Ottawa, Canada : Des manifestations du Falun Gong accueillent la visite du premier ministre chinois Li Keqiang

Écrit par un pratiquant de Falun Gong au Canada

(Minghui.org) Les 21 et 22 septembre, les pratiquants de Falun Gong se sont rassemblés à Ottawa, la capitale du Canada, pour demander au premier ministre chinois en visite, Li Keqiang, d’aider à faire cesser la persécution du Falun Gong. Ils ont tenu de grandes banderoles avec les mots : « Falun Dafa est bon », « Traduire Jiang Zemin en justice » et d’autres encore au cours de sa visite.

Le Falun Gong (aussi connu comme Falun Dafa) a été rendu public en 1992 en Chine et il est devenu très populaire dans les années qui ont suivi à cause de ses merveilleux bienfaits pour la santé et ses bienfaits spirituels. Les pratiquants suivent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans leur vie quotidienne.

En 1999, Jiang Zemin, alors à la tête du Parti communiste chinois (PCC), a lancé la brutale persécution en se servant de tout l’appareil de l’État, rempli de jalousie à cause de la popularité du Falun Gong et à cause de sa paranoïa de perdre le contrôle. La persécution en cours a mené à la mort de nombreux pratiquants, notamment tous ceux qui sont tués pour les prélèvements d’organes organisés par l’État du PCC sur des pratiquants vivants en Chine.

Les pratiquants ont saisi l’occasion pour sensibiliser les gens à la persécution ayant cours lors de la visite du premier ministre. Ils se sont tenus devant l’Hôtel Westin à Ottawa où le premier ministre chinois Li Keqiang séjournait, sur la Colline du Parlement où il a rencontré le premier ministre canadien Justin Trudeau et à l’extérieur du Canadian Museum of History où Li Keqiang a eu un dîner avec le premier ministre Trudeau.

2016-9-21-ottawa-01
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles devant l’Hôtel Westin à Ottawa.

2016-9-21-ottawa-02
Le cortège de Li Keqiang rencontre les pratiquants de Falun Gong sur son chemin menant à la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-03
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles devant la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-04
Des touristes passent devant les manifestations sur la Colline du Parlement.

2016-9-21-ottawa-05
Les pratiquants de Falun Gong tiennent des banderoles sous la pluie devant le Canadian Museum of History, attendant le cortège de Li Keqiang, après son dîner avec le premier ministre Trudeau.

Une députée a commenté l’événement et soutenu les efforts dans l’opposition à la persécution. De nombreux touristes ont accepté les documents d’information sur le Falun Gong et se sont exprimés contre la persécution après avoir appris les faits.

L’ambassade chinoise avait organisé un « groupe d’accueil » officiel comprenant des Canadiens, marchands et étudiants chinois rémunérés. Ils se sont tenus près d’une ligne de division les séparant du groupe du Falun Gong. Les deux côtés exprimaient leurs salutations au premier ministre chinois de leur propre manière. Des Chinois du groupe d’accueil ont été d’accord pour démissionner du Parti communiste et de ses organisations affiliées après que les pratiquants leur ont fait voir la vraie nature du Parti.

Une députée canadienne : « Je vous soutiens ! »

2016-9-21-ottawa-06
La députée Karen McGrimmon (à gauche), pose pour une photo avec une pratiquante de Falun Gong.

Une pratiquante a marché jusqu’à un endroit près de la Colline du Parlement et a rencontré la députée Karen McGrimmon de Kanata-Carleton. La députée Karen McGrimmon lui a dit : « Votre événement est bien organisé. Je vous soutiens ! »

La députée Karen McGrimmon a dit qu’elle devait aller à une réunion et qu’elle parlerait du Falun Gong lors d’un rendez-vous plus tard.

Un photographe de recherche : « Je vous soutiens ! »

2016-9-21-ottawa-07
Paul Lauzon, un photographe de recherche

Paul Lauzon, un photographe de recherche, a dit :« Je soutiens vos efforts contre la persécution et les poursuites judiciaires contre Jiang. » Il a indiqué que le gouvernement canadien devrait exercer plus de pression sur le gouvernement chinois parce que le régime du PCC ne veut pas arrêter la persécution, particulièrement les prélèvements d’organes à vif pour le profit. Le régime du PCC a peur des gens qui se réunissent et qui représentent un défi. Il a observé qu’il n’y a pas de liberté en Chine et a suggéré que c’était une des raisons pourquoi tant de Chinois immigrent au Canada.

Un couple hongrois : « Nous espérons aider à arrêter la persécution »

Un couple hongrois a vu les pratiquants de Falun Gong devant la Colline du Parlement et a été informé de la persécution en Chine. Ils sont ensuite allés vers le groupe d’accueil et ont écouté leurs explications.

Ils sont revenus vers les pratiquants avant de partir. La femme, Anna Maria, a dit : « Je n’avais jamais entendu parler du Falun Gong. Aujourd’hui, je vois tellement de pratiquants faisant la démonstration des exercices et tenant des banderoles. Je veux en apprendre plus au sujet de la pratique. La persécution en Chine, particulièrement le prélèvement d’organes à vif, est horrible. »

« Je pense que le peuple chinois devrait se lever pour protester contre la persécution du Falun Gong. Si ce n’est pas suffisant, les autres pays et les organisations internationales devraient intervenir et aider les pratiquants à arrêter la persécution. »

2016-9-21-ottawa-08
Omar (à gauche), Vincent (au milieu) et Alexandre (à droite), des étudiants de Québec, devant le Canadian Museum of History

Omar Livoie est étudiant à une école de préparation universitaire à Québec. Ses deux collègues et lui sont allés visiter le musée canadien ce jour-là et ils ont vu les pratiquants avec leurs grandes banderoles. Pendant qu’il écoutait un pratiquant expliquer les faits, il traduisait en français pour ses collègues. Omar et ses collèges ont dit que les pratiquants de Falun Gong devraient avoir la liberté de pratiquer partout dans le monde.

Les trois étudiants soutenaient les efforts des pratiquants contre la persécution. Ils ont crié deux fois ensemble : « Arrêtez la persécution ! »

Des Chinois dans le groupe d’accueil démissionnent du Parti

2016-9-21-ottawa-09
Les pratiquants de Falun Gong parlent avec les gens du groupe d’accueil officiel

L’ambassade chinoise a organisé un groupe d’accueil pour qu’il se tienne à côté du groupe du Falun Gong à l’extérieur de l’Hôtel Westin à Ottawa. Une pratiquante se tenant au milieu a expliqué la persécution à une dame d’âge mûr du groupe d’accueil. La pratiquante a dit : « Nous sommes venus, nous aussi, souhaiter la bienvenue à Li Keqiang. Mais nous lui demandons de traduire Jiang Zemin en justice. »

La dame chinoise a dit qu’elle était chrétienne et avait lu les Neuf commentaires sur le Parti communiste chinois et les documents d’information du Falun Gong. Elle était d’accord pour retirer son adhésion en tant que membre de la Ligue de la jeunesse communiste et des Jeunes pionniers. Elle a ensuite quitté le groupe d’accueil.

2016-9-21-ottawa-10
Une pratiquante parle avec un touriste chinois.

2016-9-21-ottawa-11
Une pratiquante sensibilise des touristes à la persécution.

2016-9-21-ottawa-12
Une pratiquante sensibilise des touristes chinois à la persécution.

En rentrant chez lui, un pratiquant a rencontré quelques Chinois, l’un d’eux lui a dit en souriant : « Je vous ai vu au dîner avec le premier ministre chinois. » Le pratiquant a dit qu’il n’avait pas assisté au dîner et que l’homme devait l’avoir pris pour un des invités qui avait assisté au dîner.

Il [le pratiquant] a alors parlé avec les invités chinois qui avaient assisté au dîner de la nature du PCC et de la persécution du Falun Gong. Un des invités a été d’accord pour démissionner du PCC et a dit qu’il aviserait aussi les autres d’en démissionner.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/25/159301.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/24/335426.html

Publicités

Des députés canadiens manifestent leur soutien pour le mouvement de traduire Jiang Zemin en justice

Écrit par Ying Zi, un correspondant de Minghui à Ottawa, Canada

(Minghui.org) Plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong (Falun Dafa) ont présenté une plainte pénale contre l’ancien dictateur chinois Jiang Zemin avec le plus haut tribunal de Chine entre le 27 mai et le 18 juin 2015. Trois députés canadiens ont exprimé leur soutien au mouvement au cours de récentes interviews.

« C’est parfaitement logique ; éplucher les couches de l’oignon, pour ainsi dire. Ils vont entrer dans le cœur de l’obscurité de ce que sont les violations des droits de l’homme et des meurtres et de la torture et de tous ces types de choses », a déclaré le député Rob Anders.

Le député Rob Anders : Ceux qui ont le plus lourdement persécuté le Falun Gong « ont outrepassé les limites de la décence »


Rob Anders, député canadien

Le nombre d’actions en justice intentées contre Jiang Zemin augmente jour après jour et le député Anders a commenté que cela développera une liste des violations des droits de l’homme perpétrées par le régime et les auteurs seront tenus responsables. Il a dit que le système de justice finira par « s’en prendre à ces gens qui ont été le plus corrompus et méchants et tyranniques et oppressifs à l’égard du Falun Gong. »

Il a dit que ceux qui ont été les plus fortement impliqués dans la persécution du Falun Gong « sont ceux qui ont outrepassé les limites de la décence. » Il a en outre expliqué : « Ils n’ont pas seulement pris de l’argent. Ils ont pris la dignité, ils ont pris l’intégrité, ils ont escamoté les traditions – ils ont fait toutes ces choses. ils ont commis d’incroyables violations des droits de l’homme. »

M. Anders a dit croire que les auteurs seront tenus responsables lorsque le régime communiste commencera à s’effondrer et qu’ils devront faire face à des accusations criminelles en Chine. S’ils tentent de fuir vers le Canada ou un autre pays, ils se heurteront encore à leur responsabilité, a-t-il dit.

Le député Wladyslaw Lizon : « L’énorme pouvoir des actions en justice contre Jiang fera un énorme changement »


Le député Wladyslaw Lizon

« Je crois fermement que justice sera faite pour chacun d’entre eux », a déclaré le député Wladyslaw Lizon.

Faisant référence au fait que plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong ont récemment porté des accusations contre Jiang Zemin, M. Lizon a dit : « C’est un pouvoir énorme et même si ça commence à rouler lentement, ça prendra de l’ampleur, c’est une énorme puissance. Ça fera un énorme changement. »

La députée Judy Sgro : « Le principal coupable sera tenu responsable »


« Plus les gens déposent des plaintes, plus de voix se font entendre dans le monde pour défendre les pratiquants de Falun Gong, puis à un moment, le gars en haut qui commande sera tenu responsable pour le genre de persécution qu’il a fait subir à des gens innocents », a déclaré la députée Judy Sgro.

Contexte

En 1999, Jiang Zemin, à la tête du Parti communiste chinois, a contourné l’autorité des autres membres du Comité permanent du Politburo et a lancé une violente persécution du Falun Gong.

La persécution a causé la mort de centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. D’innombrables autres ont été soumis à la torture en raison de leur croyance et même tués pour leurs organes, qui sont vendus pour des profits contraires à l’éthique. Jiang Zemin est directement responsable de l’instigation et de la poursuite de la persécution brutale.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé un organe de sécurité extralégal, le « Bureau 610 », le 10 juin 1999. L’organisation outrepasse les forces de police et le système judiciaire dans l’exercice de la directive de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être demandeurs dans les affaires pénales et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/6/26/151262.html
Version chinoise : 加国议员声援诉江 追究罪恶的核心

Les violations des droits des avocats chinois soumises au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

Écrit par Xin Zi, Ottawa, Canada

(Minghui.org) Le 28 mars 2014, Mme Vani Selvarajah, représentante de Lawyers’Rights Watch Canada, a soulevé la question des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine, lors de la réunion du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Dans son allocution, elle a aussi condamné les violations des droits des avocats par le Parti communiste chinois pour ceux qui défendent les pratiquants.

La question des prélèvements d’organes soulevée à nouveau

C’était la deuxième fois que la question du prélèvement d’organes était soulevée lors d’une réunion du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, suite au discours de Mme Anne-Tamara Lorre représentante du Canada aux Nations Unies, le 12 mars.

Mme Selvarajah a exprimé l’inquiétude de son organisation sur la question et cité la Résolution 2013 du Parlement Européen, concernant la même question, ainsi que les 1,5 millions de signatures de DAFOH (Médecins contre le Prélèvement Forcé d’Organes) collectées et remises au Président de la Haute Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Les affirmations selon lesquelles la situation des droits de l’homme s’améliore sont inappropriées

Le Rapport des Droits de l’Homme 2013 du Département d’État américain par pays déclarait sur la Chine : « Lorsque les accusés ont réussi à engager des avocats pour des affaires politiquement sensibles, les autorités ont parfois empêché ces avocats d’organiser une défense efficace. Les tactiques employées par les tribunaux et les représentants du gouvernement incluent la détention arbitraire, la radiation du barreau, le harcèlement, l’intimidation physique et le refus d’accès aux témoignages et à leurs clients.

« En avril [2013], un tribunal de la province du Jiangsu a placé l’avocat Wang Quanzhang en détention judiciaire pendant 10 jours pour ‘graves violations des procédures judiciaires’. Les dites violations consistaient en l’utilisation d’un téléphone portable pour copier une série de documents originaux soumis au tribunal lors du procès d’un pratiquant de Falun Gong. »

L’avocat Gao Zhisheng est toujours emprisonné pour sa défense des activistes et des minorités religieuses et pour avoir documenté les abus des droits en Chine.

Considérant les crimes de prélèvement d’organes, l’obstruction de la justice et le déni aux avocats des droits des citoyens, Lawyer’Rights Watch Canada a souligné que l’argument selon lequel la situation des droits de l’homme en Chine s’améliore est inappropriée.

Des avocats en grève de la faim pour protester contre la persécution

En mars 2014, les avocats Tang Jitian, Jiang Tianyong, Wang Cheng et Zhang Junjie ont été arrêtés et torturés en raison de leur aide légale à des pratiquants de Falun Gong illégalement détenus dans le Centre de lavage de cerveau de Jiansanjiang, dans la province du Heilongjiang.

Le 25 mars, les avocats Li Jinxing et Zhang Lei ont entrepris une grève de la faim à l’extérieur du Centre de détention de Qixing à Jiansanjiang, afin de protester contre le refus du PCC de les laisser voir les quatre avocats détenus. Le 27 mars, leur grève de la faim avait dépassé 48 heures. Ils étaient extrêmement faibles.

M. Zhang Junjie a été libéré le 27 mars. Trois de ses côtes ont été cassées lors d’une garde-à-vue policière. Dans la matinée du 29 mars, tous les avocats et sympathisants à l’extérieur du centre de détention de Qixing ont été rassemblés. Seuls les policiers sont restés là.

Les expériences passées de persécution de M. Tang et de M. Jiang ont été documentée dans le Rapport national sur les Droits de l’Homme du Département d’État des États-Unis : « En mai [2013], les autorités de la province du Sichuan ont détenu et battu les avocats Tang Jitian et Jiang Tianyong, alors qu’ils tentaient de visiter une sombre prison à Ziyang, qui aurait détenu des sympathisants du mouvement interdit, Falun Gong. »

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/31/146144.html

Version chinoise : 加律师团体发声 谴责中共迫害为法轮功辩护的律师

Canada : Des pratiquants de Falun Gong participent à la célébration de la Fête de St-Patrick à Ottawa (photos)

Écrit par Ying Zi, un correspondant de Minghui à Ottawa, Canada

(Minghui.org) Après un long hiver avec plus de neige que d’habitude, les gens ont hâte que le printemps arrive. Le 32e défilé annuel de la St-Patrick d’Ottawa a eu lieu le 15 mars 2014, rappelant que le printemps est au coin de la rue. Le défilé présentait des prestations de la fanfare Terre divine qui a été primée, de retour pour sa sixième année et un des favoris de tous les temps.


La fanfare Terre divine

Jim Watson, le maire d’Ottawa, et plusieurs membres du conseil municipal étaient parmi les spectateurs. M. Watson, qui assiste au défilé chaque année depuis 1992, a déclaré qu’il appréciait célébrer une tradition irlandaise avec la communauté asiatique.

Bryan Daly, l’hôte de l’événement, est un immigrant irlandais de la quatrième génération. Il a été très impressionné par les costumes, les prestations et la présentation de la fanfare. Il a remercié les pratiquants de Falun Gong pour leur contribution à la communauté.

Alex Zhang, chef d’orchestre de la fanfare Terre Divine, a déclaré : « Nous sommes ici pour apporter de la belle musique à la communauté. Je suis fier de l’équipe et de notre prestation. » Le groupe est composé de plus de 60 pratiquants de Falun Gong d’Ottawa et de Montréal.

« La fanfare est bien accueillie dans de nombreux pays dont le Canada », a dit Zhang, « parce que nos membres jouent toujours avec leurs cœurs. »

La communauté irlandaise a débuté le défilé annuel de la Saint-Patrick en 1952. Plus de 30 groupes ont participé à l’événement de cette année.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/18/145940.html

Version chinoise : 法轮功团体再现圣派翠克节游行(图)

Le Canada soulève la question des prélèvements d’organes au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

Écrit par Xin Zi, correspondant de Minghui à Ottawa, Canada

(Minghui.org) Le gouvernement du Canada a soulevé la question des prélèvements d’organes autorisés par l’État en Chine le 12 mars 2014, lors de la 25e session ordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.


Mme Anne-Tamara Lorre (à droite), représentant le Canada à l’ONU, a soulevé la question du prélèvement d’organes et de la persécution du Falun Gong.

Mme Anne-Tamara Lorre, la représentante du Canada à l’ONU, a expliqué que la promotion et la protection de la liberté religieuse est une priorité de la politique étrangère du Canada.

Le communiqué de presse officiel quotidien du Conseil des droits de l’homme a relaté son discours du 12 mars : « Le Canada reste profondément préoccupé par le sort des communautés religieuses persécutées dans différentes parties du monde où, soit en raison de restrictions gouvernementales ou hostilités sociales extrêmes, les individus sont ciblés en raison de leur foi. Il reste également préoccupé que les pratiquants de Falun Gong et d’autres fidèles religieux en Chine fassent face à la persécution ; de plus, des rapports que des transplantations d’organes ont eu lieu sans consentement libre et éclairé du donneur étaient troublants. »

L’utilisation de prisonniers condamnés à mort n’explique pas entièrement la source des organes

Comme d’habitude, les responsables du Parti communiste chinois (PCC) ont nié les prélèvements d’organes forcés. Cependant, ils ne pouvaient pas expliquer le grand nombre d’organes disponibles pour la transplantation en Chine.

Selon un reportage du 12 mars du Ming Pao, un quotidien de Hong Kong, Huang Jiefu, ancien ministre de la santé, a vérifié que les condamnés à mort font encore le « don » d’organes sans leur propre consentement ou celui de leurs familles. Il a également déclaré que ces « dons » impliquaient un cercle très proche de médecins, les tribunaux et la police armée, et seraient difficiles à illustrer.

Alors que les prisonniers exécutés peuvent en effet être une source des organes utilisés dans les transplantations, le nombre de prisonniers exécutés ne représente pas le grand nombre de transplantations d’organes.

Des enquêteurs indépendants, David Kilgour, un ancien diplomate canadien et procureur de la Couronne, et le célèbre avocat international des droits de l’homme David Matas, ont conclu que 41 500 greffes à partir de sources non identifiées ont eu lieu en 2001 et 2005. Compte tenu d’autres données connexes, ils ont déclaré que la source des 41 500 organes ne pouvait s’expliquer que par le nombre équivalent de pratiquants de Falun Gong emprisonnés, utilisés comme une banque d’organes vivants.

Un élan international condamnant le prélèvement d’organes

Le soutien pour mettre fin aux prélèvements d’organes en Chine est à la hausse, les pays du monde entier prennent des mesures pour condamner cette atrocité et empêcher ses citoyens de devenir des complices inconscients.

La Commission des droits de l’homme du Sénat italien a adopté à l’unanimité une résolution le 5 mars 2014, exhortant le gouvernement italien à lancer une enquête approfondie sur les prélèvements d’organes en Chine par la voie diplomatique et autres. La résolution invite également le Parti communiste chinois (PCC) à libérer immédiatement les prisonniers d’opinion, y compris les pratiquants de Falun Gong.

La Chambre des représentants de l’Illinois a adopté une résolution le 26 février 2014, exhortant « le gouvernement des États-Unis et le président des États-Unis d’enquêter sur les transplantations d’organes en Chine et de prendre toutes les mesures raisonnables pour mettre un terme à la pratique révoltante de prélèvements d’organes sur les pratiquants de Falun gong encore vivants. »

Le Parlement de l’Union européenne a adopté une résolution « exprimant sa profonde inquiétude » sur « des rapports crédibles de prélèvements d’organes systématiques autorisés par l’État sur des prisonniers de conscience non-consentants », le 12 décembre 2013. Il a été proposé conjointement par 56 membres de quatre partis politiques du Parlement européen.

La résolution demande à l’UE et à ses États membres à condamner publiquement les violations de greffes d’organes dans la République populaire de Chine (RPC), et de sensibiliser le public à la question des citoyens voyageant en RPC. Il demande également à l’UE de mener une enquête complète et transparente sur les pratiques de transplantations d’organes en République populaire de Chine.

Le Parlement n’a pas manqué de dire que le plan de la Chine pour éliminer les prélèvements d’organes sur des prisonniers « seulement en 2015 » n’est pas acceptable, et invite la Chine à « mettre fin immédiatement à la pratique de prélèvement d’organes sur des prisonniers de conscience et des membres des groupes de minorités religieuses et ethniques. »

Irwin Cotler, député libéral (MP) et ancien ministre de la Justice du Canada, le 28 février 2014, a demandé l’exclusion de la Chine du Conseil des droits de l’homme en raison de l’implication du régime chinois dans des violations généralisées et systématiques des droits de l’homme, y compris les prélèvements d’organes des pratiquants de Falun Gong encore vivants.

La Voix de la Russie a fait un reportage sur la condamnation globale des prélèvements d’organes dans un article du 10 janvier 2014 : « Plus d’un million de personnes ont signé la pétition contre les prélèvements illégaux d’organes en Chine. »

Il y a aussi une résolution en attente au Congrès américain, condamnant le prélèvement d’organes à grande échelle de prisonniers d’opinion non-consentants, principalement les pratiquants de Falun Gong.

Historique

Le Parti communiste chinois (PCC) a lancé la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999. Dans sa tentative désespérée pour écraser le Falun Gong, Jiang Zemin alors chef du PCC a émis une série d’ordres secrets, dont « ruinez leur réputation, ruinez-les financièrement et détruisez-les physiquement », « battez-les à mort et comptez ces décès comme un suicide » et « incinérez-les sans vérifier leurs identités. »

3 746 décès ont été confirmés. Les décès sont survenus dans plus de 30 provinces, municipalités directement contrôlées et préfectures autonomes.

Les prélèvements d’organes des pratiquants de Falun Gong encore vivants ont été signalés pour la première fois en 2006. Le crime n’est pas encore pleinement révélé.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/3/17/145918.html

Version chinoise : 联合国会议-加政府关注中共强摘器官

Canada : L’Exposition internationale « L’Art de Zhen-Shan-Ren » retourne à Ottawa

(Minghui.org) L’Exposition internationale « L’Art de Zhen-Shan-Ren » est de retour à Ottawa, Canada, pour la deuxième fois cette année et est présentée à l’Hôtel de ville du 27 au 29 mai 2013.

Kathy Gillis, une des artistes, a pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture. Elle a dit qu’en plus de leurs expériences en art, les artistes ont en commun la pratique du Falun Gong.

Elle a dit : « Nous voulons raconter aux gens les histoires du Falun Gong à travers des peintures claires et pures. En tant qu’artistes, nous avons besoin de renoncer à notre égoïsme. Nous ne peignons pas pour nous-mêmes. Nous peignons pour autrui. Nous voulons faire savoir au monde ce qui est en train de se passer. C’est pourquoi vous ne verrez pas de signatures géantes des artistes sur les peintures. »

Elle a également remercié les pratiquants de Falun Gong à travers le monde qui ont aidé à organiser 800 expositions dans plus de 50 pays.

2013-5-31-minghui-canada-01
Kathy Gillis, une des artistes de l’exposition, a pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture

Bruce Hyer, un membre du Parlement canadien, a assisté à l’exposition et a été très ému par les histoires que les peintures racontent au sujet des pratiquants de Falun Gong qui subissent la persécution en Chine. Il a dit que le Parti communiste chinois est la puissance la plus perverse au monde et que ce qu’ils ont fait au peuple chinois, y compris aux pratiquants de Falun Gong, est véritablement horrible.

2013-5-31-minghui-canada-02
Bruce Hyer, un membre du Parlement canadien, à l’exposition

M. Hyer a dit que les gens peuvent clairement voir dans les œuvres à quel point la persécution est brutale. Il a dit : « Bien que ma conviction ne soit pas le Falun Gong, je les soutiens, pour que tout le monde ait le droit à la liberté de croyance. »

M. Hyer est d’accord avec le principe de Zhen-Shan-Ren (Authenticité – Bienveillance – Tolérance). Il a dit que l’art donne l’espoir aux gens. M. Hyer a dit que le gouvernement canadien ne devrait pas coopérer avec le gouvernement chinois si la démocratie et les droits de l’homme ne sont pas appliqués en Chine. Il a dit : « Nous devrions essayer de changer la situation en Chine, puisque des bonnes personnes sont persécutées. »

Brian McAdam, un expert de renommée internationale dans les affaires de la Chine et ancien diplomate canadien, étaient également présent. Il a salué les œuvres d’art comme étant d’excellentes expressions des pratiquants de Falun Gong. Il a dit : « Bien qu’ils aient connu une horrible persécution, ils ont encore une croyance solide. Ils ont un courage étonnant. »

2013-5-31-minghui-canada-03
Brian McAdam, un expert des affaires de la Chine, à l’exposition

M. McAdam a déclaré que les œuvres évoquaient des émotions différentes, certaines paisibles, certaines tristes. Selon lui, l’exposition d’art contribue à informer les gens sur le Parti communiste chinois. Il a dit : « Les gens doivent savoir qu’il n’y a pas seulement des échanges commerciaux, des gratte-ciel et des voitures en Chine, il y a aussi une persécution en cours là-bas tous les jours. ». Il a exhorté les femmes et les hommes politiques canadiens à se renseigner sur les crimes du Parti. Il a continué : « David Matas a dit que le prélèvement d’organes est ‘une forme de perversité jamais encore vue sur cette planète.’ C’est l’action du Parti communiste. C’est le pire pouvoir politique de toute l’histoire. »

Haleigh McClenaghan, une employée de la municipalité, a dit qu’elle avait vu les activités des pratiquants de Falun Gong à Manhattan, New York, quand elle avait 18 ans. Elle avait découvert la persécution du Falun Gong à l’époque. Les œuvres d’art lui ont montré un côté du Falun Gong qu’elle ne connaissait pas auparavant et elle a été touchée par les œuvres d’art qui dépeignent, d’une belle manière, des histoires tristes.

De nombreux invités ont été émus par les peintures et ont laissé des commentaires de soutien et de reconnaissance dans le livre d’or.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/6/5/140300.html
Version chinoise : 感人至深-真善忍国际美展再现加首都图

Canada : La Fanfare Terre divine chaleureusement accueillie au défilé de la Saint-Patrick d’Ottawa

Écrit par Ying Zi à Ottawa, Canada

(Minghui.org) Les températures hivernales n’ont pas empêché l’enthousiasme de fêter la Saint-Patrick samedi le 16 mars 2013 à Ottawa, Canada. Des milliers d’habitants se sont rassemblés dans le centre-ville pour les festivités annuelles. La Fanfare Terre divine, constituée de plus de 80 pratiquants de Falun Dafa, était le plus grand des 39 groupes participant au défilé de la Saint-Patrick.

La fanfare a été créée par des pratiquants de Falun Gong de New York comme un moyen d’aider les gens en Amérique du Nord, la population chinoise en particulier, à percevoir la beauté du Falun Dafa. Le régime communiste chinois exerce une grande influence dans les communautés chinoises à travers le monde, bien au-delà des frontières de la Chine continentale et le Falun Gong est systématiquement diabolisé par la propagande du régime.

La fanfare est devenue un moyen efficace de montrer la vérité à propos du Falun Gong aux Chinois de l’étranger, avec sa belle et puissante musique perçant le voile de la propagande mensongère. D’autres branches de la fanfare se sont rapidement formées dans les grandes villes du monde entier et la fanfare fait régulièrement la joie des foules de spectateurs aussi bien chinoises qu’occidentales.

La Fanfare Terre divine joue au défilé de la Saint-Patrick à Ottawa, Canada, le 16 mars 2013

C’était la 31e édition annuelle de la fête de Saint-Patrick dans la ville et la cinquième fois que La Fanfare Terre divine participait au défilé. Elle y a participé pour la première fois en 2008 et le groupe a reçu le prix de « Meilleure fanfare » en 2009.

Jim Watson, le maire d’Ottawa, a confirmé la contribution de la fanfare à la communauté lors d’une interview. Il a dit qu’elle offrait à la ville une occasion de célébrer son multiculturalisme. Il a souligné que les participants de tous les milieux culturels étaient les bienvenus dans le défilé.

La fanfare a joué cinq chansons au total. Les spectateurs ont applaudi, salué avec les mains et encouragé tout le long du parcours comme ils l’auraient fait pour de vieux amis qu’ils n’avaient pas vu depuis longtemps.

Un homme de Shanghai regardait le défilé de la Saint-Patrick pour la première fois. Il a été particulièrement impressionné par la discipline des membres de la Fanfare Terre divine. Il a dit être ravi d’avoir « pu voir la merveilleuse prestation d’une fanfare composée de personnes chinoises dans un pays étranger. »

Angela Chu, la plus jeune membre de la Fanfare Terre divine, a 16 ans. Elle étudie dans une prestigieuse école des arts de la scène d’Ottawa et se spécialise dans la clarinette. Angela a commencé à apprendre la clarinette à l’âge de 6 ans.

Angela a dit que jouer dans l’orchestre lui offrait des occasions d’améliorer ses compétences et en même temps d’appliquer celles déjà acquises à l’école au profit de la communauté. Elle et sa mère ont participé à tous les défilés de la Saint Patrick à Ottawa où la fanfare a joué.

« Au début du défilé, j’avais très froid. Mes mains étaient un peu engourdies, » a confié Angela avec un sourire. « Durant le défilé, mes mains sont devenues de plus en plus chaudes. Maintenant, je n’ai plus froid du tout. »

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/3/19/138553.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2013/3/17/271045.html