Que démontre le document confidentiel du Parti communiste ?

(Minghui.org) Selon une source à l’interne, le Bureau général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a récemment émis un document confidentiel aux comités locaux du Parti des différents niveaux, leur donnant des instructions sur comment « maîtriser » la « situation » du Falun Gong.

Selon la source à l’interne, le document dit que depuis juillet 1999, la répression du Falun Gong dure depuis 17 ans déjà. Au cours de ces 17 années, les pratiquants de Falun Gong, leurs enfants et d’autres membres de leurs familles ont été traités injustement. Par exemple, on a empêché les enfants de nombreux pratiquants de Falun Gong de s’enrôler dans l’armée ou de recevoir une éducation, etc. Les promotions sur les lieux de travail ont aussi été supprimées pour les membres des familles des pratiquants.

Le document indique que les autorités vont progressivement procéder à un « allègement ». Cela signifie relâcher la pression sur les pratiquants de Falun Gong et relâcher les contraintes qui pèsent sur le Falun Gong. Toutefois, la procédure d’« allègement » indiquée dans le document précise que « renoncer au Falun Gong » demeure encore la condition préalable pour qu’un pratiquant soit « allégé » de la pression.

Le 30 août, une réunion a été convoquée dans la salle de réunion de la Commission des affaires politiques et juridiques d’une ville en Chine en demandant que toutes les entreprises d’État de la ville qui emploient des pratiquants de Falun Gong envoient un représentant à la réunion. La raison de la réunion était d’annoncer ce document. Le document est confidentiel, mais les responsables du niveau de canton (Xiang en chinois) et supérieur y ont eu accès.

Une personnalité qui a des opinions « dissidentes », mais restant au sein du régime, a commenté le document : « Cela montre que la répression [à l’encontre du Falun Gong] se heurte à un dilemme. Elle fait face à d’énormes obstacles si elle doit continuer. Mais le régime du PCC ne veut pas restaurer complètement la réputation du Falun Gong, car ce serait se gifler lui-même. Ainsi, ils essaient de trouver un moyen plausible pour « alléger » les contraintes qui pèsent sur les pratiquants. Cependant, même cette  »réparation » n’est pas complète. Ils forcent encore les pratiquants à renoncer au Falun Gong et ces derniers ne seront pas  »allégés » de la pression s’ils refusent de le faire. »

Jiang Zemin, l’ancien chef communiste qui a lancé et dirigé la persécution, et ses partisans sont soumis à une forte pression maintenant, puisque bon nombre d’entre eux ont déjà été arrêtés pour corruption ou « violation des disciplines politiques » et certains font l’objet d’enquête. Un des participants à la réunion a dit que, depuis que Jiang et sa bande sont dans cette situation, « personne, même les membres du Comité politique et juridique, ne savent comment mener à bien la politique de ce document. Nous devons attendre un nouvel ordre des autorités ».

Les pratiquants de Falun Gong pense que le document démontre que la répression est dans une impasse. Mais la bande de Jiang ne veut pas admettre l’échec et ils ont créé ce document pour tester l’atmosphère. Le soi-disant « allègement » de la pression sur les pratiquants est, en fait, une tentative pour alléger la pression sur le PCC lui-même. Cependant, la nature du PCC est tellement enracinée que le Parti ne changera jamais son caractère inné, qui est contre l’humanité, contre la société et à l’antithèse du principe du Falun Gong Authenticité-Bienveillance-Tolérance.

La persécution du Falun Gong par le PCC était destinée à échouer depuis le début. Rien ne peut changer ce fait. Les pratiquants de Falun Gong, par ailleurs, qui ont pris le chemin d’une morale élevée face à la persécution implacable, sont en train de gagner le respect du monde.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/3/158533.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/2/333901.html

Aider les Chinois à démissionner du Parti communiste

(Minghui.org) De nombreuses responsables du Parti communiste chinois (PCC) qui ont participé activement à la persécution du Falun Gong comme le directeur du Bureau 610 Li Dongsheng, ont été arrêtés récemment, l’un après l’autre. Ceci est une manifestation du principe « Le bien sera récompensé par le bien, tandis que faire le mal recevra sa rétribution karmique ».

Le PCC a interdit, diffamé et monté des coups contre le Falun Gong depuis plus de dix ans. Pour cette raison, les Chinois ne peuvent plus distinguer entre ce qui est juste et ce qui est faux et ce qui est bien et ce qui est mal. Pour cette raison, de nombreux Chinois ont participé directement ou indirectement à la persécution du Falun Gong, ce qui aura des conséquences pour leur avenir.

Afin d’aider les personnes qui persécutent activement le Falun Gong à comprendre les faits, à faire la différence entre le bien et le mal et se choisir un bon avenir, des pratiquants ont continué avec persévérance à téléphoner aux gens en Chine continentale pour leur expliquer la vérité. Ces pratiquants continuent patiemment à expliquer aux gens les faits sur le Falun Gong et sur la persécution et les poussent à démissionner du PCC et de ses organisations affiliées dans l’espoir qu’ils aient un avenir sans problème.

Aider une personne à comprendre la vérité sur le Falun Gong

David de Brisbane en Australie, a téléphoné en Chine. Un homme a répondu en décrochant le téléphone : « Êtes-vous un pratiquant de Falun Gong ? », ce à quoi David a répondu : « Oui ». L’homme s’est mis tout de suite à injurier David puis, il a raccroché.

Au lieu de se sentir insulté, David l’a rappelé en disant : « Le Falun Gong a été accusé injustement. Les immolations de la Place Tiananmen étaient un coup monté ». Il a ensuite souligné quelques-unes des absurdités dans l’histoire de l’incident tel qu’il est raconté par le PCC. « Comment serait-il possible que cette petite fille puisse chanter après qu’on lui ait ouvert la trachée ? La bouteille de Sprite en plastique dans laquelle il y avait de l’essence n’a pas changée de forme et n’a pas explosée malgré le grand feu. Comment est-ce possible ? Il y avait une telle quantité de contradictions dans les annonces officielles données par le régime et diffusées dans toute la Chine. De nombreux média internationaux ont remis en question l’incident des auto-immolations. Certains ont même interviewé des membres des familles et des voisins des soi-disant victimes. »

David a poursuivi en disant : « Li Dongsheng, directeur du Bureau 610 et Ministre adjoint de la Sécurité publique, a été arrêté. En fait, il avait eu cette promotion parce qu’il avait aidé le régime de Jiang Zemin à monter l’incident des auto-immolations sur la Place Tiananmen quand il était vice-Président de CCTV. »

« Le Bureau 610 est l’unité mise en place spécifiquement pour la persécution du Falun Gong. Jiang Zemin et ses complices sont poursuivis en justice par 55 tribunaux dans 33 pays, accusés de génocide, crimes contre l’humanité et torture. Ces crimes sont pareil à ceux dont Hitler était accusé. La Cour suprême d’Espagne a lancé un mandat d’arrestation contre Jiang Zemin. J’espère que vous comprendrez les faits et que vous ne serez pas trompé par le PCC. »

À ce moment là, l’homme à l’autre bout du fil était choqué. David l’a mis au courant du mouvement des « trois démissions » en Chine : démission du PCC, de la Ligue de la jeunesse communiste et des Jeunes Pionniers. David l’a exhorté à se dépêcher de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées.

David lui a encore dit : « J’espère que vous ne deviendrez pas le bouc émissaire du PCC et que vous échapperez au désastre quand il arrivera et que vous obtiendrez des bénédictions. De nos jours en Chine, il y a tellement de désastres soit naturels soit causés par l’homme. Plus de cent cinquante millions de Chinois ont démissionné du PCC et de ses organisations affiliées et j’espère que vous ne serez pas laissé derrière. »

David a ensuite parlé de gens qui ont assuré leur avenir après avoir démissionné du PCC. Par exemple, ceux qui avaient démissionné n’ont pas été affectés par les inondations de Fushun, ville de Liaoning, en juillet 2013.

David a demandé à l’homme s’il avait été membre du PCC ou de ses organisations affiliées. L’homme a répondu qu’il avait été dans les Jeunes pionniers. David lui a conseillé d’en démissionner en se servant d’un nom d’emprunt. L’homme a accepté avec joie et il a remercié David.

David a dit : « Le bien sera récompensé par le bien, tandis que faire le mal recevra sa rétribution karmique. Si la tragédie ne frappe pas aujourd’hui, cela se produira dans l’avenir. Dans le monde turbulent d’aujourd’hui, faire le choix de la bonté et de la justice est la seule façon d’être sauvé dans l’avenir. C’est parce que des êtres divins récompenseront les bonnes personnes. De plus en plus d’individus s’éveillent et font les bons choix pour eux mêmes. »

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/1/31/144832.html
Version chinoise : 三退小故事:骂人 震惊 三退

Le PCC transforme des catastrophes créées par l’homme en propagande d’auto-glorification

Écrit par Wu Xin

(Minghui.org) La récente couverture de l’explosion d’un oléoduc à Qingdao, dans la province du Shandong, par les médias officiels du régime chinois est un exemple typique de la façon dont les catastrophes sont rapportées en Chine : l’information est étroitement contrôlée ; les pertes humaines minimisées, la responsabilité est rejetée et, finalement, toute l’attention va à l’exaltation des mérites du Parti communiste chinois (PCC).

La rupture d’un oléoduc à Qingdao le 22 novembre 2013 a causé un déversement et déclenché une explosion, le pire accident dans l’histoire de Sinopec (Corporation pétrochimique de Chine). L’explosion a emporté des routes, retourné des voitures, et provoqué un incendie. Cinquante-cinq personnes sont mortes dans l’explosion, selon le rapport officiel publié par le gouvernement chinois. Les médias de Hong Kong, cependant, ont estimé le nombre des victimes à plus d’une centaine.

Le gouvernement est intervenu pour surveiller les médias sociaux afin de prévenir les fuites d’informations non-autorisées et les appels à enquête, et pour minimiser l’explosion dans les bulletins d’actualités. L’histoire a été étroitement scénarisée, et il a été rappelé aux médias de minimiser les faits et de « rapporter l’histoire en stricte conformité avec les dépêches de l’Agence d’information Xinhua. »

Les médias d’État ont rapporté l’évacuation rapide de 18 000 habitants et la réponse du président Xi Jinping, qui a exhorté les autorités locales à « ne ménager aucun effort pour secourir les blessés » et améliorer la sécurité. « Féliciter le Parti pour son remarquable leadership » a rapidement remplacé le thème original d’une catastrophe tragique.

Les commentaires furieux abondent sur Internet

Comme les blogueurs d’Internet l’ont souligné, le PCC a de nouveau « transformé une tragédie en comédie » et « transformé les funérailles en célébrations. »

Le commentateur Wu Yan a écrit sur son blog Sina.com, qui compte plus de 5 millions d’abonnés : « Nous ne voulons pas entendre qui est arrivé sur la scène de l’explosion le premier, comment le travail de secours a manifesté l’amour universel, ou comment les pompiers ont risqué leur vie. Nous aimerions entendre ce qui a causé l’accident, le nombre réel de victimes, et qui en était responsable. »

D’autres ont fait des commentaires sarcastiques sur l’angle pris par la propagande : « Cette tragédie causée par l’homme se transforme en une occasion de glorifier le PCC. N’est-ce pas le ‘pouvoir magique’ du ‘style spécial chinois’ de reportage des catastrophes ? Les rapports spéciaux ne nous disent-ils pas comment ‘les gens de Qingdao ont accueilli la catastrophe’ et ‘à quel point l’explosion était formidable’ ? »

Zuoyeben (Le livre des devoirs de maison), un célèbre blogueur, a posté sa critique le 22 novembre : « Ce n’est pas un tremblement de terre ou une inondation. Qingdao n’est pas une zone sinistrée. Ne nous faites pas croire que l’explosion était une catastrophe naturelle ! C’est une tragédie causée par l’homme. Comment pourrions-nous ne pas pleurer ? Ne nous trompez pas et ne nous dites pas ‘d’être forts’. »

La propagande occulte les vrais problèmes

Comme d’habitude, la première réponse du gouvernement a été de restreindre l’accès à l’information. Le département de la propagande du PCC a demandé aux médias d’exercer un contrôle strict sur le message et le contenu de leurs rapports. Il a été demandé aux médias de ne pas envoyer de journalistes sur place et de n’utiliser que « les informations faisant autorité émis par les services gérant l’accident. »

La directive ajoutait que les médias devaient s’abstenir d’analyser la cause de l’explosion ou de conjecturer qui pourrait être responsable. Les médias se sont vus interdire d’imprimer des présentations ou des informations de fond sur de précédents accidents.

La catastrophe a révélé une liste de problèmes comprenant une mauvaise conception du pipeline et des réseaux de drainage, la négligence des responsables de la sécurité, le mauvais entretien de l’oléoduc, ainsi que l’échec des fonctionnaires à faire évacuer les résidents après avoir détecté la fuite sept heures avant l’explosion. La colère s’est amplifiée après la révélation que les autorités avaient peu fait pour avertir les résidents, bien qu’ils aient eu sept heures pour réagir.

Le PCC responsable d’innombrables catastrophes

Derrière la propagande se trouve le Parti communiste chinois, qui, dans ses efforts pour se maintenir au pouvoir, a été la cause réelle de nombreuses catastrophes en Chine.

Selon les Neuf commentaires sur le Parti communiste, un total de 80 millions de citoyens chinois sont morts en conséquence des politiques de Mao. Les vagues de mouvements politiques ont chacune visé différents groupes de personnes, comprenant les intellectuels, les propriétaires fonciers, les capitalistes, les contre-révolutionnaires, les enseignants et les croyants religieux. Le PCC a décrit ces mouvements qui ont anéanti des sous-ensembles entiers de sa population comme « une victoire après l’autre ».

Jiang Zemin, l’ancien chef du PCC, a lancé une persécution brutale des pratiquants de Falun Gong en 1999. Lorsque le Falun Gong n’a pas été éradiqué dans le délai de trois mois établi par Jiang, la persécution a été intensifiée.

Des milliers de pratiquants de Falun Gong innocents ont perdu la vie en raison de la persécution d’État. Le crime le plus épouvantable du PCC a été exposé en 2006, lorsque des témoins qui ont quitté la Chine ont révélé que des pratiquants de Falun Gong détenus en Chine avaient été tués pour leurs organes de leur vivant.

Des enquêtes indépendantes par les avocats de droit de l’homme David Kilgour et David Matas ont conclu que l’allégation était vraie. Le monde a été choqué par ce « mal sans précédent sur cette planète. »

Les dénégations du PCC sont devenues de plus en plus faibles à mesure que de plus en plus de preuves de ses crimes ont émergé. Le Parlement européen a adopté une résolution le 12 décembre, condamnant les prélèvements forcés d’organes en Chine. La résolution demande également à l’UE de mener une enquête complète et transparente sur les pratiques de transplantation d’organes en Chine. Il n’est pas facile pour le PCC d’éluder la responsabilité cette fois-ci.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/12/29/143848.html

Version chinoise : 中共从骨子里把中国人的灾难当自己的喜事

Bénis après avoir démissionné du PCC

Écrit par un pratiquant de Pékin, Chine

(Minghui.org) J’ai de nouveau commencé à pratiquer le Falun Gong il y a deux ans et je me suis rendu compte de l’importance d’aider les gens à comprendre la vérité sur le Falun Gong et la persécution. Je les aide aussi à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées.

Mon épouse

J’ai pratiqué les exercices et lu le Zhuan Falun tous les jours depuis que je me suis marié en 2000. Mon épouse m’ignorais simplement chaque fois que je faisais les exercices. J’ai essayé de la convaincre de commencer à pratiquer, mais elle n’était pas intéressée. Nous avons vécu comme ça pendant plus de dix ans.

Cette année, je l’ai aidée à comprendre davantage au sujet de la persécution et du Falun Gong que l’an dernier. Puis elle a démissionné du PCC et lu quelques pages du Zhuan Falun.

Mon épouse avait un problème de sommeil. Je lui ai dit qu’elle aurait des résultats étonnants si elle récitait « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Mais elle n’était pas convaincue.

Puis quelque chose s’est produit l’an dernier qui l’a fait changer d’avis. Notre fils avait de la fièvre et pleurait sans cesse. Mon épouse devait le tenir jusqu’à ce qu’il s’endorme. Dès qu’elle le posait sur le lit, il commençait à pleurer. Elle était vraiment fatiguée et ne pouvait pas dormir. Une nuit, quand le bébé a commencé à pleurer encore une fois, j’ai pensé : « Mon épouse ne pourra pas s’endormir à nouveau ». Mais à ma grande surprise, le garçon a cessé de pleurer et la nuit a été tranquille.

Mon épouse m’a dit le lendemain matin qu’une chose incroyable s’était passée la veille. Comme le bébé avait commencé à pleurer et qu’elle ne pouvait pas le supporter, elle lui a dit : « Falun Dafa est bon et Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. » Ensuite, il s’est endormi et a pu dormir profondément seul dans son lit.

Ensuite, ma femme s’est dit pour elle-même « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » plusieurs fois et a commencé à tomber dans un demi-sommeil. Elle a entendu un bruit comme si quelqu’un criait dans un haut-parleur. Mais elle n’a pas entendu ce qui a été dit clairement. En même temps, elle sentait qu’elle flottait dans l’air et que le Falun tournait sous ses pieds. J’ai été ravi d’entendre cela et lui ai dit que le Maître prenait soin d’elle.

Depuis lors, mon épouse a exprimé son respect envers le Falun Gong même si elle n’a pas commencé à pratiquer.

Une ancienne collègue démissionne du PCC

J’ai fixé une date pour un déjeuner avec une ancienne collègue, afin que je puisse lui expliquer les faits sur le Falun Gong et la persécution. Elle est diplômée d’une université bien connue et a obtenu sa maîtrise. Elle travaille maintenant pour une grande compagnie pétrolière. Elle était également athée et était grandement influencée par la culture du PCC.

J’ai essayé de la convaincre de démissionner du PCC plusieurs fois mais elle a refusé. Elle a dit : « Cela me paraîtrait logique qu’une vieille femme non éduquée de la campagne me dise ces choses, mais je ne peux pas croire que j’ai entendu quelque chose comme ça de ta part. » Je lui ai alors dit ce qui était arrivé à mon épouse et elle a fini par accepter de démissionner du parti pour elle et son mari.

Cette femme m’a appelé deux jours plus tard et m’a dit qu’elle avait également vécu une expérience incroyable. Elle a récité « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » plusieurs fois avant d’aller se coucher. Elle a ensuite eu une expérience similaire à celle de mon épouse. Elle a entendu une voix venant d’un haut-parleur, mais ne pouvait pas entendre clairement. En même temps, elle flottait vers le haut et a vu un Falun tourner sous ses pieds. La seule différence était qu’il y avait une lumière éblouissante devant son front. Plus tard, j’ai raconté cette histoire aux compagnons de pratique, qui ont été tous inspirés par cela.

Ma collègue très éduquée bénéficie de sa démission du PCC

Trois d’entre nous sommes allés en voyage d’affaires dans une autre ville. Deux d’entre nous étaient des pratiquants. Nous avons parlé du Falun Gong et de la persécution à notre collègue. Elle avait un doctorat, mais elle n’était pas heureuse avec sa vie. Ses responsabilités au travail n’étaient pas liées à son domaine d’études et sa compagnie était très loin de son domicile. Une autre chose qui la troublait vraiment était qu’elle ne pouvait pas tomber enceinte. Elle et son mari avaient été voir des médecins et priaient dans les temples, mais les résultats étaient infructueux.

Je lui ai demandé de démissionner du PCC et lui ai parlé de certaines choses incroyables qui se sont produites à des gens qui ont démissionné du parti. Elle a continué à douter de moi. Je lui ai donné un logiciel pour contourner le pare-feu Internet. Je lui ai dit : « Je vais te donner le logiciel, tu démissionnes toi-même. » Elle a pris le logiciel et dit : « Tu agis comme un missionnaire. » Je dois admettre que je ne lui avais pas beaucoup parlé de ma foi.

Un mois plus tard, ma collègue est venue me voir et a dit que le logiciel n’avait pas fonctionné. C’était au cours du 18e Congrès du Parti et l’Internet avait été bloqué. C’est pourquoi elle n’a pas pu contourner le pare-feu. Elle m’a alors demandé d’utiliser un alias pour que son mari et elle démissionnent.

Trois mois plus tard, on m’a dit qu’elle était tombée enceinte peu de temps après qu’ils aient tous les deux démissionné du PCC. Plus tard, je lui ai donné un DVD de Shen Yun et j’ai souhaité que ses bénédictions continuent.

Ces incidents montrent combien il est important pour les gens de démissionner du PCC, qui a été un désastre pour le peuple chinois. La perversité sera éliminée après que les gens connaissent la vérité et acceptent de cesser d’être contrôlés par le PCC. Nous devons profiter du temps pour sauver plus de gens.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/12/13/143602.html

Version chinoise : 硕士、博士毕业的同事三退 得福报

« Ne dites rien, contentez-vous de faire. »

(Minghui.org) Un article du Quotidien du Peuple du 14 octobre 2013 annonçait que le Parti communiste chinois (PCC) était le meilleur parti au pouvoir au monde et prédisait son ascension politique au cours du 21eme siècle.

Son histoire de brutalité et de tromperie étant largement connue dans le monde entier, les gens se sont demandés si quelque chose de nouveau allait se produire avec le régime communiste chinois. Une récente politique secrète mise en place dans la province du Liaoning pourrait servir d’éclairage sur cette question.

Selon l’information obtenue du site Internet Minghui, Wang Mingyu, secrétaire du Parti de l’agglomération de Chaoyang, province du Liaoning a récemment donné des ordres secrets au département de police de la ville de Chaiyang s’agissant de la persécution de Falun Gong : « Ne dites rien, contentez-vous de faire », et défini pour la police, un quota d’arrestations d’au moins 112 pratiquants dans le district de Chaoyang, avant le 15 décembre 2013.

L’information est arrivée par surprise, alors que de plus en plus de gens apprennent la brutalité du Parti, y compris le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Qui persécuterait encore des personnes innocentes ? Ces tactiques du PCC sont tout à fait en ligne avec son histoire de tromperie du public. En fait, le régime communiste fait de telles choses depuis longtemps. La récente politique dans le Liaoning est une des rares fois où sa stratégie a été explicitement déclarée.

Si le régime communiste est si fier de lui-même et proclame qu’il est le meilleur parti dirigeant au monde, pourquoi le Bureau de la propagande central du PCC n’a-t-il pas son nom inscrit sur son bâtiment ?

On sait bien que le PCC dit une chose et en fait une autre. Par exemple, il prétend diriger le pays en accord avec la loi. Mais lorsque les fonctionnaires arrêtent les pratiquants, et que leurs familles engagent des avocats pour les représenter à la cour, les fonctionnaires interférent souvent, et déclarent que les lois ne doivent pas être suivies dans les affaires du Falun Gong.

Cette divergence existe aussi s’agissant des arrestations et des visites des familles. En fait, selon la loi chinoise, les détenus ont droit aux visites des familles. Mais, lorsque les familles des pratiquants viennent leur rendre visite, ils sont habituellement refoulés sans explication.

Malgré la récente abolition du système des camps de travail, d’autres installations de détention se sont développées pour détenir les pratiquants, parmi lesquelles les centres de lavage de cerveau, les centres de détention et le système pénitentiaire. Ceci s’applique non seulement aux pratiquants de Falun Gong, mais aussi, à ceux qui ont fait appel après avoir subi des violations des droits de l’homme ou des pertes financières causées par le PCC.

La nature essentielle du Parti n’a pas changé d’un iota, et il est hautement improbable qu’elle le fasse, même si on peut modifier sa forme superficielle de temps en temps. Alors que de plus en plus de gens lisent les Neuf Commentaires sur le Parti communiste, ils annoncent leur démission du Parti et de ses organisations affiliées. C’est une source d’espoir pour le peuple chinois.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/11/13/143164.html

Version chinoise : 中共“只打、只干、不说”的“流氓政治绝技”

Tyrannie du PCC : Le Ministère national de la santé exige des quotas arbitraires de patients souffrant de maladies mentales

Écrit par Hai Han

(Minghui.org) Le Département de la santé de la ville de Zhengzhou a publié une politique en septembre 2012 exigeant que chaque district rapporte des informations sur les patients souffrant de maladies mentales graves. Le département a également exigé que le nombre de cas ne soit pas inférieur à 0,2 % de la population, sans quoi les responsables de ce district seraient réprimandés. Ces informations ont déclenché une vague de colère publique. Par exemple, 12 patients seulement ont été enregistrés dans un district, mais le nombre devait être augmenté de 71 pour répondre au critère. Cette politique visiblement arbitraire exigeait qu’un certain nombre de gens soient classés « patients souffrant de maladie mentale » même s’ils étaient en bonne santé ! Cette politique venait du Ministère national de la santé. Était-il possible que les responsables d’autres régions fassent aussi la même chose ?

Ce nombre nous rappelle une autre politique décrite dans les Neuf commentaires sur le Parti communiste :

« Dans un document, Mao Tse Toung a stipulé : « Il y a encore beaucoup d’endroits où les gens sont intimidés et n’osent pas tuer les réactionnaires ouvertement et à grande échelle. » Au mois de février 1951, le PCC central a dit qu’à l’exception des provinces du Zhejiang et d’Anhui au sud, « les autres régions qui ne tuent pas assez, en particulier dans les grandes et moyennes villes, devaient continuer à tuer le plus possible et ne pas s’arrêter trop tôt ». Mao a même recommandé que dans les « régions rurales, pour tuer les réactionnaires il fallait tuer en moyenne plus d’1/1000e de la population […] dans les villes ça ne devait pas être autant ». La population de la Chine à l’époque atteignait environ 600 millions de personnes ; cet « ordre royal » de Mao a causé au moins 600 000 morts. Personne ne sait d’où provient ce ratio de 1/1000e. Peut-être que Mao a décidé tout simplement que ces 600 000 vies suffiraient pour faire régner la terreur au sein du peuple et en a donc donné l’ordre. »

« Que ces vies aient mérité la mort ou non, cela n’entrait pas dans les préoccupations du PCC. « Les règlements de la République populaire de Chine en matière de sanctions des réactionnaires » annoncés en 1951 stipulaient que même ceux qui « propageaient des rumeurs » pouvaient être « immédiatement exécutés ». »

Dans le passé, Le Parti communiste chinois assignait de nombreux quota, de l’Aile droite et des propriétaires aux relogements et avortements forcés. Cette frénésie a atteint son extrême au cours de la persécution du Falun Gong ces dernières années. Afin d’atteindre le quota élevé de pratiquants « transformés », les responsables torturent systématiquement les pratiquants, les soumettent au lavage de cerveau et extorquent de l’argent de leurs familles. Les gardes ont dit aux pratiquants qu’ils suivent les ordres venus d’en haut de les torturer. Ils leur ont également dit que leurs décès seraient enregistrés comme suicides.

Désigner de façon arbitraire des gens comme malades mentaux n’est pas une tactique nouvelle. De nombreuses personnes qui ont fait appel de leurs droits civiques ainsi que les personnes qui affirmaient des opinions différant de celles du régime, étaient détenus et maltraités dans des hôpitaux psychiatriques comme s’ils étaient des malades.

Pire encore, le Parti est responsable du fait que de nombreuses personnes souffrent désormais de troubles psychologiques en conséquence du lavage de cerveau et des mauvais traitements physiques aggravés. M. Wu Zhaobin, un pratiquant du canton de Cang, province du Hebei, après avoir été à Pékin en septembre 2001 faire appel du droit de pratiquer le Falun Gong, a été détenu pendant deux mois par des responsables avant d’être envoyé au camp de travaux forcés de Shijiazhuang. Au cours de sa détention, il a été torturé par les gardes de nombreuses façons, dont les chocs de matraques électriques. À l’agonie et dans un acte désespéré d’échapper à davantage de torture, il a sauté d’une fenêtre du troisième étage et a failli mourir. Bien que M. Wu ait survécu aux longues tortures physiques et psychologiques, les mauvais traitements ont gravement nui à ce jeune homme qui était âgé de moins de 30 ans à l’époque et ont provoqué chez lui des troubles psychologiques.

Selon des rapports du site Minghui, le PCC a envoyé des milliers de pratiquants en parfaite bonne santé dans des hôpitaux psychiatriques et leur injectait de force des drogues nuisibles pour les nerfs. Mme Liu Zhimei, une étudiante douée de l’Université Tsinghua, a été soumise à d’énormes tortures en raison de sa croyance dans le Falun Gong. Cela a fini par provoquer chez elle une dépression nerveuse.

Le Parti a beau changer d’un type de quota à un autre selon le groupe de population qui est visé, mais sa nature brutale reste la même et le Parti continuera de causer du tort aux gens tant qu’il gardera le contrôle sur le pays et le peuple.

Traduit de l’anglais en Belgique

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2013/10/31/142972.html
Version chinoise : 从中共特色的指标看邪党的暴政

La fabrication par le PCC des « 1 400 cas de décès » afin de calomnier le Falun Gong

Rapport récapitulatif écrit par des journalistes de Minghui

Cet article a été publié pour la première fois en octobre 2011

(Minghui.net) Afin d’alimenter la persécution du Falun Gong, le Parti communiste chinois (PCC) a fabriqué en juillet 1999, l’histoire des 1 400 cas de décès pour calomnier le Falun Gong à travers le pays au moyen des médias contrôlés par le gouvernement. Il a trompé les gens qui ne connaissaient pas la vérité, ce qui a causé des compréhensions erronées et de la haine envers le Falun Gong. D’où sont venus ces 1 400 décès ?

1. Invention

Le PCC a prétendu que certains décès de non-pratiquants étaient en fait des décès de pratiquants de Falun Gong. Par exemple, Wang Ku a souffert à un certain moment d’hépatite B. Sa maladie avait été diagnostiquée en 1984 et il est décédé d’une cirrhose du foie en 1998. À première vue, il n’y avait rien d’inhabituel dans ce cas, mais le régime de Jiang Zemin a menti en le mettant dans la liste comme étant l’un des 1 400 décès, supposément être mort d’avoir pratiqué le Falun Gong. Sa femme a déclaré : « La mort de mon mari a été publiée dans le journal afin d’attaquer le Falun Gong. Mon mari est décédé d’une maladie du foie et cela n’avait rien à voir avec le Falun Gong parce qu’il ne l’avait jamais pratiqué. » (Voir article en cliquant sur : Révéler les mensonges des « 1400 cas de mort »)

Un autre exemple était « Un homme se pend sur un derrick ». Le PCC a dit qu’il s’était pendu à cause de sa pratique du Falun Gong. En fait, il s’agissait d’un agriculteur de la banlieue de la ville de Jilin et il gagnait sa vie en réparant des vélos. Il n’avait pas fait la paperasserie administrative concernant sa petite affaire et l’administration du marché lui a confisqué ses outils. Il n’a pas pu supporter les pressions de l’existence et il s’est pendu. Tous les voisins savaient qu’il n’avait jamais pratiqué le Falun Gong. Sa famille avait l’intention de traduire l’administration en justice, mais dans le but de calomnier le Falun Gong, le gouvernement local a voulu leur donner des dommages et intérêts si elle était d’accord de dire qu’il était un pratiquant de Falun Gong. La police a montré ouvertement des livres de Falun Gong et deux bouteilles d’alcool près du corps quand ils ont pris des photos comme preuve. Comme ils ne savaient pas que les pratiquants de Falun Gong ne boivent pas d’alcool, la preuve s’est démentie d’elle-même. (Voir article en cliquant sur Des fonctionnaires corrompus du gisement de pétrole du nord de la Chine diffament le Falun Gong et persécutent les pratiquants)

II Se servir de malades mentaux pour calomnier le Falun Gong

1. Ma Jianmin

La CCTV (Télévision centrale chinoise) a inventé de toutes pièces l’histoire disant que « Ma Jianmin s’est ouvert le ventre pour chercher une roue de la loi ». Ma Jianmin et d’autres membres de sa famille avaient un historique de problèmes psychiatriques. Parmi les « 1 400 décès » inventés par le régime, celui de « s’ouvrir le ventre pour y chercher un Falun » est celui qui incite le plus de haine chez les gens contre le Falun Gong. Ma Jianmin était employé au champ pétrolifère de la ville de Renqiu, province du Hubei. Il y avait des précédents de problèmes mentaux chez lui et chez sa famille. Il a pratiqué toutes sortes de qigong. Quand le Falun Gong s’est propagé jusqu’au champ pétrolifère de Huabei, il a essayé le Falun Gong aussi, mais ceci demande l’étude du Fa et de cultiver le coeur. Les pratiquants doivent avoir une conscience principale forte et doivent savoir clairement ce qu’ils font. Ceci est difficile pour des malades mentaux.

Ma Jianmin était seul à la maison un jour. En rentrant à la maison, sa famille a vu du sang par terre et ils l’ont trouvé mort dans la salle de bains, son ventre ouvert. Sa famille en a informé la police. La police locale savait pertinemment qu’il était mort seul à la maison et personne ne savait pourquoi son ventre était ouvert. La CCTV est venue faire un reportage. L’un des fils de Ma Jianmin a déclaré plusieurs fois que la mort de Ma Jianmin n’avait rien à voir avec le Falun Gong et il a refusé toute implication dans le reportage. La CCTV a néanmoins ignoré les faits et a produit l’histoire frauduleuse : Ventre ouvert pour chercher une roue de la loi ». (Voir aussi l’article en cliquant sur : (Comment le Parti communiste chinois répand des mensonges dans le but de persécuter le Falun Gong)

2. Fu Yibin

Assis, jambes croisées devant une caméra de télévision, Fu Yibin parlait de façon près animée. À un moment, il disait qu’il aurait de la peine pour quelqu’un en train d’être percé avec une aiguille et le moment d’après, il décrivait comment il avait tué sa femme et son père comme on tue un cochon ou comme on coupe des légumes. De toute évidence, il s’agissait d’un cas de maladie mentale, mais la CCTV disait que la tuerie était le résultat de la pratique du Falun Gong. Ceux qui connaissaient Fu Yibin savaient tous qu’il était fou depuis 1993 et que souvent il courait dehors tout nu. Mentir sur le crime de ce malade mental, en disant que c’était le résultat de sa pratique du Falun Gong, était une invention pure et simple de la part du PCC dans le but haineux de faire un coup monté contre le Falun Gong. (voir aussi l’article en cliquant sur : (Comment le Parti communiste chinois répand des mensonges dans le but de persécuter le Falun Gong)

3. Wang Anshou

Wang Anshou, ouvrier à l’usine d’outillage de Taishan, dans la ville de Xingtai, province du Shandong, a tué ses parents avec une bêche parce qu’il avait rechuté dans sa maladie mentale. Le Tribunal civil du peuple de la ville de Xingtai a rendu un jugement le 10 novembre 1999 qui déclare : « La Cour a observé que le défendant avait souffert de troubles mentaux avant son mariage et avait essayé de le cacher. Après leur mariage, l’accusé a fait des rechutes à plusieurs reprises et il a eu des problèmes pendant longtemps en essayant de guérir son trouble mental. L’accusé a tué ses parents avec une bêche au moment de la rechute de sa maladie mentale… » La femme de l’accusé a demandé le divorce avec insistance, ce que la Cour soutient. » Le PCC a calomnié le Falun Gong en disant que la folie de tuer qui avait saisi Wang était le résultat de sa pratique du Falun Gong. (Voir aussi l’article en cliquant sur : (Pourquoi Wang Anshou a-t-il tué ses parents? Le verdict de la Cour contredit la tentative de la bande de Jiang de blâmer le Falun Gong)

Il est dit très clairement dans les enseignements du Falun Gong que des personnes gravement malades ou des malades mentaux ne peuvent pas pratiquer le Falun Gong, et que tuer et se suicider est un péché. Il est un fait bien connu que des malades mentaux n’ont pas un raisonnement clair quand ils sont en état de crise de la maladie.

III. Des pots-de-vin consistant en réduction de tarifs médicaux afin de calomnier le Falun Gong

Le PCC a commandé des quotas partout en Chine de « travaux politiques » dans le but de calomnier le Falun Gong. Certaines régions locales ont donné des pots-de-vin à des malades en les incitant à calomnier le Falun Gong. Un exemple concerne un handicapé qui était bossu. Il s’appelait Zhang Haiqing et il menait une vie difficile. Il tenait un magasin de gravure de sceaux dans la ville de Panjin et habitait à la campagne. Zhang Haiqing est allé un jour à l’Hôpital de Xiehe, à Beijing, chercher un traitement pour une inflammation des vertèbres. Sa femme nous raconte ce qui suit :

Quand le couple est arrivé à l’hôpital, il y avait une longue file d’attente à l’enregistrement. Pendant qu’ils attendaient, un journaliste de la CCTV est entré en disant : « Si quelqu’un veut se montrer à la CCTV pour calomnier le Falun Gong, vous serez enregistré en premier et vous aurez en plus un rabais de 50% sur les frais médicaux. » Comme Zhang Haiqing voulait vraiment avoir son rendez-vous, il a répété les paroles du journaliste calomniant le Falun Gong et a soutenu que c’était sa pratique du Falun Gong qui l’avait rendu bossu. Il a bien été le premier enregistré, mais il n’a jamais eu le rabais promis par la CCTV. Sa femme a déclaré que la CCTV avait menti et que tous les gens de la localité savait bien qu’il n’avait jamais pratiqué le Falun Gong. (Voir l’article en cliquant sur : Officials Fabricate Charges Against Falun Gong Practitioners in Panjin City, Liaoning Province)

En fait, la pratique du Falun Gong ne pourrait pas faire devenir bossu, c’est même le contraire, de nombreuses personnes ayant des problèmes de santé ont été guéries par la pratique du Falun Gong. Dans cet article de Minghui, « Grâce au Falun Dafa je suis devenu un homme en bonne santé avec un dos droit après avoir souffert d’être bossu pendant 20 ans » dont l’auteur était ingénieur électricien et après avoir pratiqué le Falun Gong pendant deux mois et demi, ses vingt ans et plus comme bossu ont pris fin et il se tient droit depuis lors.

On a rapporté un autre cas : «In Only Three Days, My Hunched Back of Twenty Years Became Straight ». Mme Wu Weiyu de la ville de Liuzhou dont le dos bossu, courbé de 90° depuis plus de vingt ans a été remis droit. Elle a aussi rendu public le fait que le 28 juillet 1999, dans la ville de Liuzhou, deux journalistes du programme de télévision Police Life et deux agents sont venus à son domicile lui demandant de nier le fait que le Falun Gong avait guéri son dos bossu. Elle a refusé sans ambages.

IV. La mort sous la persécution incluse dans les 1 400 cas de décès.

Mme Huang Xinjin était enseignante, employée par l’École élémentaire de Xiyang dans le canton de Wuwei, province du Gansu. Comme elle a persisté dans sa cultivation du Falun Gong, la police l’a harcelait sans cesse, elle a été renvoyé par son école qui a arrêté de verser son salaire. La police locale a enfermé Mme Huang dans un hôpital psychiatrique pendant plus de 20 jours où elle a enduré des tortures inhumaines. En rentrant chez elle, elle a été placée sous arrestation à domicile et on a ordonné à sa famille de la surveiller. Après deux semaines, sa famille a déclaré que Mme Huang est décédée après avoir sauté d’un l’immeuble. Son mari en a informé la police et la télévision a dit qu’elle avait un problème mental causé par la pratique du Falun Gong. On n’a pas examiné son corps avant la crémation. Quelles drogues a-t-elle été forcée de prendre à l’hôpital psychiatrique ? Quel est la vraie raison qui l’a fait sauter de l’immeuble ? Ces questions restent encore à enquêter.

V. Ceux qui n’arrivent pas à suivre les exigences des principes du Falun Gong ne sont pas de vrais pratiquants.

Le PCC ne permets pas à des tiers d’enquêter sur les soi-disant de 1 400 décès. Le PCC a tenu le rôle de plaignant, de juge, et d’enquêteur/et de parquet dans ces causes. Les pratiquants du Falun Gong n’avaient aucune possibilité de s’exprimer et la procédure elle-même a démontré comment ces 1 400 cas ne correspondent pas à la vérité.

Il est bien entendu que nous ne nions pas que parmi ces 1.400 cas, certaines personnes ont pu, peut être, pratiquer les exercices du Falun Gong à un certain moment, mais le Falun Gong est une pratique de la Loi de bouddha de haut niveau et n’a pas un rôle spécifique de guérison des maladies. On exige des pratiquants d’améliorer leur xinxing selon les principes Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Le but principal de pratiquer le Falun Gong est de devenir une personne de grande vertu et, se débarrasser des maladies est une conséquence secondaire de la pratique. Mais pour autant, le Falun Gong n’a jamais enseigné qu’on ne mourra pas simplement parce qu’on pratique le Falun Gong. Les effets miraculeux de la guérison par le Falun Gong se voient communément, mais la condition est d’élever son esprit d’abord. Ceux qui n’ont pas réussi à atteindre les exigences du Falun Gong et qui n’ont pas cultivé l’esprit ne sont pas des pratiquants de Falun Gong et ne peuvent pas être purifier physiquement.

Pour les personnes ordinaires, la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort forment le cycle de la vie. Si un malade du cancer meurt à l’hôpital nous ne pouvons pas dire que l’hôpital l’a tué. Pour la même raison, si un malade en phase terminal d’une maladie pratiquait le Falun Gong, nous ne pourrons pas dire que le Falun Gong a été la cause de sa mort.

V1. « 1 400 cas démontent en fait que le Falun Gong est miraculeux

Mais imaginons un instant que ces 1 400 cas sont vrais. Si les pratiquants du Falun Gong étaient entre 70 000 000 et 100 000 000 au total comme le PCC l’avait estimé au début de la persécution et qu’entre 1992 et 1997, il y ait eu seulement 1.400 décès avéré ou 200 par an, cela ferait moins de 0.0001% (1 sur 10.000). Selon le l’inventaire chinois de l’année 1996, entre 1990 et 1996 la moyenne des décès, par an, était de 0.0066 (66 sur 10.000). Ce nombre à lui seul prouverait que le Falun Gong a vraiment des effets miraculeux sur la santé.

Traduit de l’anglais en France

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/7/132596.html

Version chinoise : “1400例”谎言面面观