trafiquantes de drogues, la battent brutalement.

Mme Ma était gravement torturée sur une base journalière. Les criminelles l’invectivaient aussi et la forçait à s’asseoir sur un siège avec le nom du fondateur du Falun Gong écrit dessus.

Persécution financière

En 1969, Mme Ma avait commencé à travailler pour la Société de service de voyage de Jincheng dans la ville de Lanzhou après avoir été diplômée de l’université. Dû à de nombreux problèmes de santé, elle a pris sa retraite de la société en 1992. Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995, ses maladies ont disparu. Elle a recouvert la santé et a trouvé un emploi dans une société immobilière.

Le 18 mars 2002, Mme Ma a été licenciée, parce qu’elle avait été condamnée à trois ans pour sa pratique du Falun Gong. La société a aussi suspendu son salaire de décembre 1999 à mars 2002.

Elle a fait une demande pour avoir sa prestation de retraite en mars 2015 après avoir été libérée de prison, mais le Bureau de la sécurité sociale de la ville de Lanzhou a refusé sa demande.

À voir :

Mme Ma Jun détenue dans une petite cellule sombre et humide de la prison pour femmes de la ville de Lanzhou

Steadfast in Falun Gong, Ms. Ma Jun Still Detained in Prison After Ten Years

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/3/17/155936.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/3/6/325002.html

Publicités

La police arrête, détient et torture des pratiquants

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org)

Des banderoles et les enseignes « Célébration de la journée mondiale du Falun Dafa » et « Efforts globaux pour amener Jiang Zemin en justice » ont été accrochés de nuit partout dans la ville de Lanzhou, province du Gansu le 13 mai 2015, lors du 16ème anniversaire de la journée mondiale du Falun Dafa.

Les fonctionnaires du Bureau 610 de la province du Gansu ont lancé une enquête. Ils ont surveillé, suivi et arrêté des pratiquants. Pour trouver l’instigateur des banderoles ils ont demandé de voir l’écriture des pratiquants.

Surveillés et arrêtés

Mme Wang Liqian et son mari M. Guan Longyan ont été arrêtés à leur appartement, qui se trouvait au quatrième étage. Les fonctionnaires y sont montés avec une grue et ont cassé la fenêtre tôt dans la matinée du 15 juillet. La police n’a fourni aucune identification, a mis à sac leur appartement et a pris possession de nombreux objets personnels dont des ordinateurs et des imprimantes.

Avant l’arrestation, la police avait surveillé le domicile de Mme Wang pendant 21 jours. Le deuxième jour la police avait coupé le courant, les laissant dans le noir et sans électricité.

Maintenue sur des chaises de torture en métal

Mme Yue Puling, son mari, son fils et Mme Ma Pulan ont été surveillés pendant plusieurs jours. Ils ont été arrêtés le 1er juillet.

Mme Yue, son mari et Mme Ma ont été interrogés, forcés à s’asseoir sur des chaises de torture en métal, appelées « Chaises de restriction », pendant au moins 24 heures et privés de sommeil. Si on reste trop longtemps sur cette chaise, la victime est paralysée une fois relâchée.

2015-09-04-Illustration-de-torture
Illustration de torture : Chaise de restriction

La police a mis à sac le domicile de Mme Yua et a pris ses livres de Falun Gong, deux ordinateurs, un ordinateur portable, quatre imprimantes différentes, de nombreux DVD et du papier d’impression.

Le fonctionnaire a aussi mis à sac le domicile d’un autre pratiquant où Mme Ma vivait, et a pris des livres de Falun Gong, un ordinateur et des objets de valeur.

Autres arrestations

Mme Jin Jilin a été arrêtée et sa maison mise à sac. Sa fille et son fils ont été laissés seuls à la maison.

Mme Lu Yuying, sa sœur et sa nièce ont été arrêtées et relâchées le lendemain.

Toutes les pratiquantes arrêtées sont détenues dans le centre de détention N°1 de la ville de Lanzhou.

Traduit de l’anglais en Belgique.

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/26/152248.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/7/27/-313175.html

Mme Wei Xueling poursuit l’ancien dictateur Jiang Zemin

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org) Mme Wei Xueling, âgée de 64 ans, du canton de Qingcheng, province du Gansu, a récemment déposé une plainte au Parquet populaire suprême contre l’ancien dirigeant du Parti communiste chinois Jiang Zemin.


La plainte de Mme Wei


Le reçu de Mme Wei pour la mise en accusation postée au procureur général du Parquet populaire suprême.

Dans sa plainte, Mme Wei a déclaré : « Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé, ma maison a été saccagée, j’ai été illégalement détenue et j’ai été soumise à du lavage de cerveau. La perte totale de biens personnels à la suite de la persécution revient à 7 680 yuans. »

« Je tiens à déposer une plainte auprès du Parquet populaire suprême contre Jiang Zemin, et, conformément à la Constitution et aux lois internationales, lui demander des comptes pour les crimes contre l’humanité, le génocide, la torture, l’arrestation, la privation illégale de la croyance religieuse civique, la détention illégale, la diffamation, l’intrusion illégale dans les résidences des citoyens, l’extorsion et les perquisitions illégales. »

« Je tiens également à demander la fin de toutes les injustices, y compris les règlements, les interdictions et les restrictions faites contre le Falun Gong au nom de Jiang Zemin et au nom de l’État. Je demande la libération immédiate de tous les pratiquants de Falun Gong illégalement détenus ou condamnés, enlevé M. Li Hongzhi – le fondateur du Falun Gong – de la liste des « plus recherchés » et tenir tous les fonctionnaires impliqués dans la persécution du Falun Gong responsables de leurs crimes. »

Mme Wei raconte sa persécution

J’ai été arrêtée par des policiers du poste de police de la ville de Qingyang le 17 décembre 2011. Ils m’ont transférée à la Division de la sécurité intérieure où j’ai été détenue pendant une journée et une nuit. Après que ma famille a payé une rançon de 1000 yuans, ils m’ont amenée au poste de police du centre de détention de Qingcheng, où j’ai été détenue pendant neuf jours.

Lorsque la police m’a envoyée passer un examen à l’hôpital, les médecins ont constaté que j’étais en mauvaise santé. Après avoir extorqué 5 000 yuans à ma famille, ils m’ont libérée afin de me pas être tenus responsables s’il m’arrivait quelque chose.

En décembre 2012, j’ai reçu un appel d’un policier surnommé Peng du poste de de police des champs pétrolifères de Changqing. Peng m’a dit de me rendre au département de police, mais je lui ai dit que je n’irais pas. Il m’a menacée et a dit que si je ne coopérais pas avec lui, il viendrait m’arrêter chez moi.

Quand je me suis rendue au département de police, il m’a saisie et m’a amenée à la soi-disant « école juridique », où j’ai été soumise à du lavage de cerveau pendant cinq jours avant ma libération. Au cours de la session de lavage de cerveau, on m’a forcée à regarder des vidéos diffamant le Falun Gong.

Jia, directeur de section du Bureau 610 de Qingyang, m’a aussi menacée, disant que si je ne renonçais pas au Falun Gong, il allait suspendre le salaire de mon mari. J’ai été constamment harcelée, même après avoir été libérée.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, en tant que dirigeant du Parti communiste chinois, a contourné les autres membres du Comité permanent du Politburo et a lancé la violente répression du Falun Gong.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Beaucoup ont été torturés pour leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la création et de la poursuite de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité extralégale, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L’organisation remplace les forces de police et le système judiciaire dans l’exercice de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être demandeurs dans les affaires pénales et de nombreux pratiquants exercent désormais leur droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/6/8/150968.html

Version chinoise : 甘肃庆城县韦雪玲起诉迫害元凶江泽民

Une enseignante du canton de Jingtai est arrêtée, emprisonnée et torturée 13 fois

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org)

Nom : Zhang Youfu (张又夫)

Sexe : féminin

Âge : 54 ans

Adresse : canton de Jingtai, province du Gansu

Profession : enseignante

Date de l’arrestation la plus récente : 11 décembre 2013

Dernier lieu de détention : poste de police de Ningqu dans le canton de Wulumuqi

Ville : canton de Wulumuqi

Province : région autonome du Xinjiang

Sévices subis : détention, licenciement, travaux forcés, coups brutaux, privation de sommeil, confinement solitaire, gavage forcé endommageant, suspension par les menottes, refus de laisser utiliser les toilettes, se tenir debout pour de longues périodes, travail d’esclave, condamnation illégale, emprisonnement, s’asseoir sur un petit banc pour de longues périodes, suspension avec des menottes attachés derrière le dos.

Depuis 2000, la pratiquante de Falun Gong Mme Zhang Youfu a été arrêtée 13 fois et envoyée deux fois dans un camp de travaux forcés où elle a été battue, gavée et privée de sommeil.

Récemment arrêtée à deux reprises dans le Xinjiang

Mme Zhang Youfu a été congédiée de son emploi d’enseignante parce qu’elle refusait d’abandonner sa pratique du Falun Gong. Pour vivre, elle est allée au Xinjiang pour trouver un emploi.

Les officiers du poste de police dans le canton de Wulumuqi l’ont arrêtée ainsi qu’une autre pratiquante, Tang Jing, tandis qu’elles retournaient chez elles du travail le 29 août 2013. Les DVD de clarification de la vérité, le logiciel pour contourner le blocage sur Internet et leurs livres de Dafa ont tous été confisqués. Mme Zhang a été détenue pendant 15 jours. Tang Jing a aussi été détenue depuis.

Dans l’après-midi du 11 décembre 2013, les agents du poste de police de Ningqu ont arrêté Mme Zhang tandis qu’elle allait enseigner à sa classe dans l’école élémentaire affiliée de l’école secondaire 110 de Wulumuqi à Xicun, faubourg de Anningqu, district de Xinshi, ville de Wulumuqi.

Les policiers l’ont détenue pendant 15 jours avec l’excuse qu’elle parlait du Falun Gong à ses étudiants. Les policiers impliqués dans son cas étaient Ma Long et Zhang Long.

Emmenée dans un camp de travaux forcés et sévèrement torturée en 2000

Mme Zhang est allée à la place Tiananmen pour faire appel pour le Falun Gong en 2000. Les policiers l’ont arrêtée, mais avec de fortes pensées droites elle a quitté la prison en peu de temps. Comme elle attendait à la gare de Gantang pour retourner chez elle, les policiers l’ont arrêtée à nouveau et l’ont emmenée au centre de détention de Zhongwei, ensuite au centre de détention de Jingtai pendant plus d’un mois.

En juillet 2000, Mme Zhang a été condamnée aux travaux forcés pour un an et elle a été emmenée au camp de travail n°1 pour femmes de la province du Gansu à Ping’antai, ville de Lanzhou.

Mme Zhang a été sévèrement battue au camp de travail. Pendant une période prolongée, elle a été privée de sommeil et a été gavée de force. Elle a une fois été suspendue entre deux couchettes avec ses bras étirés pendant cinq jours et cinq nuits, pendant 120 heures. Elle n’avait pas la permission d’utiliser les toilettes. Ses bras et ses paumes sont demeurés enflés pendant des mois après qu’elle ait été déliée. Elle sent encore les séquelles de cette torture aujourd’hui.

Mme Zhang a commencé une grève de la faim pour protester de la persécution en octobre 2000. Les policiers l’ont traînée au centre médical du camp de travail pour qu’elle soit gavée de force. Ils l’ont attachée à un lit et l’ont brutalement gavée. Plusieurs fois, elle est presque morte durant les sessions punitives de gavage.


Reconstitution de torture : Torture par gavage

Pour forcer Mme Zhang à abandonner sa croyance, les gardiens du camp ont fait faire une rotation à des prisonniers pour la surveiller et la torturer à plusieurs reprises. Ils ont fait tout ce qui leur venait à l’esprit pour la torturer. Le détenu Chen Yanju trouvait souvent des excuses pour battre Mme Zhang. Une fois, Chen l’a battue jusqu’à ce qu’elle tombe, puis il l’a frappée dans les côtes. La douleur l’a rendue incapable de respirer. Un trafiquant de drogues a frappé Mme Zhang dans l’œil et elle a temporairement perdu la vue. En quelques mois seulement, Mme Zhang était réduite à la peau et les os.


Reconstitution de torture : Coups brutaux

Réalisant que Mme Zhang refusait d’abandonner sa croyance en Authenticité–Bienveillance–Tolérance, les gardiens l’ont fait se tenir debout pendant de longues périodes et l’ont privée de sommeil pendant plusieurs jours et nuits. Ils l’ont forcée à faire des travaux intensifs de tricotage sans pause. Elle a été forcée de travailler jusqu’à 3 h du matin chaque jour.

Mme Zhang a commencé à faire les exercices de Falun Gong ouvertement. Le chef des gardiens l’a menottée et l’a forcée à se tenir debout pour de longues périodes. Il a aussi incité un prisonnier nommé Chen Xiaohong à la battre plusieurs fois. Une fois, Chen a traîné Mme Zhang au mur arrière de sa cellule, puis il a frappé les parties sensibles de son corps, dont sa tête, ses yeux et son visage.

Les gardiens n’ont pas réussi à faire renoncer Mme Zhang à ses croyances sous la coercition, alors ils ont rallongé sa peine de quatre autres mois. Étant torturée mentalement et physiquement pendant si longtemps, elle est devenue extrêmement faible. Pendant un certain temps, elle a perdu la mémoire.

Condamnée aux travaux forcés en 2002

Mme Zhang est allée une autre fois à la place Tiananmen à la fin de 2001 et a lancé : « Falun Dafa est bon ! Le Fa rectifie l’univers, la perversité est complètement éliminée ! » Elle a été arrêtée. Dans le centre de détention local, Mme Zhang a fait une grève de la faim pour protester de la persécution et a été gavée de force. Le 18e jour de son emprisonnement, les policiers pensaient qu’elle était mourante. Avec d’autres pratiquants également mourants, ils l’ont laissée près d’une gare. Elle a lutté pour retourner chez elle.

Mme Zhang a été signalée à la police le 20 juillet 2002 pour avoir parlé aux gens sur le Falun Gong et la persécution. Fan Fengtao et Wang Xiulan de la division intérieure du département de police de la ville de Baiyin l’ont arrêtée. Son domicile a été fouillé et elle a été condamnée à deux ans de travaux forcés.

Au 1er camp de travaux forcés pour femmes de Gansu, Mme Zhang a refusé d’être « transformée ». Wang Yuying, le chef d’équipe des gardiens ainsi que les condamnés pour drogues Li Yingxia et Li Xiuying l’ont menottée à une porte de fer de trois mètres de haut. Elle a été suspendue là pendant une longue période. Elle pouvait à peine bouger ses bras lorsqu’elle a été descendue.

Mme Zhang a souffert d’autres tortures et a finalement été libérée le 20 juillet 2004.

Vers le 5 mai 2005, Mme Zhang a été arrêtée à nouveau tandis qu’elle lisait des livres de Dafa en chemin pour Zhongwei, Ningxia. Elle a été emmenée au département de police du canton de Jingtai. Le chef de la division intérieure de la police Zhang Guohua a extorqué 2000 yuan à sa famille en dépôt pour la libérer sous caution avant son procès.

Injustement condamnée à trois ans

Mme Zhang a distribué des documents de Falun Gong dans la région de la résidence familiale du bureau de sécurité de la ville de Baiyin à Ningxia le 1er août 2006. Elle a été arrêtée par le département de police de la ville de Baiyin. Le 25 août, elle a été injustement condamnée à trois ans et six mois après avoir déjà été détenue illégalement pendant six mois. Elle a été placée à la prison pour femmes de la province du Gansu en mars 2007.

Mme Zhang a été sévèrement torturée autant physiquement que mentalement dans les tentatives de la prison pour la « transformer ». Les gardiens l’ont forcée à s’asseoir sur un petit tabouret pendant des périodes prolongées et elle a été privée de sommeil. Ils lui ont ordonné de réciter le règlement de la prison et d’écrire trois déclarations plusieurs fois par semaine. Chaque jour elle était forcée de regarder des programmes télévisés et des vidéos diffamant le Falun Gong. Si elle refusait, elle était sujette à la privation de sommeil, aux coups et insultes.

Des surveillants personnels supervisaient Mme Zhang 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ; ils ont frappé ses oreilles, ils l’ont battue et ont refusé de la laisser utiliser les toilettes. Chaque samedi, elle devait faire un rapport à la police. Si les policiers n’étaient pas satisfaits avec ses « progrès », ils la battaient jusqu’à ce qu’elle soit noire et bleue.

Il y avait d’autres pratiquants emprisonnés avec Mme Zhang. Une était Mme Yue Dingxiang qui a été forcée d’avaler une canette d’eau, puis n’a pas eu la permission d’aller aux toilettes lorsqu’elle en avait besoin. Mme Guo Huifang a été sévèrement battue par un surveillant personnel nommé Ma Rong parce qu’elle ronflait. Parce que Mme Wu Lijun refusait d’écrire les trois déclarations, elle a été battue jusqu’à ce que ses jambes soient noires et bleues. Un autre surveillant personnel nommé Ma Yaqin a secrètement versé de l’eau des toilettes dans un chaudron et a forcé Mme Wu à la boire sans lui dire ce que c’était. Deux des dents de Mme Zhang Yuxia sont tombées après avoir été battue.

Mme Zhang Youfu a été proche de la mort lorsqu’elle a été libérée le 9 novembre 2009. Néanmoins, la police de la ferme Tiaoshan l’a souvent menacée et harcelée après cela. Les officiers du département de police de la ville de Baiyin l’ont aussi suivie et surveillée pendant une longue période.

Licence d’enseignement refusée

Mme Zhang enseignait la musique à la compagnie du groupe de Tiaoshan. Avant de commencer à pratiquer le Falun Gong, elle a souffert de douleur aux yeux, d’un état nerveux, de maux de tête, d’étourdissements, de cholécystite et de plusieurs autres maux. Elle cherchait partout pour des soins mais sans succès.

Tous les problèmes de santé ont disparu sans traitement en 1998, peu de temps après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong. Elle a personnellement fait l’expérience du pouvoir extraordinaire de Dafa. Dès lors, elle a suivi les principes d’Authenticité–Bienveillance–Tolérance et a toujours placé autrui en premier. Elle travaillait dur et l’école reconnaissait ses efforts hors pair avec des prix. Plusieurs personnes ont pu pouvoir la beauté du Falun Gong dans le comportement de Mme Zhang.

Lorsque le PCC a commencé à persécuter le Falun Gong, l’école lui a retiré la licence d’enseignement sans donner de raison.

Mme Zhang a d’abord été persécutée en avril 2000. Tandis qu’elle faisait les exercices de Falun Gong au parc Jinyu dans la ville de Baiyin, la police du parc Baiyin l’a arrêtée et l’a emmenée au centre de réhabilitation pour drogués de Baiyin et l’a détenue pendant 15 jours. Le 1er mai, Mme Zhang est retournée à l’école mais elle a découvert que le directeur, Yang Zide, avait mis fin à son contrat et lui avait retiré sa licence pour enseigner.

Les étudiants et les enseignants étaient choqués de la nouvelle ; plusieurs de ses élèves étaient en larmes lorsqu’ils l’ont appris.

Parties impliquées dans la persécution de Mme Zhang :

Shang Lijun (尚立军), directeur du département de police de la ville de Baiyin : +86-13639300826(portable)

Sous-poste de police du district de Baiyin :

Fang Zongjun (房宗军), un policier de la division de sécurité intérieure du sous-département de police du district de Baiyin : +86-943-8222940

Département de police du canton de Wulumuqi :

Xin Zhiming (邢志明), chef de la division de la sécurité intérieure du département de police du canton de Wulumuqi : +86-13699951678(portable), +86-991-4916617(bureau)

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/4/13/172.html

Version chinoise : 十三次被绑架 甘肃景泰县女教师屡遭冤狱折磨

Environ 31 pratiquants arrêtés dans la province du Gansu — neuf encore détenus

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org) Le 28 octobre 2013, les pratiquants du Falun Dafa ont été la cible d’une vague d’arrestations dans la ville de Tianshui, province du Gansu. Les policiers de la brigade des mœurs du district de Beidao et Qinzhou et du poste de police ont arrêté environ 31 pratiquants. Neuf pratiquants sont toujours incarcérés dans des centres de détention. Bon nombre de pratiquants ont été interrogés et torturés pour obtenir des aveux forcés. Certains ont été menottés et enchaînés. Deux des pratiquants n’étaient pas chez eux pendant les arrestations et la police est toujours à leur recherche.

Mme Guo Jirong, 70 ans, a été menottée lors de son arrestation et son domicile a été saccagé.

Mme Li Cuifang, 72 ans, a vu son domicile et son unité de stockage d’entreprise saccagés. Plus de 20 000 yuan en espèces, ainsi que son livret d’épargne, ont été confisqués. Elle est incarcérée au centre de détention de Lu’ergou, dans le district de Qinzhou.

Mme Ma Xiaojuan et Xiao Yuan sont incarcérées au centre de détention du canton de Gangu dans la ville de Tianshui, parce qu’elles avaient imprimé des documents de clarification de la vérité sur le Falun Dafa. Le mari de Mme Ma a été interrogé à plusieurs reprises dans le passé.

Mme Zhang Cuiping, de la ville de Tianshui, district de Maiji, a été arrêtée alors qu’elle parlait à un patient de l’hôpital où elle travaillait. Les policiers de la brigade des mœurs du poste de police de Maiji sont entrés de force dans son bureau et l’ont tirée dehors. Mme Zhang a demandé ce qu’ils voulaient. Les policiers lui ont répondu qu’ils devaient lui poser quelques questions et l’ont ensuite poussée dans une voiture.

Mme Zhang a été emmenée à son domicile, où la police a saccagé sa maison. Elle a été emmenée à la brigade des mœurs pour être interrogée. Mme Zhang et sa famille ont été forcées de signer un rapport de l’interrogatoire et elle a été transférée au département de police de Tianshui. Là, ils ont pris ses empreintes digitales de force, l’ont photographiée et donnée une analyse de sang.

Elle a été ramenée au département de police de Maiji à 21h et forcée à écrire une déclaration de garantie, affirmant qu’elle ne pratiquerait plus le Falun Dafa, après quoi elle a été libérée.

M. Zhang Zhiming, le jeune frère de Mme Zhang Cuiping, a été emmené dans une voiture par des policiers en civil lorsqu’il sortait pour le travail.

M. Qiao Wencheng a été arrêté et incarcéré au centre de détention de Lu’ergou, pour avoir passé des appels téléphoniques de clarification de la vérité. M. Li Yikui, Xiao Zhang et trois autres pratiquants ont été arrêtés avec lui.

Mme Wang Lixia a évité l’arrestation parce qu’elle travaillait ailleurs ce jour-là. Le policier Yang est allé au domicile de sa mère et a saccagé la maison. Ils ont confisqué une photo du fondateur du Falun Dafa et des livres de Dafa, ainsi que la carte d’identification de Mme Wang, un livret de ménage et sa carte de prestations. L’ordinateur de son neveu, les haut-parleurs de son frère et d’autres objets personnels ont été également confisqués. La carte de prestations a été rapidement annulée. Mme Wang a été obligé de quitter son domicile pour éviter la persécution.

Les policiers responsables de l’arrestation ont été appelés de différents postes de police dans la ville de Tianshui. Pour éviter la fuite des informations sur les arrestations, les téléphones portables des policiers ont été confisqués la veille.

Les responsables de la persécution :

Yang Yuancang (杨元仓), directeur adjoint du Bureau 610 du département de police de Tianshui : + 86-13909388538 (portable)
Liu Runtai (柳润泰), directeur du département de police de Taizhou : + 86-13893884999 (portable)
Qin Xingwen (秦兴文) : + 86-13893861968 (portable)
Dong Quanzi (董全子) : + 86-13739389339 (portable)
Lin Tao (林涛) : + 86-13993802218 (portable)
Liu Caiping (刘彩萍) : + 86-13830875370 (portable)
Yang Yongzhou (杨永洲) : + 86-13519380215 (portable)

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/23/146028.html

Version chinoise : 甘肃天水市31名法轮功学员同时被绑架

Le récit personnel de M. Yang Yinghai sur ses 10 ans d’emprisonnement illégal

(Minghui.org) M. Yang Yinghai, un pratiquant de Falun Gong de la ville de Lanzhou, province du Gansu, a été illégalement condamné à dix ans de prison en 2002 et a été incarcéré à la prison de Lanzhou de 2004 à 2012. Au cours de ces dix années, M. Yang a été torturé avec le banc du tigre, la privation de sommeil et de longues périodes d’isolement. Voici son récit personnel de ce qu’il a enduré.

Torturé pendant 80 heures sans arrêt sur le banc du tigre

Le Département de police du district de Chenghuan m’a illégalement arrêté en 2001. Ils m’ont attaché sur un banc du tigre avec mes mains et mes pieds retenus, sauf quand j’avais besoin d’utiliser les toilettes.

Reconstitution de torture : le banc du tigre

Lorsque la police allait dormir le soir, ils me rajoutaient une chaîne et un casque. J’étais tellement bien attaché sur le banc du tigre que je ne pouvais pas bouger. Après 80 heures d’affilée, la chair sur mes jambes et mes hanches a commencé à suppurer.

Mes mains sont retenues pour arrêter le flux du sang

Après que la police ait découvert où je travaillais, ils m’ont transféré au centre de lavage de cerveau à Pangjiawan, et mon employeur a envoyé deux personnes pour me surveiller. Plus tard, trois policiers de l’équipe de sécurité intérieure de la ville de Lanzhou m’ont escorté vers un autre centre de lavage de cerveau à Yantan, où ils m’ont interrogé pendant 24 heures.

Ils m’ont attaché les mains à une chaise avec un tendeur et l’ont serré jusqu’à ce que le sang cesse de circuler. J’avais extrêmement mal partout. Après cela, je n’ai pas pu sentir mes mains pendant plus de trois mois.

Suspendu à l’envers

J’ai été transféré au centre de détention n° 2 de Hualinping et enfermé dans une cellule de gestion restreinte. J’étais sous la supervision de plusieurs prisonniers qui faisaient pression sur moi pour que je fasse le travail dur, mais j’ai refusé d’obéir.

Les gardes ont incité les prisonniers à m’assaillir physiquement et verbalement. Après avoir fait remarquer que les gardes violaient la loi, ils m’ont suspendu à l’envers et m’ont violemment frappé le dos, qui m’a fait mal par la suite pendant deux mois.

Mains et pieds sont enchaînés ensemble derrière moi

Les gardes m’ont fouillé et ont confisqué une copie d’une des leçons du Maître, mais je l’ai reprise. Ils ont obligé plusieurs prisonniers à me maintenir par terre et m’ont saisi la conférence.

Ils m’ont ensuite enchaîné les quatre membres ensemble derrière mon dos et m’ont couvert la tête avec un édredon pendant plus de deux heures.

Les prisonniers sont incités à torturer les pratiquants

J’ai été incarcéré à la prison de Lanzhou en 2004. Le premier jour, les gardes ont fait en sorte que les prisonniers me fouillent et me prennent mes livres de Dafa et les conférences du Maître que j’avais apportés avec moi.

Quatre prisonniers étaient assignés à surveiller chaque pratiquant nouvellement arrivé. Ils insultaient les pratiquants et les attaquaient physiquement.

Enfermé dans la cellule pendant sept mois

J’ai été tout d’abord enfermé dans le quartier 6. Les gardes m’ont fouillé et interrogé. Comme je refusais d’accomplir les tâches assignées, ils ont assigné deux personnes pour me surveiller dans la cellule. Quand tout le monde était parti travailler, ils verrouillaient la porte de la cellule de l’extérieur afin que je ne puisse pas partir. On m’interdisait de parler à quiconque. J’ai été confiné comme ça pendant sept mois.

Après que des prisonniers aient rapporté aux gardes que je faisais les exercices, j’ai été enfermé dans un cachot avec des menottes et des chaînes aux pieds. Ils ont essayé de me faire écrire un rapport autocritique, mais j’ai refusé de coopérer avec eux.

Privation de sommeil

En 2005, les gardes m’ont enfermé dans une petite cellule et ils ont ensuite désigné un chef et un groupe de gardes pour former une « équipe de réprimande » dont la tâche principale était de « transformer » les pratiquants de Falun Gong.

Ils faisaient toutes sortes de choses pour m’empêcher de dormir le soir. Au cours de la journée, les gardes essayaient de me laver le cerveau en calomniant le Falun Gong. Ce n’est seulement qu’à l’heure du repas de midi que j’avais la permission d’aller à la grande cellule pour manger.

Pendant la pause du déjeuner, les gardes en fonction augmentaient au maximum le volume de la radio pour m’empêcher de faire une sieste. Quand les autres gardes revenaient à 14 h, ils m’enfermaient de nouveau dans la petite cellule pour continuer d’essayer de me faire subir un lavage de cerveau jusqu’à après l’heure du dîner, quand les gardes en fonction la nuit venaient. L’« équipe de réprimande » se relayait pour torturer les pratiquants vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ils continuaient jusqu’à ce que les pratiquants aient convenu d’écrire les trois déclarations.

En isolement pendant 83 jours

J’ai été plus tard transféré à l’équipe n° 8 en juin 2007. Quand ils m’ont fait remplir un formulaire d’évaluation en 2008, j’ai écrit comment le PCC persécute les pratiquants de Falun Gong. J’ai dit que je n’avais pas fait quelque chose de mal et que cultiver Authenticité-Bienveillance-Tolérance était la chose la plus juste à faire. Les gardes m’ont une fois de plus enfermé dans une petite cellule.

Ils ont fait en sorte que quatre prisonniers me surveillent le soir afin de me priver de sommeil. J’avais seulement une petite quantité de nourriture deux fois par jour. Au cours de la journée, on m’obligeait à m’asseoir tout droit sur une plate-forme de ciment. Si je fermais les yeux, ils hurlaient dans leurs haut-parleurs ou d’autres prisonniers me forçaient à ouvrir les yeux.

Les gardes m’interrogeaient une fois par semaine, essayant de me forcer à dire que j’avais fait quelque chose de mal. Ils ont aussi essayé de me faire écrire les trois déclarations. Les gardes motivaient les prisonniers en leur proposant notamment une réduction de leur peine. Ils les menaçaient aussi avec des extensions de peine pour leur mettre la pression pour qu’ils me forcent à écrire les trois déclarations.

Quand j’ai enfin eu la permission de dormir, mes mains et mes pieds étaient encore attachés derrière moi, donc mon corps était en forme de « S » tout le temps. Il m’était impossible de me retourner. J’ai été confiné dans cet état pendant 83 jours en tout.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/9/145751.html

Version chinoise : 十年冤狱 兰州杨映海历经酷刑迫害

Un juge de Gansu maintient la condamnation initiale sans tenir de procès, enfreignant la loi pénale chinoise

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Gansu, Chine

(Minghui.org) Après que le pratiquant de Falun Dafa, M. Chen Deguang et son épouse, Mme Sheng Chunmei aient été tous deux condamnés à neuf ans de prison par un tribunal d’une juridiction inférieure, ils ont fait appel auprès d’un tribunal intermédiaire, qui a maintenu la condamnation, sans tenir de procès, une violation claire du code de droit pénal de la Chine.

Le code de droit pénal stipule que tous les cas d’appel doivent être traités lors d’une session judiciaire. Shao Junmei, juge du tribunal intermédiaire de l’agglomération de Lanzhou, a maintenu la condamnation originale sans tenir de procès. Il a refusé d’écouter les arguments soumis par l’avocat et les représentants du couple.

Les agents du poste de police de Huazhuang ont arrêté le couple parce qu’ils distribuaient des DVD de Shen Yun Performing Arts – compagnie basée aux États-Unis -, dans la municipalité de Huazhuang, district de Honggu, agglomération de Lanzhou, province du Gansu. En dépit du fait que le couple ait plaidé non coupable, la cour de juridiction inférieure les a condamnés à neuf ans, ce dont ils ont immédiatement fait appel.

Les procédures légales ignorées tout du long

Après que les enfants du couple aient obtenu le droit de représenter leurs parents, ils ont examiné les dossiers de l’affaire et découvert de nombreux exemples dans lesquels les procédures, comme l’exige la loi pénale chinoise, étaient ignorées.

1. La police n’a pas montré de mandat de perquisition, lorsqu’ils ont fouillé le domicile de M. Chen

2. Aucun membre de la famille n’était présent lors de la fouille. Au lieu de cela, Zhang Donghong, le directeur du quartier, a signé le document en tant que témoin. Cependant, étant agent des autorités, il n’était pas impartial, comme l’exige la loi pénale.

3. L’information concernant une période d’une quarantaine de minutes lors de l’interrogatoire de M. Chen, faisait défaut.

M. Chen a déclaré que durant ce temps, l’agent Zhang Guowei l’a battu. Mme Sheng a corroboré cette assertion, parce qu’elle se trouvait près de la porte et a entendu ce qui se passait.

4. Le rapport de l’interrogatoire de Mme Sheng, préparé au poste de police de Yintan, district d’Anning, n’était pas signé.

5. La déclaration selon laquelle les documents saisis au domicile de M. Chen étaient « illégaux », était basée sur une déclaration faite par la Division d’investigation sur les sectes du Département de police de l’agglomération de Lanzhou. Il ne s’agit pas d’une organisation indépendante, comme l’exige la loi.

Article précédent :
Chen Deguang and His Wife Sheng Chunmei Illegally Sentenced to Nine-Year Prison Terms

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/2/3/145150.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2014/1/4/285242.html