Un homme du Henan arrêté pour avoir poursuivi en justice l’ancien dictateur chinois

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Henan

(Minghui.org) M. Xu Jinqiao était au travail le 9 août, quand des agents de police sont apparus et l’ont emmené en détention. L’employé des gisements pétroliers de la Sinopec à Zhongyuan a été ciblé parce qu’il a poursuivi en justice l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin pour avoir lancé la persécution du Falun Gong.

Selon M. Xu, le Falun Gong l’a aidé à arrêter de fumer, de boire et a amélioré ses relations avec sa femme. Il a dit être aussi devenu un travailleur plus dévoué étant donné qu’il suivait le principe du Falun Gong Authenticité-Bienveillance-Tolérance pour guider sa conduite.

Comme aucune loi en Chine n’incrimine le Falun Gong, M. Xu n’a jamais hésité à parler aux gens de la persécution de la discipline spirituelle. Ses efforts se sont heurtés aux représailles policières.

Il a été pris pour cible une première fois en novembre 2005, quand quelqu’un l’a signalé à la police parce qu’il parlait à ses collègues du Falun Gong. Un groupe d’agents de police l’ont saisi au travail et ramené chez lui pour confisquer ses documents du Falun Gong.

La police a ensuite envoyé M. Xu dans un centre de lavage de cerveau local, où ils ont essayé de le faire renoncer au Falun Gong en le menaçant de perte d’emploi et d’emprisonnement. Il a maintenu sa position et s’est vu interdire les visites de sa famille.

M. Xu a déposé sa plainte en justice contre Jiang Zemin en juillet 2015 et tient Jiang Zemin responsable de son calvaire dans le centre de lavage de cerveau. La police l’a une nouvelle fois arrêté sur son lieu de travail en octobre 2016.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des dix-sept dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L’organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l’exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/10/16/159566.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/10/14/336283.html

Publicités

Un ancien professeur jugé pour avoir poursuivi Jiang Zemin en justice

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Henan, Chine

(Minghui.org) M. Si Deli, 64 ans, ancien professeur agrégé du Centre culturel du district de Shihe, a été jugé le 29 août 2016 au tribunal du district de Shihe de la ville de Xinyang. Il a été accusé d’avoir déposé des plaintes criminelles contre Jiang Zemin, l’ancien chef du Parti communiste chinois, pour avoir lancé la persécution du Falun Gong.

L’avocat de M. Si a réfuté l’accusation et la preuve. Il a déclaré que déposer des plaintes criminelles contre quiconque a commis un crime est un droit et devoir de citoyen. Il a aussi signalé qu’il est absurde d’utiliser les versets confisqués illégalement au domicile de M. Si comme preuve.

L’avocat a signalé que l’Article 41 de la Constitution stipule que les citoyens chinois ont le droit d’appeler, de poursuivre ou de rapporter les activités illégales des fonctionnaires du gouvernement. Poursuivre Jiang Zemin est légal et doit être protégé par la loi. Aussi, la persécution du Falun Gong n’a pas de base légale.

M. Si a dit à la cour qu’il a commencé à pratiquer le Falun Gong suite à un grave problème d’estomac. Ses maladies ont disparu peu de temps après. Le Falun Gong lui a aussi enseigné les fondements de la moralité humaine et il est devenu une meilleure personne.

Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé en 1999, M. Si a été arrêté à de multiples reprises. Il a été incarcéré dans des camps de travail et des prisons. Son salaire a été saisi par le personnel du Bureau 610. Son domicile a été saccagé plusieurs fois et ses biens personnels ont été confisqués. La persécution lui a causé un grand tort à lui et à sa famille. Il espérait rétablir la justice en déposant une poursuite contre Jiang Zemin.

La cour de justice a été levée à 17 h sans rendre de verdict.

Incarcéré en prison et dans des camps de travail à de multiples reprises

M. Si a été condamné à 5 ans et demi de prison en 2011 pour avoir pratiqué le Falun Gong et il a été incarcéré à la prison de Zhengzhou. Il a été soumis à diverses méthodes de torture dont l’isolement, pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong.

Il a été condamné à trois ans de prison en 2005.

Il a reçu des peines de travaux forcés à deux reprises, soit en juillet 2000 et en mars 2001. Il a été incarcéré au camp de travaux forcés no 3 de la province du Henan.

La persécution sur le long terme a grandement affecté M. Si. Ses dents sont tombées et ses cheveux sont devenus blancs, et il a maintenant de la difficulté à marcher.

Il a déposé des plaintes criminelles contre Jiang Zemin en juillet 2015 pour la persécution à laquelle lui et sa famille ont été soumis.

M. Si a été arrêté à son domicile par les agents de la Division de la sécurité intérieure de la ville de Xinyang le 17 mars 2016. Il est détenu au centre de détention no 1 de Xinyang.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong sans tenir compte des autres membres du comité permanent du Politburo.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 17 dernières années. Beaucoup plus auraient été torturés en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la mise en place et du maintien de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité illégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L’organisation supplante les forces de police et le système judiciaire dans l’exécution de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être plaignants dans les affaires pénales, et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/28/159328.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/2/333852.html

Un avocat défend le droit à pratiquer le Falun Gong d’une femme du Henan

Écrit par un pratiquant de Falun Gong de la province du Henan

(Minghui.org) Mme Zhao Liya du canton de Ye a été jugée le 28 juillet pour « utiliser une organisation sectaire pour attenter à l’application de la loi », prétexte standard utilisé par le régime communiste chinois pour condamner les pratiquants de Falun Gong dans sa persécution de la discipline spirituelle.

Son avocat a plaidé non coupable pour elle, une première dans les cas de Falun Gong locaux et il a fait valoir qu’aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong.

Le juge président a été visiblement surpris et a dit au procureur : « Allez-y et vérifiez si cela est vrai. »

Mme Zhao et son mari M. Sun Yaomin ont été tous deux pris pour cible à plusieurs reprises pour leur foi depuis que la persécution a commencé en 1999. M. Sun a été emprisonné à deux reprises et il est décédé le 7 janvier 2014, après avoir succombé à des blessures contractées en prison. Mme Zhao a également été condamnée à la prison pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong.

Elle a déposé plainte contre l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin pour avoir initié la persécution du Falun Gong entraînant l’épreuve de sa famille, pour finalement être à nouveau arrêtée en décembre dernier.

Le procureur a utilisé la plainte de Mme Zhao comme preuve contre elle. Son avocat a fait valoir son droit de demander justice contre Jiang pour avoir porté atteinte à sa liberté de croyance.

Le juge a ajourné l’audience sans émettre de verdict.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/8/5/158125.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/7/30/332165.html

Avec un disciple de Dafa dans la famille, tout le monde s’améliore

Écrit par une pratiquante de Falun Dafa dans la province du Henan, Chine

(Minghui.org) Dès que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en janvier 2003, j’ai fait l’expérience d’améliorations étonnantes dans mon corps et mon esprit.

Certains de mes amis ont dit qu’ils connaissaient beaucoup de femmes qui étaient mariées à des hommes riches mais n’étaient pas heureuses. Ils disaient que notre famille était différente, parce que nous étions heureux.

Une autre de mes amies a dit : « Ton mari te traite bien et te donne tout ce dont tu as besoin. »

Mon mari est un grand directeur. Il a personnellement bénéficié de ma pratique du Falun Dafa et est devenu très prévenant et généreux. Sa santé s’est aussi améliorée. Il me soutient véritablement dans ma pratique.

Je lui ai parlé des principes de « pas de gain sans perte » et il comprend l’importance d’être bon et de ne pas générer de karma.

Je crois que j’ai eu une influence positive sur lui grâce à mon comportement. Il a une très bonne réputation au travail et parfois, lorsque je le vois travailler sans relâche, je lui demande : « Quand penses-tu avoir fini ? Tu devrais faire une pause si tu es fatigué. »

« N’es-tu pas celle qui parle toujours d’être une bonne personne ? » répond-il alors. « De plus, je pense que le Maître me protège. »

Mon fils apprend à être une bonne personne

J’apprends à mon fils, qui va au lycée, le principe d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Je lui demande de respecter ses professeurs et d’être prévenant envers les autres. Je lui dis aussi de ne pas s’inquiéter de perdre mais au contraire d’être plus insouciant.

Un jour, alors que nous participions à une petite fête, un ami de mon mari a secrètement essayé de donner à mon fils une petite enveloppe rouge contenant des espèces, une tradition de Chine. Mon fils a cependant refusé poliment.

Lorsqu’il était jeune, il n’aimait pas sa professeure. Il savait que cela n’était pas correct, mais il ne pouvait pas s’empêcher de se plaindre à son sujet auprès de moi. Apparemment, elle exerçait des pressions sur les élèves pour qu’ils obtiennent de meilleurs points à leurs examens afin qu’elle puisse obtenir une prime. Pour obtenir une réduction, elle les forçait à lui acheter leurs livres de cours.

Je dis à mon fils : « Le Fa nous enseigne à être tolérant envers nous-mêmes et les autres. » Mon fils s’entend toujours bien avec ses camarades de classe et sa professeure est très élogieuse à son égard.

Récemment, un autre ami de la famille lui a donné une enveloppe rouge remplie d’espèces. Mon fils l’a juste donné au père de l’ami sans l’ouvrir, lui demandant de la rendre.

Comment j’ai rencontré le Falun Dafa

Consciente des bienfaits pour la santé générés par Dafa, j’ai commencé à pratiquer, parce que je voulais garder une apparence jeune et saine. Je trouvais Maître Li très bienveillant.

Fin 2002, je suis restée quelques jours chez mes parents et ma mère est tombée malade – elle se sentait étourdie et ne pouvait pas sortir du lit.

Elle ne voulait même pas que j’ouvre les rideaux pour elle, disant que la lumière du soleil lui irritait les yeux.

Lorsqu’une pratiquante est venue lui rendre visite, j’ai entendu cette pratiquante dire à ma mère ce que le Maître a enseigné :

« La rotation vers l’intérieur (sens des aiguilles d’une montre) donne le salut à soi-même, la rotation vers l’extérieur (sens contraire aux aiguilles d’une montre) donne le salut aux autres… » (Zhuan Falun)

J’ai soudain réalisé que pendant le temps que j’étais restée chez mes parents, mon visage était devenu beaucoup plus lisse et l’acné dont je souffrais depuis longtemps avait disparu. J’ai demandé à cette pratiquante si c’était parce que j’avais bénéficié du Fa.

Elle était heureuse de m’entendre poser cette question et a confirmé ma pensée. Ma mère avait entièrement guéri après deux jours. Alors que je dormais à côté d’elle une nuit, j’ai dit : « Je veux cultiver et pratiquer aussi. »

L’attachement à la réputation

Il a été assez difficile d’abandonner mon attachement à la vanité. Pendant de nombreuses années, je m’étais habituée à ce que les gens disent combien j’étais jolie. Je me donnais donc toujours du mal pour mon apparence. Je m’inquiétais même qu’un jour, les gens arrêtent de me complimenter. Mais après avoir commencé la cultivation et pratique, j’ai appris qu’il était important d’éliminer cette obsession, mais je ne savais pas comment.

Un jour, j’ai rendu visite à une autre pratiquante. Sa fille m’a demandé ce qui n’allait pas : « Tu ne te coiffes pas ni ne te maquilles ? » J’ai répondu que j’avais abandonné cet attachement. « Vraiment ! » s’est-elle exclamée, « Est-ce ainsi que tu as abandonné l’attachement ? »

J’avais été obsédée par mon apparence pendant tant d’années et j’utilisais toujours des produits de beauté importés onéreux. Je pensais juste qu’en tant que pratiquante, ce que j’utilisais ne faisait aucune différence. Ainsi mon attachement a grandi encore plus et j’ai commencé à utiliser des produits encore plus chers.

Puis, l’an dernier, mon mari m’a acheté des produits de soins de la peau très chers. Un jour, mon visage était rouge et me démangeait. Je me suis demandé si c’était dû à mon attachement aux produits de beauté, mais j’ai rejeté l’idée car je les utilisais depuis des années.

Un matin, mon visage était si gonflé que je pouvais à peine ouvrir un œil. J’ai dû arrêter d’utiliser tous les produits d’un coup.

Après n’avoir touché aucun de ces produits pendant un jour, les démangeaisons et le gonflement ont un peu diminué. Mon visage a arrêté de gratter au bout de deux jours et était moins rouge. Une petite couche de peau est même tombée après quatre jours.

Mais j’ai de nouveau recommencé à utiliser mes produits de beauté. Mon excuse était que tant que je n’y étais pas attachée, cela n’avait pas d’importance. Mais mon visage a recommencé à enfler et à me démanger.

J’ai rapidement compris que je devais juste éliminer cet attachement. J’ai dit à mon mari que je n’allais plus utiliser aucun de ces produits. Avec un regard étonné sur son visage, il m’a demandé pourquoi. J’ai simplement dit qu’il pouvait économiser son argent mais il a été rapide à me corriger en disant : « Maintenant, notre famille peut économiser de l’argent. »

J’ai réalisé que ma vanité était causée par mon attachement à la réputation. Cette réputation avait apporté d’autres attachements, comme me faire valoir et la compétitivité. Je n’étais jamais satisfaite de moi et je voulais toujours entendre des flatteries, je me suis donc concentrée pour éliminer cet attachement à la réputation.

J’ai pensé : « Je suis une pratiquante qui devrait éliminer les attachements. À quoi cela sert-il d’être attaché à sa réputation ? » J’ai arrêté d’être si obsédée par les produits de beauté et j’ai commencé à me sentir plus détendue. J’étais aussi plus paisible dans ma méditation.

Combattre la solitude

Mon mari part chaque matin très tôt pour le travail et rentre très tard. Mon fils ne vit plus chez nous, je suis donc généralement toute seule. Il fait calme et il n’y a pas beaucoup de tâches ménagères à faire.

Le point positif dans cela est que j’ai un bon environnement de cultivation. Je trouve de la joie en faisant les trois choses qu’un pratiquant doit accomplir.

Mais si je ne reste pas dans ma cultivation, j’ai tendance à m’ennuyer et me sentir seule. Lorsque je ressens l’ennui, je me souviens que je devrais maintenir un état d’esprit droit et ne pas baisser mes critères ni m’abandonner aux formes de distraction des gens ordinaires.

Si la solitude est un problème parfois, elle passe assez rapidement, parce que j’ai le Fa dans mon cœur. Je sais qu’un jour, je serai capable de me débarrasser totalement de ce sentiment de solitude.

Je remercie sincèrement Maître Li du plus profond de mon cœur pour tout.

Traduit de l’anglais en Belgique

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/7/9/151464.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/6/16/310916.html

Une dame âgée de 78 ans Hu Keying persécutée pendant 15 ans (Photos)

Écrit par un correspondant de Minghui dans la province du Henan, en Chine

(Minghui.org) La maison de Mme Hu Keying a été saccagée trois fois, en 15 ans. Elle a passé deux ans en détention et la police a extorqué un total de 17 500 yuans à sa famille au fil des ans. Pourquoi cette citoyenne âgée, respectueuse des lois, a-t-elle été traitée comme une criminelle ? C’est uniquement parce qu’elle pratique le Falun Gong et s’efforce de vivre selon le principe Authenticité– Bienveillance-Tolérance.

bce01efff1
Mme Hu Keying

bce01efff2
Porte d’entrée de la maison de Mme Hu Keying

Mme Hu échappe à l’arrestation de police

Le 10 octobre 2013, Mme Hu, âgée de 78 ans, a échappé de justesse à une arrestation en grimpant sur le toit de sa maison quand la police est venue fouiller sa propriété. Elle a dû rester éloignée de chez elle pendant longtemps pour éviter d’être arrêtée, laissant son mari, qui souffre de la maladie d’Alzheimer, seul à la maison.

La police a fouillé la maison de Mme Hu et a confisqué son ordinateur, une imprimante, du matériel d’impression et d’autres articles. Le chef de la Commission des affaires politiques et légales du district de Huichuan de la ville de Zhoukou, Zhao Donghe, a mené le raid.

Mari traumatisé hospitalisé

Quinze années de persécution et de harcèlement constant des autorités ont prélevé un lourd tribut de la famille de Mme Hu. La santé de son mari s’est détériorée et maintenant, il est dans un état grave.

Mme Hu a été arrêtée chez un autre pratiquant le 14 juillet 2011. Une dizaine de policiers sont entrés par effraction plus tard dans sa maison et ont confisqué un certain nombre de choses. Son mari qui était là à ce moment-là, était en état de choc. Il a dû être transporté d’urgence, à l’hôpital, après la descente de la police.

Quand un médecin de la police a fait un examen physique de Mme Hu, il l’a diagnostiquée comme étant « gravement malade » et, il a été suggéré qu’elle soit immédiatement hospitalisée. Malgré son état, la police a demandé aux autorités de trois centres de détention de la prendre, mais ils ont tous refusé. Finalement ils n’ont pas eu d’autre choix que de la libérer.

Des représentants d’un camp de travail refusent de prendre Mme Hu même après qu’on leur ait offert des pots-de-vin

Un jour, en janvier 2002, la police a fait une descente aux domiciles des pratiquants, Wu Guifang, Hu Keying, Song Xia, Zhang Min, Jia Xiu et d’un autre pratiquant. Le policier, Wang Yong, du poste de police du chemin de Jianshe, a mené les raids. Mme Hu a ensuite été emmenée dans un centre de détention.

Le fils de Mme Hu était, à ce moment-là, maire du faubourg de Beijiao, et on envisageait de lui donner une promotion en tant que secrétaire du Parti du faubourg de Nanjiao. Cependant, sa promotion a été reportée parce que sa mère refusait de trahir sa foi.

Le policier Wu Gang a dit à Mme Hu que son fils pourrait être promu tant qu’elle promettait de ne pas pratiquer le Falun Gong. Mme Hu a dit : « Obtenir une promotion en forçant la mère de quelqu’un, à trahir sa foi est impensable. Dans la société d’aujourd’hui, les gens se disputent pour des intérêts mesquins. Mon fils est mieux de ne pas obtenir cette promotion. »

Les agents du Bureau 610 du district de Chuanhui voulaient condamner Mme Hu à un camp de travail, mais quand le chef du centre de détention, Dou Yanhuai, a emmené Mme Hu et d’autres pratiquantes au camp de travaux forcés pour femmes de Shibalihe, dans la ville de Zhengzhou passer un examen physique, les résultats ont démontré qu’elle avait une grave maladie cardiaque. Par conséquent, les représentants là-bas ont refusé de la prendre.

Dou Yanhuai a tenté de corrompre un représentant du camp de travail en disant : « Je vais vous donner un appartement si vous la prenez. » Mais le représentant a répondu : « Nous n’osons pas la prendre dans cette condition, peu importe ce que vous promettez me donner. »

Dou Yanhuai a alors emmené Mme Hu dans un autre hôpital et a dit au médecin de cet endroit de faire un rapport disant que Mme Hu n’avait que quelques affections mineures. Le médecin a répondu : « Ses résultats montrent qu’elle a une grave maladie cardiaque et qu’elle pourrait mourir à tout instant. » Dou Yanhuai n’a eu d’autre choix que de ramener Mme Hu au centre de détention.

Le 29 janvier 2003, Mme Hu a été libérée, après un an de détention. Mais sa famille a été obligée de payer 2000 yuanss avant de pouvoir retourner chez elle.

Sous la pression du Bureau 610, la direction de la distillerie de Zhoukou, l’ancien employeur de Mme Hu, a décidé de suspendre pendant 40 mois sa pension ainsi que celles de plusieurs autres pratiquants. Ils ont aussi forcé Mme Hu, à payer 5 000 yuanss d’« amendes ».

Mme Hu fait appel sur la Place TianAnMen

Mme Hu est allée Place TianAnMen, à Beijing, faire appel pour le Falun Gong le 1er octobre 2000. Elle a crié : « Falun Dafa est bon ; Falun Dafa est juste ; Restaurer la réputation de Maître Li ». Inspirés par son courage, d’autres pratiquants là-bas ont commencé à y participer. La police s’est précipitée et a commencé à frapper les pratiquants avec des matraques. Mme Hu a été frappée à la tête et a brièvement perdu conscience. Un autre pratiquant a aidé Mme Hu à se remettre debout.

La police n’a pas réussi à disperser les pratiquants qui s’étaient réunis en groupes, les mains jointes, se protégeant les uns les autres de la police.

Mme Hu a été arrêtée et emmenée dans un centre de détention local pendant cinq jours. Elle a refusé de donner son nom et son adresse à la police, mais ils ont trouvé sa carte d’identité. Elle a été ramenée dans sa ville natale et détenue au centre de détention de Zhoukou. Le directeur, Song Haiqiang lui a mis de lourdes chaînes aux pieds et le policier Chen Zhensheng l’a menottée.


Illustration de torture illustration : Enchaînée et menottée

Les gens de la distillerie de Zhoukou sont allés au centre de détention et ont ramené Mme Hu dans un centre de détention local. Elle a passé un an là-bas et sa famille a été obligée de payer 2000 yuanss.

La police ne rend qu’une partie de l’argent extorqué à la famille de Mme Hu

Le 19 février 2000, Mme Hu a été arrêtée par les policiers, Li Yuzheng et Liu Feng. Li Yuzheng a dit aux enfants de Mme Hu : « Votre mère sera envoyée à un centre de détention en dehors de la ville. Si vous me payez 2 000 yuans, je ferai en sorte qu’elle reste dans un centre de détention local. » Les membres de sa famille ont accepté de payer la moitié de l’argent. Toutefois, les policiers de la Division locale de la sécurité intérieure ont forcé la famille à payer un autre 5000 yuans le lendemain.

Un des proches de Mme Hu était un fonctionnaire au niveau du canton à ce moment-là. Il a parlé au chef de la Division de la sécurité intérieure et lui a dit : « La vieille dame vient juste de sortir il y a un mois, pourquoi l’avez-vous arrêtée de nouveau ? » Il a dit à la police de la libérer et de rendre l’argent à sa famille. Sous la pression de leurs supérieurs, les policiers ont libéré Mme Hu, mais ils n’ont rendu que 2 500 yuans à sa famille.

Mme Hu fait appel à Beijing en 1999

Après que la persécution ait commencé, Mme Hu est allée à Beijing faire appel en octobre 1999, elle a été arrêtée et ramenée à Zhoukou, où elle a été détenue pendant 20 jours. Les policiers Kou Hongqi et Wang Guosheng ont extorqué 5 000 yuanss à sa famille avant de la libérer.

Ses maladies disparaissent après avoir pratiqué le Falun Gong

Mme Hu a commencé à pratiquer le Falun Gong au cours du printemps 1996. En moins de deux mois, ses maladies ont disparu. Elle devait être hospitalisée deux ou trois fois par année pour sa maladie coronarienne et d’autres affections. Cependant, les symptômes de ses maladies sont réapparus après avoir été arrêtée et détenue.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/8/17/2542.html

Version chinoise : 使迫害她的人百思不得解的神老太

Un professeur de la ville de Ruzhou de nouveau arrêté après avoir souffert d’une persécution à long terme

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Henan, Chine

(Minghui.org) Chang Xinqin, 50 ans, pratiquant de Falun Gong et ancien professeur de l’école des langues étrangères de Pingdingshan, a été arrêté par des officiers du poste de police de la banlieue de Wangzhia le 22 juin 2014, pour avoir distribué des DVD de Shen Yun Performing Arts. On ne connaît pas sa situation actuelle.

Cheng Jianyang, capitaine du Département de police de Ruzhou, et trois officiers du poste de police ont fouillé le domicile de M. Chang autour de 16 h dans l’après-midi. Ils ont pris un ordinateur, un ordinateur portable, et d’autres biens personnels.

M. Chang a été détenu de nombreuses fois au cours des dix dernières années, et il a été emprisonné approximativement six ans en prison. L’école l’a surveillé pendant plus d’une année. Après avoir été relâché de prison en 2009, il a été renvoyé de l’école. Il est maintenant sans domicile et dans la misère.

Après avoir commencé le Falun Gong en 1996, M. Chang a suivi les principes d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Il avait une excellente réputation parmi ses collègues et parmi les étudiants. Les officiers de police lui ont même dit : « Vous êtes très bon, et personne de l’école ne dit du mal de vous. »

Partie impliquée dans la persécution de M . Chang :

Cheng Jianyang (程建阳): +86-13837550812

Traduit de l’anglais en Belgique

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/7/4/1901.html

Version chinoise : 曾遭冤狱迫害 河南汝州市教师再被绑架

Des avocats saluent les courageux efforts de sensibilisation des pratiquants de Falun Gong

Écrit par un correspondant de la province du Henan, Chine

(Minghui.org) Trois pratiquants de Falun Gong ont été illégalement jugés par la Cour de la ville de Gongyi en Chine le 11 mars 2014. Deux avocats ayant plaidé non-coupable en leur faveur ont souligné que les pratiquants de Falun Gong ont fait beaucoup de sacrifices pour aider les gens à comprendre la vérité derrière la persécution du Falun Gong. Au lieu d’être accusés d’un crime, ils devraient être honorés pour de tels actes courageux, qui sont pour le bien des gens.

Mme Mu Suxia, M. Meng Qingkai et Mme. Cai Xifeng ont été arrêtés pour avoir installé des antennes paraboliques nécessaires pour recevoir les programmes de l’étranger de la New Tang Dynasty Television (NTD TV) qui sont interdits par le Parti communiste chinois (PCC).

Mme Mu a été arrêtée en août 2013 et Mme Cai en octobre 2013. Elles ont été détenues dans le centre de détention de Zhengzhou. M. Meng a été détenu au centre de détention de Gongyi pendant près de huit mois.

Des gens désireux d’assister au procès, le palais de justice sous haute surveillance

Avant le procès, les pratiquants locaux ont largement diffusé l’information et encouragé les gens à y participer. Beaucoup se sont rassemblés devant le tribunal après 09h00 le jour du procès. Le palais de justice était fortement gardé par des policiers de la division de la sécurité intérieure. Malgré les négociations des avocats, seuls deux membres de la famille de chaque accusé ont été autorisés à s’asseoir dans la salle d’audience. Même la mère de Mme Cai a été exclue.

L’avocat : « Installer des antennes paraboliques est légal »

Le juge a fréquemment interrompu les deux avocats défendant Mme Mu et M. Mang au début du procès, mais les a ultérieurement laissés présenter leur cas.

Les avocats ont souligné qu’être engagé pour installer des antennes paraboliques est légal et non en violation des lois nationales.

Ils ont déclaré en outre que les citoyens ont le droit à l’information et à regarder la chaîne de télévision de leur choix. « Lorsque les citoyens ont accès à une diversité de chaînes, ils peuvent comprendre les faits de façon plus objective. Ils pourront également améliorer leur capacité à distinguer entre le bien et le mal et devenir plus rationnels. »

L’avocat : « Les pratiquants de Falun Gong font d’énormes sacrifices pour les gens »

Les avocats ont commenté les efforts de sensibilisation altruistes et courageux des pratiquants Un des avocats a déclaré : « Des millions de pratiquants de Falun Gong ont enduré une torture brutale et sans précédent et la répression pour leur seule croyance en Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Beaucoup d’entre eux ont eu leur familles déchirées. Un grand nombre sont désormais sans abri. Face à cette injustice et à la brutalité, ils sont restés pacifiques et rationnels et exercent une grande retenue. Ils ne se vengent pas quand ils sont battus ou injuriés. Ils défendent leur croyance et font appel, protestent gentiment et pacifiquement, et ils clarifient la vérité à propos du Falun Gong. Ils disent aux gens ne comprenant pas les faits que le Falun Gong est injustement calomnié et n’est pas une secte. Ils continuent à croire que la justice prévaudra, en dépit des difficultés endurées, dont l’emprisonnement, la torture, la mort ou les prélèvements d’organes. Ils n’ont jamais répondu par la violence. »

Les avocats ont cité de nombreux exemples de tribunaux d’autres villes qui ont jugé des cas du Falun Gong sans prononcer de condamnation, en abandonnant les poursuites, ou en renvoyant un verdict de « non culpabilité ». De tels résultats indiquent un éveil croissant de la conscience humaine.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/4/12/158.html

Version chinoise : 北京律师赞法轮功舍身救世是慈悲情怀