Province du Guangdong : Vingt-trois personnes arrêtées en une seule journée

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Guangdong

(Minghui.org) Le 24 septembre, une descente de police dans cinq villes de la province du Guangdong s’est soldée par 23 arrestations en une seule journée.

Parmi les personnes arrêtées se trouvaient 21 habitants, ciblés pour leur refus de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Deux des membres de famille des pratiquants, un garçon de 6 ans et un homme qui ne pratique pas le Falun Gong, ont également été mis en garde à vue.

Excepté une personne dont la libération a été confirmée et sept autres connues pour être toujours captives, le statut des habitants restants n’est pas clair.

Ville de Shenzhen (11)

– Feng Shaoyong (la quarantaine, détenue dans le centre de détention de Longgang)
– Chen Zeqi (un ingénieur logiciel de 53 ans, détenu dans le centre de détention de Longgang)
– Jiang Rongxin (un employé postal de 53 ans, détenu dans le centre de détention du canton de Huidong)
– Ye Fengxia (propriétaire d’une petite entreprise ayant déjà purgé trois ans de travaux forcés pour sa croyance, détenu dans le centre de lavage de cerveau de Xili)
– Yan Xiangli
– Miao Guoqing (détenu dans le centre de détention du canton de Huidong)
– Chen Zhicong (22 ans ; détenu dans le centre de détention de Baoan)
– Un pratiquant prénommé Guan
– Mme Liang (la quarantaine)
– Liu Junli (libérée le 10 octobre)
– Une pratiquante dont le nom reste à élucider

Ville de Dongguan (1)

– Zou Shuwen (un médecin spécialiste des brûlures de 52 ans)

Ville de Huizhou (4)

– Zhou Yuqin (propriétaire d’une entreprise de vêtements ayant auparavant déjà purgé trois ans de travaux forcés pour sa croyance)
– Cai Guanying (détenu au centre de détention de Meihu)
– Liu Jianhua
– Shi Xuemei

Ville de Heyuan (5)

– Deng Shi’e
– Zeng Liuming (un ancien professeur d’école qui a été arrêté cinq fois et renvoyé de son travail pour sa croyance)
– Li Niangxin
– Le mari de Li, Liu Qingqiang
– Le fils de six ans de Li

Ville de Jieyang (2)

– Xie Huiliang
– le fils de Xie, qui ne pratique pas le Falun Gong.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/10/19/159605.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/10/16/336381.html

Publicités

Une pratiquante du Guangdong en détention se voit refuser la libération pour raison médicale

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Guangdong

(Minghui.org) Actuellement détenue, Mme Yang Fengtao, une pratiquante de Falun Gong du Guangdong, présente très nettement des signes d’hypertension. Une pression artérielle élevée, aussi appelée hypertension, est souvent qualifiée de « tueur silencieux ». On a refusé la demande de sa famille de la libérer pour raison médicale.

Mme Yang était en bonne santé avant son arrestation, mais des symptômes d’hypertension artérielle sont apparus peu de temps après avoir été détenue.

Elle a été emmenée à l’hôpital pour un examen médical le 29 décembre 2015. Le médecin a déclaré que sa vie était en danger.

Lors d’une réunion avec son avocat de la défense le 6 janvier 2016, elle a dit qu’elle s’était évanouie de nombreuses fois pendant sa garde à vue.

Mme Yang, de la ville de Puning, a été arrêtée le 13 novembre 2015 pour avoir produit des documents d’information sur la persécution du Falun Gong. Elle a été emmenée au centre de détention de Puning le soir de son arrestation. Les autorités ont donné le feu vert à son arrestation le 11 décembre 2015.

Sa propriétaire, Mme Du Yaoyin, aussi une pratiquante de Falun Gong, s’est rendue au poste de police et a demandé la libération de Mme Yang. Mme Du a été aussi arrêtée à ce moment-là. Sa famille a engagé le célèbre avocat spécialiste des droits de l’homme, Me Zhang Zanning, pour l’aider, et elle a été libérée le 11 décembre 2015.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/1/19/154860.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/1/11/322081.html

En Australie, appel pour des parents arrêtés en Chine parce qu’ils pratiquent le Falun Gong

(Minghui.org) Li Qiao, une résidente australienne, a fait appel à la communauté internationale pour sauver ses parents, qui sont détenus en Chine parce qu’ils pratiquent le Falun Gong.

Ses parents, M. Li Jianrong et Mme Dong Zhixiang, ont été arrêtés à leur domicile avec un autre pratiquant de Falun Gong le 21 septembre 2015. L’autre pratiquant, M. Lan Junan, a été libéré sur dossier médical. Le couple a été emmené au centre de détention de la ville de Heshan où on les a obligés à faire de durs travaux.

Avant l’arrestation, plusieurs policiers surveillaient de près la maison du couple. Six agents ont fait irruption dans leur maison, ils ont maintenu les trois pratiquants à terre, ont fouillé la maison pendant une heure et demie et ont confisqué deux ordinateurs portables, deux téléphones portables, des centaines de yuans en espèces et des livres de Falun Gong.

Huit policiers ont ensuite fouillé la maison de M. Lan. Son épouse, Mme Ou Hongxia, et son fils ont été menottés et retenus de force quand ils ont demandé quelle était la légalité de la perquisition. La police a saisi deux ordinateurs, une tablette, plusieurs DVD de Shen Yun Performing Arts et des livres de Falun Gong.

Plus tard cette nuit-là, les deux couples ont été interrogés au poste de police de Xinhu dans la ville de Shaping. Mme Ou a été libérée aux alentours de 2 h 30. Les trois autres ont été emmenés le lendemain au centre de détention de la ville de Heshan.

Mme Dong Zhixiang, créatrice de vêtements et gestionnaire du contrôle de la qualité, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997. Son mari, M. Li Jianrong, ingénieur en électricité, a commencé en 1998. Le couple avait été arrêté pour leur croyance en 2001, après quoi Mme Dong a été condamnée à un an de travail forcé et M. Li à un an et demi.

M. Lan Junan a commencé à pratiquer le Falun Gong en mai 1999. Il a été condamné à un an et demi de travaux forcés en février 2001, on lui a diagnostiqué la tuberculose en septembre et il a été libéré sur dossier médical.

Informations de contact des criminels :

Bureau de la Division criminelle, poste de police de Xinhu, bourg de Shaping, ville de Heshan : +86-0750-8899088

Centre de détention de Heshan : +86-0750-8219773, +86-0750-8219702

Yi Dongyi, chef d’équipe de la sécurité intérieure de la ville de Heshan : +86-13703090309

Traduit de l’anglais en Suisse

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/10/10/153172.html
Version chinoise : 广东省鹤山市沙坪镇李健荣等三人被绑架

Une mère en deuil poursuit Jiang Zemin pour la mort prématurée de sa fille

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Guangdong en Chine

(Minghui.org) Une mère en deuil a récemment intenté un procès contre Jiang Zemin lors du troisième anniversaire du décès de sa fille.

Mme Yang Huanying de la ville de Zhuhai, province du Guangdong, poursuit l’ancien dictateur chinois pour avoir initié la persécution du Falun Gong qui a conduit à la mort de sa fille, Mme Zheng Aixin, âgée de 45 ans.

2015-09-13-guangdong-01

2015-09-13-guangdong-02
Mme Zheng Aixin

Une artiste accomplie qui était bien connue dans la communauté locale, Mme Zheng est devenue une cible après être allée à Pékin faire appel contre la persécution du Falun Gong en 2000. Les trois années suivantes, elle a été continuellement transférée entre le centre de lavage de cerveau et le camp de travail. Elle n’a été libérée qu’au moment où son mari, un artiste primé, a lancé un appel public pour sa liberté lors d’une entrevue.

Après sa libération en 2004, Mme Zheng a utilisé sa célébrité et celle de son mari comme moyen pour pouvoir parler à leurs visiteurs, chez eux et à leur studio, de la persécution du Falun Gong. Le couple a été placé sous surveillance policière 24 sur 24 et Mme Zheng n’a pas eu l’autorisation de voyager pour tenir des expositions ou faire d’autres choses.

Incapable de vivre sa vie artistique au maximum, Mme Zheng a senti une énorme pression mentale. Les fréquentes arrestations et l’incarcération de sa mère Mme Yang, également pratiquante de Falun Gong, n’a fait qu’ajouter à sa douleur. Sa santé a aussi décliné de jour en jour. En 2011, une nouvelle vague d’arrestations des pratiquants locaux, dont beaucoup qu’elle connaissait bien et voyait souvent, fut l’élément de trop. Elle est morte l’année suivante.

Dans son procès, sa mère Mme Yang, a détaillé ce que Mme Zheng a enduré. Mme Yang a également partagé ses propres épreuves au cours des 16 dernières années pour sa pratique du Falun Gong. Elle a été arrêtée huit fois, envoyée dans des camps de travaux forcés deux fois, torturée dans un centre de lavage de cerveau six fois et son domicile a été saccagé à plusieurs reprises.

La mère tient Jiang responsable de sa propre souffrance ainsi que de la mort prématurée de sa fille.

Des compétences en peinture s’améliorent en pratiquant le Falun Gong

Mme Zheng était une peintre talentueuse en peinture à l’huile et en calligraphie. En mai 1998, Mme Zheng a suivi la recommandation d’un ami et a commencé à pratiquer le Falun Gong. Après avoir lu le livre Zhuan Falun, elle a trouvé le but de sa vie. Bien qu’elle n’avait pas adopté la pratique pour des raisons de santé, trois mois plus tard, les rhumatismes dans ses jambes avaient tout simplement disparu.

Lorsque la persécution a commencé, elle est restée en contact avec un groupe de pratiquants pendant un certain temps. Chaque jour, avant de commencer à peindre, Mme Zheng faisait avec eux les exercices et lisait une conférence du Zhuan Falun.

Elle peignait des fleurs au début, puis elle est passée à l’art du portrait. Parfois, elle pouvait terminer une peinture en une journée. Son talent s’est amélioré rapidement. Ses œuvres présentaient la culture traditionnelle chinoise et exprimaient sa foi inébranlable dans le Falun Gong.

2015-09-13-guangdong-03
Peinture réalisée par Mme Zheng

2015-09-13-guangdong-04
Peinture réalisée par Mme Zheng

2015-09-13-guangdong-05
Une autre peinture réalisée par Mme Zheng. Elle prévoyait originalement à la soumettre à la compétition d’arts internationale organisée par la chaîne de télévision NTD.

2015-09-13-guangdong-06
Cette œuvre devait également être soumise à la compétition d’art international.

2015-09-13-guangdong-07
Peinture réalisée par Mme Zheng

2015-09-13-guangdong-08
Peinture réalisée par Mme Zheng

2015-09-13-guangdong-09
Pur Lotus dans l’eau boueuse réalisé par Mme Zheng

2015-09-13-guangdong-10
Fée des fleurs réalisée par Mme Zheng

Arrestation, stricte surveillance et décès

Toutefois, ces heureux moments n’ont pas duré longtemps. Mme Zheng était une célébrité et une personne influente dans la ville de Zhuhai, tout comme son mari. Elle a été arrêtée en mars 2001 et torturée dans un centre de lavage de cerveau. Peu de temps après elle a été envoyé dans un camp de travaux forcés pendant un an.

Quand elle a été libérée du camp en avril 2002, comme elle refusait de renoncer au Falun Gong, les autorités l’ont transférée dans un autre centre de lavage de cerveau. Quand elle a persisté dans sa croyance, elle a été renvoyée au même camp de travail pendant deux ans.

Les pratiquants qui ont été emprisonnés avec Mme Zheng se souviennent d’elle comme d’une femme belle et élégante dame au caractère doux. Elle faisait une impression durable sur les gens. Pourtant, cette artiste de talent a été humiliée et brutalement torturée en prison.

Quand elle ne voulait pas renoncer au Falun Gong, elle a été ciblée pour un traitement sévère. Elle était constamment surveillée et privée de sommeil. Elle n’avait pas l’autorisation de se laver. Les gardes l’ont frappée avec une chaussure à talon haut. Elle a été maintenue en confinement solitaire.

Son mari a remporté la première place dans un concours du dessin créatif international en 2003 qui avait eu lieu au Japon. Dans une entrevue, il a déclaré aux journalistes que sa santé s’était détériorée et qu’il avait besoin de sa femme pour prendre soin de lui. Peu de temps après, Mme Zheng a été libérée en avril 2004 avant la fin de son terme.

Après sa libération, les autorités ont continué à surveiller de près Mme Zheng et son mari. Le couple ne pouvait pas apparaître à la télévision ou faire l’objet d’un reportage dans les journaux. Ils ne pouvaient pas quitter le pays. Son téléphone était sur écoute. Elle est devenue très déprimée.

Sa mère a été arrêtée et emmenée dans un camp de travail à deux reprises entre 2005 et 2008. Beaucoup de pratiquants de Falun Gong, y compris quelques amis proches, ont été arrêtés en 2011.

Mme Zheng était sous une énorme pression mentale et est tombée malade. En 2012, elle est morte d’un cancer de l’utérus et d’une maladie rénale chronique à l’âge de 45 ans.

Persécution endurée par sa mère

Mme Yang Huanying n’a pas été épargnée par la persécution. Elle a été arrêtée, emprisonnée et torturée

Elle a été arrêtée à plusieurs reprises et détenue dans des installations de lavage de cerveau, des centres de désintoxication et des centres de détention, allant de deux semaines à un an entre septembre 2000 et septembre 2003.

Elle a été condamnée à 18 mois de travaux forcés en mars 2005. Elle a été forcée à regarder des vidéos calomniant le Falun Gong pendant cinq mois d’affilée. Elle a été privée de sommeil et forcée de rester debout sous un soleil brûlant durant trois heures à la fois.

Un an après sa libération, Mme Yang a été de nouveau arrêtée et illégalement condamnée à 18 mois de travaux forcés en mai 2007. Elle a été surveillée par des toxicomanes criminels qui l’injuriaient. Les gardes se relayaient pour essayer de lui faire abandonner le Falun Gong.

Quand elle a refusé de renoncer à sa foi, elle a dû se tenir debout pendant de longues heures. Ses jambes étaient enflées et elle a perdu du poids jusqu’à ce qu’on lui voit les os. Sur le point de mourir, elle ne pouvait pas prendre soin d’elle et devait être transportée jusqu’aux toilettes.

Mme Yang est retournée chez elle en octobre 2008. Elle a participé activement à parler aux gens de la persécution. Pour éviter l’arrestation, elle a décidé de quitter sa demeure. Pour aggraver les choses, depuis 2010, le gouvernement retient sa pension.

Elle a conclu dans sa lettre de plainte : « J’avais une famille heureuse — un mari aimant et quatre enfants qui me traitaient bien. J’aurais pu passer ma vieillesse en compagnie de cinq petits-enfants. Pourtant, parce que je pratique le Falun Gong, ma fille est morte et ma famille a été déchirée. »

Elle souhaite que Jiang Zemin soit puni pour ses crimes.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, en tant que chef du Parti communiste chinois, a fait fi des autres membres du comité permanent du Politburo et lançait la répression violente du Falun Gong.

La persécution a conduit à la mort de milliers de pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Davantage ont été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la création et de la poursuite de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité extra-légale, le Bureau 610, le 10 juin 1999. L’organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l’exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leurs réputations, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/9/13/152506.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/9/3/89-315115.html

Feng Wandi pousuit en justice l’ancien dictateur Jiang Zemin pour avoir détruit sa famille

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Guangdong, en Chine

(Minghui.org) « Notre famille est maintenant brisée. Vous, maman et papa, êtes enfermés dans le centre de détention n° 2 et notre sœur dans le centre de détention n° 1. Notre frère a dû quitter l’école parce que nous n’avions plus d’argent. »

Mme Feng Wandi a fondu en larmes en découvrant la note ci-dessus, cachée dans les vêtements que sa sœur aînée lui avait envoyés alors qu’elle était en détention en 2001, pour avoir refusé de renoncer à sa croyance dans le Falun Gong.

Sa famille composée de sept personnes – ses deux parents, ses deux sœurs aînées et ses deux jeunes frères et elle-même – ont vécu dans la terreur et ont fait face à un harcèlement constant de la part des autorités locales après que la persécution du Falun Gong ait commencé en juillet 1999.

Tous les sept pratiquaient le Falun Gong et la pratique leur donnait en retour une vie saine et heureuse. Au cours des premières années qui ont suivi le début de la persécution, cependant, les parents et la seconde sœur de Mme Feng ont été arrêtés et détenus à répétition parce qu’ils tenaient fermement à leur croyance. En 2004, après des années de détention et d’intimidation, sa mère est morte à l’âge de 49 ans.

Mme Feng, de la ville de Maoming, province du Guangdong, dépose maintenant des accusations au pénal contre l’ancien dirigeant chinois, Jiang Zemin, pour avoir instaurer la persécution du Falun Gong qui a détruit sa famille autrefois heureuse.

« J’aurais tant aimé que ce qui est arrivé à ma famille n’ait été qu’un cauchemar. Je ne peux pas comprendre pourquoi nous avons eu à tant souffrir pour simplement essayer d’être de bonnes personnes », a écrit Mme Feng dans sa plainte pénale.

Une famille de sept personnes ciblée et menacée

Le 16 janvier 2000, la famille Feng est devenue une cible, après que les sept membres aient exposé la persécution du Falun Gong dans une lettre d’appel qu’ils ont signée et adressée à une organisation internationale des droits de l’homme. Le 2 février, la police a interrogé la famille et arrêté les deux parents.

La mère a été gardée en captivité pendant 38 jours, on l’a obligée à payer 350 yuans pour ses repas pendant sa détention et elle a été licenciée de son travail. Le père a été détenu pendant quatre jours.

Pendant que les deux parents étaient en détention, le personnel du Bureau 610 local a continué de harceler et de surveiller les cinq frères et sœurs à la maison. La sœur aînée et les deux frères (le plus jeune n’étant âgé que de 12 ans à l’époque) ont été si terrifiés qu’ils ont accepté à contrecœur de renoncer à leur croyance dans le Falun Gong.

La vie n’a pas été plus facile pourtant, puisque les parents et leurs deux jeunes filles ont été envoyées par intermittence en détention au cours des années qui ont suivi.

La mère meurt à l’âge de 49 ans

En 1997, la mère de famille, Mme Yang, a recouvert la santé et guéri de toutes ses maladies et est devenue une personne sereine après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong. Elle a cependant été arrêtée trois fois rien qu’en 2000, (en février, juillet et décembre) pour avoir refusé de s’éloigner de la pratique qui lui avait transformé la vie.

Elle a été condamnée à deux ans de travaux forcés en février 2001, suite à sa troisième arrestation. Les gardes du camp de travail de Sanshui lui ont fait subir une torture et un lavage de cerveau constant. Sous la pression, elle a renoncé à sa croyance, en écrivant les « trois déclarations ».

Elle a été libérée le 20 avril 2002. Les années de détention et de torture ont impacté sa santé. Elle est décédée en juin 2004. Elle n’avait que 49 ans.

Plus tard, traumatisé, le père abandonne le Falun Gong

Le père de famille a également été arrêté trois fois en 2000 (deux fois en février et une fois en juillet). Il a ensuite été emmené au centre de détention n° 2 de Dianbai, où, à un moment donné, sa femme et leur troisième fille étaient incarcérées elles aussi.

Le village a donné l’ordre à la banque de M. Yang de geler son compte, après que ses deux plus jeunes filles soient allées à Beijing faire appel pour le Falun Gong. Son fils aîné a quitté l’école pour rejoindre sa fille aînée dans une usine pour gagner de l’argent pour la famille. M. Yang avait toujours eu de grands espoirs pour son fils aîné, qui excellait en classe. Quand le garçon a quitté l’école, le rêve de M. Yang de voir son fils aller à l’université s’est évanoui.

M. Yang ne pouvait pas comprendre pourquoi sa famille qui avait été heureuse, était maintenant ruinée et dans un marasme financier à cause de la persécution. Traumatisé et confus, il a, lui aussi, écrit des déclarations à l’effet qu’il coupait ses liens avec le Falun Gong. Il a été libéré le 20 avril 2001.

La seconde sœur hantée par la souffrance

En décembre 2000, Mme Feng et sa seconde sœur, Mme Feng Wanxiang, sont allées à Beijing faire appel pour le Falun Gong. Elles ont été arrêtées et envoyées au centre de détention de Chaoyang, où elles ont été déshabillées et ont subi une fouille au corps. Elles ont aussi été torturées et forcées de subir divers examens médicaux.

Mme Feng Wanxiang a été libérée en mai 2001. Hantée par sa souffrance, elle a bientôt fini par abandonner la pratique du Falun Gong.

Mme Feng subit encore la persécution

Le 5 janvier 2001, Mme Feng a été libérée, pour être à nouveau arrêtée peu de temps après et pour être envoyée au centre de détention n° 2 de Dianbai. Elle a été forcée à faire un travail dur et a été gavée de force avec un concentré d’eau salée. Elle n’a été libérée que huit mois plus tard et après avoir été forcée de payer 2 000 yuans.

Malgré ce qu’elle a traversé, Mme Feng tient encore fermement à sa croyance dans le Falun Gong. Maintenant jeune maman, elle ne peut toujours pas jouir d’une vie paisible. Son mari, qui est aussi pratiquant, et elle ont à faire face au harcèlement incessant de la police, ne sachant pas quand la prochaine arrestation va se produire. Sa belle-mère vit dans une peur constante.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, a fait fi de l’opinion des autres membres du comité permanent du Politburo et a instauré la répression violente du Falun Gong.

Au cours des 16 dernières années, la persécution a entraîné la mort de milliers de pratiquants de Falun Gong. Davantage encore ont été torturés pour leur croyance et même assassinés pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la création et de la poursuite de cette persécution brutale.

Le 10 juin 1999, sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité extrajudiciaire, le « Bureau 610 ». L’organisation passe outre les forces policières et le système judiciaire dans l’exercice de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les causes criminelles, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/7/13/151529.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/6/28/311578.html

Un enseignant du Guangdong poursuit l’ancien dictateur chinois Jiang Zemin

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Guangdong, Chine

(Minghui.org) M. Wu Yongjian a déposé une poursuite contre l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin pour le lancement de la persécution du Falun Gong, qui lui a causé d’énormes souffrances physiques et mentales.

M. Wu a envoyé ses plaintes à la Cour populaire suprême et au Parquet populaire suprême de Pékin le 26 mai 2015.

M-Wu-posté-plainte-01
M. Wu a posté sa plainte au Parquet populaire suprême.

M-Wu-posté-plainte-02
Reçu postal de sa plainte.

M-Wu-posté-plainte-03
M. Wu a posté sa plainte à la Cour populaire suprême.

M-Wu-posté-plainte-04
Reçu postal de sa plainte.

M. Wu, âgé de 43 ans, était professeur au Collège de l’éducation de Maoming dans la province du Guangdong.

Il a subi de graves persécutions pendant les 16 années de la persécution du Falun Gong lancée par Jiang Zemin. Il a été illégalement détenu et sa maison a été saccagée à plusieurs reprises. Parce qu’il est resté ferme dans sa croyance dans le Falun Gong, il a été licencié de son lieu de travail et surveillé pendant des années. M. Wu a également été condamné à sept ans de prison.

M. Wu a été soumis à de mauvais traitements et aux travaux forcés dans le deuxième centre de détention de la ville pendant plus d’un an. Il est devenu émacié, sa vue s’est affaiblie et ses réactions sont devenues plus lentes. Ensuite, un traitement plus dur a suivi dans la prison de Yangjiang, où il a souvent été battu.

Historique

Jiang Zemin est directement responsable de la création et de la poursuite de la persécution brutale.

En 1999, Jiang Zemin, à titre de dirigeant du Parti communiste chinois, a outrepassé la position des autres membres du Comité permanent du Politburo et a instigué la violente répression du Falun Gong.

La persécution a mené à la mort de milliers de pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Des pratiquants ont été torturés pour leur croyance et ont même été tués pour leurs organes.

Le 10 juin 1999, sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé une agence extrajudiciaire, le Bureau 610. L’organisation a été placée au-dessus des forces policières et au-dessus du système judiciaire pour appliquer les directives de Jiang à l’égard du Falun Gong consistant à ruiner leur réputation, à leur couper leurs ressources financières et à les détruire physiquement. L’organisation est restée extrêmement discrète en contournant les forces policières et le système judiciaire.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les causes criminelles et plusieurs pratiquants sont en train d’exercer ce droit de déposer des plaintes pour actes criminels contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/6/5/150921.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/6/2/310311.html

[Célébrer la Journée mondiale du Falun Dafa] Maintenir l’intégrité dans chaque facette de la vie

Écrit par Jingjing, une pratiquante de la province du Guandong, Chine

(Minghui.org) Je tiens une petite épicerie dans un quartier de banlieue, et en tant que pratiquante de Falun Dafa, je suis les principes universels d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

Ma façon de respecter le principe d’Authenticité est de ne pas vendre de produits contrefaits, une pratique omniprésente dans la Chine d’aujourd’hui. Par conséquent, j’ai beaucoup de clients qui reviennent. Pour la Bienveillance, je souris aux clients quand je les salue. La Tolérance pour moi c’est que je ne suis pas affectée lorsque les clients sont difficiles.

Aider les autres à voir la vérité

Mon amie Azhen travaille dans un bureau de poste qui est à 100 miles de mon magasin. Quand elle peut, elle vient toujours à mon magasin pour ses achats. Elle m’appelle « sa marraine » et ses parents également.

Azhen est venue une fois vers moi et m’a dit en pleurant : « Marraine, ne pratique plus le Falun Gong. Je viens de voir à la télévision qu’un pratiquant de Falun Gong a tué sa fille de 12 ans. » Elle pleurait si fort qu’elle pouvait à peine parler. « Si tu continues à pratiquer le Falun Gong et que tu tues Xiaolu, que devrais-je faire ? » a-t-elle poursuivi.

Xiaolu, ma fille, est trois ans plus jeune qu’Azhen, et elle sont de très bonnes amies.

« N’écoute pas ces mensonges », lui ai-je répondu. « La personne qui a tué sa fille n’est pas un pratiquant de Falun Gong. Peux-tu imaginer que je veuille tuer Xiaolu ? » Elle m’a regardé et a commencé à sourire : « Non, tu ne ferais pas cela. » Elle a convenu que c’était ridicule et que penser que je voudrais blesser quelqu’un sonnait vraiment faux.

Je lui ai dit comment les pratiquants cherchent à être de meilleures personnes. J’ai ajouté que M. Li Hongzhi, notre Maître et fondateur du Falun Gong, exige que nous vivions selon les principes Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

Plus tard, elle a apporté une copie du Zhuan Falun et a lu quelques conférences du Maître. Elle en est venue à comprendre de plus en plus le Falun Gong.

Maintenir la droiture

Une fois, Azhen a fait une remarque particulière sur le sel dans mon magasin. Elle a demandé pourquoi j’avais fait le choix de ne pas vendre de sel falsifié. Je lui ai dit : « Tu sais que je cultive l’Authenticité. Comment pourrais-je vendre des produits falsifiés ? »

Azhen a dit alors avec beaucoup d’assurance : « Oui, je leur ai dit que j’avais raison. » Elle a poursuivi en expliquant ce qui était arrivé.

Un jour, un groupe de personnes avait une discussion animée dans le bureau de poste. Ils ont dit que la division de l’administration de la ville a fait une inspection au hasard et confisqué un grand camion de sel falsifié. Il s’est avéré que le sel falsifié était vendu dans tous les magasins d’épicerie de la région, sauf un. Azhen a décidé de s’immiscer dans leur conversation. « Ce doit être le magasin de ma marraine », a-t-elle dit.

Ces gens fumaient tous. Ils ont demandé : « Ne vend-elle pas de faux cigares ? »

« Bien sûr que non », a répondu Azhen, « ma marraine pratique le Falun Gong. Elle pratique Authenticité-Bienveillance-Tolérance, alors elle ne vend pas de produits falsifiés. Même le représentant des ventes de la société de cigares a dit que seule ma marraine possède un certificat. Vous pouvez aller le vérifier si vous ne me croyez pas. »

Après avoir entendu son histoire, je lui ai dit : « Ce n’est pas étonnant, alors, que des personnes sont venues pour vérifier mon sel il y a quelques jours sans rien dire. De plus, j’ai commencé à vendre beaucoup de cigares récemment, et maintenant, je sais pourquoi. »

Le Falun Gong – une terre pure

Le cousin de mon mari est venu nous rendre visite un jour avec ses deux fils et leurs épouses. Ils avaient besoin d’un ouvre-bouteille, mais nous n’en n’avions pas. Alors j’ai apporté la clé pour ouvrir la porte de mon voisin et je les ai emmenés. Mon mari cherchait un ouvre-bouteille et il est advenu qu’il a ouvert un tiroir plein d’argent. Son cousin a vu l’argent.

Quand nous sommes rentrés à la maison, le cousin a dit : « Vous devez avoir une bonne relation avec vos voisins. Ils vous ont même donné leur clé. »

« Le couple qui vit là pratique aussi le Falun Gong », a répondu mon mari, « tout comme ma femme. »

Le cousin avait lu des documents clarifiant la vérité et des livres de Dafa. Toutefois, il m’a dit : « Ils ont mis leur argent là et pensent que vous ne le prendrez pas. Mais n’avez-vous pas peur que vos enfants le prennent ? » J’ai dit : « Nous avons confiance en nos enfants, car ils lisent les livres de Dafa et cultivent leur xinxing selon Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Le Falun Gong est une pratique d’auto-discipline. »

Le cousin a dit : « Le Falun Gong est vraiment une terre pure. »

Une autre fois, en 1999, avant que la persécution commence, un collègue m’a posé des questions sur notre politique de subsides avec nos enfants. Je lui ai dit : « Ils peuvent accéder à l’argent et avoir tout ce dont ils ont besoin. »

Mon collègue a été surpris. « Ne craignez-vous pas qu’ils fassent de mauvaises choses avec l’argent ? » a-t-il demandé.

« Non », lui ai-je répondu. « Ils étudient le Falun Gong et nous écoutent très bien. » Mon collègue a dit : « Les pratiquants de Falun Gong sont nobles. C’est vraiment un enseignement de haut niveau. »

Élever des enfants : adhérer à Dafa

Mon collègue dit que « éducation de haut niveau » n’est pas un terme exagéré. Les enfants qui pratiquent le Falun Gong sont généralement très sociables et hautement appréciés par leurs amis et collègues.

Même les grands-parents des petits disciples de Dafa louent leurs petits-enfants en permanence : « Mon petit-fils nous respecte tellement. Il est très bon. »

Toutefois, lorsque la persécution a commencé, certains grands-parents qui étaient d’abord contre leur belle-fille qui pratiquait le Falun Gong, ont changé d’avis et ont soutenu le Falun Gong. Ils ont raconté : « Mon petit-fils est allé à Pékin quand il avait seulement trois mois pour faire appel pour le Falun Gong. » (Ce pratiquant est allé à Pékin pour faire appel pour le Falun Gong avec son fils de trois mois.)

Lorsque nous nous disciplinons avec Dafa, que nous éduquons nos enfants selon Authenticité-Bienveillance-Tolérance, leur enseignons et touchons leurs cœurs comme des modèles, ils deviendront polis, compatissants et nobles.

Même s’ils ne pratiqueront pas le Falun Gong plus tard, ils sont sûrs d’être de bonnes personnes dans la société.

Traduit de l’anglais en Suisse

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/5/18/150612.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/5/12/308534.html