Cinq femmes de Pékin jugées entre mai et octobre 2016 dans le même centre de détention

Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin

(Minghui.org) Cinq résidentes du district de Pinggu ont été jugées dans le centre de détention du district de Pinggu entre mai et octobre 2016. Toutes ont été condamnées à des peines de prison pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

Mme Yang Xiaofeng a été jugée le 24 mai et condamnée à deux ans de prison et à une amende de 4000 yuans le 22 juin. Son appel a été refusé.


http://fr.minghui.org/articles/2016/11/19/60376.html

Publicités

La pratiquante de Falun Gong Yue Guixia face à un procès après an de détention

Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin en Chine

(Minghui.org) Après avoir été détenue pendant plus d’un an, la pratiquante de Falun Gong Yue Guixia fait face maintenant à un procès, bien que son dossier ait été rejeté à deux reprises à cause du manque de preuves.

Mme Yue a été arrêtée le 18 septembre 2015, pendant qu’elle distribuait des documents du Falun Gong. Elle a été détenue au centre de détention de Pinggu depuis lors. Elle a été menottée, suspendue et détenue en confinement solitaire.

Mme Yue a souffert d’un effondrement nerveux et a été évaluée à un hôpital psychiatrique. Sa libération pour raison médicale a été rejetée.

Son mari, qui souffre d’un grave diabète, comptait sur sa femme pour s’occuper de lui.

Leur fils a dû quitter son emploi pour prendre soin de son père pendant toute une période jusqu’à ce que santé se stabilise. Même s’il a réussi à trouver un autre emploi, il a tout de même été submergé par les responsabilités.

Les membres de leur famille sont très inquiets et ont aidé à engager un avocat pour Mme Yue. Ils attendent tous de la voir rentrer en toute sécurité.

Mme Yue, 50 ans, était une femme au foyer qui vivait à Pékin. Elle a commencé à cultiver et pratiquer le Falun Gong en 2004. Sa santé s’est beaucoup améliorée par la suite. Son mal à la nuque, au dos et l’insomnie sévère, les yeux secs et les trous de mémoire ont tous disparu sans médicaments. Elle suit le principe du Falun Gong, Authenticité-Bienveillance-Tolérance et elle est prévenante envers les autres et ne se bat plus pour de petits avantages personnels. Elle a bien pris soin de son mari pendant qu’il était malade et sa famille est également devenue plus harmonieuse.

Traduit de l’anglais en Belgique

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/27/159317.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/20/335258.html

Le Parquet de Yanqing refuse d’inculper une pratiquante de Falun Gong

Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin

(Minghui.org) Le Parquet du district de Yanqing a décidé de ne pas inculper une femme de la région en attente d’un procès pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

Trois policiers ont saccagé le domicile de Mme Qin Shourong et l’ont arrêtée le 26 novembre 2015. Ils l’ont libérée sous caution après l’avoir emprisonnée pendant trente jours.

Alors que Mme Qin attendait le procès, le Parquet local a renvoyé le dossier à la police deux fois, citant une insuffisance de preuves.

Bien que la police ait recueilli des « preuves » supplémentaires contre Mme Qin, le Parquet a en fin de compte rejeté le dossier en raison du fait que les preuves ne prouvaient pas que Mme Qin avait fait quoi que ce soit d’illégal.

Mme Qin a reçu deux documents, un montrant la décision du Parquet de ne pas l’inculper, tandis que l’autre affirmait que son statut de « libération sous caution » était terminé et qu’elle était totalement libre.

La décision de non-accusation

L’image suivante montre une partie du premier document donné à Mme Qin.

2016-10-1-beijing-decline-lawsuit-1
Il est dit : « À environ 10 h le 26 novembre 2015, les policiers ont découvert ce qui suit dans la maison de Qin Shourong dans l’appartement 202, village de Xiatun, faubourg de Dayushu, canton de Yanqing, Pékin : 153 livres de Falun Gong, 45 calendriers et un calendrier de table qui portait des messages de Falun Gong, six DVD avec des informations de Falun Gong et un lecteur DVD. »

Il est dit que le Parquet a renvoyé le dossier à la police le 8 juin et le 21 juillet. En conséquence, le Parquet a reporté le dépôt d’une accusation contre Mme Qin deux fois le 9 juillet et le 19 septembre.

« En se fondant sur l’enquête du Parquet », continue-t-on, « et l’enquête policière, les documents de propagande qui ont le même format et contenu n’ont pas dépassé la quantité autorisée pour un usage personnel. Les crimes allégués par la succursale de la police de Yanqing manquaient de données factuelles et d’éléments de preuve suffisants. Ainsi, cela ne satisfaisait pas aux exigences de mise en accusation. Conformément au point 4 de l’article 171 de la loi sur la procédure pénale de la République populaire de Chine, le Parquet a décidé de ne pas inculper Qin Shourong. »

Arrêt du statut de « libération sous caution »

Le second document (ci-dessous) dit : « Puisque le Parquet a décidé de ne pas vous inculper, selon l’article 77 de la loi sur la procédure pénale de la République populaire de Chine, nous avons maintenant mis fin à votre statut de libération sous caution. »

2016-10-1-beijing-decline-lawsuit-2

Trente jours de détention

Mme Qin, 53 ans, a été emmenée au poste de police du faubourg de Dayushu après son arrestation le 26 novembre 2015. Elle a été retenue sur une chaise de fer et ses membres ont été immobilisés pendant plus de quatre heures.

La police l’a ensuite conduite au centre de détention de Changping. Elle a refusé de passer l’examen médical et a été battue par un policier surnommé Wang. Il lui a aussi menotté les mains derrière le dos. Les menottes coupaient sa chair et ses deux poignets saignaient.

Comme Mme Qin a fermement refusé d’être admise au centre de détention, la police l’a laissée exposée aux intempéries pendant quatre heures avant de la reconduire au poste de police. Elle a été à nouveau immobilisée sur une chaise de fer, cette fois pour environ huit heures. Il était environ 9 h le lendemain matin quand elle a été libérée de la chaise de fer.

La police a de nouveau essayé de l’amener au centre de détention de Changping qui a accepté de l’admettre cette fois-ci.

Plusieurs policiers de sexe masculin l’ont maintenue sur un lit et ont levé sa chemise pour exposer sa poitrine pour que le médecin du centre de détention l’examine. Quand elle a été envoyée à une cellule, deux policières l’ont déshabillée et lui ont mis l’uniforme de détenue.

Elle a été libérée sous caution le 25 décembre. La police l’a avisée le 11 avril 2016 que son dossier avait été transmis au Parquet. Son avocat est allé au Parquet le 27 juin pour enquêter sur son dossier et a plaidé pour son innocence.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/10/4/159405.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/10/2/335773.html

Une personne de 63 ans à Pékin enfermée dans une cage après sa cinquième arrestation

Écrit par un correspondant à Pékin

(Minghui.org) Le 23 août, une retraitée de 63 ans a été jugée pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.

Les deux avocats de Mme Yang Chunxiu ont fait valoir qu’aucune loi en Chine ne criminalise le Falun Gong et que la persécution est illégale depuis le début. Ils ont déclaré que leur cliente n’aurait jamais dû être poursuivie pour l’exercice de son droit constitutionnel à la liberté de croyance.

Cinquième arrestation

Mme Yang a été arrêtée le 20 avril de cette année. Avant sa dernière arrestation, elle avait été détenue quatre fois pour sa foi ferme en Falun Gong.

Elle a pris 30 jours de détention criminelle et a été envoyée au centre de détention de Fengtai.

Les autorités ont refusé de la libérer à la fin de sa peine. Au lieu de cela, ils ont approuvé officiellement son arrestation à la fin mai et transmis son cas au Parquet de Fengtai le 3 août, puis à la cour de Fengtai huit jours plus tard.

Violations de procédure, mauvais traitements

Lorsque le procès a commencé le 23 août, les deux avocats de Mme Yang ont fait remarquer que leur cliente n’avait pas reçu de citation à comparaître comme requis par la loi.

Mme Yang a également témoigné comment les policiers avaient violé les procédures légales et ses droits humains en l’arrêtant. « La police a fait irruption chez moi et confisqué mes objets de valeur sans montrer de mandat de perquisition ni me donner une liste des objets confisqués » a-t-elle témoigné.

« Ils m’ont aussi frappé au visage quand j’ai protesté contre l’arrestation illégale. Mon visage a été gravement meurtri. Pendant la détention, la police m’a gardée dans une cage de métal pendant un long moment. »

Mme Yang a également expliqué pourquoi elle tenait fermement à sa foi en dépit de la persécution : « La chose la plus importante pour moi est de garder un corps sain. J’étais autrefois affligée par de nombreux maux, mais le Falun Gong m’a redonné la santé et permis de bénéficier d’une vie sans maladie. »

« La pratique m’a également appris à être une bonne personne et je n’entretiens aucune mauvaise intention. Je veux juste dire aux gens que la persécution est mauvaise, ce qui ne cause de mal à personne », a-t-elle poursuivi.

Le juge Hu a ajourné la séance sans émettre de verdict et a dit qu’il annoncerait une nouvelle date d’audience ultérieurement.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/19/159221.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/8/27/333583.html

Un avocat de Pékin détenu, interrogé et forcé à se désister d’un cas du Falun Gong

Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin, Chine

(Minghui.org) Un avocat de Pékin a été menotté, attaché, et interrogé après avoir rencontré son client, un pratiquant de Falun Gong, dans un centre de détention. L’avocat s’est trouvé dans l’obligation de se désister du cas.

M Li Yeliang est détenu dans le centre de détention du district de Tongzhou depuis plus de six mois. Les autorités prétendent que ses empreintes ont été trouvées sur un panneau d’affichage présentant une information à propos des poursuites en justice à l’encontre de Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du Parti communiste chinois qui a initié la persécution du Falun Gong.

Lorsque M Li a fait remarquer que ces empreintes ne lui appartenaient pas, le procureur a renvoyé l’affaire au département de police et demandé qu’ils les réexaminent. Pendant ce temps la famille de M Li a engagé un avocat pour le représenter.

Lorsque M Li a rencontré son avocat dans le centre de détention, il a demandé si on avait essayé de lui écrire. « Oui, mais je ne peux pas vous la donner maintenant » a dit l’avocat, en lui montrant la lettre.

Lorsque le garde a vu la lettre, il a inspecté l’attaché-case de l’avocat et il a signalé l’incident. L’avocat a alors été détenu et emmené à la division de la sécurité intérieure de Tongzhou, où il a été enchaîné et interrogé.

L’avocat a dit qu’il ne connaissait pas l’homme qui lui avait donné la lettre. Il a aussi suggéré que le garde regarde la vidéo de la caméra de sécurité pour prouver qu’il n’avait rien fait passer à M Li.

L’interrogatoire a duré environ huit heures, continuant jusqu’à 20 h. L’avocat n’a reçu ni eau ni nourriture.

Quelque jours plus tard, l’avocat a averti la famille de M Li qu’il se désistait de l’affaire. La famille l’a prié de rester, mais on a appris plus tard que l’avocat avait reçu des pressions de l’association des avocats où il travaillait pour qu’il se désiste du cas.

Sur les 18 pratiquants arrêtés le 21 juin 2016 par la division de la sécurité intérieure du district de Tongzhou, M Li et deux autres pratiquants sont toujours détenus.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/8/16/158285.html

Version chinoise :
北京李业亮被劫持大半年 律师被非法扣押

Des voisins exigent la libération d’un pratiquant de Falun Gong détenu illégalement

Écrit par un correspondant de Minghui à Pékin

(Minghui.org) Un homme âgé de la région de Pékin a été arrêté plus tôt cette année parce qu’il parlait aux gens au sujet de la persécution du Falun Gong, une pratique spirituelle actuellement persécutée en Chine.

Au moment de ce rapport, 278 personnes de son faubourg ont signé une pétition exigeant sa libération immédiate, déclarant qu’il n’avait rien fait de mal. Plusieurs ont aussi écrit aux autorités pour expliquer quelle bonne personne il était et pourquoi il devrait être libéré.

2016-7-5-beijing-sun-fuyi-1
Le pratiquant de Falun Gong M. Sun Fuyi

2016-7-5-beijing-sun-fuyi-2
Pétition signée et empreintes digitales apposées par les concitoyens de M. Sun exigeant qu’il soit libéré de sa détention illégale.

Le 11er janvier de cette année, M. Sun et sa femme parlaient aux gens de la persécution du Falun Gong à un marché. Une personne, trompée par la propagande du régime chinois contre la pratique, a appelé la police qui est arrivée et a arrêté M. Sun. Sa femme s’est échappée de justesse.

Souhaits de ses concitoyens : Libérer cet homme bon

Après que M. Sun a été arrêté, sa famille et ses amis ont commencé une campagne de pétition exigeant sa libération. En moins de deux heures, ils avaient recueilli plus d’une centaine de signatures.

M. Sun est largement reconnu pour être un homme bon qui n’argumente jamais, ni n’entre en conflit avec personne. Un de ses voisins a dit qu’il y avait un chemin boueux dans le voisinage dont personne ne prenait la peine de s’occuper – sauf M. Sun.

Certains ont dit que la police avait arrêté la mauvaise personne et qu’il n’y avait rien de mal à pratiquer Authenticité-Bienveillance-Tolérance, le principe fondamental du Falun Gong.

Ceux qui ont signé la pétition n’ont pas peur des répercussions de la part des autorités. L’un d’eux a dit : « Je voudrais bien qu’ils viennent me chercher. J’ai quelque chose à leur dire. S’ils nous avaient parlé à nous (ses voisins), ils auraient su que M. Sun est une très bonne personne. »

De nombreuses personnes ont écrit des lettres aux autorités, déclarant qu’elles étaient prêtes à répondre de M. Sun. Une personne a écrit : « Je me sens très mal qu’une bonne personne comme Sun soit maltraitée. Je veux qu’il soit libéré bientôt. »

2016-7-5-beijing-sun-fuyi-3
Déclarations qui répondent de M. Sun.

Un voisin nommé Wang Kaiyang a écrit : « Sun partagerait tout ce qu’il a. Le gouvernement devrait arrêter de le persécuter et le laisser rentrer chez lui. »

Connu comme un homme serviable et altruiste

M. Sun, âgé de 68 ans, est retraité du bureau des télécommunications du canton de Huairou. Depuis qu’il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1997, il s’est conduit selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Il est toujours prêt à aider.

Il a pris soin de ses parents de sa propre initiative et n’a jamais repoussé la responsabilité sur ses frères et sœurs. Il prend aussi soin des autres résidents âgés dans le village chaque fois qu’il le peut. Quand les autres ont besoin d’aide pour des corvées, il se porte volontaire.

Quand M. Sun travaillait au bureau des télécommunications, il travaillait fort et il était élu employé modèle chaque année, même après que la persécution a commencé.

Depuis décembre 2004, M. Sun a été détenu, incarcéré dans un centre de lavage de cerveau et torturé dans un camp de travaux forcés, où il a été détenu pendant dix-huit mois parce qu’il refusait d’abandonner sa croyance.

Son employeur l’estime tellement qu’il l’a réengagé après sa libération, avec plein salaire et bénéfices. Quand les autorités ont donné l’ordre à son employeur de le surveiller à son travail, son employeur a refusé de s’y conformer.

Cependant, les autorités ne laissaient pas M. Sun tranquille. En 2011, quand la police le harcelait constamment à son propre domicile, sa femme et lui ont été forcés d’aller demeurer ailleurs pendant presqu’une année pour éviter davantage de persécution.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/7/3/157669.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/7/2/330787.html

Le Falun Dafa a béni ma famille

Écrit par Yuanhua, une pratiquante de Falun Gong à Pékin

(Minghui.org)

Mon frère arrête les jeux de hasard

Mon frère était un fauteur de trouble depuis sa tendre enfance. Il séchait souvent l’école, avait un mauvais caractère, maudissait les gens et malmenait ses jeunes sœurs, y compris moi. Il n’a pas changé après s’être marié. Il était dur envers son épouse et même devant ses beaux-parents. Mais avant tout, il est devenu un joueur avide.

Dans une réunion de famille, il y a quelques années, mon frère a dit qu’il avait dépensé beaucoup d’argent au jeu et voulait emprunter 10 000 yuans pour payer ses dettes. Personne ne voulait les lui prêter. J’avais commencé à pratiquer le Falun Dafa et je me sentais inspirée de l’aider.

Le jour suivant, il est venu chez moi et je lui ai prêté les 10 000 yuans, ce qui était l’argent de la retraite de mon mari. Il semblait authentiquement reconnaissant. Je l’ai averti d’arrêter de jouer et lui ai dit que j’étais une pratiquante de Falun Dafa. Je lui ai aussi dit que ma pratique était ce qui m’avait motivé à l’aider. Mes mots l’ont laissé avec une bonne impression de Dafa.

Deux ans plus tard, mon frère m’a appelée. Il a dit qu’il avait fait un rêve dans lequel ses jambes lui faisaient mal et lorsqu’il s’est réveillé, sa première pensée a été d’apprendre le Falun Dafa. J’étais très contente pour lui.

Il a demandé s’il y avait des exigences spéciales pour pratiquer le Falun Dafa. Je lui ai dit que les pratiquants de Falun Dafa sont encouragés à abandonner les mauvaises habitudes telles que fumer, boire et jouer. Nous devons aussi être gentils avec autrui. Mon frère était un gros fumeur, mais même durant notre conversation, il a dit qu’il n’avait plus le désir de fumer. J’étais épatée – on l’aidait déjà – même avant de lire le Zhuan Falun, le livre principal de la pratique !

Lorsque je suis allée chez mon frère quelque temps plus tard, son épouse m’a dit qu’il avait changé depuis qu’il avait appris le Falun Dafa. Son caractère s’était beaucoup amélioré et il avait abandonné le jeu. Elle était très contente et a dit : « Le Falun Dafa a sauvé notre famille ! »

Lorsque d’autres proches ont entendu parler des changements chez mon frère, ils étaient contents et ont acquis du respect pour le Falun Dafa et son fondateur, Maître Li Hongzhi. Certains d’entre eux ont aussi appris la pratique.

Ma nièce en a grandement bénéficié

Lorsqu’il était temps pour la fille de ma sœur d’aller à l’école secondaire, ma sœur voulait qu’elle vive avec moi parce que ma maison était beaucoup plus proche de l’école. Elle resterait avec moi ainsi pendant trois ans. Mon appartement était petit et je n’étais pas à l’aise financièrement. J’aurais sûrement refusé si je n’avais pas pratiqué le Falun Dafa, mais on nous apprend à penser aux autres d’abord, alors j’ai été d’accord pour qu’elle reste avec moi.

J’étais bonne envers ma nièce et je la traitais comme si elle était ma propre fille. Je me suis occupée de tous ses besoins et je lui ai aussi appris le Falun Dafa et le principe fondamental Authenticité–Bienveillance–Tolérance.

Ma nièce est venue me voir en se plaignant de ses camarades de classe. Elle était insatisfaite de leur manque de coopération. Je lui ai dit que j’avais eu une expérience similaire à l’école et que je sentais souvent que les autres me traitaient mal. Après avoir appris le Falun Dafa, j’ai réalisé que je devais être plus compatissante envers autrui et ne pas m’en faire avec la perte et le gain personnels. Elle a compris et ne s’est plus jamais plainte de ses camarades de classe.

Une autre fois, il y avait une question dans un de ses examens qui présentait le Falun Dafa sous un mauvais angle. Elle n’a pas répondu à la question et a dit à ses camarades de classe de ne pas y répondre. Elle était très respectée par ses pairs et elle était considérée comme une leader de la classe. Ils l’ont tous écoutée et n’ont rien écrit contre le Falun Dafa.

Elle m’a dit que lorsqu’elle a vu les calomnies sur l’écran, elle s’est souvenu de combien j’avais une piètre santé avant de pratiquer. « Tu avais de graves problèmes de santé avant de pratiquer le Falun Gong, n’est-ce pas ? » a-t-elle demandé. « Si tu n’étais pas pratiquante, tu n’aurais pas pu t’occuper de moi. Alors j’ai assurément également bénéficié du Falun Dafa ! »

L’attitude positive de ma nièce envers le Falun Dafa lui a apporté de la chance. Après avoir eu son diplôme, son école lui a offert un de leurs meilleurs emplois.

Il y a quelques années, j’ai été arrêtée parce que je pratiquais le Falun Dafa. Lorsque j’ai été libérée, ma nièce est venue me voir. Elle m’a serrée en pleurant. Elle m’a dit qu’elle avait été promue au travail. Elle a vraiment été bénie par le Falun Dafa.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/2/28/155731.html
Version chinoise : 哥哥浪子回头