J’ai enduré une torture inhumaine dans la prison pour femmes de Shanghai

Écrit par Mme Sun Zhuoying, pratiquante de Falun Gong à Shanghai, en Chine

(Minghui.org) Mme Sun Zhuoying a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir, le 13 mai 2011, accroché une banderole commémorant la 12e journée mondiale du Falun Dafa.

Lors de son incarcération à la prison pour femmes de Shanghai, la femme de 65 ans s’est vue infliger des tortures inhumaines pour son refus de renoncer à sa foi en Falun Dafa, discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Elle a subi en conséquence de graves atteintes à sa santé.

Après sa libération en mai 2016, Mme Sun a écrit le récit suivant de son expérience.

Enveloppée dans du ruban d’étanchéité et violemment battue

Un jour en prison j’ai crié : « Falun Dafa est bon ! » La capitaine de la prison l’a appris et a ordonné à des détenues de me fourrer un chiffon sale dans la bouche et de m’envelopper dans des couches de ruban d’étanchéité – ma bouche, mes oreilles, ma tête, mes jambes et mes pieds, les mains liées derrière le dos.

Elles ont battu ma tête avec des objets lourds tout en m’insultant. Cela a duré environ deux heures jusqu’à ce que je m’évanouisse.

Les coups m’ont fait saigner abondamment et devenir incontinente. J’ai été transférée à l’hôpital carcéral de la ville de Shanghai.

Forcée à rester debout dix-huit heures par jour

Après avoir été ramenée à la prison, la capitaine m’a parlé tous les jours. Elle m’a ordonné d’écrire une déclaration abjurant ma croyance en Falun Dafa. J’ai refusé et j’ai été placée à l’isolement pendant plusieurs jours.

Dans la cellule, j’étais forcée de me tenir debout dix-huit heures par jour de 05h30 jusqu’à minuit, face à un mur. On m’accordait deux pauses de 10 minutes pour le déjeuner et le dîner. Les détenues me maudissaient constamment, m’insultaient et me battaient.

Quelques jours plus tard, elles m’ont forcée à rester immobile en position accroupie dans un petit espace qu’elles avaient tracé sur le sol. Elles ont continué à me maudire, me battre et me donner des coups de pied bien après minuit tous les jours.

Quand elles ont constaté que je n’étais toujours pas ébranlée par leur violence, elles m’ont traînée dehors pour être interrogée par le policier de service.

Traitement fréquent à l’hôpital

Je dormais à côté d’un pot de chambre chaque nuit. Les gardes me permettaient rarement de vider le pot et cela sentait mauvais.

J’étais forcée à me lever à 4h00 chaque jour et on ne me donnait qu’une tasse d’eau pour me nettoyer la bouche et deux pour me nettoyer le visage.

Elles ont fabriqué un petit tabouret spécialement pour moi, qui me serrait les hanches lorsque je m’asseyais dessus.

Deux prisonnières m’ont forcée à écrire une déclaration promettant de renoncer à ma croyance en Falun Dafa. L’une tenait ma main droite et m’a ordonné d’écrire sur un morceau de papier. J’ai refusé et elle a violemment claqué ma main sur la table tandis que l’autre tenait ma main gauche derrière mon dos.

Elles m’ont forcée à dormir sur une planche en bois et m’ont enveloppée dans du ruban d’étanchéité. Elles m’ont ligoté les mains, les pieds et le corps avant d’envelopper mes pieds et mes jambes séparément. Je ne pouvais absolument plus bouger.

Puis elles m’ont recouverte d’une épaisse couverture de coton. C’était l’été et il faisait chaud. J’ai beaucoup transpiré jusqu’à ce que je montre des symptômes de coup de chaleur.

Dans mon délire, je les ai entendues dire : « Elle est en train de mourir. Son visage est pâle et trempé de sueur froide. »

2016-reconstitution-de-torture-01
Reconstitution de torture : Enroulée dans ruban d’étanchéité

Elles me torturaient si sévèrement que j’étais souvent dans un état critique. Elles m’emmenaient à l’hôpital carcéral de Shanghai tous les deux mois. Une fois, j’ai perdu connaissance à l’hôpital en raison d’abondants saignements dans mon estomac.

Lavage de cerveau mensonger

La prison a changé de tactique quand ils ont réalisé que les menaces ne pourraient pas ébranler ma foi. Les gardiennes m’ont mise dans une session d’étude du taoïsme. J’ai été d’accord pour suivre le cours en me disant que ce serait une bonne opportunité de parler du Falun Dafa aux autres détenues.

Je lisais des textes sur le taoïsme le matin et parlais du Falun Dafa au groupe l’après-midi.

Bien que je ne prenais pas ces choses taoïstes aux sérieux, cela allait à l’encontre du principe du Falun Dafa de ne pas suivre deux écoles de cultivation en même temps. Je n’ai pas tardé à payer le prix de mon attitude partagée envers le Falun Dafa.

Lors d’une réunion on m’a ordonné de lire à haute voix un article intitulé « Perdu » écrit par un ancien pratiquant de Falun Dafa. J’ai suivi leur ordre et l’ai lu lors de la réunion. Plus tard, ils ont imité mon écriture et réécrit le mot « Perdu » dans cet article.

Je n’ai pas eu connaissance de leur tromperie jusqu’à ce qu’un jour, une gardienne de prison dise : « Tu as écrit une déclaration promettant d’abandonner la pratique du Falun Dafa il y a longtemps. Cela est sans importance que tu en écrives une seconde. »

Tortures inhumaines en isolement

J’ai été transférée de la section II à la section IV de la prison en 2014. En juin de cette année, les gardiennes ont exigé que toutes les détenues écrivent des déclarations de confession. J’ai écrit la phrase : Je reconnais la peine que j’ai reçue du tribunal.

Un an plus tard, j’ai compris que ma reconnaissance était complètement erronée, j’ai donc écrit une déclaration formelle annulant ma déclaration précédente. Pour cela, j’ai été placée à l’isolement.

Dans la petite cellule, on ne me donnait que deux repas par jour. Parfois, elles me donnaient des nouilles très salées ; d’autres fois, elles me donnaient des nouilles sans sel. J’étais obligée de manger ce qu’elles me donnaient.

On me forçait aussi à rester assise dans le lit jusqu’à minuit tous les jours avant d’être autorisée à dormir. Quand mes surveillantes remarquaient que j’étais somnolente, elles me battaient violemment et me versaient de l’eau froide dans le cou.

Par un hiver très froid elles me retiraient ma couverture toutes les quinze minutes la nuit.

Elles me forçaient à marcher ou à courir dans les deux sens dans la cellule et m’ordonnaient souvent d’écrire un rapport sur mes pensées en un certain laps de temps. Cela arrivait à maintes reprises chaque jour.

Chaque jour, elles m’ordonnaient encore et encore de m’asseoir le dos droit et de regarder la vidéo de la fausse histoire des auto-immolations et de rédiger un rapport sur ce que cela m’inspirait.

J’ai été libérée en mai 2016 et je suis rentrée chez moi

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/18/159204.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/3/333867.html

D’un côté la compassion, de l’autre la cruauté : Un ancien refuge juif sûr et une prison tristement célèbre dans une même rue de Shanghai

Écrit par Xiao Xian

(Minghui.org) Deux lieux marquants sont situés sur la route de Changyang à Tilanqiao, district de Hongkou, à Shanghai : le musée des réfugiés juifs de Shanghai, qui a été un refuge sûr pour les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, et la prison de Tilanqiao, tristement célèbre pour persécuter les pratiquants de Falun Gong.

Shanghai a ouvert ses portes aux Juifs qui étaient menacés d’être tués par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus de 20 000 personnes juives ont échappé à la Shoah en s’enfuyant à Shanghai et ont trouvé refuge à Tilanqiao. L’histoire a enregistré la compassion du peuple chinois. L’ancien Ohel Moshe est aujourd’hui le musée des réfugiés juifs de Shanghai.

2016-04-shanghai-1
Musée des réfugiés juifs de Shanghai

Cependant, en face de ce refuge se trouve la prison de Tilanqiao de Shanghai, où les pratiquants de Falun Gong sont persécutés. En raison de l’emplacement de la prison, « Tilanqiao » est un surnom pour la prison pour les résidents de Shanghai.

La prison de Tilanqiao est tristement célèbre pour persécuter les pratiquants de Falun Gong innocents depuis 1999. Comme ceux des autres prisons et camps de travail en Chine, les responsables de la prison de Tilanqiao exécutent la politique de persécution génocidaire de Jiang Zemin de « ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les détruire physiquement » et « battre à mort [les pratiquants de Falun Gong] comptera comme un suicide ».

En raison du blocus d’Internet de la Chine, il est impossible d’obtenir un décompte précis du nombre de pratiquants qui sont morts en prison ou les récits de torture auxquels ils ont été soumis à Tilanqiao. Cependant, on sait que des pratiquants de Falun Gong sont toujours emprisonnés dans la prison de Tilanqiao.

2016-04-shanghai-2
La Prison deTilanqiao à Shanghai

Dans la même ville et sur la même rue, d’un côté : un refuge pour les victimes des crimes génocidaires nazis, et de l’autre une prison qui exécute la politique génocidaire du Parti communiste chinois (PCC). Ils forment un contraste frappant sur la route de Changyang : d’un côté la compassion et de l’autre la cruauté.

Les nazis, qui ont participé à la persécution des Juifs, ont été jugés et condamnés après la guerre, y compris des infirmières et des gardiens. En 2013, Hans Lipschis, 93 ans, qui a été expulsé des États-Unis pour avoir menti sur son passé nazi, a été arrêté par les autorités allemandes sur les allégations selon lesquelles il avait servi comme garde du camp de la mort d’Auschwitz.

La vengeance du ciel peut sembler tarder, mais elle est sûre. Telle est la loi du ciel : le bien sera récompensé et le mal puni. J’espère que ceux qui ont participé à la persécution du Falun Gong cesseront immédiatement, répareront les dommages qu’ils ont causés et se garderont un espace de sécurité où trouver refuge.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/4/8/156205.html
Version chinoise : 同一条街上的“避难所”和“集中营”

Treize pratiquantes de Falun Gong torturées dans la prison pour femmes de Shanghai

(Minghui.org) La prison pour femmes de Shanghai est un endroit abominable, connu pour avoir activement mené la persécution de Jiang Zemin contre le Falun Gong. La liste ci-dessous comprend les comptes rendus de torture de 13 pratiquantes de Falun Gong, détenues dans la prison.

Les gardes utilisent d’autres détenues pour surveiller les pratiquantes 24 heures sur 24. Ils diffament les pratiquantes et incitent les détenues à la haine envers les pratiquantes. Ils répandent aussi des rumeurs dans une tentative d’embrouiller les pratiquantes et de détruire leur foi.

La direction de la prison cible particulièrement les pratiquantes bien éduquées. Les gardes incitent les détenues à battre et injurier les pratiquantes et à les priver de sommeil. Les pratiquantes sont forcées de rester debout ou assises pendant de longues périodes comme une forme de torture. Elles sont également soumises au lavage de cerveau, tel qu’être contraint à réciter et copier à la main des documents de propagande.

Les cas de persécution de 13 pratiquantes incarcérées dans la prison pour femmes de Shanghai

Nom Peine de prison Date de fin de peine Torture
Bai Gendi 6 ans et demi 09/03/19 Incarcérée et autorisée à porter seulement une seule couche de vêtements en hiver
Wang Quandi 6 ans 20/03/20 Incarcérée
Yao Yuhua 6 ans 09/09/18 Travaux forcés
Xia Haizhen 4 ans 20/04/16 Incarcérée et assaillie de chocs avec des matraques électriques
Li Meizhen 4 ans 01/08/16 Travaux forcés
Yang Manye 4 ans 10/2017 Famille non-autorisée à rendre visite
Dong Yuying 3 ans et demi 17/08/16 Battue, injuriée et non-autorisée à dormir
Zhao Haili 3 ans et demi 2016 Gavage forcé
Yuan Hongying 3 ans et demi 08/11/15 Torturée avec symptômes de maladie cardiaque, d’hyperthyroïdie, de lithiase biliaire
Chen Ping 3 ans et 3 mois 26/12/16 Incarcérée
Zhao Lijun 3 ans 29/05/16 Travaux forcés
Fan Limin 3 ans 25/08/16 Contrainte de prendre des médicaments
Jiang Linying Travaux forcés
Zhu Huiping Linge sale inséré dans la bouche

Prison pour femmes de Shanghai :

Téléphone : +86-21-57615998 ; +86-21-57616356 ; +86-21-57615595

Chen Jianhua (陈建华), surveillant responsable

Li Yongfang (李永芳), Li Cuiping (李翠萍), surveillants-adjoints

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/11/4/153512.html
Version chinoise : 上海市女子监狱近期对法轮功学员的迫害

Dafa m’a donné une nouvelle vie quand j’étais au désespoir

Écrit par un pratiquant du Falun Gong à Shanghai, Chine

(Minghui.org) Je suis tombé dans le désespoir en 2011 en raison des nombreuses maladies qui me tourmentaient. Tout a empiré quand j’ai eu un accident de voiture en août 2011. Incapable de supporter ma situation, j’ai tenté de me suicider.

Tout a changé quand j’ai trouvé le Falun Gong en 2012.

Pleurer vers le ciel pour demander de l’aide

Dès mon jeune âge, j’ai eu une infection chronique de l’oreille, des migraines et de nombreuses années de polyarthrite rhumatoïde. Mes paumes ressemblaient à des pattes de poulet.

Alors que je jouais au basket à l’école secondaire, un grain de sable s’est logé dans mon œil gauche. Il n’a pas été enlevé à temps et j’ai perdu la vue de cet œil.

Mon otite chronique a été aggravée par les vols fréquents pour le travail. Finalement, mon tympan a été déchiré. Quand j’ai eu assez d’argent pour faire réparer mon tympan, le trou était trop grand pour être réparé.

Je ne pouvais pas supporter les sons ou les cris perçants. Si le volume du téléviseur était élevé, j’avais l’impression que ma tête allait exploser. Je suis presque devenu fou.

Je crachais des mucosités tous les matins et souffrais de pharyngite.

En 2003, mes genoux et mes coudes se sont enflés à cause de mon arthrite. Je ne pouvais pas marcher correctement. Les articulations dans ma main droite et mes poignets sont devenus noueuses, ce qui fait qu’il m’était difficile d’utiliser mes mains. J’ai cherché un traitement auprès des meilleurs médecins à Shanghai, mais personne ne pouvait le guérir.

Tout s’est aggravé en août 2011, quand j’ai été impliqué dans un accident. J’ai été renversé par trois motos. Mon coude, ma hanche et mon pubis étaient fracturés. Ma cage thoracique était déplacée.

J’ai été paralysé près d’un an. Dans la douleur atroce, j’ai décidé de me suicider, mais en vain.

Comme je me reposais sur mon lit un jour, je me suis tourné vers la fenêtre, j’ai regardé le soleil et gémi : « J’ai entendu qu’il y a des Dieux, des Bouddhas et des êtres divins dans ce monde. Si c’est vrai, veuillez sauver ma famille. Rien dans ce monde ne peut me sauver. Merci ! »

Le point tournant

Deux semaines plus tard, mon ami a amené chez moi un ami qui pratique le Falun Gong. Nous avons eu une brève conversation et en peu de temps, j’ai compris ce qu’était le Falun Gong et la persécution. J’ai décidé de démissionner du Parti communiste chinois.

Ce pratiquant m’a laissé le livre Zhuan Falun Volume II et m’a dit de me rappeler : « Le Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. »

J’ai suivi les conseils du pratiquant de lire le livre et réciter les mots tous les jours. J’ai commencé à récupérer.

« Certains pratiquants ont copié et mémorisé le Fa », a dit le pratiquant.

J’ai suivi et emprunté des livres au pratiquant. Je devais m’agenouiller pour copier le Fa, parce que je ne pouvais pas m’asseoir.

J’ai demandé à Maître Li, le fondateur du Falun Gong, de m’aider quand je ne pouvais pas tenir un stylo dans ma main droite. J’ai copié le Fa tous les jours, même si mon majeur faisait mal.

J’ai terminé de copier les deux livres, Zhuan Falun et Falun Gong, en quatre mois. Je me sentais complètement différent, physiquement et mentalement.

J’ai voulu aller aux toilettes sans aide un jour. J’ai trouvé que je pouvais glisser hors du lit par moi-même. Ma rotule a vraiment fait mal quand mes pieds ont enfin touché le sol. Je me sentais faible et avais peur de tomber. Cependant, j’étais très content de pouvoir enfin sortir du lit.

Je me suis levé chaque jour et j’ai augmenté le temps où je pouvais rester debout. J’ai suivi des conférences enregistrées du Maître et levais mon bras gauche avec mon bras droit. Bien que c’était très douloureux, j’ai continué à étudier le Fa et faire les exercices.

Avec persistance, j’ai enfin pu me tenir droit et marcher confortablement. Je n’ai plus jamais eu besoin de retourner à l’hôpital. Je suis reconnaissant envers Maître Li de nous avoir sauvés, ma famille et moi, et de me donner un but dans la vie.

Depuis, je parle aux gens de ma guérison miraculeuse et leur fais savoir que le gouvernement communiste a tort de persécuter le Falun Gong, une pratique qui a transformé ma vie et celle de beaucoup d’autres. J’espère que plus de personnes pourront bénéficier de cette pratique comme moi.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/20/152154.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/8/6/313700.html

641 pratiquants de Falun Gong de Shanghai ont traduit Jiang Zemin en justice entre la fin mai et le début août

(Minghui.org) 641 pratiquants de Falun Gong de Shanghai ont déposé des plaintes pénales contre Jiang Zemin entre le 27 mai et le 12 août 2015.

Les pratiquants accusent l’ancien dictateur chinois d’avoir initié la brutale répression contre le Falun Gong et le tienne responsable des énormes souffrances infligées par sa campagne. Les plaintes pénales ont été envoyées à la Cour populaire suprême et au Parquet populaire suprême.

Bon nombre de ces pratiquants ont raconté comment le Falun Gong leur a fait retrouver la santé et leur a donné une nouvelle perspective sur la vie. Leur rêve de vivre une vie plus saine et plus heureuse a été cependant brisé, lorsque Jiang Zemin a lancé une campagne nationale visant à éliminer la pratique en 1999.

Simplement pour avoir refusé de renoncer à leur croyance, ils ont été arrêtés, détenus et torturés, leur domicile a été fouillé et leurs effets personnels ont été saisies par les autorités communistes. Beaucoup ont également vu leurs familles impliquées en raison de leur foi, tandis que certains ont été forcés de payer d’énormes amendes.

Les pratiquants de Shanghai qui ont déposé des plaintes pénales comprennent des enseignants, des ingénieurs et des employés d’usine.

Voici ci-dessous le profil de quelques-uns de ces pratiquants :

Mme Shao Hongzhen (邵鸿珍), 65 ans, travaillait avant dans une usine. Elle a été brutalement torturée dans une prison et des centres de détention après que la persécution a commencé, y compris être gavée, battue et incarcérée dans une cellule d’isolement. Quand elle a fait une grève de la faim pendant sa détention en 2006, elle a été gavée de force à l’hôpital de la prison. Ses bras et ses jambes ont été liés aux quatre coins d’un lit et un tube a été inséré dans son estomac.

Mme Cui Baokun (崔保坤), 73 ans, était une ingénieure principale avant sa retraite. De 2000 à 2003, elle a été deux fois arrêtée et détenue pendant un total de plus de 100 jours. Après avoir été arrêtée une troisième fois en septembre 2004, elle a été condamnée à trois ans de prison.

M. Wang Bingke (王兵科), 39 ans, un professeur du premier cycle du secondaire, a été arrêté quatre fois entre 2000 et 2008. Il a été condamné à trois ans de probation après sa troisième arrestation en mars 2007. Quand il a été arrêté à nouveau un an plus tard, il a été incarcéré jusqu’en octobre 2010. Son école l’a congédié après sa libération.

Quand il a été arrêté et emprisonné, M. Wang a été privé de sommeil, gravement battu, incarcéré dans une cellule d’isolement et forcé de s’asseoir sur un petit tabouret pendant une longue période.

M. Fa Zhengping (法正平), 69 ans, était un professeur du premier cycle du secondaire avant sa retraite. Il a reçu des peines de deux ans de travaux forcés deux fois, en 2001 et 2005. Il a été arrêté à nouveau en décembre 2008 et condamné à trois ans de prison.

Il a été torturé dans des camps de travail et une prison. Il a été gavé avec des substances inconnues. Pendant une longue période de temps, il n’a pas reçu assez de nourriture et avait seulement l’autorisation de dormir deux heures par nuit. Il a une fois été électrocuté avec quatre matraques électriques à la fois. Il était vêtu d’un épais chandail et d’un manteau de duvet pendant les journées chaudes de l’été et a été une fois ligotté pendant plus de 20 jours d’affilée.

M. Fa a également été attaché à une clôture métallique avec sept cordes pendant une longue période.

En raison de la torture, M. Fa a perdu pratiquement toute son audition pendant une courte période et il avait du mal à voir et à se souvenir des choses. Il s’est évanoui et est tombé plusieurs fois quand il était torturé. Il était incapable de marcher et de penser correctement par la suite. Il a subi de graves contusions après avoir été ligoté.

Historique

En 1999, Jiang Zemin, alors dirigeant du Parti communiste chinois, a ignoré les autres membres du Comité permanent du Politburo et a lancé la violente répression du Falun Gong.

La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong au cours des 16 dernières années. Beaucoup ont été torturés et même tués pour leurs organes. Jiang Zemin est directement responsable de la création et de la poursuite de la brutale persécution.

Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a établi un organe de sécurité extralégal, le Bureau 610, le 10 juin 1999. L’organisation l’emporte sur les forces de police et le système judiciaire pour exécuter la politique de Jiang concernant le Falun Gong : ruiner leur réputation, couper leurs ressources financières et les éliminer physiquement.

La loi chinoise permet aux citoyens d’être demandeurs dans les affaires pénales et de nombreux pratiquants exercent maintenant ce droit de déposer des plaintes pénales contre l’ancien dictateur.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/22/152188.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/8/15/314151.html

Examens physiques suspects dans la prison de Tilanqiao

Écrit par un pratiquant de Falun Gong à Shanghai

(Minghui.org) Selon des initiés, la prison de Tilanqiao à Shanghai a effectué des examens physiques sur les pratiquants de Falun Gong détenus chaque mois de décembre depuis 2010. Les examens sont effectués dans un véhicule spécifique de l’hôpital général de la prison de Shanghai.

Les pratiquants ont subi les examens avec des détenus en provenance de Taïwan, de Hong Kong et de Macao, tandis que tous les autres détenus étaient soumis à des examens séparés.

Un examen physique complet était réservé aux pratiquants, beaucoup plus approfondi que celui concernant les autres détenus. Ils prennent un échantillon de sang, font un examen de la poitrine (ECG), ainsi qu’une échographie des reins, du foie, du système cardiaque et de la vésicule biliaire. Chaque pratiquant a également été pris en photo après l’examen médical. On rapporte que le même examen a été effectué dans la prison pour femmes de Shanghai.

Les pratiquants sont généralement terriblement maltraités dans la prison de Tilanqiao. Ils sont détenus dans une petite surface de 3,3 mètres carrés pour une longue période, face au mur, les mains derrière le dos. Ils sont maltraités physiquement en étant forcés de s’asseoir sur une bobine de 10 centimètres de diamètre pendant 18 heures par jour.

2015-08-shanghai-tilanqiao
Je me demande s’il y a des motifs ultérieurs derrière les examens physiques complets dans la prison de Tilanqiao et s’ils pourraient être liés aux prélèvements d’organes. J’espère que le public prêtera attention à cette situation.

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/3/151875.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/7/22/312868.html

Ma mère nonagénaire chute dans un escalier – rien de cassé

Écrit par un pratiquant de Shanghai, en Chine

(Minghui.org) Ma mère est âgée de 96 ans. Elle a fait une mauvaise chute dans un escalier le 15 octobre 2009 et elle ne pouvait plus se relever.

Une ambulance l’a emmenée aux urgences. Le médecin a scruté tous les résultats de ses examens attentivement, mais il n’a pu trouver aucun problème chez elle. Il était très surpris et s’est écrié qu’il n’avait jamais rien vu de tel auparavant, dans toutes ses années de pratique de la médecine.

Pour ma mère – dans ses 90 ans – faire une aussi mauvaise chute et ne se briser aucun os, le médecin disait que c’était un miracle, qu’elle était bénie.

Je me suis rappelée que ma mère répétait tous les jours : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. » Elle portait aussi son amulette de Falun Dafa tous les jours. C’était le Maître du Falun Dafa qui avait sauvé ma mère.

Toute ma famille a été témoin de ce qui lui est arrivé et cela les a changés. En fait, ma sœur et sa collègue et la mère de sa collègue ont même commencé à pratiquer le Falun Dafa.

Ma sœur

Ma sœur souffrait d’une maladie cardiaque grave. Elle avait eu des attaques et avait dû être envoyée aux urgences plusieurs fois. Son médecin lui a suggéré un stent cardiaque. Ma sœur avait peur de subir une intervention chirurgicale, elle avait refusé. Après ce qui était arrivé à notre mère, elle a reconnu que Dafa était extraordinaire et miraculeux.

Elle a emprunté mes livres de Dafa et ma vidéo des exercices. Elle a commencé à pratiquer et son problème cardiaque est parti. Elle n’avait plus de difficulté à marcher, ni même à monter des marches. Son teint s’est amélioré et elle était remplie de joie.

La collègue de ma sœur

Une collègue de ma sœur a remarqué à quel point elle avait changé. Elle était curieuse et lui a demandé de lui dire son secret, comment elle avait été guérie, quel médicament elle avait pris. Ma sœur a dit : « Je viens juste de pratiquer le Falun Dafa. Il a purifié mon corps et m’a sauvé la vie. »

Elle a parlé de ce qui était arrivé à notre mère et comment elle avait été capable de marcher quelques jours seulement après sa mauvaise chute.

Sa collègue pensait que c’était incroyable. Sa propre mère était âgée dans les 80 ans et elle était paralysée et alitée depuis longtemps. Récemment, elle avait été incapable de manger et sa famille pensait qu’elle allait mourir.

« Dafa est extraordinaire », a dit ma sœur. « Tu peux emprunter mon livre du Falun Dafa sur mon e-book et lire la conférence du Maître à ta mère. Elle va récupérer. »

Sa collègue a fait exactement cela et après quelques jours, sa mère pouvait manger à nouveau et même s’asseoir d’elle-même. Mère et fille ont dit qu’elles croient en Dafa et sont déterminées à pratiquer.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/2/3/148211.html

Version chinoise : 九旬老母在楼梯上摔倒之后