Shen Yun Symphony Orchestra joue devant une salle comble lors de son premier arrêt à Taïwan

Écrit par Tang En, correspondant pour Minhui

(Minghui.org) Après son début au Japon, Shen Yun Symphony Orchestra est allé à Taïwan et a commencé sa tournée de douze villes en deux semaines à Zhongli Arts Hall à Taoyuan le 17 septembre 2016.

L’orchestre a joué devant une salle comble malgré la tempête tropicale amenée par le typhon Malakas. Le concert s’est conclu dans un tonnerre d’applaudissements et une longue ovation, avec les artistes se prosternant neuf fois lors d’un rappel.

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-01
La performance vocale du ténor Tian Ge (à gauche) avec le chef d’orchestre Milen Nachev (à droite)

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-02
La soprano Geng Haolan chante un solo.

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-03
Trio d’erhu, Qi Xiaochun (à droite), Sun Lu (au milieu) et Wang Zhen (à gauche)

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-04
La violoniste Fiona Zheng joue un solo.

Accueil chaleureux des vingt-quatre élus taïwanais

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-05
Shen Yun Symphony Orchestra a reçu la reconnaissance et les lettres de bienvenue de vingt-quatre élus de Taïwan.

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-06
Les banderoles de calligraphie des maires de différentes villes.

Le maire de Taipei, Ko Wen-je (coin supérieur gauche), a fourni une banderole avec les mots « Une fête artistique » ;

le maire de Taoyuan, Cheng Wen-tsan (en haut à droite), « La musique du paradis » ;

le maire de Taichung, Lin Chia-lung (en bas à gauche), « Un grand succès » ;

le maire de Tainan, Lai Ching-te (en bas à droite), « Expression de beaux sons ».

Le maire de Taoyuan : « Une grande fête musicale »

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-07
Cheng Wen-tsan, le maire de la ville de Taoyuan, au concert de Shen Yun Symphony Orchestra à Zhongli Arts Hall le 17 septembre

« C’est une grande fête musicale », a dit Cheng Wen-tsan, le maire de la ville de Taoyuan, après avoir assisté au concert à Zhongli Arts Hall le 17 septembre.

« Chaque morceau est très bon », a dit le maire Cheng. Il a également noté que les instruments chinois et occidentaux sont « très bien combinés ».

Une chef d’orchestre : « Combinaison de créativité et de tradition »

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-08
Mao Pei-rong, chef d’orchestre du Taoyuan Yueh-Yo Chinese Chamber Orchestra

« La musique touche les gens, parce que les mélodies ont une forte affinité et les gens sont émus à cause de cela », a dit Mme Mao Pei-rong, chef d’orchestre du Taoyuan Yueh-Yo Chinese Chamber Orchestra.

Du point de vue d’un musicien professionnel, Mme Mao a partagé : « [L’orchestre] a fait une avancée avec cette combinaison de créativité et de tradition. »

« La musique nous transmet comment l’univers fait partie de notre vie quotidienne », a-t-elle dit. « Et ton âme la suit et les mélodies restent dans ton esprit, te font te sentir très à l’aise. »

Mme Mao a également exprimé son souhait de voir l’orchestre symphonique avoir plus de concerts à Taïwan, pour qu’il puisse « purifier les cœurs » et « apporter des modifications dans la société ».

« C’est le remède pour le vingt et unième siècle »

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-09
Chuang Hsiu-mei, directrice générale du ministère des Affaires culturelles à Taoyuan

« La musique de Shen Yun a des significations philosophiques très profondes. Ce genre de musique peut être ressenti directement par le cœur. Il peut toucher et cibler le cœur sans beaucoup d’explications », a dit Chuang Hsiu-mei, directrice générale du ministère des Affaires culturelles à Taoyuan.

« C’est le remède pour le vingt et unième siècle », a-t-elle dit concernant les valeurs traditionnelles que Shen Yun présente, comme étant en harmonie avec la nature.

« Il a ouvert mon corps et mon âme »

2016-9-19-shen-yun-symphony-tw-10
Li Shih-ying, présidente de l’Université des sciences de la communauté urbaine à Hsinchu

« Je pouvais sentir l’atmosphère grandiose et la beauté de la mixture des instruments chinois et occidentaux », a dit Li Shih-ying, président de l’Université des sciences de la communauté urbaine à Hsinchu.

« Lorsque j’ai fermé les yeux pour apprécier, c’était vraiment comme le paradis », Mme Li a partagé ses sentiments. « Je pourrais dire qu’il a ouvert mon corps et mon âme entiers. »

Shen Yun Symphony Orchestra a continué leur tournée de Taïwan avec les représentations à Keelung le 21 septembre, Yilan le 22 septembre, Tainan le 24 septembre et Yunlin le 26 septembre. Pour plus d’informations sur les billets et les dates, veuillez visiter ShenYun.com/symphony.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/9/22/159259.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/9/20/335293.html

Taipei, Taïwan : Des pratiquants de Falun Dafa se rassemblent pour un événement de deux jours d’étude et de partage

Écrit par Zheng Yuyan, correspondant de Minghui à Taipei, Taïwan

(Minghui.org) Mille huit cents pratiquants de Falun Dafa de la région de Taipei se sont réunis pour l’événement annuel de 2 jours d’étude du Fa et de partage d’expérience dans un centre d’activité local les 27 et 28 août 2016.

Cette année, les activités comprenaient des séances de courte durée pour la mémorisation des enseignements du Zhuan Falun.

Beaucoup de partages se sont concentrés sur l’importance d’émettre la pensée droite correctement. Les pratiquants ont appris et se sont améliorés grâce aux expériences des autres. [Les partages] les ont inspirés à être plus diligents dans la pratique.

2016-8-29-falun-gong-taiwan-groupstudy-01

2016-8-29-falun-gong-taiwan-groupstudy-02
Des pratiquants de Falun Gong étudient ensemble pendant leur rassemblement annuel au Centre d’activités pour la jeunesse de Chientan.

Retourner à la véritable cultivation et pratique

Les 27 et 28 août, de nombreux pratiquants ont partagé des histoires concernant leurs expériences de cultivation et pratique.

M. Liu est devenu pratiquant en 1998. En moins de trois jours, il a arrêté de fumer, chose qu’il avait à plusieurs reprises essayé et échoué à accomplir pendant plus d’une décennie. Plus particulièrement, son cancer du nez a disparu. Comme il est devenu meilleur dans la pratique, il est devenu arrogant et refusait d’écouter les conseils des autres pratiquants. Il a cessé d’aller aux sessions d’étude de groupe.

Quand il a cessé d’être diligent dans la pratique, ses maladies sont revenues. Il ne savait pas qu’il perdait un temps précieux jusqu’à ce qu’il lise la conférence du Maître « Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de New York 2016 ». Il a saisi l’occasion et a repris la pratique authentique, comme quand il était un nouveau pratiquant.

Meilleures relations familiales

2016-8-29-falun-gong-taiwan-groupstudy-03
Mme Yu remercie le Falun Dafa de lui avoir permis de devenir une personne plus mature.

Mme Yu, âgée de 70 ans, est professeur d’anglais à la retraite. Elle a découvert Dafa alors qu’elle assistait à une représentation de Shen Yun Performing Arts et a été désorientée quant à la raison pour laquelle le régime chinois persécute le Falun Dafa. Elle a parlé à un pratiquant et elle a décidé d’étudier la pratique. Cela fait un an, a-t-elle dit : « J’ai fini de lire tous les livres de Falun Dafa. Je ne pouvais pas arrêter de les lire. »

Elle était autrefois agressive et colérique. Tout devait être à sa manière. Rien n’allait plus dans sa famille et elle regrettait même de s’être mariée et d’avoir eu des enfants. Lire sur le principe de la Tolérance l’a amenée à regarder à l’intérieur.

Comme elle a commencé à agir selon le principe du Falun Dafa, Authenticité-Bienveillance-Tolérance, elle est devenue humble et aimable. Sa relation avec sa famille, en particulier avec son fils, est devenue agréable.

« Grâce à Maître Li et au Falun Dafa, je suis devenue une personne plus mature », a déclaré Mme Yu.

Un étudiant en médecine guidé par Dafa depuis l’école maternelle

2016-8-29-falun-gong-taiwan-groupstudy-04
M. Huang, étudiant en médecine, a dit que la pratique lui donne de la concentration et de l’énergie.

M. Huang, étudiant en première année de médecine, fait ses études dans une école de médecine de renom. Il a dit : « Les exercices ont fait de moi une personne énergique. Je suis en mesure de travailler dur et de me concentrer. »

Il pratique le Falun Dafa avec sa mère depuis la maternelle. Il était apprécié à l’école, mais il n’est jamais tombé dans les mauvaises habitudes qui attirent les jeunes d’aujourd’hui.

Redécouvrir la joie de la pratique

2016-8-29-falun-gong-taiwan-groupstudy-05
Grâce à une étude intensive et à l’écoute sur la façon dont d’autres progressent avec diligence dans la pratique, Mme Zeng a retrouvé son enthousiasme.

Mme Zeng est une étudiante de troisième année. Elle n’a pas fait preuve de diligence dans la pratique et était inquiète. Elle est pratiquante depuis l’école primaire. Elle a bien fait pour aider à clarifier les faits sur la persécution du Falun Dafa au public. Peu à peu, elle est devenue fière de ses propres capacités et s’est uniquement concentrée sur ses études. Elle n’arrivait plus à se sentir concernée par la pratique et se sentait désespérée et perdue.

Après avoir écouté les autres et à quel point ils se sont améliorés dans la pratique, elle a redécouvert la joie de la cultivation et pratique.

Elle a dit : « L’énergie est très pure et positive ici. Tout le monde veut apprendre des autres et devenir une meilleure personne. Je suis claire sur la raison pour laquelle nous avons besoin de faire les trois choses. Je suis confiante que je vais faire mieux pour avancer. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/8/31/158496.html
Version chinoise : 在集体学法中提升

Premières du documentaire Human Harvest à Taïwan

Écrit par le pratiquant de Falun Gong Su Rong, correspondant pour Minghui à Taïwan

(Minghui.org) Le documentaire Human Harvest [Récolte humaine], lauréat du Prix Peabody, expose le prélèvement d’organes organisé par le Parti communiste chinois (PCC) sur des pratiquants de Falun Gong emprisonnés pour leurs convictions et ce de leur vivant.

Le film a été diffusé pour la première fois simultanément au Théâtre Ambassador de Taïpei et au cinéma MLD à Kaohsiung, le 9 juillet 2016. Les projections ont été organisées par la Taiwan Association for International Care of Organ Transplant (TAICOT).

Les spectateurs se sont montrés très concernés et ont condamné le crime de prélèvement criminel d’organes toujours d’actualité en Chine.

Un avocat : Diffuser l’information et exercer des pressions sur le PCC au sujet des droits de l’homme

2016-7-11-taiwan-01
L’avocat Liu Silong appelle le public à exercer des pressions sur le PCC concernant ses violations des droits de l’homme.

L’avocat Liu Silong du Cabinet d’avocat Jen-Song United a déclaré que le documentaire confirmait ce qu’il avait entendu précédemment concernant les prélèvements d’organes. Il a dit que l’existence du crime avait été prouvée par une analyse détaillée dans le documentaire et que c’est quelque chose que le PCC ne peut plus nier. « J’espère qu’il deviendra un jalon en libérant la Chine continentale de la noirceur du totalitarisme », a-t-il dit.

Liu a appelé chacun à agir contre les atrocités, à diffuser les informations, à exercer des pressions sur le PCC pour qu’il cesse ses violations des droits de l’homme grâce à une opinion publique puissante, et à aider à mettre fin au génocide.

Un professeur du milieu médical : Permettre aux futurs médecins d’être informés

2016-7-11-taiwan-02
Le professeur Li Shujun de l’Université médicale de Kaohsiung

Le professeur Li Shujun de l’Université médicale de Kaohsiung a déclaré envisager de présenter le documentaire dans son université et de permettre aux futurs médecins d’être informés à propos des crimes de prélèvement d’organes.

Li a dit : « Mon profond ressenti est qu’il existe trois groupes de victimes : les pratiquants de Falun Gong qui ont perdu leurs vies, les chirurgiens qui ont été amenés à tuer les pratiquants pour leurs organes et les patients qui ont reçu les organes. Les deux derniers groupes sont devenus eux aussi des criminels en raison de la censure. »

Ayant enseigné en Chine continentale durant un an, Li considère tous ceux qui vivent dans ce pays totalitaire comme des victimes, en dissimulant l’information aux gens, le régime peut commettre des crimes terribles en toute impunité. Selon elle, l’atrocité des prélèvements d’organes ne peut être tolérée et elle espère qu’on y mettra fin dès que possible grâce à une pression croissante venant de la communauté internationale.

Un directeur général : Dépêchons-nous de faire circuler l’information

2016-7-11-taiwan-03
M. Lin Jingliang, directeur général de la Société de consultation Taixiang

M. Lin Jingliang, directeur général de la Société de consultation Taixiang, a déclaré : « Après avoir regardé le documentaire, j’ai réalisé que la plupart des gens dont moi-même avons été trompés. J’avais l’habitude de penser que les organes des prisonniers exécutés seraient de toute façon gaspillés s’ils n’étaient pas utilisés. J’ai été choqué de voir comment des personnes innocentes cultivant Authenticité, Bienveillance et Tolérance ont été tuées en tant que source d’organes… Cela concerne tant de vies. Nous devons nous dépêcher de diffuser l’information. Les médias à Taïwan doivent s’affranchir des restrictions politiques et économiques et prendre la responsabilité médiatique pour révéler les crimes du PCC au public et sauvegarder les droits de l’homme. »

Le présentateur d’un programme radio : Un test pour notre conscience

M. Hai Ming, présentateur d’une émission radio bien connue, ayant interviewé David Kilgour, a dit au journaliste : « Ce qui a été présenté dans le documentaire est très convaincant. Le documentaire devrait être largement promu de sorte que davantage de personnes puissent aider à mettre fin à la persécution… De plus en plus de personnes à Taïwan et dans le monde sont convaincues par les faits des prélèvements d’organes. Cela teste notre conscience face à la pression du PCC. À notre grande joie, de plus en plus de gens disent ‘non’ aux violations des droits de l’homme par le PCC, grâce à l’opinion publique, à la législation et aux résolutions. »

Le directeur adjoint de TAICOT : Personne ne peut rester à attendre et observer

Le Dr Huang Shiwei, directeur adjoint de TAICOT, a déclaré : « Alors que les faits de prélèvement d’organes sont exposés dans le monde entier, personne ne peut rester à attendre et observer. Chacun devra finalement se poser la question : ‘Quel rôle ai-je joué lorsque les pratiquants de Falun Gong ont été tués pour leurs organes ?’ Cela va devenir un point crucial de réflexion et de pitié pour l’humanité. »

Le Dr Zheng Yuanyun, consultant pour TAICOT, a commenté : « Le processus de chercher la vérité est comme d’assembler les pièces d’un puzzle. C’est un travail fastidieux. Heureusement, avec les efforts persistants de tous les cercles de la société, de nombreux pays, comme Israël et l’Espagne, ont passé des lois interdisant le tourisme des greffes d’organes. Le Congrès américain et le Parlement européen ont passé des résolutions appelant le PCC à cesser les prélèvements d’organes sur des prisonniers de conscience. Les organisations internationales travaillent à porter le prélèvement criminel d’organes devant la Cour pénale internationale. Comme l’a déclaré le réalisateur Leon Lee, l’entière vérité peut être révélée à tout moment. »

Traduit de l’anglais en Europe

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2016/7/17/157852.html
Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2016/7/12/331273.html

Taïwan : Célébrer la prochaine Journée mondiale du Falun Dafa

(Minghui.org) À Taïwan, le 1er mai, des pratiquants de Falun Gong ont organisé une série d’activités devant le Mémorial National Sun Yat-sen pour célébrer le 13 mai, date de la prochaine 17e Journée mondiale du Falun Dafa. La journée marque également le 65e anniversaire de Maître Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa, aussi appelé Falun Gong.

Des centaines de pratiquants se sont rassemblés pour faire les exercices paisibles, après quoi il y a eu un spectacle de danses traditionnelles chinoises et d’instruments et de chants chinois. Une exposition de photos sur les côtés de la place en face de la salle commémorative a permis aux nombreux passants de se renseigner sur le Falun Gong et sur son impact dans le monde entier.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-01
À la fin de la célébration, les pratiquants ont souhaité un bon anniversaire à Maître Li Hongzhi (les mots chinois inscrits sur la banderole)

2016-5-3-taibei-falun-dafa-02

2016-5-3-taibei-falun-dafa-03

2016-5-3-taibei-falun-dafa-04
Les exercices de groupe à grande échelle. La banderole en arrière plan porte les mots : « Célébrer le 5.13, la Journée mondiale du Falun Dafa. » Les idéogrammes sur le devant se traduisent par : « Authenticité-Bienveillance-Tolérance. »

2016-5-3-taibei-falun-dafa-05
Des touristes en provenance de Chine regardent et enregistrent l’événement à grande échelle du Falun Gong, quelque chose qu’ils peuvent voir seulement lorsqu’ils voyagent à l’étranger en raison de la persécution du Falun Gong en Chine.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-06

2016-5-3-taibei-falun-dafa-07

2016-5-3-taibei-falun-dafa-08

2016-5-3-taibei-falun-dafa-09

2016-5-3-taibei-falun-dafa-10
Des visiteurs regardent l’exposition de photos du Falun Gong.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-11
Une prestation animée des tambourins de ceinture

2016-5-3-taibei-falun-dafa-13
Une pratiquante joue du erhu, un instrument traditionnel chinois.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-14
Des jeunes pratiquants présentent une danse traditionnelle chinoise.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-15
Un ensemble vocal

2016-5-3-taibei-falun-dafa-16
Une prestation de tambours

2016-5-3-taibei-falun-dafa-17
La Fanfare du pays céleste joue sur la scène.

2016-5-3-taibei-falun-dafa-18
Lors de l’événement, Mme Liao Weiyi, habillée comme une « fée céleste » remet aux touristes des fleurs de lotus faites à la main.

Une famille de pratiquants

2016-5-3-taibei-falun-dafa-19
Chen Chunchao (au milieu), sa femme Wanchen et son beau-frère Li Jianhao (à gauche) lors de la célébration

Dr. Chen Chunhao, diplômé de l’Université de Taïwan, travaille pour une entreprise d’électronique. Il est venu à la célébration avec sa femme Wanchen, leurs deux enfants et son beau-frère Li Jianhao. Toute la famille pratique le Falun Gong.

Le Dr Chen avait toujours cherché le sens de la vie depuis qu’il était jeune. Dans sa dernière année à l’université, il a vu un professeur à la télévision partager son expérience de cultivation et pratique du Falun Gong. Étant curieux, Dr Chen a trouvé un exemplaire du Zhuan Falun (le livre principal du Falun Gong).

« Je me suis dit, voilà ce que je cherchais », a déclaré Dr Chen. « Le livre explique clairement le sens de la vie dans un langage clair et pourtant profond. Ceci est une grande pratique édifiante, et j’ai rejoint le chemin de la cultivation et pratique. »

« J’avais un caractère explosif, mais le Falun Gong enseigne Authenticité-Bienveillance-Tolérance. J’essaie de suivre ce principe. Pendant les conflits, je tente de regarder vers l’intérieur pour trouver mes propres insuffisances. J’essaie aussi d’abandonner les attachements à la perte et au gain. Cela m’a beaucoup aidé à l’école et au travail. »

Le beau-frère du Dr Chen, Li Jianhao, avait une mauvaise santé depuis qu’il était petit. Il allait fréquemment dans les hôpitaux locaux. M. Li avait rejoint toutes sortes de groupes religieux, à la recherche du but de la vie. En 2002, il a obtenu un exemplaire du Zhuan Falun grâce à sa mère.

« Non seulement le Falun Gong a guéri tous mes problèmes de santé, mais il m’a également montré la direction de la vie. Je ne me sens plus perdu. Ma vie est devenue riche et significative. »

Wanchen, la sœur de M. Li, l’épouse de M. Chen, pensait que la pratique du Falun Gong était seulement pour les personnes âgées. Quand sa mère lui a parlé pour la première fois du Falun Gong, elle n’y a pas prêté beaucoup d’attention. Mais les changements chez son frère ont suscité sa curiosité.

Encouragée par M. Li, Wancheng a rejoint l’atelier gratuit de Falun Gong pour les étudiants, où elle en a appris plus sur le Falun Gong et a également commencé à pratiquer.

« Maître Li Hongzhi a fait beaucoup pour tous les pratiquants », a déclaré Wanchen, les larmes aux yeux. « Aujourd’hui, nous sommes venus ici pour exprimer notre reconnaissance et souhaiter à Maître Li Hongzhi un joyeux anniversaire. »

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/5/5/156539.html
Version chinoise : 来自心灵深处的感恩

Shen Yun couronne sa tournée à Taïwan avec des spectacles à guichets fermés et d’élogieux commentaires

Écrit par des correspondants de Minghui à Taïwan

(Minghui.org) Shen Yun Performing Arts a donné sa dernière représentation à Taoyuan, Taïwan, le 16 avril 2016, complétant ainsi sa tournée d’un mois de sept villes de Taïwan.

Les représentations à Taichung, Taoyuan et Changhua pendant la seconde moitié de la tournée ont été données à guichets fermés. Le spectacle a aussi attiré des amateurs de théâtre de d’autres pays qui ont apprécié l’occasion de faire l’expérience d’une authentique culture grâce à l’étonnante beauté de Shen Yun.

2016-4-18-taiwan-sy-1
La dernière représentation de Shen Yun à Taïwan au Taoyuan Arts Center le 16 avril

Le sixième évêque de Hong Kong : présenter « Le sens profond de la vie »

2016-4-18-taiwan-sy-2
Joseph Zen Ze-kiun, cardinal de l’Église catholique

« Shen Yun montre la vérité et le sens profond de la vie. C’est vivre en accord avec la vérité, parler avec des mots vrais et respecter la conscience des uns des autres », a dit Joseph Zen Ze-kiun, le sixième évêque de Hong Kong, qui était venu par avion de Hong Kong voir la représentation à Taoyuan le 14 avril.

« La Chine a une précieuse culture. Malheureusement, ils (le Parti communiste) l’ont abandonnée. » Il croit que le déclin dans les critères moraux en Chine de nos jours est étroitement en correspondance avec la destruction des traditions. « Espérons que nous puissions un jour encore retourner à notre précieuse culture traditionnelle. »

« J’espère que Shen Yun prospérera pour qu’ainsi plus de gens puissent en profiter. Espérons qu’un jour, nous puissions aussi voir Shen Yun à Hong Kong », a-t-il dit.

« Une expression d’espoir pour l’avenir »

2016-4-18-taiwan-sy-3
Chen Jinglin, directeur et co-fondateur de Tennii avec son épouse au spectacle à Taichung le 6 avril

« Ceci montre une synchronisation hautement artistique. De la scène entière, des costumes, des accessoires jusqu’aux effets sonores, tout a été présenté dans sa totalité », a dit Chen Jinglin, directeur et co-fondateur de Tennii, un studio de teinture naturelle.

Parlant de la présentation par Shen Yun des différents groupes ethniques, M. Chen a dit que Shen Yun a manifesté une « intégration élevée » et qu’il en a « vraiment présenté l’essence. »

Au sujet des couleurs du spectacle de Shen Yun, M. Chen a trouvé « sophistiquée l’utilisation des couleurs parce qu’elles sont bien équilibrées et classiques. »

« Cet effet est splendide et agréable », a-t-il dit. « Une expression d’espoir pour l’avenir. »

Une designer : « Familiarité, sécurité et sérénité »

2016-4-18-taiwan-sy-4
Tsai Bingru, directrice exécutive d’une compagnie de design

« Deux ou trois secondes après la levée du rideau, j’ai commencé à verser des larmes parce que j’avais un sentiment de familiarité, de sécurité et de sérénité », a dit Mme Tsai, directrice exécutive d’une compagnie de design, après la représentation à Tainan le 1er avril.

« Je ne peux pas trouver les mots pour le décrire. Tout ce que je sais est que j’avais ce sentiment  »d’être enfin à la maison » », a-t-elle dit. « Vous pouvez avoir une telle sensation seulement quand vous êtes à Shen Yun. »

Mme Tsai a trouvé que les costumes étaient « visuellement très riches » et qu’ils « donnent aux gens non seulement un sens de la tranquillité mais aussi transmettent un message de compassion et de paix. »

« Nous avons différentes inspirations qui peuvent adoucir notre cœur, nous permettant d’apprécier et de chérir davantage les choses », a-t-elle dit à propos des différentes scènes.

Un législateur : « Capte l’essence de la tradition chinoise »

2016-4-18-taiwan-sy-5
Le législateur Apollo Chen, le représentant des arts culturels à Taoyuan

« Mes salutations au directeur général de Shen Yun », a dit le législateur Apollo Chen, le représentant des arts culturels à Taoyuan. Le 15 avril, il a assisté au spectacle avec sa femme Mme Liang, à Taoyuan.

« L’effort de combiner différentes formes d’art permet au public d’avoir une expérience rafraîchissante et unique », a dit M. Chen.

Il a fait le commentaire que le spectacle « capte l’essence de la tradition chinoise à travers l’art de la danse. »

Mme Liang croit que les artistes de Shen Yun sont spéciaux en ce sens qu’ils peuvent « conserver leur croyance dans la culture chinoise ».

« Shen Yun l’a fait. Ils ont conservé les traditions et ils manifestent un grand courage. Je pense que ce que Shen Yun représente est magnifique et vrai », a-t-elle expliqué.

« Nous amener dans un autre monde »

2016-4-18-taiwan-sy-6
Uma Viswanathan (la deuxième à gauche) a amené un groupe de huit personnes d’Inde à Taoyuan, Taïwan, pour voir Shen Yun.

« Nous sommes fascinées… Ce que nous venons de vivre est une expérience divine », a dit Uma Viswanathan, la représentante des projets de la Fondation NalandaWay. Elle a assisté au spectacle à Taoyuan avec un groupe de huit personnes qui sont venues en avion d’Inde.

« C’était magnifique », a-t-elle dit. Il nous a vraiment transportées dans un autre monde. »

Elle voulait remercier le directeur artistique de Shen Yun : « Il fait un travail formidable, en rendant de si nombreuses personnes heureuses et en les faisant se sentir paisibles en même temps. »

« Je ne pense pas que la distance importe… Ainsi, nous sommes impatientes de répéter l’expérience l’an prochain », en disant que cela ne la dérangeait pas de faire le voyage d’une distance de 4 000 km à nouveau. « Si je peux amener des enfants avec moi, je serai bénie. »

Shen Yun continuera sa tournée en Asie, avec des présentations à Osaka au Japon le 22 avril, à Tokyo au Japon du 24 au 26 avril, à Jeonju en Corée du Sud le 30 avril et le 1er mai, à Ulsan en Corée du Sud les 3 et 4 mai. Pour de plus amples informations sur les billets et les dates, veuillez consulter http://shenyun.com.

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/4/22/156377.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/4/19/326847.html

Un militaire améliore sa vie en suivant les principes du Falun Dafa

Écrit par Huang Yusheng, correspondant pour Minghui à Taïwan

(Minghui.org) M. Chang Yan-Kai a appris le Falun Dafa il y a dix ans, dans sa dernière année d’école secondaire. Il se rappelle que le plus gros gain qu’il a vécu après qu’il soit devenu un pratiquant a été de trouver le sens et le but ultime de sa vie.

Faire de meilleurs choix

M. Chang devait souvent faire des choix dans sa vie quotidienne. Il était habitué à des façons peu éthiques de faire les choses dans la société moderne et à son travail. La façon dont les choses étaient faites étaient souvent contre les enseignements du Falun Dafa. Au début, il luttait beaucoup dans le processus de prise de décision. Finalement, il a su plus clairement comment faire les bons choix et agir de façon appropriée en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance du Falun Dafa.

2016-4-20-taiwan-1
M. Chang Yan-Kai (à gauche) avec sa mère et sa femme à la conférence d’échange d’expériences du Falun Dafa en 2015

Au travail, M. Chang devait faire des achats et vérifier les budgets. En tant que fonctionnaire, il avait des règles strictes à suivre et il n’a jamais pris des raccourcis juste pour rendre les choses plus faciles.

M. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa, dit dans son livre Zhuan Falun :

« Pour ceux qui cultivent et pratiquent parmi les gens ordinaires, peu importe votre richesse ou votre position hiérarchique, peu importe que vous soyez à votre compte, que vous ayez une entreprise, ou que vous meniez n’importe quelle affaire, tout cela est sans importance : ayez toujours des échanges équitables et gardez un esprit droit. Chaque métier dans la société humaine a sa raison d’être ; le problème est que l’esprit des gens est sans droiture, cela n’a rien à voir avec le métier qu’on fait. » (Zhuan Falun)

« Dans n’importe quelle couche sociale on peut être quelqu’un de bien, dans des milieux différents existent des conflits différents. Les classes supérieures ont les conflits des classes supérieures, il est possible de les régler correctement ; partout, quel que soit le niveau social, il est possible d’être quelqu’un de bien et de prendre avec légèreté toutes sortes de désirs et d’attachements. Dans toutes les couches sociales, on peut se comporter en bonne personne, chacun peut cultiver et pratiquer dans son propre milieu. » (Zhuan Falun)

Bien traiter les subordonnés

Un des subordonnés de M. Chang a dit une fois que M. Chang était le superviseur le plus agréable avec qui il ait jamais travaillé. M. Chang a dit qu’il était prévenant et gentil avec les autres parce qu’on lui a enseigné que :

« Désormais, quoi que vous fassiez vous devez penser d’abord aux autres » (« La nature de Bouddha sans écoulement » tiré de Points essentiels pour avancer avec diligence)

Il a mentionné que parfois, il ne pouvait pas étudier les enseignements avec les idées claires pendant quelques semaines ; en conséquence, il a commencé à avoir de mauvaises pensées plus fréquemment et à utiliser des mots durs envers ses subordonnés. Au contraire, s’il étudiait calmement et régulièrement les enseignements, il avait une pensée claire sur la façon de gérer les choses et les nombreux conflits ou problèmes étaient faciles à résoudre.

M. Chang a laissé des copies du Zhuan Falun à la bibliothèque où il travaillait pour que ses collègues puissent en apprendre davantage sur le Falun Dafa.

Sa mère et sa femme apprennent Dafa

M. Chang s’est marié en janvier de cette année. En trois ans de fréquentations, il n’a jamais eu de dispute avec sa petite amie. L’année dernière, sa fiancée et sa mère sont allées avec lui à une conférence de partage d’expériences du Falun Dafa, où elles ont toutes deux décidé d’apprendre le Falun Dafa après une rencontre avec les autres pratiquants.

2016-4-20-taiwan-2
M. Chang et sa femme

Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/4/6/156179.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/4/5/326202.html

Un père et sa fille ont trouvé comment s’améliorer après avoir appris le Falun Gong

(Minghui.org) M. Huang Liyi a pris sa retraite de directeur d’école primaire à Taïwan où il avait enseigné pendant 35 ans. En 2001, un de ses amis lui a dit qu’il s’était guéri de ses maladies après avoir pratiqué le Falun Gong (aussi appelé Falun Dafa) et lui a recommandé la pratique de méditation et de cultivation de soi. M. Huang a ainsi appris le Falun Gong lors d’un atelier.

2016-3-taiwan
M. Huag Liyi, sa fille (au centre) et sa femme à la Conférence de partage d’expériences de Taïwan en 2015

« Le Falun Gong me donne de l’énergie, je suis retraité depuis six ans et je me joins à toutes sortes d’activités du Falun Gong qui ont lieu partout à Taïwan. Je suis aussi membre de la Fanfare du pays céleste du Falun Gong », a dit M. Huang.

« Pendant mes années d’enseignement, j’avais des douleurs chroniques à la gorge. Aucun médicament, ni même la chirurgie, ne m’ont aidé. J’avais aussi souvent des vertiges. Le Falun Gong a guéri tous ces maux qui m’avaient embêté pendant de nombreuses années », a-t-il ajouté.

M. Huang dit suivre le principe « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » qui a rendu sa famille plus harmonieuse.

Sa fille a rappelé : « Mon père ne voulait jamais faire le ménage, à moins d’y être poussé. Depuis qu’il a commencé à pratiquer le Falun Gong, il demande souvent à ma mère comment il peut l’aider. »

« Avant, il était têtu. Personne ne pouvait l’influencer ou lui faire changer d’idées » a déclaré Mme Huang. « Nous restions souvent bloqués quand nous avions des opinions différentes. Mais la pratique du Falun Gong l’a changé. Il a commencé à utiliser un ton doux lors de conflits. Il essaie parfois de résoudre les problèmes avec l’humour. »

« Il essaie aussi de regarder les autres sous des angles positifs. Il cherche à comprendre les autres et à souligner leurs bons côtés. »

Sa fille apprend à regarder à l’intérieur lors de conflit

Mme Huang Yunxuan, professeure de collège, pratique aussi le Falun Gong.

« Bien que mon père m’a présenté le Falun Gong il y a longtemps, j’ai commencé il y a quatre ans seulement, suite à une discussion avec mes amis à l’école d’études supérieures sur le thème de la réincarnation » a-t-elle dit. « Je me suis souvenue que mon père avait mentionné l’enseignement du Falun Gong sur la réincarnation, alors j’ai commencé à lire le livre Zhuan Falun (le livre principal du Falun Gong). »

lle a dit : « J’ai été convaincue par le livre, donc j’ai rejoint un site local d’exercices en groupe et j’ai commencé ma cultivation et pratique. »

« J’étais stressée par mon travail pendant mes études supérieures et je traversais une crise sentimentale. La lecture des livres du Falun Gong et la pratique des exercices m’ont grandement aidée à me calmer. Plus important encore, l’enseignement du Falun Gong m’a permis d’examiner les problèmes sous de nouveaux angles. J’ai trouvé plus facile de laisser aller les choses qui d’habitude me dérangeaient beaucoup. »

« J’ai été surprise de voir que je pouvais faire face aux difficultés avec un esprit calme et ouvert et trouver rapidement des solutions. »

Mme Huang a partagé : « Dans les conflits, changer les autres est difficile, mais se changer soi-même est plus facile. Une fois que je change ma mentalité et que j’abandonne mes attachements, la situation peut changer et mon cœur se sent détendu et merveilleusement bien. »

« Regarder à l’intérieur pour trouver nos lacunes est un moyen efficace pour résoudre les conflits » a dit Mme Huang. « Maintenant, je peux faire face calmement aux conflits sans que mon cœur soit troublé. Ma vie s’est élevée et je me sens vraiment heureuse. »

Traduit de l’anglais en Suisse

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2016/3/28/156073.html
Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2016/3/27/8B-325910.html