Mme Fang Zhengrong a été jugée dans le Sichuan pour sa foi

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Sichuan, en Chine

(Minghui.org) Les pratiquants de Falun Gong, Mme Fang Zhengrong, âgée de 64 ans et M. Zhang Zhonghua, âgé de 50 ans, ont été jugés le 14 octobre 2016, par le tribunal du district de Chuanshan, ville de Suining, province du Sichuan. Un avocat de Pékin a défendu Mme Fang pendant le procès.

Mme Fang et M. Zhang ont été détenus pendant près d’un an. Ils ont été amenés dans la salle d’audience en menottes et étaient clairement en mauvaise santé. Mme Fang paraissait maigre et pâle et elle marchait très lentement. M. Zhang a dû être escorté dans la salle d’audience par deux policiers.


http://fr.minghui.org/articles/2016/11/17/60363.html

Un pratiquant de Falun Gong âgé de 75 ans emprisonné, malgré le dépôt d’un recours légal

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Sichuan, Chine

(Minghui.org) Bien que ses avocats ont déposé un recours devant une juridiction supérieure en quête de justice en son nom, M. Zhang Xinjian, un pratiquant de Falun Gong âgé de 75 ans, a été condamné à cinq ans d’emprisonnement, il est accusé d’avoir « porté atteinte à l’application de la loi ». Il a été emmené à la prison de Jiazhou le 8 juillet 2016, sans qu’une audience ou une décision ait été annoncée.

Ni les deux avocats de M. Zhang, ni sa famille n’ont été informés de son transfert en prison.

M. Zhang a été condamné à cinq ans de prison par la Cour du district de Cuiping au cours de son second procès le 22 mars 2016. Son avocat, Li Xiongbing, a déposé un recours auprès de la Cour intermédiaire de la ville de Yinbin en son nom le jour où il a été condamné, en faisant valoir qu’il n’y a pas de loi en Chine qui dise que pratiquer le Falun Gong est illégal. Il a dit que son client exerçait son droit constitutionnel à la liberté de croyance, qui ne « sape pas l’application de la loi » – la charge passe-partout fréquemment adressée à des pratiquants de Falun Gong.

La famille de M. Zhang a embauché plus tard l’avocat Tang Tianhao pour le défendre. Le 19 avril, l’avocat Li et la famille de M. Zhang se sont rendus à la cour intermédiaire et ont soumis la demande d’avoir l’avocat Tang pour représenter son appel. Le juge Huang Yun a accepté la demande en personne.

Le 1er juin, quand l’avocat Tang s’est rendu à la cour intermédiaire pour examiner les documents du dossier de M. Zhang, le juge Huang Yun a nié avoir pris la demande de Tang pour représenter M. Zhang. L’avocat Tang a dû alors présenter une autre copie de la demande. Le juge Huang lui a dit qu’il n’avait pas l’intention de tenir un procès ouvert pour M. Zhang et a dit qu’il avait l’intention de faire respecter le verdict initial.

Le lendemain, l’avocat Tang a déposé un autre appel, celui-ci citant les fonctionnaires impliqués à la fois dans le procès de M. Zhang et pour son appel. Il a déclaré qu’ils avaient échoué à faire respecter la loi et a exigé la justice pour son client.

Le tribunal a de nouveau ignoré son appel, et M. Zhang a été directement emmené à la prison début juillet.

Avant d’être emmené en prison, M. Zhang a été détenu au centre de détention de Dayi dans la ville de Yibin pendant plus d’un an après son arrestation, qui a eu lieu le 16 avril 2015. Pendant ce temps, il a développé de l’hypertension et son état physique était inquiétant.

La première audience de M. Zhang a eu lieu à la Cour du district de Cuiping dans la ville de Yibin, le 8 décembre 2015, avec l’avocat Li pour le défendre. Le juge n’a pas annoncé de verdict à ce moment-là.

Voir aussi en chinois :
二零一六年七月十四日大陆综合消息

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/8/11/158212.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/6/26/330533.html

Des policiers s’éveillent à la vérité sur le Falun Gong

Écrit par un pratiquant de Falun Gong en Chine

(Minghui.org)

Le policier a ri et il est parti

Je vis à Puxing dans la province du Sichuan, où une foire du canton a été organisée le 18 août 2015. Une pratiquante est arrivée tôt dans la matinée pour parler aux gens sur le Falun Gong.

Elle a parlé à un villageois et lui a donné un dépliant sur le Falun Gong. Le villageois a placé le dépliant dans un panier sur sa bicyclette.

Le propriétaire d’un magasin de chaussures est soudainement apparu, a arraché le dépliant du panier en criant : « Les gens du Falun Gong sont en train de distribuer des tracts à nouveau ! » Il a ensuite donné le dépliant à un policier qui se tenait à proximité. Il a expliqué au policier que les pratiquants distribuaient des tracts tous les jours à la foire.

Le policier a ri, a mis le dépliant dans sa poche et est reparti.

Un chef de police au bon cœur

Un pratiquant et moi avons été emmenés dans un centre de détention en 2011. Le chef du centre de détention a été gentil avec nous.

Chaque fois qu’il introduisait un nouveau gardien dans les alentours, il vérifiait notre situation et nous demandait comment nous allions. Le gardien savait alors que le chef ne tolérerait pas que les pratiquants soient persécutés.

Plusieurs années plus tard, je suis tombé sur le chef dans un marché. Je l’ai salué, mais il ne semblait pas me reconnaître. Je lui ai rappelé que j’avais été détenu quelques années auparavant et je l’ai remercié pour sa gentillesse. Il s’est alors rappelé de moi.

Je l’ai encouragé à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) pour se protéger des catastrophes futures, et il a accepté avec joie.

Le chef était bienveillant avec les pratiquants et comprenait la bonté du Falun Gong. Je pense qu’il va recevoir des bénédictions.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/9/23/152648.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/9/17/315807.html

Indemne après une chute de 100m du haut d’une falaise

Écrit par un pratiquant de Falun Dafa de la province du Sichuan, Chine

(Minghui.org) Notre village est situé dans les montagnes Daba, dans le sud-ouest de l’agglomération de Wanyuan, province du Sichuan, où les montagnes sont élevées, les routes abruptes et où les champs se trouvent sur de hautes falaises.

M. Wen, quinquagénaire, emmenait sa vache brouter dans un champ près d’une falaise. Une zone près de la falaise s’était effondrée. On ne sait trop comment, la vache s’est empêtrée les pattes dans sa corde, près de la zone effondrée.

Il s’est précipité pour tirer sa vache afin qu’elle soit en sécurité mais n’a pas pu la faire bouger. Soudain, sa vache a glissé à l’endroit où la falaise s’était effondrée, puis est tombée de la falaise. Tenant encore sa corde dans ses mains, M. Wen a été entraîné en bas de la falaise avec elle.

Sa famille a entendu le vacarme de la chute et s’est précipitée au bas de la falaise. La vache était morte et l’homme étendu inerte sur elle.

Son neveu a appelé son nom à plusieurs reprises jusqu’à ce que M. Wen revienne à lui et ouvre les yeux. Après avoir réalisé que la vache était morte, il s’est levé et est rentré chez lui à pied sans dire un mot. Anxieux, son neveu lui a demandé encore et encore s’il allait bien et s’il devait le porter chez lui.

Son fils est arrivé dès qu’il a appris que son père avait eu un accident. Il l’a emmené se faire examiner à l’hôpital le plus proche. Un examen complet a déclaré M. Wen en bonne santé et indemne.

L’histoire s’est propagée dans le village entier et chacun s’est demandé comment un homme pouvait tomber d’une falaise de 100 mètres de haut sans être blessé.

« Ne savez-vous pas tous, que ma femme pratique le Falun Gong ? » leur a dit M. Wen. « Bien que je ne pratique pas, intimement, je sais que Dafa est bon.

« Lorsque je suis tombé de la falaise, j’ai eu l’impression de flotter. Bien que je me sois évanoui, je n’étais pas blessé et j’ai marché jusque chez moi. C’est parce que je suis protégé par le Maître de Dafa ! »

Non seulement il a été protégé parce qu’il croit que Dafa est bon, mais aussi parce que sa femme le pratique. Ne dit-on pas « Si un membre de la famille pratique le Falun Dafa, toute la famille en bénéficie. »

Après qu’il soit sorti indemne de cet accident, plusieurs personnes dans le village ont commencé à pratiquer Dafa.

Traduit de l’anglais

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/9/3/152360.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/7/23/312643.html

« Falun Dafa est bon » déjoue un vol

Écrit par un pratiquant de la province du Sichuan en Chine

(Minghui.org) Depuis 16 ans, le Parti communiste chinois trompe les gens avec une propagande de haine contre le Falun Dafa. Après avoir appris les faits, de nombreuses personnes choisissent de soutenir le Falun Dafa. Leur courage de soutenir les innocents face à cette répression féroce perpétrée par le régime totalitaire apporte souvent des bienfaits et des miracles. Voici un exemple qui a eu lieu dans la province du Sichuan.

Un jour, j’ai pris un taxi en direction de la ville de Nanchong. Sur le chemin, je parlais avec le conducteur au sujet du Falun Dafa et de la persécution.

« Le PCC fabrique toujours des mensonges pour tromper les gens », a-t-il dit. « Quand j’étais un soldat, j’ai participé au massacre de la place Tiananmen en 1989. Les soldats ont mis le feu à quelques véhicules militaires désuets et ensuite ont affirmé que les étudiants étaient des incendiaires. »

À la suite de notre conversation, il a décidé de renoncer aux organisations du Parti communiste chinois (PCC) pour prendre position contre le régime brutal qui nuit à des personnes innocentes.

Comme nous continuions à parler du Falun Dafa, il m’a raconté ce qui était arrivé à sa femme. Parce qu’ils avaient une seule voiture, ils conduisaient le taxi à tour de rôle, l’un pendant la journée et l’autre pendant la nuit, pour gagner leur vie.

C’était au tour de sa femme de travailler le quart de nuit. Trois hommes sont entrés dans la voiture, mais ne lui ont pas dit leur destination. Au lieu de cela, l’un d’eux a pointé le doigt vers l’avant et a dit : « Continuez. »

Sa femme a conduit pendant un certain temps et a demandé : « Où allez-vous ? » L’homme a de nouveau pointé en avant et a dit : « Ne vous inquiétez pas. Continuez ».

Cela est arrivé à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’ils soient hors de la ville dans une zone rurale. Les hommes lui ont dit d’arrêter la voiture. L’un d’eux a sorti un couteau, l’a pointé vers elle et a dit : « Donnez-moi tout votre argent. Maintenant ! »

Réalisant qu’elle se faisait voler, la femme a saisi son porte-monnaie. Soudain, elle a touché une carte de clarification de la vérité du Falun Dafa qu’un pratiquant lui avait donnée. Se souvenant de ce que ce pratiquant avait dit, elle a murmuré : « Falun Dafa est bon » « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. » Elle a également demandé à M. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa, de l’aider.

Une carte typique de clarification de la vérité faite par les pratiquants en Chine. Les mots disent : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon. Répétez ces mots sincèrement et votre vie sera sauvée en cas de danger. »

Soudain, les trois voleurs se sont figés : ils ne bougeaient pas et ne disaient pas un mot. Lorsque la femme leur a dit de sortir de la voiture, ils ont obéi sans dire un mot.

Le chauffeur de taxi a alors dit : « Parce que nous avons une seule carte, nous avons conclu un accord. Celui qui est en service porte la carte. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/19/152141.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/7/13/312105.html

Un couple du Sichuan condamné à 7 ans, pour leur pratique du Falun Gong

Écrit par un correspondant de la province du Sichuan, Chine

(Minghui.org) Les pratiquants de Falun Gong M. Zhao Banghai et son épouse Mme Li Changqiu, ont été illégalement arrêtés en juillet 2014 et sont détenus depuis. Ils ont récemment été condamnés à sept ans de prison le 21 juillet 2015.

Le procès a eu lieu à la cour de district Longquanyi à Chengdu, durant lequel un grand nombre de policiers étaient postés à l’extérieur du palais de justice.

Les avocats du couple ont plaidé non coupables en leur nom, ils ont déclaré que la pratique du Falun Gong était légale selon la loi chinoise. Le juge et le procureur les ont interrompus à plusieurs reprises au cours de leur plaidoyer.

Seules quatre places à l’intérieur de la salle d’audience avaient été réservées à la famille des accusés, toutes les autres étaient occupées par des « agents » embauchés par le tribunal.

La famille arrêtée et harcelée

M. Zhao et Mme Li ont été arrêtés le 9 juillet, 2014. La police a fouillé leur domicile et confisqué leurs ordinateurs et autres effets personnels.

Les policiers auraient torturé le mari et la femme lors des interrogatoires pour leur extorquer des aveux.

Après l’arrestation du couple, les membres de leur famille : une mère de 80 ans, une jeune sœur handicapée, et leur fille de 15 ans ont fait face au harcèlement. Leur propriétaire et des policiers résidentiels locaux ont essayé de les expulser à plusieurs reprises. Ils ont également surveillé la mère de M. Zhao quand elle sortait de la maison.

On a entendu He Yong, un policier de la sécurité résidentielle, déclarer : « Le district de Longquanyi ne tolérera pas de voir les pratiquants de Falun Gong. »

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/8/11/152015.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2015/7/24/312971.html

Sept pratiquants de Falun Gong arrêtés, suite à des arrestations coordonnées

Écrit par un correspondant de Minghui de la province du Sichuan

(Minghui.org) Sept résidents du canton de Lingshui, province du Sichuan, ont été jugés le 15 janvier 2015, près de six mois après leurs arrestations à cause de leur pratique du Falun Gong, un système de cultivation persécuté par le Parti communiste chinois.

Les sept pratiquants ont témoigné que la police les avait maltraités lors des interrogatoires, dans le but de leur soutirer des aveux. Ils ont été frappés sur les poignets avec des bouteilles d’eau et privés de sommeil. Une jeune pratiquante a été giflée au visage et n’a pas été autorisée à fermer les yeux durant plusieurs jours consécutifs.

Quelques pratiquants âgés ont aussi révélé que la police avait menacé d’impliquer leurs enfants s’ils refusaient de se soumettre aux demandes de la police.

Les pratiquants ont demandé que la juge jette les « rapports d’interrogatoires » recueillis sous la contrainte.

Trois avocats de la défense ont affirmé que les actions de la police en tentant de soutirer des aveux enfreignaient la loi. Ils ont aussi pointé que les agents de police ont saccagé les résidences des pratiquants sans mandats d’arrestation, ce qui constitue clairement une violation des procédures légales.

Incapable de réfuter les arguments de la défense, la juge a appelé ses supérieurs pour avoir leur avis. Le procureur public était aussi souvent à court de mots lorsqu’il a été interrogé par les avocats. Un huissier du tribunal a alors menacé les avocats et demandé qu’ils cessent leur interrogatoire.

La juge a interrompu le procès à plusieurs reprises et finalement mis fin à l’audience sans verdict. Elle a annoncé qu’une nouvelle date de procès serait déterminée ultérieurement.

Arrestations coordonnées

Les sept pratiquants ont été arrêtés ainsi que quatorze autres, le 25 juillet 2014.

Le gouvernement provincial du Sichuan s’est approprié plus de 400 000 yuans pour financer les arrestations de juillet. Les agents des gouvernements provinciaux et locaux ont été déployés pour suivre et cerner les pratiquants locaux.

Un total de 21 résidents locaux ont été arrêtés et envoyés dans divers hôtels, centres de détention et postes de police locaux. Les agents de police et même les employés de diverses agences gouvernementales, dont le Bureau de la science et de la technologie, le Bureau des audits et le Bureau des taxes ont été envoyés pour surveiller les personnes arrêtées toute la journée durant.

Certains pratiquants ont, plus tard, été libérés. Les sept pratiquants jugés, Wang Zhengfeng (王正锋), Tang Sulan (唐素兰), Xu Kaiqong (徐开琼), Li Kunju (李坤菊), Zhong Dongsheng (钟东胜), Luo Xuefang (罗学放) et Zhang Bilan (张碧兰), sont maintenant détenus en divers endroits.

Les personnes responsables de l’arrestation : Luo (罗), Feng Xiaojuan (冯晓娟), Hu Biao (胡彪) Lingshui. Code postal du canton : 638500

Teng Mingjie (滕明杰), président du tribunal du canton de Lingshui : +86-13982662543 (portable)

Zheng Bin (郑斌), président adjoint : +86-15982604888 (portable)

Wu Taisong (吴太松), président adjoint : +86-15908282971 (portable)

Hu Xuepin (胡学品), président adjoint : +86-13696173325 (portable)

Yu Tao (余涛), président adjoint : +86-15983452528 (portable)

Qin Jichuan (秦继川), président adjoint : +86-13696182480 (portable)

Qiu Gang (邱刚), président adjoint : +86-13982604050 (portable)

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2015/1/26/148109.html

Version chinoise : 四川邻水县法轮功学员当庭揭露刑讯逼供